Billets classés sous ‘baladodiffusion’

Vendredi dernier, j’étais l’invité de l’émission Bande à part afin de parler de l’état des lieux de la baladodiffusion au Québec dans une table ronde avec Benoît Mercier et Laurent Maisonnave. J’ai trouvé les questions de l’animateur Alexandre Courteau si bonnes qu’il m’est venu l’idée d’écrire sur le sujet, afin de compléter mes réponses (tout en relevant les bonnes interventions de mes collègues).

Benoît Mercier, moi-même et Laurent Maisonnave

Il faut dire que le sujet s’inscrit dans l’actualité, puisque l’équipe de l’émission Les mystérieux étonnants ont organisé le Podcast All-Stars, un premier rendez-vous des acteurs de certains des meilleurs balados du Québec sur la terrasse d’Ubisoft Montréal en début de semaine.

Un déséquilibre entre les hommes et les femmes?

D’entrée de jeu, Alexandre nous demande pourquoi aucune femme ne se trouve à la table de discussion. S’il est vrai que la gent féminine n’était à peu près pas représentée à l’événement, il serait faux de croire que ce fut toujours le cas.

En fait, j’ai de la difficulté à ne pas avoir en tête des noms de femmes quand je pense aux premiers balados québécois m’ayant le plus influencé. Il y a d’abord Vu d’ici / Seen from here, une émission musicale animée par Marie-Chantale Turgeon, mise à jour de 2005 à 2007. Ensuite 45 tours, le balado de P45 était une émission également musicale, animée par Julien Cayer, accompagné d’Annie et Catherine Bélanger, mise en ligne de 2006 à 2008. Du côté de la vidéo, on retrouve Casey Mckinnon à la barre de Kitkast, une capsule informative sur le sexe, ayant débuté en 2005 (sans oublier Galacticast lancée en 2006). Finalement, urler.tv, un collage vidéo collectif mensuel, piloté par Véronique Boisjoly et Anne-Marie Bergeron.

Ça fait quand même beaucoup de femmes. Mais où sont-elles aujourd’hui? La question demeure entière. Je dois admettre que je ne connais pas la totalité de l’offre de baladodiffusion québécoise, alors si vous en connaissez, je vous invite à nous les faire découvrir dans la section commentaires ci-bas.

L’avenir de la baladodiffusion

Est-ce une mode passagère ou est-ce que ça va rester? La sacro-sainte question. Selon Benoît, puisque les outils sont maintenant dans les mains du public, il va de soi que cette méthode de transmission est là pour rester. Ce débat me fait beaucoup penser à la mort annoncée de la radio, au moment où la télévision gagnait en popularité dans les foyers (particulièrement en Amérique du Nord). Une hypothèse qui ne sera jamais confirmée à mon humble avis.

Selon Patrick Beauduin, responsable à Radio-Canada de la Première Chaîne et d’Espace musique, la baladodiffusion est une technologie de transition qui cédera bientôt sa place à la diffusion sur le web, un moyen plus simple d’obtenir du contenu. Effectivement, cette façon de s’alimenter est plus efficace, mais ne peut devenir la norme dans un monde où on n’est pas perpétuellement connecté à Internet – lorsqu’on se trouve en avion ou dans le métro par exemple.

Je crois qu’il ne faut pas confondre l’outil et le contenu. La baladodiffusion est une méthode de transmission sur le web de contenu audio ou vidéo par fil RSS. L’auditeur peut s’abonner à une émission (communément appelée podcast, ou balado) en ajoutant l’adresse du fil RSS dans les signets d’un agrégateur de contenu (un logiciel, tel iTunes) d’obtenir le plus récent contenu de façon automatique. Le RSS est une technologie « béton » qui est au centre de tout le web d’aujourd’hui.

Par rapport au contenu, il faut faire une distinction claire entre le contenu des médias traditionnels et le contenu indépendant (qui englobe une importante sous-catégorie : le journalisme citoyen). Les invités à l’événement Podcast All-Stars sont tous des créateurs de contenu indépendant. Si la baladodiffusion disparaît du jour au lendemain, ceux-ci trouveront le moyen de livrer leur contenu autrement.

