Billets classés sous ‘instagram’

instagram-application-mobile-photo4La firme Piper Jaffray vient tout juste de publier son rapport sur les habitudes de consommation des adolescents. Comme on peut s’y attendre, quelques pages portent sur les achats en ligne et les réseaux sociaux. Toutefois, si les marques préférées se maintiennent souvent quelques saisons, les chefs de file des réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter et Instagram se livrent toute une bataille. Or, pour le printemps 2014, Instagram vient de devancer Facebook.

Devant Facebook et Twitter

PiperJaffrayDes 7500 adolescents interviewés par Pipper Jaffray, 30 % préfèrent Instagram à Twitter et à Facebook, qui récoltent respectivement 27 % et 23 % de la faveur des jeunes. L’an dernier à pareille date, 33 % des adolescents avaient manifesté une préférence pour Facebook, alors suivi de près par Twitter (30 %), tandis qu’Instagram était bien loin derrière avec 17 %.

Pour ce qui est des autres réseaux utilisés, Tumblr demeure le préféré de 5 % des jeunes utilisateurs depuis l’automne 2013. Quant à Google+, alors qu’il suscitait un grand intérêt pour 5 % des jeunes en 2013, il s’est, depuis l’automne, tenu sous la barre des 5 %. Pinterest ne bouge pas depuis un an, séduisant à peine 2 % des adolescents.

Un gain pour Facebook?

Si les jeunes utilisateurs préfèrent Instagram à Facebook, ce n’est pourtant pas au détriment du grand réseau, cela vient plutôt appuyer le fait que le milliard de dollars investi par la compagnie de Zuckerberg dans le populaire service de partage de photos valait son pesant d’or ou de « J’aime ». En fait, selon un analyste de Pipper Jaffray, Gene Munster, c’est ce genre de décision qui fait que le cours de l’action de Facebook se maintient dans un marché en constante transformation.

Eh oui, les acquisitions permettent aux géants des réseaux sociaux non seulement de compléter leur offre, mais de demeurer concurrentiels dans différents segments du marché.

Si les tendances de consommation des adolescents vous intéressent, ou tout simplement pour voir ce qu’ils aiment, consultez le rapport complet de Pipper Jaffray (PDF en anglais).

Maxime JohnsonInstagram lance son service de messagerie Instagram Direct

par

 publié le 12 décembre 2013 à 10 h 54

Les utilisateurs d’Instagram – ils sont maintenant plus de 150 millions par mois à utiliser le réseau social – pourront désormais communiquer en privé entre eux, grâce à la nouvelle fonctionnalité Instagram Direct, une messagerie qui permet d’envoyer des photos en privé et de discuter en groupe.

Le service de messagerie, dévoilé aujourd’hui en conférence de presse retransmise sur le web, est intégré directement à l’application Instagram. Désormais, une icône apparaît dans le coin supérieur droit de l’application pour accéder à sa messagerie.

Une fois qu’on accède à ses messages, il est possible d’aimer les photos envoyées, mais aussi d’avoir une discussion sous ces dernières, un peu comme dans les commentaires d’une photo régulière.

instagram direct

Pour envoyer des photos, il suffit de prendre un cliché de la même façon qu’à l’habitude, mais au moment de la publication, il est maintenant possible de choisir si on souhaite l’envoyer à un utilisateur particulier ou à tous ses abonnés. Notons qu’il est possible d’envoyer des photos ou des vidéos à jusqu’à 15 personnes à la fois, mais il faut que ces personnes nous suivent pour qu’elles puissent recevoir le message.

Dans les cas où un destinataire ne suit pas la personne qui envoie le message, celui-ci recevra quand même une notification et il pourra accepter la photo s’il le désire, un procédé qui diffère de Twitter notamment, où les conversations du genre « Suivez-moi pour que je puisse vous envoyer un message » sont quand même assez fréquentes.

Un bon ajout, mais aucune fonction d’autodestruction
La nouvelle fonctionnalité d’Instagram est certainement un bon ajout, qui permet au service de rattraper les autres réseaux sociaux populaires, comme Twitter.

