Billets classés sous ‘nintendo’

splat

Splatoon, le jeu de tir pour Wii U, est unique en son genre : on n’y incarne pas un soldat, mais une sorte de calmar adolescent, nos armes tirent de l’encre plutôt que des balles et le but est non pas de tuer les autres, mais de peinturer le plus possible la surface de jeu. Un jeu étrange, mais amusant, qui a beaucoup changé depuis son lancement il y a maintenant un mois.

Malgré son côté coloré et son air bon enfant, Splatoon est à la base un jeu de tir à la troisième personne. Notre personnage peut prendre deux formes différentes : celle d’un adolescent normal et celle d’un calmar, un mode qui permet de voyager plus vite dans la peinture et de remplir son réservoir d’encre.

Ce n’est toutefois qu’en adolescent qu’il est possible d’affronter les autres avec nos armes. En gros, deux stratégies de base sont possibles : attaquer ses adversaires directement ou peinturer le plus possible le sol et les murs.

Les nombreuses armes que l’on retrouve dans Splatoon (et Nintendo en ajoute constamment depuis le lancement du jeu) permettent généralement d’être performant avec l’une de ces deux stratégies. On peut entre autres utiliser un fusil permettant un tir concentré pour cibler ses adversaires de loin ou un rouleau géant pour peinturer rapidement le sol.

Pour choisir la stratégie à adopter, les meilleurs joueurs devront toujours tenir à l’œil leur Gamepad, qui affiche la surface de jeu (tachée d’encre). Ils pourront ainsi déterminer les endroits auxquels s’attarder pour gagner la partie.

Un jeu de tir pour tous
splato

La grande force de Splatoon est probablement son universalité. À moins d’être un joueur endurci, il est assez difficile de tirer son épingle du jeu dans les jeux de tir modernes, comme Call of Duty.

Splatoon, lui, est beaucoup plus facile. Oui, les débutants vont encore se faire éclabousser souvent par les joueurs plus expérimentés et, oui, on débute avec des armes moins puissantes, mais il est au moins possible de consacrer son énergie à peinturer le sol pendant qu’on développe des habiletés.

On reste alors un peu en retrait, mais on demeure un joueur des plus importants pour notre équipe, car ultimement, le but du jeu n’est pas de tirer sur les autres, mais de peinturer le plus possible.

Différents modes offerts
splatoon-tower-control

Splatoon est avant tout un jeu multijoueur en ligne, dans lequel on s’affronte à quatre joueurs contre quatre.

Le mode principal se nomme Guerre de territoire. Il s’agit d’un mode simple; il faut peinturer la surface de jeu et l’équipe qui en a recouvert la plus grande partie à la fin l’emporte.

On cumule de l’expérience et de l’argent si notre équipe a gagné et selon ce qu’on a peinturé, ce qui permet de monter de niveau et d’aller dans des boutiques pour acheter des vêtements, des souliers, des armes et d’autres objets du genre pour améliorer les capacités de son personnage.

Guerre de territoire est le seul mode accessible pendant les 10 premiers niveaux. Après plusieurs (beaucoup trop longues) heures de jeu, vous aurez accès au match pro, qui regroupent Défense de zone et Expédition risquée, deux modes beaucoup plus intenses, dont l’action est concentrée à un seul endroit à la fois.

Notons finalement que Splatoon offre aussi le mode Dojo, plus ou moins réussi, pour les parties locales à deux joueurs, et un mode solo, lui aussi plutôt intense, même s’il est assez court.

Quelques faiblesses
splatoon-rank

Malheureusement, Splatoon a également d’importantes faiblesses.

Tout le système pour gérer les parties en ligne est complètement raté. Il est difficile de jouer avec ses amis, les équipes changent constamment et elles sont souvent mal balancées.

