Billets classés sous ‘iphone’

Apple iPad Pro

Deux nouveaux iPhone, une importante mise à jour de l’Apple TV, un iPad grand format qui peut être transformé en ordinateur portatif, de nouvelles montres : c’est une conférence de presse marathon qu’a tenue Apple mercredi. Voici mes premières impressions sur les appareils dévoilés lors de l’événement.

iPhone 6S : 3D Touch surprend

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tel que prévu, Apple a dévoilé mercredi deux nouveaux téléphones, les iPhone 6S et 6S Plus. Fidèle à son habitude, Apple propose cette année des appareils offrant un design similaire à ceux des années précédentes, mais avec des composantes améliorées et quelques nouvelles fonctionnalités.

La plus grande nouvelle est sans aucun doute l’arrivée de 3D Touch, une technologie qui permet d’appuyer fortement sur son écran pour activer des fonctionnalités, comme un sous-menu, ou encore pour suivre un lien sans quitter son application principale.

Après quelques minutes d’utilisation, 3D Touch semble particulièrement prometteur, surtout pour les utilisateurs avancés qui recherchent des façons d’être plus efficaces sur leur appareil mobile. Les autres fabricants devraient en prendre bonne note.

Parmi les autres nouveautés des iPhone 6S et 6S Plus, ceux-ci sont plus rapides qu’auparavant, grâce au processeur A9, le lecteur d’empreintes digitales TouchID est deux fois plus rapide et leurs appareils photo ont été améliorés, avec l’appareil arrière qui passe à 12 mégapixels et l’appareil frontal qui passe à 5 mégapixels.

Malheureusement, l’iPhone 6S débute toujours avec une capacité de 16 Go, même avec ses photos plus grandes et la prise de vidéos 4K de sa caméra, ce qui est certainement une déception.

Les iPhone 6S et 6S Plus seront lancés au Canada le 25 septembre prochain, pour 899 $ et plus sans entente.

iPad Pro : la création avant la consommation

iPad Pro

L’iPad sera désormais offert dans une troisième taille, plus grande, à 12,9 pouces. L’iPad Pro est tout simplement énorme, avec son écran exactement deux fois plus grand que celui de l’iPad Air et son format à peine plus petit que le MacBook Air.

Alors que l’iPad est souvent considéré comme un appareil conçu pour consommer de l’information, l’iPad Pro est pour sa part beaucoup plus axé sur la création de contenu.

Si on inclut l’arrivée du multitâche d’iOS 9, permettant de travailler sur deux applications à la fois, et le lancement du clavier Smart Keyboard d’Apple, l’iPad Pro a d’ailleurs indéniablement des allures d’ordinateur portatif.

Si son clavier, qui utilise la même technologie que celui que l’on retrouve dans le MacBook, est étonnamment efficace pour sa minceur, il faudra attendre un essai plus poussé pour savoir si la tablette pourra réellement remplacer un ordinateur.

L’appareil pourra aussi être accompagné d’un nouveau stylet actif, l’Apple Pencil, pour permettre d’écrire ou dessiner avec précision sur l’écran. Un premier essai s’est avéré convaincant, avec une bonne précision et une technologie de reconnaissance de la paume efficace, pour écrire avec sa main collée sur l’écran.

L’iPad Pro sera lancé en novembre, pour environ 300 $ de plus que l’iPad Air 2 (le prix canadien exact n’a toujours pas été annoncé).

Apple TV : une fluidité qui plaît

Apple TV

Après quelques années tranquilles dans le salon, Apple a finalement dévoilé sa nouvelle console Apple TV.

Si l’appareil n’inclut aucun service télé IP d’Apple (la compagnie tenterait de lancer un service du genre depuis plusieurs années maintenant), celui-ci offre toutefois de nouvelles composantes plus puissantes et un nouveau système d’exploitation qui permettront d’y installer des applications tierces pour la première fois.