Le cas CUTV, la télévision communautaire de l’Université de Concordia qui a joué un rôle important avec sa couverture des manifestations du printemps dernier, ferait frémir les médias de masse selon l’animateur de Bande à part. Outre le fait qu’il ne s’agit pas concrètement d’un balado, cette démarche s’inscrit dans le journalisme citoyen, une sorte de retour du balancier face à la crainte que certains médias puissent influencer la manière de rapporter l’information. Ces deux types de journalisme sont complémentaires, selon Laurent Maisonnave.

L’auditeur ne risque-t-il pas de préférer les contenus spécialisés au détriment de ceux proposés par les grands médias? Je crois que l’être humain aime la variété. Sans compter que cette préférence peut varier d’une personne à l’autre.

Le contenu indépendant, tant audio que vidéo, est loin d’être sur le point de disparaître. Heureusement.

À lire également :

Pour notre quatrième émission Triplex en balado, nous avons eu envie de parler robotique. Nous nous sommes donc posé plusieurs questions… Qu’est-ce qu’un robot? Avons-nous peur de leur présence dans nos vies ou sommes-nous plutôt en train de nous y habituer? Sommes-nous prêts à leur laisser beaucoup de place?

On peut s’imaginer qu’un jour, on aura de la difficulté à différencier les robots des humains. Comme le mentionne Martin Lessard dans l’émission, les chercheurs tentent maintenant d’émuler le travail de nos synapses. Nos défauts risquent de devenir importants pour différencier les humains des robots.

Laurent LaSalle explique les trois règles de la robotique telles qu’énoncées par l’écrivain de science-fiction Isaac Asimov. Ces lois sont parues pour la première fois dans sa nouvelle Cercle vicieux (Runaround, 1942).

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.

2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Est-ce que ces règles devraient revenir au goût du jour et être programmées dans tous les robots? On devrait peut-être y songer.

Mais est-ce que les robots pourront nous remplacer? On discute de Watson, ce robot d’IBM qui a réussi à gagner contre les humains à Jeopardy, mais aussi des robots qui prennent la place d’acteurs et danseurs au Japon. Comme Laurent le dit, on a apprivoisé l’idée des robots, mais on va toujours avoir la crainte de se faire remplacer.

Émission 4 : sommaire

L’émission d’environ 37 minutes, enregistrée à l’École de technologie supérieure (ETS), est divisée en 8 chapitres :

00:00 – Introduction
01:23 – Qu’est-ce qu’un robot?
05:00 – Devons-nous toujours craindre le robot?
11:39 – À quand les robots « intelligents »?
17:20 – Les trois règles de la robotique
21:30 – Le cyborg ou l’humain amélioré
30:10 – L’éthique en robotique
33:28 – Questions en rafale

Vous pouvez vous abonner à la baladodiffusion sur iTunes. Si vous utilisez un autre agrégateur de contenu, il s’agit de copier / coller l’adresse du fil RSS à l’endroit approprié.

Il est également possible de télécharger uniquement la quatrième émission.

* Je tiens à préciser que lorsque je parle du film District 9, c’est pour parler de la peur de l’humain face aux nouvelles espèces. Les créatures de District 9 ne sont  pas des robots, mais bien des extraterrestres aux sentiments « humains ».

Pour en savoir plus

Voici quelques articles sur le sujet à lire à titre de complément d’information :

 

Équipe de Triplex en balado :

Participants et blogueurs : Gina Desjardins, Laurent LaSalle et Martin Lessard
Animateur : Philippe Marcoux
Musique : Pierre Crube
Réalisatrice : Marine Fleury
Preneur de son et monteur : Martin Boulanger
Édimestre et photographe : Félix-Antoine Viens
Infographe et intégratrice web : Marie-Anne Seim

Nous entendons de plus en plus parler de projets de loi visant à moderniser la protection du droit d’auteur à l’ère numérique. En passant du SOPA au PIPA, nous en sommes maintenant à parler de l’ACTA, des projets de loi C-11 et C-30. Chose certaine, le statu quo n’est pas une option aux yeux des ayants droit (les entités possédants des droits d’auteurs) et de nos gouvernements.