Snapchat_logoIl est toutefois assez étonnant que l’entreprise de Kevin Systrom n’ait pas profité de l’occasion pour permettre la création de messages qui s’autodétruisent, ce qui aurait permis à Instagram et à Facebook – qui a racheté le réseau social l’année dernière – de concurrencer un peu Snapchat, un réseau qui a connu une expansion particulièrement fulgurante cette année.

Ceux qui souhaitent essayer la fonctionnalité peuvent le faire dès maintenant en téléchargeant la version 5.0 d’Instagram pour Android et iOS. Les utilisateurs de Windows Phone devront pour leur part patienter encore un peu.

Maxime JohnsonInstagram débarque (enfin) sur Windows Phone

par

 publié le 21 novembre 2013 à 11 h 09

Windows Phone - Instagram

Instagram a finalement lancé une version de son application mobile compatible avec le système d’exploitation Windows Phone. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour la plateforme de Microsoft et ses utilisateurs.

Dans les faits, l’arrivée d’une application officielle Instagram ne changera pas grand-chose pour les amateurs de Windows Phone. Ceux-ci pouvaient en effet déjà accéder au réseau social avec leur appareil, grâce à une série d’applications tierces tout à fait convenables, comme l’application 6tag.

À l’heure où Microsoft peine à percer face à Apple et à Google, dont les boutiques mobiles regroupent plusieurs centaines de milliers d’applications chacune, Instagram était toutefois un peu devenu la figure de proue des grands absents de Windows Phone.

« Windows Phone a de plus en plus d’applications, mais certaines applications importantes manquent toujours à l’appel, comme Instagram. » Voilà le genre de phrase qui a été écrite mille fois dans les différentes critiques de téléphones Windows Phone publiées au cours des dernières années.

L’absence d’Instagram était le signe que non seulement la quantité n’était pas du côté de Microsoft, mais aussi que la qualité n’était malheureusement pas au rendez-vous.

Est-ce que l’arrivée d’Instagram sur Windows Phone est le signe que le nombre d’utilisateurs a atteint un seuil assez intéressant pour que la situation puisse finalement changer? Peut-être, peut-être pas. Mais peu importe, puisque c’est l’impression que cette arrivée donne, et c’est ce qui compte pour Microsoft.

Une application bêta
L’application Instagram dévoilée hier est offerte en version bêta seulement sur Windows Phone. Le principal manque est l’absence de vidéos, une fonction de toute façon relativement récente sur Instagram, et surtout plus ou moins utilisée.

L’interface est aussi légèrement différente de celle que l’on retrouve sur Android et iOS. Ici, les principaux menus se retrouvent en haut à droite de l’application, tandis que la prise de photo, le rafraîchissement et un nouveau menu Recherche se retrouvent en bas, au centre.

Autre différence, l’application propose par défaut de chercher dans ses photos existantes lorsque l’on ajoute un cliché, et non d’en prendre un nouveau.

Et maintenant, à quand (insérez le nom de votre application favorite)?
Instagram n’est pas la seule application manquante à avoir rejoint les rangs de Windows Phone ces derniers jours. Vine a aussi débarqué sur la plateforme récemment, ainsi que l’application GPS Waze de Google.

Mais d’autres manquent forcément à l’appel. On n’a qu’à penser à Snapchat, par exemple, qui défraie constamment les manchettes ces derniers temps, ou même aux plus petites applications, comme le service de taxi Uber, offert à Montréal depuis une semaine.

Et malheureusement, tant que Windows Phone tirera autant de l’arrière sur Android et iOS (la dernière étude d’IDC estime que les parts de marché de Windows Phone atteignent 3,6 % dans le monde), il y aura des applications manquantes.

Microsoft enregistre toutefois quand même une certaine progression, tant par rapport à ses ventes qu’à sa boutique d’applications, ce qui est certainement une bonne nouvelle. Car un marché à trois ou à quatre joueurs, incluant Microsoft (et, qui sait, BlackBerry) pourrait être bien plus innovant à long terme qu’un marché à deux joueurs seulement.

