Billets classés sous « actualité »

L’émission de télévision Une heure sur terre proposera, le vendredi 19 octobre à 21 h, deux reportages qui devraient avoir une résonance particulière pour la société québécoise.  Le premier reportage porte sur le Department of Investigation, l’équivalent new-yorkais de l’Unité permanente anticorruption qui existe au Québec.  L’autre reportage porte sur le Plan Sud chilien proposé par l’administration du président Sebastian Piñera et qui ressemble, à certains aspects, au Plan Nord proposé au Québec.

Les situations vécues à New York et au Chili ont-elles des enseignements qui pourraient nous être utiles ici et inspirer nos décideurs?  Je vous en laisse juger par vous-mêmes.

Lutte à la corruption, l’exemple de New York

Le Department of Investigation (DOI) de la ville de New York a servi de modèle à la constitution de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) au Québec. Depuis des années, New York a fait le ménage dans l’attribution de ses contrats de travaux publics. Le DOI a des pouvoirs qui dépassent ceux du FBI. L’agence a procédé à 806 arrestations en 2011 et a permis à la ville de recouvrer plus de 500 millions de dollars à ce jour.

Parmi les personnes arrêtées se trouvait une conseillère municipale du quartier de Brooklyn à qui un entrepreneur offrait une maison. André Gariépy nous raconte les succès du DOI et nous permet de comprendre comment New York a réussi à mettre de l’ordre dans l’attribution de ses contrats de travaux publics.

Le Plan Sud du Chili

Le Québec a son « Plan Nord », le Chili, son « Plan Sud ». Une heure sur terre présente  un reportage exceptionnel de Jean-Michel Leprince sur les plans de développement du gouvernement de Sebastián Piñera pour la Patagonie. Comme le Québec, le Chili est riche en matières premières, particulièrement en minéraux. D’autre part, le sud du Chili dispose d’un potentiel hydroélectrique important, autant d’avantages dont veulent profiter le gouvernement chilien et des investisseurs privés. Mais tout comme au Québec, le développement des régions éloignées ne va pas sans opposition.

Aussi dans cette émission :

Être femme en Israël

Lors de la création d’Israël, peu de femmes dans le monde pouvaient revendiquer autant de droits et de libertés que les Israéliennes. À l’origine, les ultrareligieux ne formaient qu’une toute petite partie de la population juive d’Israël. Mais aujourd’hui, leur nombre a grandi et leur influence se fait sentir dans plusieurs aspects de la société. Leur vision des rapports entre les hommes et les femmes tient davantage du modèle patriarcal que de l’égalitarisme. Dans ce reportage fascinant, Luc Chartrand nous montre la lutte de femmes israéliennes contre l’autoritarisme d’un autre âge des religieux ultraorthodoxes. Des scènes qui ne sont pas sans rappeler certains accommodements dits « raisonnables. »

UNE HEURE SUR TERRE�
Vendredi 19 octobre, 21 h
Rediffusion dimanche à 20 h sur RDI
</>

Pour terminer l’année 2011, Une heure sur terre se transforme en émission de radio à Espace Musique le vendredi 30 décembre à 20 h (reprise le 1er janvier à 15 h). La chanteuse Bïa et moi vous présenterons pendant deux heures des chansons qui ont marqué l’actualité partout dans le monde durant cette année de bouleversements. Le texte qui suit sera émaillé de liens vers des enregistrements sur le web qui font partie de cette émission.

Le printemps arabe

L’actualité de 2011 a été marquée par le printemps arabe. Mais si cette partie du monde s’est enflammée, les conséquences de ces bouleversements se poursuivront dans les mois et les années à venir. Toutes les élections qui s’en viennent, en Égypte, en Libye, mais aussi ailleurs, où l’esprit du printemps arabe s’est répandu comme en Russie. Un des cadres du nouveau gouvernement en Libye nous a dit dans un de nos reportages : « Faire la guerre, c’est facile; construire la démocratie, c’est beaucoup plus compliqué. » Verra-t-on une prise de contrôle des islamistes dans le monde arabe? Poutine réussira-t-il à convaincre les Russes de lui redonner un mandat à la présidence? Les jeunes qui ont été le fer de lance de tous ces mouvements de rejet des vieux dictateurs verront-ils leurs aspirations se matérialiser?

