Billets classés sous ‘ipad’

her story

Oubliez les fusils, le pitonnage rapide sur une manette et les réflexes digitaux : le nouveau Her Story est un jeu vidéo d’une rare intelligence, où l’on doit fouiller les archives vidéo d’un poste de police pour résoudre une histoire de meurtre. Un nouveau porte-étendard pour le jeu vidéo d’auteur, qui fait honneur à un média trop souvent dominé par la violence et le manque d’originalité.

Her Story est avant tout une histoire, imaginée par Sam Barlow, le créateur de Silent Hill : Shattered Memories. C’est l’histoire d’une femme interrogée en 1994 par la police concernant le meurtre de son mari. Une histoire riche et interprétée avec brio par l’actrice Viva Seifert, qui serait intéressante en elle-même si elle avait été livrée d’une façon traditionnelle.

Her Story n’a toutefois rien de traditionnel. Assis devant un vieil écran d’ordinateur, le joueur doit fouiller dans les archives vidéo de la police afin de reconstituer sept entrevues enregistrées en 1994. La recherche textuelle se fait non pas par mots-clés ou selon les questions des détectives (qu’on n’entend jamais), mais dans la transcription de ce qui est dit par la principale suspecte.

Chaque recherche sort au maximum 5 vidéos (de 10 secondes à 1 minute 30 environ), que l’on peut écouter, classer en y ajoutant des mots-clés (pour faciliter ses recherches par la suite) et conserver pour les réécouter plus facilement si on le souhaite.

Pour obtenir l’histoire complète, il faut donc trouver des indices dans les réponses du personnage, imaginer ce que les détectives auraient posé comme question par la suite et imaginer quels mots auraient pu être utilisés par la femme dans sa réponse. Un procédé simple à comprendre, mais pas toujours évident à appliquer.

Une histoire non linéaire
her story ecran

Puisque personne ne cherche les mêmes mots (et encore moins dans le même ordre), l’histoire de Her Story est livrée d’une façon un peu aléatoire; le joueur ne capte donc que des bribes ici et là.

L’ensemble est difficile à suivre, surtout au début. On se creuse les méninges pour tenter de créer un tout cohérent, jusqu’à ce que, petit à petit, l’histoire devienne de plus en plus sensée. Sensée, mais quand même complexe, ce qui ajoute certainement à l’intérêt de la chose. Est-ce qu’une incohérence est due au fait qu’il nous manque un bout de l’histoire, ou parce que la personne ment? Pourquoi est-ce qu’elle raconte la même histoire deux fois, mais avec de petites variations?

Et qui, finalement, a vraiment tué Simon Smith?

Un jeu qui continue de vivre après qu’il est terminé
chitchat

Her Story n’est pas très long, puisqu’il peut être terminé en plus ou moins trois heures seulement.

Mais alors que l’on passe normalement rapidement à autre chose après avoir terminé un jeu vidéo, Her Story reste dans la tête.

Sans rien dévoiler de l’histoire, disons seulement que celle-ci est assez intéressante pour faire réfléchir et donner envie de raconter son expérience. De nombreux forums de discussion affichent d’ailleurs de longues conversations où les joueurs se font part de leur interprétation de l’histoire, et ce, autant en ce qui concerne ses petits détails que ses concepts plus généraux.

En fait, après avoir terminé Her Story, on se sent un peu comme après avoir terminé un bon livre ou un bon film. On ne peut pas simplement passer à autre chose. On doit se poser quelques instants, réfléchir et discuter de tout ce que l’on vient d’observer.

On peut en dire autant de très peu de jeux.

Il faut s’attendre à ce que Her Story se retrouve dans plusieurs palmarès des meilleurs jeux de 2015, et que son effet se fasse sentir dans l’industrie pour encore quelques années. Le titre ouvre d’ailleurs la porte à tout un monde de jeux procéduraux de qualité. C’est du moins ce qu’on espère.