Splatoon gère aussi curieusement les différents modes pro offerts. Il n’est en effet pas possible de choisir si l’on souhaite jouer à Défense de zone ou à Expédition risquée. Les deux sont plutôt offerts à tour de rôle, selon une rotation aux quatre heures. Notons que cette rotation est la même que pour les cartes, puisque deux cartes seulement sont offertes à chaque période de quatre heures. En match pro, une longue séance de jeu peut donc devenir rapidement redondante.

Autre problème, il est impossible de changer son équipement sans quitter complètement le mode en ligne, ce qui est inacceptable. On aimerait pouvoir changer d’arme pendant le jeu ou au moins entre les parties (pour prendre sa revanche contre certains joueurs, par exemple).

Certains regretteront aussi l’impossibilité de communiquer avec les autres joueurs, un manque qui me dérange toutefois moins.

Lancement précipité, mises à jour réussies
armes

Pourquoi avoir attendu cinq semaines avant de publier ce test?

Nintendo a lancé Splatoon alors que le jeu était encore incomplet, promettant au passage de nombreuses mises à jour tout au long de l’été.

Bonne nouvelle, Nintendo a tenu sa promesse, en lançant par exemple un nouveau mode pro (Expédition risquée), des cartes supplémentaires et de nouvelles armes. Nintendo a aussi ajusté le jeu en tant que tel pour qu’il soit mieux balancé.

Finalement, Splatoon est un jeu bien plus complet et réussi qu’il ne l’était, et il représente un bien meilleur achat qu’à son lancement.

De plus, considérant que d’autres améliorations sont attendues, cela augure quand même plutôt bien pour cette nouvelle franchise.

Maxime JohnsonNintendo mise sur les téléphones intelligents

par

 publié le 17 mars 2015 à 12 h 36

mario

Après avoir refusé maintes fois de publier ses jeux sur les plateformes mobiles, Nintendo cède finalement aux pressions des médias et de ses investisseurs en annonçant l’arrivée de ses célèbres personnages sur les tablettes et les téléphones intelligents. Un mal nécessaire, qui pourrait être payant pour la compagnie, mais aussi lui faire très mal à long terme.

Pas de simples ports
Nintendo s’est associé au développeur japonais DeNA pour son annonce. Les deux compagnies créeront des jeux originaux entièrement conçus pour les plateformes mobiles, qui profiteront des fonctionnalités de ces appareils, comme leurs écrans tactiles.

Bref, Nintendo ne compte pas créer de ports de ses jeux existants, comme Super Mario Bros pour téléphone ou Mario Kart 64 pour tablette, mais bien des titres exclusifs, qui pourront toutefois réutiliser les personnages de la compagnie.

Ces jeux pourraient être payants ou gratuits avec des achats intégrés. Sur ce dernier point, notons que Nintendo compte surtout essayer de nouveaux modèles d’affaires, et non les modèles plus classiques de jeux semi-payants utilisés généralement par DeNA pour ses jeux mobiles.

Une console à venir
Afin de rassurer ses amateurs, Nintendo a aussi confirmé, dans une conférence de presse, l’arrivée éventuelle d’une nouvelle console, la Nintendo NX. Celle-ci devant être dévoilée pour la première fois l’année prochaine, il faudra donc attendre encore quelques années avant de pouvoir en profiter.

Notons que la compagnie prévoit aussi lancer à l’automne un service multiplateforme par abonnement, dont on ignore toujours les détails, mais qui devrait fonctionner sur Mac, PC, les plateformes mobiles et les consoles Nintendo.

Un mal nécessaire?
3ds

Outre quelques expériences récentes, le PDG de Nintendo Satoru Iwata a souvent refusé de lancer des versions mobiles de ses jeux vidéo. Un passage vers les téléphones intelligents pourrait en effet cannibaliser les ventes de consoles portatives de Nintendo, selon lui, mais aussi de ses jeux 3DS, qui se vendent jusqu’à 39 $ dans les boutiques, soit beaucoup plus qu’un jeu mobile.

