Billets classés sous ‘application’

Nadia SeraioccoFacebook Home fait spéculer les médias technos

par

 publié le 8 avril 2013 à 12 h 18

C’est presque rendu une habitude : Facebook fait de grandes annonces pour présenter ses nouveaux produits souvent des jours, voire des semaines, avant que les utilisateurs y aient accès. À ce chapitre, Home, l’application qui fera d’un téléphone Android un appareil optimisé pour Facebook, sera disponible sur Google Play le 12 avril. Mais depuis jeudi dernier, la nouvelle est le centre d’attention des médias technos.

Vous avez dit Facebook Phone? Non, Facebook Home…

Il y avait déjà une rumeur de téléphone Facebook : on parlait d’un appareil HTC labellisé Facebook. Ce que Facebook a présenté, c’est une « famille d’applications » qui met en vedette le contenu du réseau sur chaque appareil. Sitôt que l’appareil sort du mode « veille », l’écran d’accueil est remplacé par les publications et les photos de l’utilisateur. De là, sans avoir à ouvrir d’application, on peut interagir au sujet du contenu, laisser un « j’aime » ici, un commentaire là ou, en un tapotement de doigt, retourner à l’application précédemment utilisée.

Facebook Home permet aussi de combiner les fonctions de clavardage de Facebook et de message texte du téléphone. Chaque message ainsi envoyé apparaîtra sur l’appareil du récepteur (peu importe ce qu’il fait à ce moment-là), qui pourra décider de répondre ou de remettre à plus tard la conversation.

Sur un appareil Android et sur les autres…

À compter du 12 avril, donc, l’application sera optimisée pour les appareils Samsung Galaxy S III et Galaxy Note II. Elle pourra aussi être utilisée avec les modèles Galaxy S 4 et HTC One quand ils seront en magasin.

Lors de la conférence de presse, Zuckerberg n’a pas manqué de souligner que le système ouvert de Google Android était idéal pour développer ce projet, car sa philosophie d’ouverture ne demande aucun partenariat particulier pour développer Home et l’y offrir.

Quant aux utilisateurs d’Apple, ils devront attendre un peu plus longtemps, car rien ne pourra arriver sans un partenariat officiel entre Apple et Facebook. Et cela, même en étant optimiste, pourrait être long.

La publicité qui montre bien que Home rapproche les gens…

 

Quelques articles sur Facebook Home :

« Nobody wants a Facebook phone« , Popular Science

Doug Cross, « 5 questions answered about Facebook Home« , CNN

Philipp Elme-DeWitt, « Facebook’s Home for Android: what the analysts are saying« , Fortune Tech

Sur le blogue de Facebook : « Introducing Home »

« Facebook just destroyed Google’s Android strategy« , Business Insider

« Facebook’s phone is another triumph of mediocrity« , Wired – Gadget Lab

Au début de chaque année, on se fixe des résolutions, des vœux pieux de santé, de bien-être, que l’on tâchera de tenir le plus longtemps possible. Très souvent, ces résolutions se trouvent embourbées dans les horaires trop remplis, et le stress reprend le dessus. Et si vos appareils mobiles (peut-être même reçus à Noël) pouvaient vous donner un bon coup de main pour garder vos résolutions? Je vous propose trois applications que j’ai testées et qui pourraient vous aider à atteindre quelques objectifs pour gérer votre poids, votre stress, ou pour amorcer un virage santé.

Capture d’écran de l’application All-In Yoga pour iPad.