Her Story est vendu 5,79 $ sur l’iPhone et l’iPad, ou 6,49 $ sur Mac et PC. Le jeu est malheureusement offert en anglais seulement, et demande une certaine maîtrise de la langue de Shakespeare.

Maxime JohnsonLes meilleurs jeux pour tablettes en 2014

par

 publié le 23 décembre 2014 à 13 h 02

Si 2014 a été une année avec plusieurs déceptions dans l’univers des jeux vidéo pour consoles, ceux qui aiment jouer sur une tablette ont été plutôt choyés, avec plusieurs excellents titres compatibles autant sur l’iPad que sur les appareils Android. Voici, sans aucun ordre précis, cinq jeux en français à essayer pendant les Fêtes.

Monument Valley (Android, iOS)
monument valley

Un jeu de « casse-tête architectural » qui se démarque par son graphisme exceptionnel, inspiré par le style de l’artiste néerlandais M. C. Escher. On y déplace le personnage Ida d’un bout à l’autre des superbes tableaux en bougeant différentes pièces d’un édifice impossible, où des illusions d’optique cachent généralement la clé du problème. Un peu court, mais vaut tout de même largement son prix, 3,99 $ (avec achats intégrés).

The Banner Saga (Android, iOS)
banner saga

Un jeu de rôle stratégique qui permet d’incarner 25 personnages différents dans un univers fantastique inspiré de la mythologie scandinave. Contrairement à ce qu’on trouve dans la plupart des jeux, les décisions du joueur et ses combats ont ici un réel impact sur la suite de l’aventure. Les dessins en 2D et l’excellente trame sonore ont aussi aidé le jeu à se démarquer cette année. The Banner Saga est relativement cher pour un jeu mobile, à 9,99 $, mais il faut compter une bonne dizaine d’heures pour le terminer.

Hearthstone : Heroes of Warcraft (Android, iOS)
hearthstone

Jeu de cartes à collectionner un peu moins accessible que les autres titres au sommet du palmarès de 2014, Heartstone s’inspire du jeu Magic : The Gathering, mais cette version numérique uniquement est plus facile, et les parties sont plus rapides. Le jeu est gratuit avec des achats intégrés, mais il est facile de s’amuser pendant des mois sans y dépenser un seul sou. Ceux qui passeront outre leurs préjugés seront grandement récompensés.

Threes (Android, iOS)
threes

Rassemblez les chiffres identiques afin de les combiner et de créer de l’espace pour les nouvelles tuiles qui s’ajoutent sur la grille à tous les coups. Un excellent puzzle mathématique, avec une ambiance sonore amusante, un bon niveau de difficulté, une longue durée de vie et un prix d’achat de 2,99 $ sans aucun achat intégré par la suite. L’un des meilleurs jeux de 2014, qui a malheureusement été victime d’une injustice puisque des dizaines de clones de celui-ci sont apparus quelques semaines seulement après son lancement. Notons que Threes n’est pas offert en français, mais qu’il n’est pas nécessaire de connaître l’anglais pour y jouer.

Hitman Go (Android, iOS)
hitman go

Une belle surprise cette année : un jeu de tir à la première personne a été transformé avec brio en un jeu de table où l’on doit bouger intelligemment des pièces pour atteindre sa cible sans se faire attraper par les gardes de sécurité. On aime particulièrement le design du jeu, qui donne l’impression que chaque tableau est une véritable maquette. On y joue et rejoue. Vendu 4,99 $ avec des achats intégrés, qui ne sont toutefois pas nécessaires pour compléter le jeu.

Et un peu plus…
La liste présentée ici est évidemment loin d’être complète. Ceux qui maîtrisent l’anglais devraient aussi essayer l’excellent jeu 80 Days, basé sur Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne. Sur iOS seulement, le jeu de réflexion narrative Framed vaut aussi le détour.