Pour ce dernier, la présence des personnages comme Mario ou Link sur les plateformes mobiles pourrait aussi diminuer leur valeur à long terme.

Ces risques sont évidemment toujours présents, mais Nintendo espère que, en jouant bien ses cartes, elle pourra plutôt tirer profit des plateformes mobiles. Avec les ventes de jeux elles-mêmes, mais aussi en attirant ensuite les joueurs vers l’univers de Nintendo, vers ses consoles spécialisées et ses véritables jeux.

Les dangers sont nombreux avec une telle stratégie. Ce n’est pas pour rien que Nintendo était si froid à l’idée de s’ouvrir aux téléphones intelligents. Mais, considérant l’omniprésence des plateformes mobiles dans le monde, est-ce que Nintendo avait vraiment encore le choix?

Maxime JohnsonMise à l’essai de la New Nintendo 3DS

par

 publié le 9 février 2015 à 12 h 00

new 3ds

Nintendo lance cette semaine au Canada une nouvelle mouture de sa console portative de jeux vidéo, renommée pour l’occasion New Nintendo 3DS. Il s’agit d’une mise à jour relativement mineure qui devrait notamment permettre aux utilisateurs de jouer avec leurs figurines Amiibo.

Quelques améliorations
bouton

La nouvelle console portative de Nintendo, uniquement offerte dans sa variante extralarge au Canada, ressemble énormément au modèle précédent. Le design est le même, les deux écrans sont de même taille (4,18 pouces pour l’écran tactile inférieur et 4,88 pouces pour l’écran autostéréoscopique supérieur), le système d’exploitation est le même, etc. Comme c’est généralement le cas avec Nintendo, tous les jeux 3DS sont aussi compatibles avec la New Nintendo 3DS.

La nouvelle console est toutefois un peu plus mince et offre désormais un bouton sur le côté droit, le levier C, semblable aux souris des anciens ordinateurs portatifs d’IBM.

Ceux qui espéraient un levier analogique identique à celui de gauche pour jouer à des jeux 3D comme avec une console ordinaire seront toutefois déçus, car le petit bouton n’est pas des plus précis ni des plus faciles à contrôler, surtout à la longue, où il devient même inconfortable.

Mais celui-ci devrait au moins pouvoir donner un peu plus de latitude aux développeurs de jeux et s’avère quand même utile avec certains titres.

La New Nintendo 3DS propose aussi d’autres nouveautés. L’écran 3D de la console est par exemple plus stable qu’auparavant, grâce au suivi du visage par la caméra intégrée. Cette 3D stable permet notamment de bouger un peu plus la tête ou la console qu’auparavant, sans perdre l’effet de trois dimensions. Si vous n’aimez pas la 3D, ceci ne devrait toutefois pas être suffisant pour vous convaincre de changer votre fusil d’épaule.

Le processeur de la console est désormais aussi un peu plus puissant qu’avant, c’est-à-dire suffisamment pour raccourcir les temps d’attente dans l’interface et au lancement des logiciels, mais pas assez pour faire une grande différence pendant le jeu. Du moins, pas dans ceux testés jusqu’ici. Certains titres pourront profiter de cette puissance accrue, comme Xenoblade Chronicles, qui sera exclusif à la New 3DS pour cette raison.

Il sera aussi intéressant de voir si beaucoup de jeux seront exclusifs à la New 3DS. Si c’est le cas, plusieurs propriétaires de 3DS XL envisageront peut-être de mettre leur console à jour.

Pour les Amiibo avant tout
amiibo

La plus grande nouveauté de la New Nintendo 3DS, surtout pour Nintendo, est l’ajout de la compatibilité NFC, qui permet d’utiliser les figurines Amiibo avec la console portative.

Les Amiibo sont ces petites figurines des personnages de l’univers Nintendo qui prennent virtuellement vie dans un jeu, que ce soit avec la New 3DS ou avec la Wii.