Quels sont les répercussions possibles de l’entérinement de ces lois? Le modèle de protection de la propriété intellectuelle traditionnel est-il compatible avec l’esprit libre d’Internet? La solution est-elle un monde où les œuvres circulent librement? Mes collègues de Triplex et moi nous sommes penchés sur ces questions et davantage lors de l’enregistrement de notre troisième émission Triplex en balado.

C’est d’ailleurs une émission dense en information qui s’apprête à alimenter vos oreilles. Vous entendrez, entre autres, Martin vulgariser l’état actuel de la situation en matière de projets de loi, Gina faire part de ses considérations sur le fait que trop de gens sont désensibilisés en ce qui concerne le concept du vol de contenu sous prétexte que c’est numérique, et moi vous parler de la notion de licence flexible en citant l’exemple de Creative Commons.

Émission 3 : sommaire

L’émission d’environ 40 minutes a été tournée à la librairie Le Port de Tête et est divisée en 8 chapitres :

00:00 – Introduction
06:25 – Législation : y a-t-il risque de censure?
10:30 – Qu’en est-il des lois canadiennes?
13:30 – Comment s’inspirer sans copier
18:20 – Légiférer sans freiner la créativité
23:25 – Creative Commons, une piste de solution
31:45 – Les producteurs de contenus premiers responsables du piratage?
38:10 – Questions en rafale

Vous pouvez vous abonner à la baladodiffusion sur iTunes. Si vous utilisez un autre agrégateur de contenu, copiez / collez l’adresse du fil RSS à l’endroit approprié.

Finalement, vous pouvez aussi télécharger la troisième émission, tout simplement.

Équipe de Triplex en balado :

Participants et blogueurs : Gina Desjardins, Laurent LaSalle et Martin Lessard
Animateur : Philippe Marcoux
Musique : Pierre Crube
Réalisatrice : Marine Fleury
Preneur de son et monteur : Martin Boulanger
Édimestre et photographe : Félix-Antoine Viens
Infographe et intégratrice web : Marie-Anne Seim

Pour en savoir plus

Voici quelques articles sur le sujet à lire à titre de complément d’information :

Pour plusieurs d’entre nous, le web fait partie intégrante de nos vies. C’est certainement mon cas et celui de la majorité des blogueurs, du moins de mes collègues de Triplex.

Si la technologie nous rend aujourd’hui plus efficaces au travail ou dans nos communications, est-ce qu’elle est pour autant essentielle à notre existence? Sommes-nous dépendants, voire accros, à nos divers appareils intelligents?

Tandis qu’une étude américaine menée à la Chicago University’s Booth Business School tente de démontrer que la dépendance à Twitter est pire que celle liée à la cigarette ou à l’alcool, mes collègues et moi nous sommes penchés sur la question lors de l’enregistrement de notre deuxième émission Triplex en balado.

Émission 2 : sommaire

Philippe Marcoux, Gina Desjardins, Martin Lessard et moi-même.

L’émission d’une trentaine de minutes, tournée au café Laïka à Montréal, est divisée en 8 chapitres :

00:00 – Introduction
01:34 – Sommes-nous dépendants des nouvelles technologies?
05:32 – Nouvelles technologies : les dangers et inconvénients
12:14 – La pression de suivre le rythme
17:04 – À quand les syndicats de l’esprit?
22:56 – Google nous rendrait-il stupide?
32:59 – Question en rafale
34:14 – Fin

Enfin sur l’iTunes Store

Ceux qui préfèrent s’abonner à la baladodiffusion à partir de l’iTunes Store peuvent désormais nous trouver dans le répertoire d’Apple sous la catégorie Technology. Si vous utilisez un autre agrégateur de contenu, copiez / collez l’adresse du fil RSS à l’endroit approprié. Nous aurons bientôt une version MP3 afin d’assurer un maximum de compatibilité.

Pour télécharger la deuxième émission

Bien que nous soyons exceptionnellement de retour pour une deuxième semaine de suite, je vous rappelle que l’émission est bimensuelle. La troisième baladodiffusion aura donc lieu le 21 février prochain.

