Billets classés sous ‘Nintendo 3DS’

Comme le mentionnait dernièrement Laurent LaSalle dans son billet Tablettes et consoles portables : iOS et Android menacent Nintendo, la compagnie japonaise tente de se démarquer en offrant un produit différent. Mais est-ce que la 3D de sa console portable attire assez de consommateurs? Un mois après son lancement, les chiffres de ventes de la Nintendo 3DS ont été dévoilés. Les objectifs de la compagnie n’ont pas été atteints. Quelle en est la cause? Les joueurs, les caractéristiques de la console, un manque d’intérêt pour la 3D ou le nombre insuffisant de jeux attrayants?

Selon les chiffres du groupe NPD (une firme qui comptabilise les ventes de jeux et consoles), comme rapporté par PCmag, la 3DS a vendu presque 400 000 exemplaires aux États-Unis depuis son lancement le 27 mars. C’est 100 000 unités de moins que les ventes de la DS (sortie en 2004). Toutefois, puisque le lancement de cette dernière avait eu lieu au mois de novembre, la console avait profité des ventes de la période des fêtes. Mais comme la 3DS se vend 100 $ de plus (249,99 $ au Canada), le revenu provenant des ventes du premier mois est pour sa part supérieur.

Dans le monde, selon International Business Times,  Nintendo a vendu 3,61 millions de consoles depuis sa sortie. La compagnie japonaise avait prévu des ventes de plus de 4 millions d’unités. Le chef exécutif de Nintendo, Satoru Iwata, a expliqué aux investisseurs que les consommateurs ne comprenaient pas encore les capacités de la console.

La 3D n’est pas un gage de ventes

À la lumière de ces chiffres, Deloitte considère que la révolution du jeu en 3D n’est pas encore arrivée, et je suis d’accord.  J’avais écrit, peu avant le E3 l’an dernier : « Certains analystes pensent que les nouveaux périphériques de contrôle à reconnaissance de mouvements de Microsoft et de Sony arrivent trop tard et que l’engouement sera autour de tout ce qui est 3D en relief. Personnellement, j’ai quand même l’impression que Natal  (note : le nom est devenu Kinect) attirera la majorité de l’attention. » C’est finalement ce qui est arrivé.  Kinect a eu un tel succès à sa sortie (8 millions d’unités en deux mois),  que son lancement est considéré comme le plus populaire de l’histoire des produits électroniques.

À mon avis, l’intérêt de la Nintendo 3DS n’est pas son effet 3D sans lunettes. Celui-ci est impressionnant les premières minutes, mais on s’en lasse rapidement. Il faut se tenir à un angle précis et assez près de l’écran pour bien le ressentir. Dans certains jeux, il donne plutôt l’impression de voir double. Et comme seul un des deux écrans propose un effet 3D, le passage fréquent d’un écran à l’autre peut devenir inconfortable pour certains. Heureusement, la 3D n’est pas essentielle pour la majorité des jeux proposés, alors on peut décider de la désactiver (ou de baisser son intensité) pour jouer. Les photos sont bien sympathiques, mais comme la qualité n’est que de 0,3  mégapixels et qu’on ne peut pas les partager (elles perdraient leur effet 3D), je ne pense pas que ça devienne la caractéristique la plus attirante pour l’achat de la console.

Une DS plus puissante

Mais la 3DS est plus puissante que ses consoeurs avec des capacités graphiques supérieures. Imitant les téléphones intelligents,  la console est dotée d’un accéléromètre et d’un gyroscope permettant la détection des déplacements, des changements d’angle et d’orientation. Son pad circulaire offre une commande analogique plus précise que la croix directionnelle (aussi présente). Les fonctions StreetPass et SpotPass lui donnent un caractère social avec une possibilité d’échanger du contenu. Sa rétrocompatibilité permet d’y jouer (en 2D évidemment) avec les jeux conçus pour les versions antérieures (DS et DSi).

Le plus décevant est l’autonomie de la batterie (environ trois heures). Même en désactivant la 3D, elle doit être rechargée au bout de quatre heures. L’autonomie de la DSi est quant à elle de plus de huit heures…

Ceux qui ont envie d’une console portable Nintendo ne seront pa déçus par la 3DS. Mais ceux qui possèdent déjà une DS ou DSi peuvent attendre. D’abord, une nouvelle version améliorera peut-être l’autonomie de la batterie (on l’espère). Mais surtout, le choix de jeux disponibles ne vaut pas l’investissement pour l’instant. Les titres disponibles depuis son lancement sont, pour la plupart, des versions adaptées pour la 3DS, et aucun ne constitue une raison de remplacer sa console. J’ai bien aimé les petits jeux de réalité augmentée inclus qui démontrent bien ses possibilités, mais après un maximum de 10 minutes, on a fait le tour des jeux.

Nintendo développe habituellement d’excellents jeux pour ses consoles, et la venue des titres attendus tels que Kid Icarus : Uprising, Mario 3D et The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D risquent de faire augmenter les ventes. Espérons pour Nintendo (et Satoru Iwata) que ces jeux démontrent toutes les capacités de la 3DS afin que les consommateurs les comprennent.

On en saura plus sur les jeux 3DS lors du salon du jeu vidéo en juin prochain. C’est aussi à ce moment qu’on connaîtra les détails de la console qui va succéder à la Wii (connue pour le moment sous les noms de Projet Café et Stream). J’ai bien hâte de voir ce que Nintendo nous réserve.