Billets classés sous ‘ps vita’

Le fabricant nippon a publié la semaine dernière une vidéo laissant croire à son intention de révéler les détails entourant sa prochaine console de jeu, la PlayStation 4. Comme vous le remarquez par vous-même, une aura de mystère entoure l’annonce en question, avec une date comme seul élément d’information, le 20 février prochain, soit 5 jours avant l’événement Destination PlayStation.

Il faut dire que la génération actuelle de consoles est la plus longue que l’industrie ait connue avant la mise en marché de consoles successeures. Microsoft qui a ouvert le bal en 2005 avec la mise en marché de la Xbox 360, suivie en 2006 de Nintendo et de Sony avec la Wii et la PlayStation 3. Ce qui donne une espérance de vie de 8 ans à cette génération, qui est pourtant loin d’être sous respirateur artificiel.

Que faut-il attendre de la PlayStation 4?

Selon le Wall Street Journal, Sony misera sur l’aspect social des jeux de sa console plutôt que de vanter ses caractéristiques techniques (la trousse de développement est propulsée par quatre processeurs bicœur AMD64 et 8 Go de mémoire vive). Bien que le fabricant ait songé à se débarrasser du lecteur optique, la taille des fichiers des jeux sera trop importante pour compter sur le téléchargement par Internet, compte tenu des connexions et des limites de la bande passante actuelles.

À mon avis, il va de soi que la prochaine console de Sony sera munie encore une fois d’un lecteur Blu-ray. Comme il est sorti victorieux de la guerre des supports contre le HD-DVD, la rumeur veut même que le format intègre également la future console de Microsoft. Par le fait même, la rétrocompatibilité avec la PS3 sera au rendez-vous.

Par contre, difficile de prédire ce qui distinguera la PlayStation 4 de ses concurrents. Tout le monde s’entend pour dire qu’un niveau de graphisme supérieur à la génération actuelle ne sera pas suffisant pour garantir une masse critique de ventes. À l’instar de Nintendo, le secret de cette nouvelle console résiderait dans sa manette. Au rendez-vous : écran ou pavé tactile, inspiré de la PS Vita, et/ ou fonctions rappelant la PS Move.

Avec les ventes désastreuses qu’a connues la PS Vita, il est impératif pour Sony de sortir de l’impasse avec un produit qui saura revitaliser la marque PlayStation. Dans un monde où les consommateurs se retrouvent de plus en plus souvent à l’extérieur de chez eux, l’industrie des téléphones et des tablettes mobiles devient également une menace pour les consoles de salon.

Concurrence : vétérans et nouveaux joueurs à l’horizon

À moins d’un revirement de situation extraordinaire d’ici la mi-février, tout porte à croire que Microsoft sortira sa prochaine console en dernier. IllumiRoom, un prototype dévoilé lors du dernier CES par la compagnie de Redmond, promet une expérience immersive hors du commun (voir la vidéo ci-dessous). Il s’agit essentiellement d’une Kinect projetant sur les murs de votre salon les images coupées par les limites de votre téléviseur. Si les concepteurs adoptent cette technologie, la prochaine Xbox pourrait s’avérer très prometteuse.

De son côté, Nintendo est déjà dans la course avec sa Wii U. Ses ventes sont raisonnables, étant donné qu’elle en est encore à ses balbutiements, les développeurs n’ayant pas eu la chance de pousser la console à son plein potentiel.

De nouveaux concurrents sont également à surveiller. D’abord la Ouya, une console ouverte, lancée par le biais de Kickstarter et dont le prix de vente est fixé autour de 100 $. Ensuite, la Piston (son nom de code), une console dévoilée par Valve au dernier CES. Avec des titres à succès dont les séries Half-Life et Left 4 Dead, sans oublier la populaire plateforme de distribution Steam, Valve est très bien positionnée pour être un joueur intéressant dans cette nouvelle génération de consoles.

Diffusion vidéo en direct

Sony a confirmé son intention de diffuser l’événement en vidéo sur le web. Surveillez la page de l’événement. Tout porte à croire que la prochaine console de Sony sera mise en marché avant la fin de l’année, juste à temps pour Noël.

Laurent LaSallePlayStation Vita : Sony et ses drôles de décisions

par

 publié le 29 février 2012 à 15 h 04

Il y a maintenant une semaine que Sony a lancé la PlayStation Vita, sa nouvelle console portable, sur le marché nord-américain (un lancement simultané avec l’Europe et l’Australie). On apprenait hier que l’entreprise était parvenue à vendre un total de 1,2 million d’unités mondialement, des ventes qui dépassent les attentes qu’elle s’était fixées.

