Billets publiés en janvier 2013

Les problèmes de notre système de santé sont connus, et en particulier celui de l’engorgement des salles d’urgence d’hôpitaux dans nos villes. Les enjeux sont tels que même les médecins, qui sont au cœur du système, en mesurent la gravité. Ainsi, selon un sondage dévoilé par le Commissaire à la santé et au bien-être du Québec, seulement un médecin sur quatre (27 %) estime que le système de santé du Québec fonctionne bien. En comparaison, 48 % des médecins ontariens sont satisfaits de la performance de l’administration de la santé dans leur province. Et plus de la moitié des médecins québécois (57 %) jugent que la qualité des soins médicaux s’est détériorée depuis trois ans.

Ces données critiques, révélées dans un sondage du Commonwealth Fund et du Conseil canadien de la santé, dont nous publions d’autres éléments en ouverture de notre site, ont poussé l’équipe d’Une heure sur terre à chercher des solutions ailleurs dans le monde.

Alors qu’à ce moment de l’année en particulier, nos urgences débordent, nous vous présentons à nouveau cette semaine « Urgence d’agir », un excellent reportage de nos collègues Yanic Lapointe et Michel Rochon, qui propose des solutions pratiques aux problèmes que nos hôpitaux n’arrivent pas à résoudre.

L’équipe s’est rendue en France, où le système de santé a réussi, principalement grâce à l’établissement d’une médecine préhospitalière efficace, à réduire l’affluence aux urgences. Ainsi, alors que le temps d’attente moyen dans les urgences de Montréal est de 20 heures, dans la plus grande urgence de Paris, à l’hôpital Lariboisière, l’attente moyenne est de moins de deux heures. Un délai que les Français, habitués à un système efficace, trouvent déjà très long.

« Urgence d’agir », à voir à Une heure sur terre le vendredi 1er février à 21 h.

L’émission Une heure sur terre reprend l’antenne le vendredi 25 janvier en présentant un documentaire du réalisateur israélien Ra’anan Alexandrowicz, intitulé La loi de l’Occupant, qui est d’une grande actualité, au moment où le pays est en élections et où, selon les sondages, la population s’apprête à reporter au pouvoir une coalition de partis de droite dominée par le premier ministre sortant Benyamin Nétanyahou.

La loi de l’Occupant, un film qui a reçu le prix du meilleur documentaire au Festival du film de Jérusalem, en 2011, ainsi que le Prix du jury au Festival de Sundance aux États-Unis, en 2012, est le résultat d’une recherche de plusieurs années s’appuyant sur des milliers de pages de documents officiels des services juridiques de l’armée israélienne. Le film constitue, pour la première fois peut-être dans l’histoire moderne d’Israël, une critique sévère et documentée du système de justice militaire qui a été imposé aux Palestiniens des territoires occupés.

Depuis la guerre des Six Jours de 1967 entre Israël et ses voisins arabes, la vie quotidienne des Palestiniens, dans les territoires qui ont été conquis par l’armée israélienne, est réglée par des centaines de lois édictées par celle-ci et sanctionnées par un système de justice différent de celui d’Israël, dont la juridiction est confiée à des tribunaux militaires.

La loi décrétée par l’armée israélienne ne s’applique plus aux habitants de Gaza depuis le retrait d’Israël de ce territoire très particulier. Mais, depuis 45 ans, les Palestiniens de Cisjordanie, eux, vivent sous le régime des lois militaires qui régissent presque tous les aspects de leur quotidien.

C’est ainsi que les tribunaux militaires, constitués par des juges et des procureurs nommés par l’armée israélienne, ont condamné à la prison des milliers de Palestiniens, et, comme nous le montre très habilement le documentaire, favorisé l’établissement d’un demi-million de colons juifs dans les territoires occupés de Cisjordanie.

Jusqu’à quel point une démocratie comme Israël peut-elle imposer une occupation militaire prolongée à un autre peuple sans renier ses valeurs fondamentales? C’est la question que pose le réalisateur du documentaire présenté à Une heure sur terre, le 25 janvier. Un sujet troublant, au moment où les Israéliens élisent un nouveau gouvernement.

Deux liens pour des informations sur le documentaire :

Sur le site de Praxis Films

Le site officiel du film