La nouvelle puissance de l’Apple TV est particulièrement agréable lorsque l’on navigue dans l’interface à l’aide de la télécommande Bluetooth qui est désormais livrée avec la console. L’interface est fluide et agréable à contrôler avec le pavé tactile de la télécommande, au point où il sera difficile de retourner en arrière.

Apple a présenté quelques-unes des applications qui seront lancées avec la console. Outre les traditionnelles applications vidéo comme Netflix et HBO, les jeux devraient occuper une place importante.

Plusieurs jeux mobiles seront adaptés pour l’Apple TV, mais aussi des jeux pour consoles de jeux vidéo, comme Guitar Hero. Détail intéressant, il sera possible d’entamer une partie sur l’Apple TV pour la poursuivre sur un appareil mobile comme l’iPad et l’iPhone. Malheureusement, les appareils d’Apple ne supportent toutefois qu’un seul compte Apple ID à la fois, ce qui pourrait rendre cette fonctionnalité plus problématique avec les familles.

Parmi les autres nouveautés de l’Apple TV, notons l’assistant personnel Siri, qui devrait simplifier les recherches.

L’Apple TV sera lancée au Canada vers la fin d’octobre, pour 149 $ US avec une capacité de 32 Go ou 199 $ US avec une capacité de 64 Go. Le prix en dollars canadiens n’a toujours pas été dévoilé.

Maxime JohnsonAdobe Premiere Clip : montage vidéo sur iOS

par

 publié le 7 octobre 2014 à 15 h 28

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après Première Pro pour les monteurs professionnels et Premiere Elements pour les monteurs amateurs sur Mac et PC, Adobe a lancé hier un nouvel outil pour créer des vidéos avec un appareil mobile : Adobe Premiere Clip. Une application grand public assez intéressante, dont l’intérêt est toutefois grandement diminué par l’obligation de tout synchroniser en ligne.

Une version améliorée d’iMovie
Adobe Premiere Clip ressemble beaucoup à l’application mobile iMovie, d’Apple. On peut y ajuster le début et la fin de chacune des scènes de son film, modifier l’ordre des scènes, ajouter des effets, et la musique, etc.

L’application offre aussi une foule d’effets que l’on peut appliquer sur l’ensemble de la vidéo ou sur chacune de ses composantes, pour, par exemple ajuster l’éclairage, s’assurer que le volume est constant du début à la fin du film, ralentir un passage, etc.

Le tout fonctionne bien, et les utilisateurs novices pourront en saisir les bases en quelques minutes seulement.

Bonne compatibilité avec Premiere Pro
pp

Pour les utilisateurs plus avancés, c’est surtout une autre fonctionnalité qui permet de distinguer Premiere Clip de l’application iMovie d’Apple : la possibilité d’exporter son document de travail vers un ordinateur.

Une fois ses scènes ajustées et agencées, il est ainsi possible de continuer son travail sur son ordinateur, directement dans le logiciel Adobe Premiere Pro. On peut alors peaufiner son œuvre, mais aussi y ajouter des filtres et des effets plus poussés, par exemple.

En théorie, il est donc possible de commencer le repérage de ses images tournées pendant la journée et même de monter une ébauche sur la route, avant de terminer le travail d’une façon plus minutieuse sur son ordinateur une fois à la maison.

Un défaut majeur
sync

Malheureusement, l’application possède un défaut majeur, qui pourrait en rebuter plus d’un.

Poursuivant son but d’encourager ses utilisateurs à adopter ses différents services en ligne, Adobe a conçu son application de sorte qu’elle doive obligatoirement sauvegarder en ligne tous les fichiers vidéo utilisés dans la création d’un film, si on souhaite l’exporter.

Il est possible d’utiliser les vidéos de son iPhone et de monter un film sans aucune connexion Internet, mais celle-ci est obligatoire si on souhaite exporter son œuvre, que ce soit en ligne ou même localement sur son téléphone.