Le concept, qui s’inspire des figurines Skylanders d’Activision, est tout nouveau pour Nintendo, mais semble déjà rapporter gros pour l’entreprise nippone, qui en aurait vendu environ 2,6 millions depuis leur lancement à l’automne.

Compte tenu des espoirs que Nintendo a envers ses Amiibo, on peut comprendre pourquoi la compagnie n’a pas hésité à mettre à jour sa console la plus populaire afin qu’elle puisse en profiter.

Plus cher et sans chargeur
La New Nintendo 3DS XL sera vendue au Canada à compter du vendredi 13 février au prix de 229 $, soit 30 $ de plus que l’ancienne Nintendo 3DS XL (ce qui pourrait être expliqué par le taux de change).

Malheureusement, la nouvelle console est offerte sans chargeur – une décision discutable (pour rester poli) qui devrait permettre à l’entreprise de vendre ses chargeurs à l’unité.

En revanche, le chargeur nécessaire est le même que celui des anciennes consoles DS et 3DS. Les acheteurs qui remplaceront un appareil existant n’auront donc pas besoin de s’en procurer un nouveau, sauf s’ils veulent revendre leur ancienne console ou la donner à un autre membre de leur famille, ce qui annule l’argument écologique qui aurait pu justifier cette décision du fabricant.

On comprend que Nintendo s’accroche à la rentabilité avec laquelle la compagnie vient tout juste de renouer et qu’elle puisse certainement bénéficier de son immense capital de sympathie pour se permettre quelques décisions du genre. On espère toutefois que cela n’est pas trop indicateur de ce qui s’en vient pour elle.

Petite mise à jour, mais réussie
La New Nintendo 3DS n’est pas exactement une console de nouvelle génération, mais ses quelques nouveautés devraient être appréciées des joueurs, peu importe que l’on soit amateur ou non des Amiibo.

Comme toujours, la plus grande force de la console portative de Nintendo ne réside pas dans ses caractéristiques (ses écrans semblent d’ailleurs de plus en plus dépassés), mais plutôt dans ses jeux. En effet, plusieurs centaines de titres compatibles sont offerts, dont de nombreux classiques qui ne cessent d’être renouvelés.

Ceux qui s’équiperont de la nouvelle console devraient d’ailleurs en profiter pour mettre la main sur le nouveau The Legend of Zelda : Majora’s Mask 3D, une mise à jour d’un jeu Nintendo 64 qui a particulièrement bien vieilli et qui sortira également vendredi prochain.

Maxime JohnsonEssai de Super Smash Bros pour Wii U : un chaos amusant

par

 publié le 24 novembre 2014 à 16 h 33

smash bros 540

Nintendo a lancé la semaine dernière Super Smash Bros pour Wii U, un jeu de combat amusant et complètement déjanté qui permet à jusqu’à huit personnes de s’affronter avec des personnages tirés des plus grands succès de l’univers Nintendo. Présentation du jeu le plus chaotique sur le marché en ce moment.

Super Smash Bros pour Wii U est le cinquième volet de cette franchise de Nintendo qui permet à jusqu’à huit joueurs de s’affronter dans des arènes. Un jeu de combat gentil, où 49 personnages aussi variés que Pac-Man, Mario-Bros, Rondoudou de Pokémon et la princesse Zelda se partagent la vedette.

Le jeu est lancé quelques semaines seulement après Super Smash Bros pour 3DS, une version quasi identique pour la console portative de Nintendo, avec quelques modes seulement qui sont différents.

À huit autour de la télé
smash 8

La plus grande nouveauté de Super Smash Bros pour Wii U est sans aucun doute l’ajout d’un nouveau mode à huit joueurs. Si l’action était déjà difficile à suivre à quatre, cela s’avère pratiquement impossible à huit, dans un jeu où les personnages sont assez petits sur l’écran et où l’action est particulièrement rapide.

