Billets classés sous ‘ouya’

Le fabricant nippon a publié la semaine dernière une vidéo laissant croire à son intention de révéler les détails entourant sa prochaine console de jeu, la PlayStation 4. Comme vous le remarquez par vous-même, une aura de mystère entoure l’annonce en question, avec une date comme seul élément d’information, le 20 février prochain, soit 5 jours avant l’événement Destination PlayStation.

Il faut dire que la génération actuelle de consoles est la plus longue que l’industrie ait connue avant la mise en marché de consoles successeures. Microsoft qui a ouvert le bal en 2005 avec la mise en marché de la Xbox 360, suivie en 2006 de Nintendo et de Sony avec la Wii et la PlayStation 3. Ce qui donne une espérance de vie de 8 ans à cette génération, qui est pourtant loin d’être sous respirateur artificiel.

Que faut-il attendre de la PlayStation 4?

Selon le Wall Street Journal, Sony misera sur l’aspect social des jeux de sa console plutôt que de vanter ses caractéristiques techniques (la trousse de développement est propulsée par quatre processeurs bicœur AMD64 et 8 Go de mémoire vive). Bien que le fabricant ait songé à se débarrasser du lecteur optique, la taille des fichiers des jeux sera trop importante pour compter sur le téléchargement par Internet, compte tenu des connexions et des limites de la bande passante actuelles.

À mon avis, il va de soi que la prochaine console de Sony sera munie encore une fois d’un lecteur Blu-ray. Comme il est sorti victorieux de la guerre des supports contre le HD-DVD, la rumeur veut même que le format intègre également la future console de Microsoft. Par le fait même, la rétrocompatibilité avec la PS3 sera au rendez-vous.

Par contre, difficile de prédire ce qui distinguera la PlayStation 4 de ses concurrents. Tout le monde s’entend pour dire qu’un niveau de graphisme supérieur à la génération actuelle ne sera pas suffisant pour garantir une masse critique de ventes. À l’instar de Nintendo, le secret de cette nouvelle console résiderait dans sa manette. Au rendez-vous : écran ou pavé tactile, inspiré de la PS Vita, et/ ou fonctions rappelant la PS Move.

Avec les ventes désastreuses qu’a connues la PS Vita, il est impératif pour Sony de sortir de l’impasse avec un produit qui saura revitaliser la marque PlayStation. Dans un monde où les consommateurs se retrouvent de plus en plus souvent à l’extérieur de chez eux, l’industrie des téléphones et des tablettes mobiles devient également une menace pour les consoles de salon.

Concurrence : vétérans et nouveaux joueurs à l’horizon

À moins d’un revirement de situation extraordinaire d’ici la mi-février, tout porte à croire que Microsoft sortira sa prochaine console en dernier. IllumiRoom, un prototype dévoilé lors du dernier CES par la compagnie de Redmond, promet une expérience immersive hors du commun (voir la vidéo ci-dessous). Il s’agit essentiellement d’une Kinect projetant sur les murs de votre salon les images coupées par les limites de votre téléviseur. Si les concepteurs adoptent cette technologie, la prochaine Xbox pourrait s’avérer très prometteuse.

De son côté, Nintendo est déjà dans la course avec sa Wii U. Ses ventes sont raisonnables, étant donné qu’elle en est encore à ses balbutiements, les développeurs n’ayant pas eu la chance de pousser la console à son plein potentiel.

De nouveaux concurrents sont également à surveiller. D’abord la Ouya, une console ouverte, lancée par le biais de Kickstarter et dont le prix de vente est fixé autour de 100 $. Ensuite, la Piston (son nom de code), une console dévoilée par Valve au dernier CES. Avec des titres à succès dont les séries Half-Life et Left 4 Dead, sans oublier la populaire plateforme de distribution Steam, Valve est très bien positionnée pour être un joueur intéressant dans cette nouvelle génération de consoles.

Diffusion vidéo en direct

Sony a confirmé son intention de diffuser l’événement en vidéo sur le web. Surveillez la page de l’événement. Tout porte à croire que la prochaine console de Sony sera mise en marché avant la fin de l’année, juste à temps pour Noël.