On devra donc exporter non seulement son fichier final, mais aussi les fichiers complets de chacune des scènes tournées. Pour ceux qui filment plus que nécessaire, même un film court de 30 secondes peut donc demander de téléverser plusieurs centaines de mégaoctets vers les serveurs d’Adobe.

Voilà qui est embêtant, surtout lorsque l’on utilise un réseau mobile, mais aussi à la maison, puisque les vitesses de téléversement sont souvent moins bonnes que les vitesses de téléchargement.

Une application gratuite, sur iOS seulement
Adobe Premiere Clip est une application mobile avec quand même beaucoup de potentiel, tant pour les novices que pour les monteurs plus avancés, qui apprécieront la possibilité de terminer leur travail sur Adobe Premiere Pro.

Pour l’instant, l’obligation de tout téléverser vers les serveurs d’Adobe rend malheureusement l’application parfois inutile. Espérons qu’Adobe réalisera rapidement que de téléverser plusieurs fichiers vidéo n’est pas aussi simple que de téléverser des photos, et que l’entreprise corrigera la situation rapidement.

Ceux qui veulent quand même essayer Adobe Premier Clip sur un iPad ou un iPhone peuvent télécharger l’application gratuitement sur l’App Store.

Notons qu’Adobe a aussi dévoilé hier plusieurs autres nouvelles applications mobiles reliées à sa suite Creative Cloud, comme Photoshop Sketch et Illustrator Line.

Maxime JohnsoniOS 8 : cinq nouveautés qui se démarquent

par

 publié le 19 septembre 2014 à 11 h 10

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Apple lance aujourd’hui ses iPhone 6 et iPhone 6 Plus, offerts avec le nouveau système d’exploitation mobile iOS 8. Après la refonte visuelle majeure d’iOS 7 l’année dernière, la compagnie offre plutôt cette année une longue liste de nouveautés, parfois petites, parfois très attendues, tant pour les utilisateurs que pour les développeurs.

Apple présente iOS 8 comme étant sa plus importante mise à jour depuis le dévoilement de l’App Store, et c’est probablement vrai. Le système en lui-même offre une panoplie de nouveautés, comme l’application Santé pour rassembler ses données médicales, un nouveau langage de programmation, l’ajout de gadgets dans le centre de notifications et la possibilité de partager ses applications et sa musique avec les membres de sa famille.

La plupart des applications existantes d’Apple ont aussi été améliorées. Messages permet maintenant de gérer ses conversations et d’envoyer des fichiers audio (un ajout qui devrait particulièrement plaire en Asie, où les langues se prêtent moins bien aux claviers des téléphones intelligents), Photos permet de mieux classer ses images et de les retoucher, etc. Voici une liste complète des nouveautés d’iOS 8.

J’ai eu l’occasion d’essayer ces nouvelles fonctionnalités depuis un certain temps maintenant. Du lot, voici les cinq que j’ai le plus appréciées et utilisées dans la vie de tous les jours.

Appareil photo

ios2

La nouveauté d’iOS 8 la plus simple mais que j’ai le plus appréciée est probablement l’appareil photo, qui permet mieux qu’auparavant de réussir ses clichés.

En glissant son doigt de haut en bas sur l’écran, il est ainsi possible d’ajuster la luminosité de la photo, et l’appareil offre maintenant un mode HDR automatique plus pratique qu’auparavant.

Autre nouveauté, l’appareil permet maintenant de créer des vidéos en accéléré. L’outil n’est peut-être pas le plus complet sur le marché, mais le résultat est quand même convaincant, et surtout, facile d’utilisation.

Clavier

tigidou

Une autre nouveauté attendue d’iOS 8 est l’arrivée du Clavier QuickType, qui offre la prédiction de mots. Dès que vous écrivez quelque chose, Apple vous propose trois mots différents afin de le terminer sans devoir taper toutes les lettres, et le clavier suggère ensuite quel sera le prochain mot.