Tout comme a dû le faire Nintendo avec la mise en marché de sa 3DS, Sony doit aujourd’hui considérer une nouvelle forme de concurrence : celle des téléphones intelligents et des tablettes tactiles. On remarque d’ailleurs l’influence de ces dernières dans les propriétés de la nouvelle console. À commencer par sa version 3G, une option qui ne sera disponible au Canada qu’en avril. Les consommateurs précoces doivent donc pour le moment se rabattre sur la version WiFi.

Qu’à cela ne tienne, la question demeure entière : peut-on justifier l’achat d’un nouvel appareil dédié presque exclusivement au jeu? Je tente de répondre à cette question après avoir passé quelques jours avec la PS Vita…

Appareil tactile recto verso

Ce qui frappe l’œil aussitôt l’appareil en main est son écran OLED de 5 pouces d’une résolution de 960 x 544 pixels. En réaction à la montée des appareils mobiles, la console comprend deux surfaces tactiles : d’abord son écran multitouche à l’avant, mais aussi un pavé tactile à l’arrière permettant une interaction avec les six doigts supportant l’appareil.

La plupart des jeux offerts sur la PS Vita font appel à ces nouvelles fonctionnalités. Par contre, je ne suis pas convaincu que le tactile ajoute vraiment à l’expérience de jeu. Uncharted : Golden Abyss nous propose de frotter notre doigt sur l’écran tel un charbon sur un parchemin ou de nettoyer ainsi divers items. Ceux-ci doivent être, lors du nettoyage, pivotés en glissant nos doigts sur le pavé tactile arrière. Le tout est très gimmick.

Heureusement, la majorité des jeux permettent des contrôles plus classiques par le biais des deux manches analogiques, une caractéristique qui distingue la PS Vita de son prédécesseur (la PSP n’avait qu’un seul manche analogique).

Jeux en copies physiques ou en téléchargement

Malheureusement pour les propriétaires de PSP, la PS Vita se débarrasse complètement de son lecteur optique. Des programmes existent en Europe et en Asie pour convertir les jeux UMD (format que Sony promouvait à l’époque), mais ce service n’est pas offert en Amérique. Ridicule!

Les jeux de PS Vita sont offerts en deux formats : en copie physique et en téléchargement. Évidemment, choisir la seconde option nécessite de l’espace de stockage. Puisque la console est démunie de mémoire interne, on doit l’alimenter de cartes mémoires propriétaires plutôt dispendieuses (environ 20 $ pour 4 Go et jusqu’à 100 $ pour 32 Go). Traditionnellement, Sony évite à tout prix les formats standards, et la PS Vita ne fait pas exception. Vous voulez utiliser les cartes micro SD qui traînent chez vous? Meilleure chance la prochaine fois…

Non seulement les jeux téléchargés nécessitent de l’espace de stockage (idem pour vos sauvegardes), mais la différence de prix entre la version physique et la version téléchargée est minime : à peine 5 $. Rien pour motiver les joueurs à changer leurs habitudes.

Qualité de la construction et du design

Malgré quelques lacunes en ce qui concerne le design (des haut-parleurs en dessous de nos pouces, vraiment?), la console est très bien conçue. Beaucoup ont critiqué l’autonomie de sa pile, mais je n’ai pas souffert de ce genre de problème à l’utilisation.

Je suis beaucoup plus agacé par l’interface de son système d’exploitation, fortement inspiré d’iOS avec ses icônes et ses pages. Je ne comprends pas pourquoi Sony a laissé tomber XMB, l’interface utilisée sur PSP et PlayStation 3, qui aurait été charmante en version tactile.

Peut-être aurons-nous la chance de voir une refonte éventuelle de l’interface, un peu comme Microsoft a fait récemment avec sa Xbox 360.

On achète ou pas?

Si vous êtes un joueur sérieux, mordu de jeux de console de salon, la PlayStation Vita est très prometteuse. Par contre, si vous êtes plutôt du type joueur occasionnel, ou que vous êtes amplement satisfait des jeux offerts sur iOS ou Android (sans compter leurs prix modiques), vous aurez de la difficulté à vous convaincre de faire un bon achat.