Laurent LaSalleOuya, une console de jeux vidéo nouveau genre

par

 publié le 12 juillet 2012 à 15 h 10

Bonjour, je m’appelle Laurent et je suis collectionneur de consoles de jeux.

Je les ai presque toutes : Atari 2600, Intelevision, NES, Famicom, MasterSystem, SNES, Super Famicom, Genesis, Nintendo 64, Saturn, PlayStation, GameCube, Dreamcast, PlayStation 2, Wii, PlayStation 3 et Xbox 360.

Bien que leurs puissances diffèrent grandement, ces consoles partagent toutes la même caractéristique de base : ce sont des plateformes propriétaires, fermées. Quiconque veut développer pour l’une d’entre elles doit investir une somme considérable afin de se procurer la trousse de développement nécessaire auprès du fabricant de consoles.

Cette barrière à l’entrée (incluant de multiples frais) permet un certain contrôle de qualité. Elle assure au fabricant que seuls les développeurs « sérieux » seront en mesure de contribuer à sa collection de jeux. Elle permet également au développeur de bénéficier d’un marché « protégé » empêchant le piratage de ses jeux.

Avec la popularité de nouvelles plateformes mobiles, où il est possible de développer des jeux comparables à ceux des consoles de salon sans investissement initial monstre, plusieurs rêvent de voir une telle offre prendre d’assaut une industrie bien établie.

Serait-on sur le point de voir ce rêve se réaliser?

Here comes a new challenger

S’inscrivant dans une tendance de plus en plus forte de voir des projets liés à des jeux vidéo envahir Kickstarter, une équipe de concepteurs et d’ingénieurs américains ont soumis une proposition hors de l’ordinaire : la mise en marché d’une nouvelle console de salon, ouverte et peu dispendieuse.

Ouya sera une console basée sur la plateforme Android, un système d’exploitation fiable et avec lequel des milliers de développeurs sont familiers. Comme si ce n’était pas suffisant, on invite même les bidouilleurs à s’approprier la console : il sera possible d’installer sa propre version d’Android sans annuler sa garantie. Une pratique pourtant détestée des fabricants actuels de consoles.

En terme de caractéristiques techniques, voici ce qu’on propose :

  • Un processeur quadricœur Tegra 3 de Nvidia
  • 1 Go de mémoire vive
  • 8 Go d’espace de stockage interne (flash)
  • Un port HDMI (résolution maximale de 1080p)
  • Connexion WiFi 802.11 b/g/n
  • Connexion Bluetooth LE 4.0
  • Un port USB 2.0
  • Une manette sans fil avec deux manches analogiques, une croix directionnelle, huit boutons et un pavé tactile
  • Android 4.0

Ces caractéristiques peuvent sembler faibles lorsqu’on regarde ce que la compétition sera en mesure d’offrir, mais le prix sera tout autre également. L’Ouya sera offerte pour la modique somme de 99 $.

Un marché est assez grand pour 4 joueurs?

Lorsque Microsoft a annoncé en 2001 qu’elle se lançait dans le marché du jeu vidéo, les spécialistes étaient sceptiques quant à ses chances de réussir à se tailler une place sur le marché. Sega venait à peine de terminer la production de la Dreamcast, considérée par plusieurs comme l’une de ses meilleures consoles jamais produites. Essentiellement, le départ de Sega est venu confirmer ce que certains affirmaient depuis longtemps : le marché des consoles de salon ne peut être lucratif pour 3 fabricants.

Aujourd’hui, Microsoft, Nintendo et Sony parviennent tous les trois à tirer leur épingle du jeu. Est-ce dire que le marché est assez grand pour accueillir une quatrième console? Avec près de 4 millions de dollars accumulés en moins de 3 jours (alors que l’équipe avait fixé son objectif à 950 000 $), c’est dire qu’il existe un réel engouement chez les joueurs de voir un nouveau genre de console sur le marché.

Avec ce projet, on a au moins l’audace d’essayer quelque chose de complètement différent, une grave lacune que l’on retrouve chez la majorité des fabricants ayant tenté de pénétrer l’industrie sans succès.

Avec un peu de chance, l’Ouya viendra peut-être influencer la concurrence sur ses relations avec les développeurs.