Apple a dévoilé aujourd’hui deux nouvelles tablettes iPad : l’iPad Air 2, qui intègre désormais le lecteur d’empreintes digitales TouchID, et l’iPad mini 3, une version moins puissante de la tablette. Voici un aperçu des deux appareils.

iPad Air 2
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’iPad Air 2 est la sixième tablette grand format d’Apple et offre quand même plusieurs bonnes améliorations par rapport à l’iPad Air lancé l’année dernière.

Sa nouveauté la plus attendue est le lecteur d’empreintes digitales TouchID, qui permettra de déverrouiller l’appareil simplement en posant le doigt sur le bouton d’accueil, mais aussi de payer ses achats dans iTunes et dans l’App Store. Le lecteur TouchID de l’iPad sera aussi compatible avec Apple Pay, mais seulement le volet logiciel du nouveau service de paiement d’Apple. Il sera donc possible de payer ses achats dans des applications compatibles avec son doigt, mais pas dans les boutiques.

Côté design, la tablette est semblable à l’iPad Air, mais plus mince, à 6,1 mm. Son écran tactile est doté d’un nouveau revêtement antireflets qui devrait faciliter la lecture au soleil. Attention par contre, ce revêtement est loin d’être parfait  l’iPad Air 2 reflète encore beaucoup les lumières à l’intérieur, selon ce qu’il a été possible de constater -, il ne faut donc pas s’attendre à des miracles non plus. Malgré tout, la diminution annoncée des reflets de plus de 50% devrait être avantageuse dans certains cas.

L’iPad Air 2 offre aussi deux caméras améliorées, avec une caméra arrière qui ressemble de plus en plus à celle de l’iPhone, avec son capteur de 8 mégapixels et sa nouvelle compatibilité avec les différentes fonctions avancées de l’appareil photo d’Apple, comme les vidéos en accéléré et au ralenti.

Comme tous les ans, le nouvel iPad offre finalement plus de puissance qu’auparavant, grâce à son système sur puce A8X. Celui-ci promet un processeur 40 % plus rapide que l’année dernière, et un coeur graphique deux fois et demie plus puissant.

Rappelons que les rumeurs des derniers jours voulaient que l’iPad Air 2 serait équipé de 2 Go de mémoire vive plutôt que de 1 Go, une information qui n’a toutefois pas été confirmée par Apple. Il faudra probablement attendre encore quelques jours pour en savoir plus sur le sujet.

L’iPad Air 2 pourra être commandé à partir de vendredi, et la tablette sera offerte en magasin à compter de la semaine prochaine, pour 549 $ pour le modèle de 16 Go. Il s’agit d’un prix de lancement plus élevé que celui de l’iPad Air l’année dernière, qui reflète toutefois le nouveau taux de change entre les dollars canadiens et américains.

Les modèles ayant une capacité plus grande auront pour leur part droit à un baisse de prix, puisque l’iPad Air 2 de 64 Go sera vendu 659 $ et que l’iPad Air 2 de 128 Go sera offert à 769 $.

Il est bon de noter que l’iPad Air original sera quant à lui toujours offert, à 439 $ pour le modèle de 16 Go et à 489 $ pour le modèle de 32 Go. Les modèles avec une plus grande capacité ne sont pour leur part plus produits.

iPad mini 3
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La petite tablette d’Apple a aussi eu droit à une mise à jour cette année, beaucoup moins intéressante que dans le cas de l’iPad Air 2, par contre.

Si l’iPad mini 2 offrait des caractéristiques pratiquement identiques à l’iPad Air, il n’en est en effet pas de même pour l’iPad mini 3, dont les caractéristiques internes ressemblent en fait plus à celles de l’iPad mini 2, auquel un lecteur d’empreintes digitales Touch ID a été ajouté.

La tablette est offerte dans un nouveau choix de couleur (argent, gris ou or, comme dans le cas de l’iPad Air 2), mais c’est tout.

L’iPad mini 3 sera offert en même temps que l’iPad Air 2, à 439 $.