Nadia SeraioccoSnapchat refuse l’offre de 1 milliard de Facebook!

par

 publié le 28 octobre 2013 à 11 h 34

Mise à jour : Facebook devra débourser plus pour acheter Snapchat, car la jeune compagnie refuse cette offre. Tandis que Snapchat, l’application de partage de photos éphémères prisée des jeunes clientèles, est en recherche de fonds, voilà que surgit la rumeur que Facebook pourrait payer 1 milliard pour en faire l’acquisition. Devrait-on en être surpris? Non, après tout Facebook n’en est pas à sa première acquisition coûteuse et que c’est presque une habitude pour le réseau populaire d’intégrer les applications montantes.

Le petit fantôme de Snapchat.

Le petit fantôme de Snapchat.

Snapchat : les photos et vidéos qui se détruisent une fois vues

Créée en 2011, Snapchat déclarait récemment que quelque 350 millions (selon Forbes) de photos étaient échangées chaque jour grâce à elle. En comparaison, cela équivaut aux photos échangées par Facebook (qui compte 1 milliard de membres) et sur Instagram, où 55 millions de photos seraient échangées chaque jour. Mais, au contraire des autres réseaux ou applications qui servent à échanger des photos et des vidéos, celles qui circulent sur Snapchat sont effacées quelques secondes après avoir été vues par le récepteur. Les utilisateurs peuvent aussi créer des « histoires » pour résumer un événement ou une journée, qui disparaîtront 24 heures après la publication.

C’est ce côté privé qu’apprécient les adolescents, quoique Snapchat ne puisse empêcher un utilisateur de faire en vitesse une capture d’écran d’une photo pour la republier ailleurs. De plus, les questions de données privées faisaient jaser un peu plus tôt en octobre (article en anglais).

Regagner du terrain auprès des ados

L’été dernier dernier, la nouvelle a été largement commentée : Facebook n’a plus la cote avec les adolescents. Ces derniers, après avoir souvent dû attendre quelques années pour atteindre les 13 ans requis pour rejoindre le réseau ont pris d’autres habitudes. On les retrouve sur Tumblr, Instagram, Snapchat, privilégiant une communication courte en images et surtout sur un territoire virtuel peu fréquenté par leurs parents. Doit-on rappeler ici qu’Instagram a été acquis par Facebook en 2012 et que Tumblr est maintenant propriété de Yahoo? C’est tout dire.

Absorber la compétition

On ne se surprendra donc pas que Facebook convoite la populaire application et soit prêt à y mettre le prix. Cette stratégie d’acquisition des produits complémentaires ou compétitifs est là depuis les débuts de Facebook, puisque quelque 40 compagnies ou technologies ont été acquises, parfois pour les intégrer aux services du réseau social, dans d’autres cas, pour les dissoudre. Dans ce monde en constante mutation, peu de personnes se souviennent de Gowalla, un service de géolocalisation qui devait faire de la compétition à Foursquare, mais qui a été achetée par Facebook en 2011 et fermé quelques mois plus tard.

Si l’on se fie à ce qui s’en est suivi pour Instagram, qui au départ était un réseau social de partage de photos uniquement mobile, si Snapchat se joint à la liste des acquisitions de Facebook, on peut s’attendre à un volet web et à une intégration sur le réseau.

Cela dit, avec ce refus de Snapchat d’être « instagramisé » (le Wall Street Journal en parle ici), peut-être qu’une nouvelle ère pour l’évaluation des compagnies innovatrices du secteur des médias sociaux vient d’être franchie.

Autres sources d’information :

Sur Triplex, Facebook ouvrirait son site au moins de 13 ans.

Forbes, Is Snapchat raising another round at 3.5 billion valuation?