Le résultat est ici aussi assez impressionnant, surtout qu’Apple semble utiliser les messages que vous avez déjà écrits pour ajuster ses prédictions.

Depuis mercredi, il est aussi possible d’installer des claviers tiers avec iOS 8. Pour installer un clavier, il suffit de le télécharger dans l’App Store, et ensuite de l’ajouter à son clavier principal comme s’il s’agissait d’une nouvelle langue. À essayer : SwiftKey, un autre clavier prédictif qui permet également de glisser son doigt d’une lettre à l’autre et de combiner jusqu’à trois langues en même temps.

Des applications qui interagissent entre elles

ios3

Une nouveauté peut-être moins évidente, mais qui devrait particulièrement plaire aux utilisateurs avancés, est la possibilité pour développeurs de permettre aux applications d’interagir entre elles.

L’une des utilités les plus évidentes est avec le navigateur Safari, qui permet désormais d’exporter des informations dans une application tierce directement, mais aussi d’importer des informations, ce qui permet de l’utiliser avec certains gestionnaires de mots de passe, comme 1Password et LastPass.

Au moment d’entrer un mot de passe, vous pourrez non seulement le faire avec vos données enregistrées dans votre gestionnaire préféré, mais aussi utiliser le lecteur d’empreintes digitales TouchID pour déverrouiller l’application.

Utilisation de la batterie

pile

iOS 8 permet finalement de mesurer la consommation de sa pile par ses différentes applications au cours des 24 dernières heures ou des 7 derniers jours.

Votre autonomie semble plus courte qu’à l’habitude? Cet outil (accessible par le menu Utilisation dans les paramètres généraux du téléphone) devrait permettre de trouver rapidement le coupable.

iOS et OS X, main dans la main

continuity

Les différentes fonctions regroupées sous l’appellation Continuité intègrent finalement mieux iOS X et iOS, pour ceux qui possèdent à la fois une tablette ou un iPhone et un ordinateur Mac.

La liste des possibilités est assez longue. On peut, par exemple, recevoir un appel sur son Mac, et même commencer un travail sur un appareil et le poursuivre sur un autre, à condition d’utiliser la même application dans les deux cas.

Par exemple, une page web ouverte dans Safari sur son iPhone s’affiche automatiquement lorsque l’on passe sur son Mac, un courriel commencé sur son Mac peut être poursuivi sur son iPhone, un plan cherché sur un appareil s’affiche dans l’autre, etc.

Honnêtement, je n’ai pas souvent utilisé ces fonctionnalités, puisque je n’utilise pas toujours les mêmes applications et que je ne suis pas toujours sur celles d’Apple. J’utilise par exemple souvent Mail sur mon iPhone, mais moins sur un Mac, et je passe constamment de Safari à Chrome, tant sur OS X que sur iOS.

Une intégration m’a toutefois semblé pratique : la possibilité d’envoyer et de recevoir des messages texte – et non seulement des iMessages – sur son Mac. Mon téléphone n’est jamais bien loin, mais il est plus pratique d’écrire avec un véritable clavier que sur le petit écran de son iPhone.

Notons également que le service iCloud Drive, une sorte de concurrent à Dropbox, n’est pas une fonction de Continuité en tant que telle, mais qu’il s’agit quand même d’une bonne intégration entre iOS et OS X, puisque le partage de documents entre ses appareils se fait alors de lui-même.

Rien ne sert de courir…

Comme plusieurs le remarqueront sûrement, la plupart de ces nouveautés – à l’exception de quelques-unes, comme Continuité – ne sont pas uniques sur le marché. Le système Android permet aussi, par exemple, d’utiliser des claviers tiers, d’installer des applications qui interagissent entre elles et de consulter l’utilisation de sa pile.