Pour ceux qui ne tiennent pas absolument au lecteur d’empreintes TouchID, l’iPad mini 2 pourrait toutefois offrir un meilleur rapport qualité-prix, à 329 $.

L’iPad mini original est quant à lui toujours offert, à 279 $.

De nouveaux Mac
Notons qu’Apple a finalement aussi dévoilé aujourd’hui de nouveaux ordinateurs Mac, dont le plus impressionnant est l’iMac Retina 5K, un ordinateur équipé d’un grand écran de 27 pouces et doté d’une résolution 5K, plus grande que la résolution des écrans 4K qui commencent à percer le marché des cinémas maison.

L’appareil est en vente à compter d’aujourd’hui, à partir de 2749 $.

Apple a finalement aussi mis à jour son petit ordinateur Mac mini pour une première fois depuis la fin 2012. L’appareil est vendu à partir de 549 $.

Les deux ordinateurs seront livrés avec OS X Yosemite, la nouvelle mise à jour du système d’exploitation d’Apple OS X, également lancée aujourd’hui.

Maxime JohnsonAdobe Premiere Clip : montage vidéo sur iOS

par

 publié le 7 octobre 2014 à 15 h 28

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après Première Pro pour les monteurs professionnels et Premiere Elements pour les monteurs amateurs sur Mac et PC, Adobe a lancé hier un nouvel outil pour créer des vidéos avec un appareil mobile : Adobe Premiere Clip. Une application grand public assez intéressante, dont l’intérêt est toutefois grandement diminué par l’obligation de tout synchroniser en ligne.

Une version améliorée d’iMovie
Adobe Premiere Clip ressemble beaucoup à l’application mobile iMovie, d’Apple. On peut y ajuster le début et la fin de chacune des scènes de son film, modifier l’ordre des scènes, ajouter des effets, et la musique, etc.

L’application offre aussi une foule d’effets que l’on peut appliquer sur l’ensemble de la vidéo ou sur chacune de ses composantes, pour, par exemple ajuster l’éclairage, s’assurer que le volume est constant du début à la fin du film, ralentir un passage, etc.

Le tout fonctionne bien, et les utilisateurs novices pourront en saisir les bases en quelques minutes seulement.

Bonne compatibilité avec Premiere Pro
pp

Pour les utilisateurs plus avancés, c’est surtout une autre fonctionnalité qui permet de distinguer Premiere Clip de l’application iMovie d’Apple : la possibilité d’exporter son document de travail vers un ordinateur.

Une fois ses scènes ajustées et agencées, il est ainsi possible de continuer son travail sur son ordinateur, directement dans le logiciel Adobe Premiere Pro. On peut alors peaufiner son œuvre, mais aussi y ajouter des filtres et des effets plus poussés, par exemple.

En théorie, il est donc possible de commencer le repérage de ses images tournées pendant la journée et même de monter une ébauche sur la route, avant de terminer le travail d’une façon plus minutieuse sur son ordinateur une fois à la maison.

Un défaut majeur
sync

Malheureusement, l’application possède un défaut majeur, qui pourrait en rebuter plus d’un.

Poursuivant son but d’encourager ses utilisateurs à adopter ses différents services en ligne, Adobe a conçu son application de sorte qu’elle doive obligatoirement sauvegarder en ligne tous les fichiers vidéo utilisés dans la création d’un film, si on souhaite l’exporter.

Il est possible d’utiliser les vidéos de son iPhone et de monter un film sans aucune connexion Internet, mais celle-ci est obligatoire si on souhaite exporter son œuvre, que ce soit en ligne ou même localement sur son téléphone.

On devra donc exporter non seulement son fichier final, mais aussi les fichiers complets de chacune des scènes tournées. Pour ceux qui filment plus que nécessaire, même un film court de 30 secondes peut donc demander de téléverser plusieurs centaines de mégaoctets vers les serveurs d’Adobe.