La crise européenne

L’Europe se remettra-t-elle sur pied? Durant toute l’année 2011, on a assisté au développement de la crise de l’économie européenne et à ses répercussions sur le niveau de vie des jeunes en particulier. Des jeunes à qui on disait que l’éducation serait la source de leur prospérité et qui se retrouvent aujourd’hui bardés de diplômes, mais avec pour seule perspective, des années de chômage ou de travail précaire. Toute l’année, des mouvements d’indignés, — les indignados d’Espagne, par exemple, — ont manifesté leur désarroi quant à l’avenir, et surtout quant à l’écart de plus en plus grand entre la minorité riche et la grande majorité qui s’appauvrit. La crise de l’euro et des finances publiques dans plusieurs pays n’a fait qu’augmenter leurs craintes. Angela Merkel a averti tout le monde : il faudra des années pour que l’Europe résolve la crise actuelle. Verra-t-on au moins poindre un début de solution en 2012?

http://www.youtube.com/watch?v=f8lo82tXbWU&feature=player_embedded

Le mouvement des indignés

Après les indignés d’Europe, le mouvement Occupy Wall Street a essaimé en Amérique. Les manifestations se sont terminées dans la confusion, mais l’enjeu reste entier. La mondialisation, qui devait, selon ses propagandistes, permettre aux plus pauvres d’accéder à un marché plus grand et plus ouvert, n’a fait qu’accroître les écarts entre la minorité plus nantie et la grande majorité qui s’appauvrit. Les manifestants du parc Zuccoti, à New York, dénonçaient le fait que la mondialisation avait été, en fait, la mondialisation de la richesse, l’accélération du contrôle exercé par 1 % de la population mondiale toute puissante sur le reste, les 99 % qui subissent la spéculation financière, les crises de plus en plus fréquentes qui en résultent, et l’endettement des économies nationales. 2012 verra-t-elle le début de réformes menant à une plus grande équité financière à l’échelle du globe?

Le modèle chinois

La bulle chinoise va-t-elle exploser? Il y a un danger que l’économie chinoise ne performe pas assez. Baisse des investissements étrangers, revendications ouvrières de plus en plus vigoureuses. Le modèle chinois pourra-t-il continuer à performer au même rythme, ou connaîtra-t-il des ratés qui pourraient entraîner l’économie mondiale dans une récession probable? Le gouvernement chinois admet officiellement l’existence de signaux inquiétants. Mais pour résoudre la crise, il devra faire preuve d’une plus grande transparence et d’ouverture devant sa propre population.

L’économie de l’Afrique

Heureusement, il y a de l’espoir dans tout cela. L’Afrique, le continent autrefois « perdu » selon beaucoup d’experts, poursuivra sa croissance impressionnante : l’économie de l’Afrique a crû au même rythme que celle de l’Asie en 2011, et l’avenir est encore plus prometteur. Pour soutenir cette croissance, les gouvernements d’Afrique devront s’ouvrir davantage à la transparence et au débat public, favoriser les échanges commerciaux et l’invasion de la technologie. Verrons-nous là aussi l’influence des idées propagées par le printemps arabe?

http://www.youtube.com/watch?v=blbeT8ZFxno&feature=player_embedded

L’Afghanistan et l’Irak

Enfin, 2011 a vu le départ des troupes canadiennes d’Afghanistan et celles des États-Unis d’Iraq : comment ces deux pays que les étrangers ont voulu sauver du marasme et de la dictature vont-ils trouver leur propre voie vers la paix et le développement? Y a-t-il un espoir d’un avenir meilleur pour les Afghans et les Irakiens, alors que la violence continue de sévir? L’Afrique, elle, a assisté à la naissance d’un nouveau pays, le Soudan du Sud. Les Africains réussiront-ils à résoudre les guerres civiles qui minent deux autres pays, la République démocratique du Congo et la Somalie?

L’actualité internationale a été florissante en 2011. Le monde évolue de plus en plus rapidement. Si l’année 2012 est porteuse d’espoir à certains égards, les défis qu’elle annonce pour les humains de la planète n’en sont pas moins colossaux.

Au nom de toute l’équipe d’Une heure sur terre, bonne année 2012!