Peu importe, le jeu est drôle, et la dynamique à huit joueurs est certainement amusante, malgré le chaos. Oui, il y a constamment des gens qui se demandent « Mais qu’est-ce qui se passe? », mais les rires prennent quand même le dessus.

Attention par contre, jouer à huit requiert beaucoup d’équipement. Vous aurez besoin d’un Gamepad et de la combinaison que vous souhaitez de manettes Wii, de consoles 3DS équipées de Super Smash Bros pour 3DS, de contrôleurs Wii U Pro et de contrôleurs GameCube (à condition de posséder un adaptateur).

Notons que le jeu propose aussi quelques autres nouveautés, par exemple une quinzaine de nouveaux personnages et la possibilité de les personnaliser (leur apparence, mais aussi leurs caractéristiques), ainsi que plusieurs différents modes, comme le nouveau Odyssée Smash, une sorte de jeu de table intégrant des combats Super Smash Bros, et des commandes spéciales.

La force de Super Smash Bros demeure bien sûr le jeu en groupe, à la maison, mais les différents modes du jeu devraient toutefois permettre à ceux qui le souhaitent de passer de nombreuses heures devant leur console afin de déverrouiller tout le contenu offert.

Compatible avec les Amiibo
smash amiibo

L’arrivée de Super Smash Bros pour Wii U coïncide avec le lancement des Amiibo, la réponse de Nintendo aux figurines Skylanders d’Activision.

Les Amiibo sont de jolies figurines à l’effigie des personnages de Nintendo qui peuvent être posées sur le Gamepad pour les faire prendre vie dans le jeu.

Les Amiibo fonctionnent de différentes façons selon le jeu utilisé, mais dans Super Smash Bros, elles permettent de jouer avec un nouveau personnage contrôlé par la console que l’on personnalise et qui développe ensuite lui-même ses habiletés.

Contrairement aux figurines de Skylanders ou de Disney Infinity, le joueur ne prend pas le contrôle de son Amiibo, mais joue plutôt à ses côtés, ou contre elle, selon le mode choisi. Et puisque les progrès de son Amiibo sont enregistrés sur la figurine directement, il est possible de l’utiliser chez ses amis également.

Dix-huit figurines Amiibo sont offertes pour le moment, pour 13,99 $. Celles-ci pourraient amuser les enfants collectionneurs dans l’âme (et leurs parents), mais on ne peut pas dire qu’elles améliorent particulièrement l’expérience de Super Smash Bros. Avoir une figurine avec sa propre identité virtuelle pourrait toutefois plaire à certains.

Un autre bon coup
Les propriétaires de Wii U aimeraient sans doute profiter d’un catalogue de jeux plus varié, mais au moins, les titres de Nintendo sont à la hauteur. Après Mario Kart plus tôt cette année et Super Mario 3D World l’année dernière, Super Smash Bros pour Wii U représente en effet un autre bon coup pour la compagnie japonaise. Il sera certainement apprécié par ceux qui le recevront à Noël.

Maxime JohnsonMes coups de coeur au E3 2014

par

 publié le 12 juin 2014 à 12 h 18

Le salon du jeu vidéo Electronic Entertainment Expo (E3) bat son plein cette semaine à Los Angeles. Présentation de cinq jeux vidéo à surveiller au cours des prochains mois et des prochaines années.

Tom Clancy’s Rainbow Six Siege
rainbow-six-siege

Ubisoft Montréal a probablement livré l’une des présentations les plus réussies au E3 2014. Son Rainbow Six Siege a littéralement époustouflé les journalistes présents à la conférence de presse de la compagnie, notamment à cause de l’ingéniosité de son mode multijoueur.

Rainbow Six Siege offre un jeu asymétrique, où une équipe devait dans la démonstration défendre ses positions dans une maison (en barricadant des fenêtres pour se protéger des tireurs d’élite qui pourraient être postés à l’extérieur, en installant des barbelés, etc.), et l’autre équipe devait la déloger, en plus de sauver un otage.