Pour les utilisateurs iOS, il s’agit tout de même de nouveautés qui seront certainement appréciées, et qui ont été intégrées finement à iOS.

iOS 8 est offert avec les nouveaux iPhone 6 et iPhone 6 Plus, mais aussi comme mise à jour gratuite pour les propriétaires d’un iPhone 4S et des autres modèles plus récents, d’un iPad 2 et des autres tablettes plus récentes et d’un iPod touch de cinquième génération.

samsung-galaxy-s4-vs-apple-iphone-5Ironie ou coup de bluff entre compétiteurs? Toujours est-il qu’Eric Schmidt, le président du conseil d’administration de Google, a publié sur Google+ un guide pour passer de iPhone à Android. Le document de près de 900 mots vante les mérites des derniers appareils de Samsung et de Motorola et dit à quel point ce sont d’excellents cadeaux de Noël pour les utilisateurs d’iPhone.

Comment passer d’Apple à Android

Si vous songez à faire cette transition, ce guide est effectivement très détaillé. Toutes les étapes, de la mise à jour à la synchronisation des documents et des contacts, en passant par le transfert de la carte SIM s’y trouvent. Schmidt conclut par deux post-scriptum, affirmant qu’il faut privilégier Chrome à Safari, qui est « plus sécuritaire et meilleur pour de nombreuses raisons » et qu’il est souhaitable d’utiliser l’authentification en deux étapes pour protéger l’appareil.

Samsung toujours première en matière d’unités vendues

Les dernières statistiques de ventes de mobiles par Gartner donnent raison à Google d’être arrogant. Parmi les quelque 455 millions d’appareils mobiles qui ont été vendus au troisième trimestre de l’année dans le monde, une immense proportion, soit 82 %, seraient de type Android. Le leader des ventes demeure Samsung, qui aurait vendu environ 117 millions d’appareils, un chiffre qui, selon Techcrunch, vient appuyer la thèse selon laquelle la compagnie sud-coréenne plafonne en ce qui a trait aux ventes. Nokia arrive bonne deuxième avec environ 63 millions de ventes et Apple se retrouve en troisième position avec environ 30 millions d’unités vendues. Une des raisons derrière cette hausse serait les ventes en Chine continentale : 41 % des appareils Android y auraient trouvé preneur, comparativement à 34 % l’année dernière.

Un retard qui aura coûté cher à Apple

La sortie tardive des iPhone 5c et 5s en Q3 expliquerait pourquoi Apple n’aurait pas atteint son plein potentiel. Bien qu’il ait vendu 6 millions d’appareils supplémentaires, il a baissé de 2 % au niveau de la part de marché pour se rendre à 12 %. Pire encore, ce serait la première fois, selon l’analyste Katy Huberty de la firme Morgan Stanley, que les ventes des tablettes Android dépasseraient celles d’Apple.

Dans ce contexte, le guide d’Eric Schmidt ne laisse planer aucun doute quant aux intentions de Google face à Apple : que les utilisateurs de téléphones intelligents adoptent Android, la boutique Google play et la philosophie Google.

Apple réagira très certainement à ces chiffres, et la récente sortie des nouveaux modèles d’iPhone et d’iPad (Air et Mini Retina) pourrait changer la donne sur le plan des ventes. Il est à prévoir qu’il n’y aura pas de trêve entre les deux marques pendant l’intense période d’achats qui s’amorce.

Maxime JohnsonMise à l’essai de l’iPhone 5S

par

 publié le 30 septembre 2013 à 12 h 47

Apple a lancé récemment son téléphone intelligent de nouvelle génération, l’iPhone 5S, un appareil qui offre un design similaire à l’iPhone 5, mais avec de nouvelles caractéristiques internes et quelques fonctions uniques, comme un lecteur d’empreintes digitales. Mise à l’essai.  

Design

Comme c’est le cas depuis l’arrivée de l’iPhone 3GS en 2009, l’iPhone 5S est ce que l’on pourrait qualifier de mise à jour intermédiaire pour Apple, où le téléphone conserve un design similaire à son prédécesseur, mais avec des caractéristiques supérieures et de nouvelles fonctionnalités.