Équipe de Triplex en balado :

Participants et blogueurs : Gina Desjardins, Laurent LaSalle et Martin Lessard
Animateur : Philippe Marcoux
Musique : Pierre Crube
Réalisatrice : Marine Fleury
Preneur de son et monteur : Martin Boulanger
Édimestre et photographe : Félix-Antoine Viens
Infographe et intégratrice web : Marie-Anne Seim

Pour en savoir plus

Voici quelques articles sur le sujet à lire à titre de complément d’information :

Martin LessardLancement de Triplex en balado

par

 publié le 30 janvier 2012 à 13 h 23

Appelons ça traverser le mur du son. Le blogue Triplex, c’est-à-dire Gina Desjardins, Laurent LaSalle et moi-même, vous propose aujourd’hui la première d’une série d’émissions en baladodiffusion sur l’évolution des nouvelles technologies, leurs tendances et leurs répercussions sur nos vies.

Non seulement vous pouvez toujours nous lire, mais vous pouvez maintenant aussi nous entendre. Dans cette émission animée par Philippe Marcoux, l’ex-Triplex, nous commentons les enjeux abordés dans nos billets, nous nous questionnons et nous nous échangeons des idées.

Triplex en balado, de la techno plein vos oreilles

Le terme podcast s’est imposé rapidement pour nommer « ces enregistrements radio qui ne passent pas à la radio » (l’iPod étant l’appareil le plus populaire où s’écoutent les fichiers audios). Et en français, c’est devenu « balado », selon une très belle traduction que j’adore et qui est à la radio ce que le blogue est aux journaux, c’est-à-dire un complément et un genre en soi.

La baladodiffusion, c’est donc la mise à la disposition de fichiers (audios ou vidéo) qui permettent aux utilisateurs de les télécharger et de les consulter ultérieurement sur des baladeurs numériques.

Une émission en balado a un format et une durée beaucoup plus libres qu’à la radio. La durée s’adapte en fonction du thème et n’a pas de contrainte horaire. Notre « Triplex en balado » durera entre 30 et 45 minutes, c’est selon. Nous allons produire une émission aux deux semaines environ.

Émission 1: La tablette ou le monde à portée de main

Notre première émission porte sur les tablettes. Nous l’avons enregistrée la veille de l’annonce d’Apple sur le lancement d’iBooks 2 et d’iBooks Author, qui placent l’iPad au coeur des institutions d’enseignements en proposant de faire passer les livres scolaires au 21e siècle.

C’était un moment idéal pour réfléchir à la place des tablettes dans nos vies. La première tablette est arrivée il y a exactement 2 ans et personne ne savait à quoi cela pouvait bien servir.

Dans cette émission, nous discutons ensemble de comment la tablette s’est imposée comme un outil important dans la micro-informatique grand public, et de la façon dont elle s’insère dans notre quotidien, à côté de nos autres gadgets, des cellulaires intelligents aux ultraportables.

  • Contenu de l’émission 1 : La tablette ou le monde à portée de main
  • Révolution ou technologie de transition?
  • La tablette et les ultraportables?
  • Un outil de consommation ou de production?
  • L’avenir de la tablette
  • La tablette en entreprise
  • La tablette à l’école
  • Questions en rafale

Pour télécharger la première émission

Pour s’abonner au fil RSS

Équipe de Triplex en balado :
Participants et blogueurs : Gina Desjardins, Laurent LaSalle et Martin Lessard
Animateur : Philippe Marcoux
Musique : Pierre Crube (oui, oui, le membre du (défunt) duo électro-pop de Montréal Numéro#)
Réalisatrice : Marine Fleury
Preneur de son et monteur : Serge Bribeau
Édimestre et photographe : Félix-Antoine Viens
Infographe et intégratrice web : Marie-Anne Seim

Pour en savoir plus

Triplex a publié au cours de la dernière année plusieurs billets sur la tablette :

L’iPad 2 : une évolution plutôt qu’une révolution

Apple à l’assaut du livre scolaire

La majorité des enfants américains veulent un iPad pour Noël

Que penser des tablettes conçues pour les bébés?

L’iPad en maternelle, qu’en pensez-vous?

Désirez-vous réellement une tablette pour Noël?

Kindle Fire : une réponse d’Amazon à la concurrence

Tablettes et consoles portables : iOS et Android menacent Nintendo

RIM précipite la sortie de son BlackBerry PlayBook

La guerre des tablettes est officiellement lancée (CES 2011)

Quelles seront les grandes tendances du CES 2011, le grand salon de l’électronique?