Voilà qui est embêtant, surtout lorsque l’on utilise un réseau mobile, mais aussi à la maison, puisque les vitesses de téléversement sont souvent moins bonnes que les vitesses de téléchargement.

Une application gratuite, sur iOS seulement
Adobe Premiere Clip est une application mobile avec quand même beaucoup de potentiel, tant pour les novices que pour les monteurs plus avancés, qui apprécieront la possibilité de terminer leur travail sur Adobe Premiere Pro.

Pour l’instant, l’obligation de tout téléverser vers les serveurs d’Adobe rend malheureusement l’application parfois inutile. Espérons qu’Adobe réalisera rapidement que de téléverser plusieurs fichiers vidéo n’est pas aussi simple que de téléverser des photos, et que l’entreprise corrigera la situation rapidement.

Ceux qui veulent quand même essayer Adobe Premier Clip sur un iPad ou un iPhone peuvent télécharger l’application gratuitement sur l’App Store.

Notons qu’Adobe a aussi dévoilé hier plusieurs autres nouvelles applications mobiles reliées à sa suite Creative Cloud, comme Photoshop Sketch et Illustrator Line.

Maxime JohnsoniOS 8 : cinq nouveautés qui se démarquent

par

 publié le 19 septembre 2014 à 11 h 10

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Apple lance aujourd’hui ses iPhone 6 et iPhone 6 Plus, offerts avec le nouveau système d’exploitation mobile iOS 8. Après la refonte visuelle majeure d’iOS 7 l’année dernière, la compagnie offre plutôt cette année une longue liste de nouveautés, parfois petites, parfois très attendues, tant pour les utilisateurs que pour les développeurs.

Apple présente iOS 8 comme étant sa plus importante mise à jour depuis le dévoilement de l’App Store, et c’est probablement vrai. Le système en lui-même offre une panoplie de nouveautés, comme l’application Santé pour rassembler ses données médicales, un nouveau langage de programmation, l’ajout de gadgets dans le centre de notifications et la possibilité de partager ses applications et sa musique avec les membres de sa famille.

La plupart des applications existantes d’Apple ont aussi été améliorées. Messages permet maintenant de gérer ses conversations et d’envoyer des fichiers audio (un ajout qui devrait particulièrement plaire en Asie, où les langues se prêtent moins bien aux claviers des téléphones intelligents), Photos permet de mieux classer ses images et de les retoucher, etc. Voici une liste complète des nouveautés d’iOS 8.

J’ai eu l’occasion d’essayer ces nouvelles fonctionnalités depuis un certain temps maintenant. Du lot, voici les cinq que j’ai le plus appréciées et utilisées dans la vie de tous les jours.

Appareil photo

ios2

La nouveauté d’iOS 8 la plus simple mais que j’ai le plus appréciée est probablement l’appareil photo, qui permet mieux qu’auparavant de réussir ses clichés.

En glissant son doigt de haut en bas sur l’écran, il est ainsi possible d’ajuster la luminosité de la photo, et l’appareil offre maintenant un mode HDR automatique plus pratique qu’auparavant.

Autre nouveauté, l’appareil permet maintenant de créer des vidéos en accéléré. L’outil n’est peut-être pas le plus complet sur le marché, mais le résultat est quand même convaincant, et surtout, facile d’utilisation.

Clavier

tigidou

Une autre nouveauté attendue d’iOS 8 est l’arrivée du Clavier QuickType, qui offre la prédiction de mots. Dès que vous écrivez quelque chose, Apple vous propose trois mots différents afin de le terminer sans devoir taper toutes les lettres, et le clavier suggère ensuite quel sera le prochain mot.

Le résultat est ici aussi assez impressionnant, surtout qu’Apple semble utiliser les messages que vous avez déjà écrits pour ajuster ses prédictions.

