Billets classés sous ‘vine’

Tandis que la vedette de l’heure, Vine, avec ses vidéos de six secondes diffusées en boucle affirmait tout juste ses capacités artistiques et de réseautage, jeudi dernier, Instagram répondait en lançant la vidéo de 15 secondes avec filtres et possibilités d’édition à même l’application. En quelque 24 heures, 5 millions de vidéos étaient téléchargées sur le populaire réseau photo. Il faut se demander si, une fois l’application mise à jour par les 13 millions d’utilisateurs d’Instagram, ces derniers verront toujours la pertinence de créer des vidéos avec Vine…

Instagram l’incontournable

Instagram, lancée en octobre 2010, avec ses filtres et son réseau, était d’abord offerte uniquement sur mobile et dans l’AppStore. Ce qui a distingué cette application photo des autres, c’est que dès sa création, elle proposait aux utilisateurs de faire partie d’un réseau social mobile, où ils pouvaient ajouter des amis, suivre des comptes, commenter les photos d’autrui ou les « liker », tout cela à partir de leur appareil mobile. Avant même la mise en marché de sa version Android en avril 2012, le réseau était devenu l’incontournable pour suivre ses vedettes préférées et avait quasiment révolutionné l’art de la photo. La possibilité de créer une ambiance rétro ou de rehausser les couleurs pour faire d’une photo de chat, d’assiette bien remplie ou des nuages en fin de journée une œuvre qualifiée de #iphonography a enchanté les utilisateurs.

En janvier 2012, à peine un an après la création du réseau photo, lorsque Barack Obama a annoncé qu’il ajouterait à son artillerie sociale les clichés Instagram, les chroniqueurs et utilisateurs férus ont flairé que le réseau irait en croissant. Achetée par Facebook pour la somme astronomique de 1 milliard l’an dernier, comment la jeune entreprise intégrée au géant réagirait-elle dans le marché effervescent des médias sociaux? Certains critiques, comme le magazine Slate, ont crié au manque d’imagination, se demandant où va l’innovation quand Instagram se contente d’imiter la concurrence.

Les distinctions entre les deux services

Instagram propose maintenant, avec son nouveau service vidéo, des clips de 15 secondes, modifiables grâce à 13 filtres, et l’application permet aussi de faire un montage de base. Le service est offert aux 130 millions d’utilisateurs d’Instagram, et les vidéos seront publiées principalement sur Facebook. Vine permet de créer des vidéos de six secondes – plusieurs segments peuvent être cumulés : on touche l’écran pour filmer et cesser, jusqu’à atteindre six secondes – qui jouent en boucle et peuvent être enchâssées sur un site. Il y a 13 millions d’utilisateurs de Vine, et 500 millions de comptes Twitter.

Créé par Matt Millner

 

Quand Twitter et Facebook se font la guerre par application interposée

Il ne faut pas oublier que Vine fait partie des applications de Twitter et qu’Instagram appartient désormais à Facebook. Il y a là, assurément, une guerre d’affaires que les utilisateurs subissent, lorsque, par exemple, les applications d’un réseau ne peuvent plus être liées aisément à celles du réseau concurrent. Ainsi, on aura remarqué que dès qu’Instagram a été achetée par Facebook, elle est devenue moins compatible avec Twitter, ses photos n’apparaissant plus qu’en lien (voir l’article de Gizmodo). L’enjeu, vous vous en doutez probablement, est de captiver le plus grand nombre d’utilisateurs pour avoir accès non seulement aux renseignements ainsi partagés, mais aussi pour monétiser ces données pour des fins publicitaires.

Clip de Vine pour remercier ses utilisateurs

Pour le moment, malgré l’intérêt croissant de la population, et plus particulièrement des jeunes pour Twitter, Facebook a encore le haut du pavé avec son milliard d’utilisateurs et la popularité croissante d’Instagram qui ne semble pas s’essouffler.

Autres articles à ce propos :

Sur Les Inrocks : « Instagram : un succès instantané »

Sur le blogue d’Instagram : Introducing video to Instagram

L’histoire d’Instagram en quelques photos

Laurent LaSalleSaisissez vos souvenirs en vidéo grâce à Vine

par

 publié le 28 janvier 2013 à 15 h 16

La semaine dernière, tandis que mes collègues et moi débattions de la supériorité des applications natives par rapport aux applications web, un nouveau service de partage de vidéos voyait le jour. Vine était, depuis juin dernier, une jeune entreprise Internet new-yorkaise méconnue du public. Comme elle est devenue récemment la propriété de Twitter, le lancement de son application iOS homonyme est loin d’être passé inaperçu chez les fans du réseau social.

Une nouvelle façon de partager nos souvenirs

On pourrait décrire Vine comme une sorte d’Instagram en vidéo (ou Cinemagram). Enregistrez une courte série de séquences vidéo (6 secondes ou moins) et publiez le résultat sur Twitter, sur Facebook, ou simplement sur Vine. Outre l’absence de filtres (une caractéristique importante d’Instagram), l’application ressemble en tout point à Instagram : on vous invite d’abord à suivre les membres du service, de façon à peupler votre page d’accueil des plus récentes créations de ceux-ci.

Il est fort à parier que certains prendront goût à filmer leur environnement afin de créer des chefs-d’œuvre. Tout le contraire de cette piètre tentative de ma part :

L’application s’utilise de façon très intuitive. Une fois la fonction d’enregistrement enclenchée, maintenez votre doigt sur l’écran quelques secondes afin de déterminer la durée de la première séquence. Répétez au besoin, selon le nombre de séquences souhaité, jusqu’à ce que la barre de temps (affichée à l’en-tête du viseur) soit pleine. Finalement, nommez votre création et choisissez comment vous désirez la partager.

Moi qui ne me considère pas comme une personne photogénique, serais-je un meilleur sujet en vidéo? Qu’en est-il des personnes qui détestent se faire filmer, mais qui sont à l’aise à l’idée de se faire photographier? Vont-elles adhérer à l’idée que leurs proches enregistrent leurs faits et gestes, avec ou sans leur consentement?

Certains se souviendront de mon enthousiasme pour l’application Picle, une application de partage de photos qui s’apparente elle aussi à Instagram, qui avait comme particularité de permettre de juxtaposer un enregistrement sonore à une photo. Malheureusement pour elle, l’application n’a guère évolué depuis sa mise en marché. C’est d’ailleurs le risque que courent toutes applications dont la fonction primaire est de produire un type de contenu avec lequel l’utilisateur moyen n’est pas familiarisé.

Néanmoins, l’intérêt marqué de Twitter pour Vine lui laisse présager un avenir prometteur. Cela dit, ça ne garantit pas qu’une masse critique adoptera le nouveau service.