Les façons d’aborder les conflits s’annoncent variées (installer des bombes pour faire un trou dans un mur ou un plafond, arriver par le toit, par le garage, etc.), et le fait que les matchs sont composés de plusieurs petites parties devrait permettre à une équipe d’étudier ses adversaires et de s’adapter à leur style de jeu.

Pour l’instant, Rainbow Six Siege semble vraiment offrir un amalgame intéressant des modes compétitifs et coopératifs. Espérons maintenant que les vraies parties – avec des joueurs qui ne sont pas toujours aussi minutieux que dans une présentation et qui n’utilisent pas forcément leur microphone – seront aussi réussies que ce qui a été présenté au E3 cette année.

Rainbow Six Siege devrait être lancé l’année prochaine, pour PC et les consoles de nouvelle génération.

1886 : The Order
theorder rc

Lorsque j’étais adolescent, mon ami Xavier s’était fâché contre un jeu Mac auquel on jouait régulièrement. « Pourquoi est-ce que le jeu est si laid comparé aux animations? Ce serait bien si on pouvait jouer exactement comme le jeu est présenté dans l’intro et sur les photos derrière la boîte », avait-il lancé. Une vingtaine d’années plus tard, son souhait semble s’être réalisé avec 1886 : The Order.

Cette exclusivité PlayStation 4 qui devrait arriver sur les tablettes en février prochain nous permet d’incarner les membres d’un ordre voué à protéger le monde de monstres dans une sorte d’univers « steampunk » parallèle.

Si l’histoire et les mécaniques de jeu semblent correctes, sans plus, 1886 : The Order est toutefois une petite merveille visuelle. Les animations et les séquences de jeu se confondent complètement, et rarement un jeu aura été aussi époustouflant.

1886 : The Order est l’un des jeux qui jouit d’une excellente réputation au E3 2014.

Mario Maker
mario maker

Nintendo a présenté cette année un jeu qui pourrait faire parler beaucoup de lui en 2015, Mario Maker.

Ce jeu Wii U permettra de créer ses propres niveaux du populaire jeu de plateformes. Ceux-ci s’afficheront avec l’esthétique de Super Mario Bros (NES) ou de New Super Mario Bros U (Wii U).

Le mécanisme pour créer des jeux est on ne peut plus simple. Avec le stylet, on indique où l’on souhaite installer un tuyau, une plante piranha, une tortue, des briques, des sous, et le tour est joué.

Certains outils permettent aussi de peaufiner son travail, en jouant tout d’abord à son niveau et en analysant ensuite par où exactement Mario est passé, ce qui permet, par exemple, d’ajuster la hauteur des plateformes, la distance entre deux tuyaux, etc.

Mario Maker devrait intéresser les amateurs de jeux créatifs comme Minecraft, mais aussi ceux qui aiment les jeux de plateformes en général, et Mario Bros en particulier.

Et les autres
Quelques autres jeux m’ont séduit au E3 2014.

Toujours dans l’univers Nintendo, Splatoon est, par exemple, un jeu de tir complètement disjoncté, où les joueurs doivent s’attaquer et peindre une arène avec des balles de peintures. Le jeu est vivant, rapide, non violent et devrait plaire autant aux enfants qu’aux adultes.

Far Cry 4 est un autre titre qui a fait bonne impression à l’E3. Le jeu d’Ubisoft Montréal mêle habilement les modes solos et multijoueurs, et le nouveau vilain semble être à la hauteur des autres personnages forts que la série a pondus au cours des dernières années.

J’ai finalement bien aimé Evolve, un jeu de chasse où quatre joueurs en affrontent un cinquième, qui contrôle un monstre géant. Le jeu asymétrique, avec deux modes complètement différents selon notre rôle, la créature ou les héros, est réussi, mais manquait toutefois de balance à ce moment. Heureusement, les créateurs du jeu, à qui l’on doit aussi Left 4 Dead, ont encore pas mal de temps pour peaufiner leur création.