Depuis mercredi, il est aussi possible d’installer des claviers tiers avec iOS 8. Pour installer un clavier, il suffit de le télécharger dans l’App Store, et ensuite de l’ajouter à son clavier principal comme s’il s’agissait d’une nouvelle langue. À essayer : SwiftKey, un autre clavier prédictif qui permet également de glisser son doigt d’une lettre à l’autre et de combiner jusqu’à trois langues en même temps.

Des applications qui interagissent entre elles

ios3

Une nouveauté peut-être moins évidente, mais qui devrait particulièrement plaire aux utilisateurs avancés, est la possibilité pour développeurs de permettre aux applications d’interagir entre elles.

L’une des utilités les plus évidentes est avec le navigateur Safari, qui permet désormais d’exporter des informations dans une application tierce directement, mais aussi d’importer des informations, ce qui permet de l’utiliser avec certains gestionnaires de mots de passe, comme 1Password et LastPass.

Au moment d’entrer un mot de passe, vous pourrez non seulement le faire avec vos données enregistrées dans votre gestionnaire préféré, mais aussi utiliser le lecteur d’empreintes digitales TouchID pour déverrouiller l’application.

Utilisation de la batterie

pile

iOS 8 permet finalement de mesurer la consommation de sa pile par ses différentes applications au cours des 24 dernières heures ou des 7 derniers jours.

Votre autonomie semble plus courte qu’à l’habitude? Cet outil (accessible par le menu Utilisation dans les paramètres généraux du téléphone) devrait permettre de trouver rapidement le coupable.

iOS et OS X, main dans la main

continuity

Les différentes fonctions regroupées sous l’appellation Continuité intègrent finalement mieux iOS X et iOS, pour ceux qui possèdent à la fois une tablette ou un iPhone et un ordinateur Mac.

La liste des possibilités est assez longue. On peut, par exemple, recevoir un appel sur son Mac, et même commencer un travail sur un appareil et le poursuivre sur un autre, à condition d’utiliser la même application dans les deux cas.

Par exemple, une page web ouverte dans Safari sur son iPhone s’affiche automatiquement lorsque l’on passe sur son Mac, un courriel commencé sur son Mac peut être poursuivi sur son iPhone, un plan cherché sur un appareil s’affiche dans l’autre, etc.

Honnêtement, je n’ai pas souvent utilisé ces fonctionnalités, puisque je n’utilise pas toujours les mêmes applications et que je ne suis pas toujours sur celles d’Apple. J’utilise par exemple souvent Mail sur mon iPhone, mais moins sur un Mac, et je passe constamment de Safari à Chrome, tant sur OS X que sur iOS.

Une intégration m’a toutefois semblé pratique : la possibilité d’envoyer et de recevoir des messages texte – et non seulement des iMessages – sur son Mac. Mon téléphone n’est jamais bien loin, mais il est plus pratique d’écrire avec un véritable clavier que sur le petit écran de son iPhone.

Notons également que le service iCloud Drive, une sorte de concurrent à Dropbox, n’est pas une fonction de Continuité en tant que telle, mais qu’il s’agit quand même d’une bonne intégration entre iOS et OS X, puisque le partage de documents entre ses appareils se fait alors de lui-même.

Rien ne sert de courir…

Comme plusieurs le remarqueront sûrement, la plupart de ces nouveautés – à l’exception de quelques-unes, comme Continuité – ne sont pas uniques sur le marché. Le système Android permet aussi, par exemple, d’utiliser des claviers tiers, d’installer des applications qui interagissent entre elles et de consulter l’utilisation de sa pile.

Pour les utilisateurs iOS, il s’agit tout de même de nouveautés qui seront certainement appréciées, et qui ont été intégrées finement à iOS.

iOS 8 est offert avec les nouveaux iPhone 6 et iPhone 6 Plus, mais aussi comme mise à jour gratuite pour les propriétaires d’un iPhone 4S et des autres modèles plus récents, d’un iPad 2 et des autres tablettes plus récentes et d’un iPod touch de cinquième génération.