Le Journal du Geek, Mark Zuckerberg prêt à acheter Snapchat pour 1 milliard de dollars

Tandis que la vedette de l’heure, Vine, avec ses vidéos de six secondes diffusées en boucle affirmait tout juste ses capacités artistiques et de réseautage, jeudi dernier, Instagram répondait en lançant la vidéo de 15 secondes avec filtres et possibilités d’édition à même l’application. En quelque 24 heures, 5 millions de vidéos étaient téléchargées sur le populaire réseau photo. Il faut se demander si, une fois l’application mise à jour par les 13 millions d’utilisateurs d’Instagram, ces derniers verront toujours la pertinence de créer des vidéos avec Vine…

Instagram l’incontournable

Instagram, lancée en octobre 2010, avec ses filtres et son réseau, était d’abord offerte uniquement sur mobile et dans l’AppStore. Ce qui a distingué cette application photo des autres, c’est que dès sa création, elle proposait aux utilisateurs de faire partie d’un réseau social mobile, où ils pouvaient ajouter des amis, suivre des comptes, commenter les photos d’autrui ou les « liker », tout cela à partir de leur appareil mobile. Avant même la mise en marché de sa version Android en avril 2012, le réseau était devenu l’incontournable pour suivre ses vedettes préférées et avait quasiment révolutionné l’art de la photo. La possibilité de créer une ambiance rétro ou de rehausser les couleurs pour faire d’une photo de chat, d’assiette bien remplie ou des nuages en fin de journée une œuvre qualifiée de #iphonography a enchanté les utilisateurs.

En janvier 2012, à peine un an après la création du réseau photo, lorsque Barack Obama a annoncé qu’il ajouterait à son artillerie sociale les clichés Instagram, les chroniqueurs et utilisateurs férus ont flairé que le réseau irait en croissant. Achetée par Facebook pour la somme astronomique de 1 milliard l’an dernier, comment la jeune entreprise intégrée au géant réagirait-elle dans le marché effervescent des médias sociaux? Certains critiques, comme le magazine Slate, ont crié au manque d’imagination, se demandant où va l’innovation quand Instagram se contente d’imiter la concurrence.

Les distinctions entre les deux services

Instagram propose maintenant, avec son nouveau service vidéo, des clips de 15 secondes, modifiables grâce à 13 filtres, et l’application permet aussi de faire un montage de base. Le service est offert aux 130 millions d’utilisateurs d’Instagram, et les vidéos seront publiées principalement sur Facebook. Vine permet de créer des vidéos de six secondes – plusieurs segments peuvent être cumulés : on touche l’écran pour filmer et cesser, jusqu’à atteindre six secondes – qui jouent en boucle et peuvent être enchâssées sur un site. Il y a 13 millions d’utilisateurs de Vine, et 500 millions de comptes Twitter.

Créé par Matt Millner

 

Quand Twitter et Facebook se font la guerre par application interposée

Il ne faut pas oublier que Vine fait partie des applications de Twitter et qu’Instagram appartient désormais à Facebook. Il y a là, assurément, une guerre d’affaires que les utilisateurs subissent, lorsque, par exemple, les applications d’un réseau ne peuvent plus être liées aisément à celles du réseau concurrent. Ainsi, on aura remarqué que dès qu’Instagram a été achetée par Facebook, elle est devenue moins compatible avec Twitter, ses photos n’apparaissant plus qu’en lien (voir l’article de Gizmodo). L’enjeu, vous vous en doutez probablement, est de captiver le plus grand nombre d’utilisateurs pour avoir accès non seulement aux renseignements ainsi partagés, mais aussi pour monétiser ces données pour des fins publicitaires.

Clip de Vine pour remercier ses utilisateurs

Pour le moment, malgré l’intérêt croissant de la population, et plus particulièrement des jeunes pour Twitter, Facebook a encore le haut du pavé avec son milliard d’utilisateurs et la popularité croissante d’Instagram qui ne semble pas s’essouffler.

Autres articles à ce propos :

Sur Les Inrocks : « Instagram : un succès instantané »

Sur le blogue d’Instagram : Introducing video to Instagram

L’histoire d’Instagram en quelques photos