L’iPhone 5S ne fait pas exception à la règle, mais son design diffère quand même légèrement de l’iPhone 5. L’appareil offre notamment de nouvelles couleurs – l’accent gris du modèle noir est plus pâle et il existe un nouveau modèle doré - et ses côtés ont une finition plus métallique qu’auparavant.

Même si son design date de l’année dernière, celui-ci est très loin d’être dépassé, et il demeure à mon avis parmi les plus beaux téléphones intelligents sur le marché, avec le téléphone Android HTC One.

Ce qu’il y a de nouveau, ce qu’il y a de semblable

Côté caractéristiques internes, l’iPhone 5S offre toujours le même écran Retina de 4 pouces, il est toujours vendu avec une capacité de 16, 32 et 64 Go et il n’est toujours pas compatible avec la technologie sans fil NFC.

Son autonomie est encore l’une des meilleures sur le marché pour un téléphone intelligent (vous n’aurez aucun problème à traverser une journée normale), et son appareil photo est l’un des plus fiables sur le marché.

L’appareil offre toutefois quelques nouveautés importantes par rapport à l’iPhone 5 (et à l’iPhone 5C). Les voici.

TouchID

Je recevrai probablement quelques pierres de lecteurs anti-Apple pour oser affirmer ceci, mais la fonction TouchID est une amélioration majeure apportée au téléphone d’Apple, ce qui lui donne un avantage certain par rapport à tous les autres téléphones sur le marché.

TouchID est un lecteur d’empreintes digitales situé sur le bouton Home du téléphone. Au lieu d’entrer son mot de passe pour ouvrir le téléphone comme à l’habitude, il suffit de poser son doigt une ou deux secondes sur le bouton pour déverrouiller l’appareil.

En tout, on peut sauvegarder jusqu’à cinq empreintes : les vôtres ou encore ceux des autres membres de votre famille.

TouchID fonctionne bien, et un faux négatif, où l’empreinte de l’utilisateur n’est pas reconnue, est assez rare. J’ai demandé à plusieurs amis d’essayer d’ouvrir le téléphone avec leur doigt, et je n’ai rencontré aucun faux positif jusqu’ici.

TouchID est une nouveauté importante pour Apple, car avec celle-ci, la proportion d’utilisateurs d’iPhone qui ne protègent pas leur téléphone devrait diminuer considérablement. Étant donné les dangers reliés au vol d’identité, c’est donc une amélioration non négligeable.

Est-ce un mode de protection parfait? Non. D’ailleurs, un club de pirates allemands a déjà publié une vidéo montrant qu’il est possible de déjouer le système, en imprimant une photo en très haute résolution d’un doigt et en la collant sur son pouce.

Mais cela ne change rien : les voleurs ne pourront pas accéder à vos données, et un téléphone perdu sera protégé des regards indiscrets.

Système sur puce A7
L’iPhone 5S est équipé du nouveau système sur puce A7, un processeur à double cœur qui utilise une architecture 64 bits, une première pour un téléphone intelligent.

L’iPhone 5S devrait être deux fois plus rapide que l’iPhone 5, selon Apple. Les tests de performances offerts sur le marché permettent de confirmer cette augmentation, mais dans la vie de tous les jours, celle-ci est plus ou moins apparente. Après tout, l’iPhone 5 est encore fluide, et ses applications démarrent rapidement. La différence avec un iPhone 4S, elle, est toutefois plus facile à observer.

Dans tous les cas, le nouveau système à puce devrait permettre à l’iPhone 5S d’être un téléphone encore très puissant dans deux ans, lorsque votre contrat arrivera à échéance, et même plus tard.

Appareil photo amélioré

L’appareil photo de l’iPhone a aussi été amélioré. Son objectif laisse désormais passer plus de lumière grâce à son ouverture F2.2, et son capteur, qui est toujours de 8 mégapixels, est maintenant plus gros. Ces deux nouveautés améliorent tout particulièrement les performances de l’appareil lorsque l’éclairage laisse à désirer. Comme on peut le voir avec la comparaison ci-haut (trois photos prises dans les mêmes conditions avec un iPhone 5, un iPhone 5S et un Nokia Lumia 1020, affichées en taille réelle), l’appareil est toutefois derrière le Nokia Lumia 1020 avec un faible éclairage.

Celui-ci offre aussi maintenant deux ampoules DEL pour le flash. La seconde ampoule est d’une couleur ambrée, ce qui permet à l’iPhone d’ajuster la couleur du flash en fonction de l’éclairage ambiant. L’ajout est intéressant, mais son utilité devrait toutefois être plutôt limitée.

Apple a finalement ajouté deux fonctions logicielles à son appareil photo, la possibilité de prendre des images en rafale, et celle de filmer des vidéos au ralenti (une fonction quand même plutôt efficace).

Processeur secondaire M7
L’iPhone 5S est doté d’un nouveau « coprocesseur », qui consomme peu d’énergie et qui permet de surveiller les différents capteurs de l’appareil.

Apple n’est pas la première compagnie à utiliser cette stratégie. Motorola le fait aussi avec son Moto X, mais si Motorola l’utilise surtout pour faciliter l’ouverture de son téléphone, Apple s’en sert plutôt pour améliorer les applications pour l’entraînement, ce qui permet par exemple d’utiliser son iPhone en tout temps comme podomètre.

Il faudra attendre qu’il y ait plus d’applications compatibles avec le coprocesseur M7 sur le marché pour s’en faire une idée, mais celui-ci semble pour l’instant être un assez bon ajout pour ceux qui s’entraînent.

iOS 7

L’iPhone 5S est propulsé par iOS 7, le nouveau système d’exploitation mobile d’Apple.

Le système iOS 7 offre plusieurs nouveautés, tout particulièrement une interface complètement repensée, sans aucun skeuomorphisme (pensez au tapis de casino dans le GameCenter, ou aux faux post-it pour prendre ses notes).

Il offre aussi un nouveau centre de commandes, accessible en glissant son doigt à partir du bas de l’écran et qui permet de sélectionner certains paramètres ou d’ouvrir des applications courantes. Son centre de notifications a aussi été grandement amélioré (surtout visuellement) et le système offre une nouvelle gestion du multitâche, plus près de ce que l’on voit sur les autres plateformes mobiles.

Derrière ses quelques nouveautés et son interface renouvelée, le système d’exploitation est toutefois foncièrement le même qu’auparavant, avec les mêmes forces et les mêmes faiblesses. On apprécie par exemple énormément l’App Store, auquel il ne manque jamais aucune application, ses applications intégrées réussies, son système AirPlay et sa reconnaissance vocale Siri. On regrette toutefois notamment le suivi de consommation de données déficient et le logiciel iTunes, qui est passé de grande force à faiblesse pour Apple en quelques années seulement.

Conclusion

L’iPhone 5S est une bonne mise à jour, probablement la meilleure mise à jour intermédiaire d’Apple jusqu’ici.

Si Apple a perdu l’exclusivité des bons téléphones intelligents depuis quelques années maintenant, son iPhone 5S demeure quand même parmi les meilleurs sur le marché : son design est réussi, et il n’a aucune véritable faiblesse, mis à part peut-être la taille de son écran, qui commence à être petite, surtout lorsque l’on est habitué aux plus gros appareils Android, et son prix élevé de 229 $ avec une entente de deux ans.

À 100 $ de plus seulement que l’iPhone 5C – qui est sensiblement un iPhone 5 dans un nouvel emballage coloré -, vous devriez le choisir sans hésiter contre son petit frère. Vous aurez ainsi un téléphone de meilleure qualité, qui aura en plus une plus grande valeur de revente à la fin de votre entente.