Le yoga portatif

Combien de fois, en voyage pour affaires, ai-je souhaité avoir à portée de main un programme de yoga matinal de 20 minutes ou une séance de relaxation en fin de journée? Des applications à cet effet existent depuis quelques années, jusqu’à maintenant surtout produites en anglais et qui, souvent, n’ont pas été mises à jour depuis plus d’une année. All-in Yoga, offerte seulement sur iTunes en version iPad et iPhone, est développée et publiée par Viaden Mobile LLC (Arawella Corporation), un développeur de jeux en ligne. À ma grande surprise, la version française est correcte, mais je me fierais plus au nom sanskrit des poses. La version gratuite sur iPad offre un programme de 20 minutes tout prêt qui convient bien aux débutants (on peut avant de commencer réviser chaque position) et la possibilité d’en créer un à partir des asanas de niveaux débutant, intermédiaire et avancé que l’on trouve dans la « base de postures ». L’application a aussi une version payante qui offre un accès au magazine All-In Yoga, des programmes spéciaux, des musiques supplémentaires et la possibilité d’ajouter vos photos de poses. Pour ceux qui aiment tout publier sur Facebook, l’application permet un lien avec le réseau social. Certains ont critiqué les publicités en haut de page; elles m’ont paru moins intrusives que dans d’autres applications gratuites. Le design est agréable, quoique très féminin, mais beaucoup plus convivial que celui d’autres applications populaires offertes en français dans iTunes, comme Simply Yoga de Daniel Miller, constituée principalement de vidéos de facture très amateur.

MyFitnessPal, ou comment voir sa consommation alimentaire sous un autre angle...

MyFitnessPal, ou comment voir sa consommation alimentaire sous un autre angle…

Mesurer ses calories : un jeu d’enfant…

Pour perdre du poids, on peut essayer toutes les diètes miracles ou encore réduire sa consommation d’aliments néfastes et calculer les calories qu’on ingère. J’avais testé l’an dernier l’application MyFitnessPal, qui a l’avantage d’être offerte pour iPhone, iPad, Android et BlackBerry. Si l’application Cal Counter (une production de Viaden et Arawella Corporation) est visuellement plus attrayante, MyFitnessPal me paraît plus facile à utiliser quand il s’agit de choisir les aliments et les portions à ajouter. Car le principe est simple, il suffit d’entrer ses renseignements de base (ou d’utiliser son profil Facebook), puis de se fixer un objectif de perte de poids et de calories quotidiennes. Ensuite, on entre ce qu’on consomme à chaque repas et, dans le cas de MyFintessPal, l’application calcule les calories et déduit la consommation de calories brûlées par les exercices quotidiens. L’avantage de ce type d’application est de faire prendre conscience à l’utilisateur des calories contenues dans chaque petite collation ou repas et, en plus, on a toujours son calculateur sous la main quand vient le temps de choisir un aliment.

Relax Melodies : simplicité et convivialité.

Méditer ou relaxer grâce à son appareil mobile

J’ai même testé des applications de méditation. Oui, de méditation. La plupart ne sont finalement que des chronomètres auxquels est ajoutée la possibilité de tenir un journal de ses méditations (temps, notes personnelles, etc.) et d’avoir une alerte lorsqu’il est temps de méditer… Une application très appréciée des utilisateurs est Meditation Timer de Maxwell Software, qui coûte 1,99 $. Personnellement, j’ai préféré des applications gratuites de sons de la nature comme Relax Melodies, qui permet d’écouter le bruit des vagues, des grillons, de la pluie ou le chant des oiseaux, et même de mélanger deux ou trois sons pour obtenir son ambiance parfaite. On la recommande pour s’endormir, méditer ou même pour endormir bébé. On peut l’utiliser avec une minuterie ou comme réveille-matin. Cette application d’Ipnossoft est offerte sous IOS, Android et Microsoft.

Autres applications :

Sur Triplex, une description de Zombies, Run!, pour s’entraîner comme si sa vie en dépendait ou courir comme dans un film de zombies!

Nike+ Running, une critique de l’application (en anglais)

Zombies Run!Est-ce que les épidémies de grippe de tout acabit et les vaccinations massives qui s’en sont suivi sont responsables du regain d’intérêt des dernières années pour les zombies? Les spécialistes qui discourent sur la question dans les colloques pourraient en dire plus. Le thème en tout cas fascine. On l’utilise pour commercialiser des trousses de survie (ici, un kit à 24 000 $), pour se préparer au pire et, avec l’application Zombies, Run!, pour ajouter une touche de défi à sa séance de jogging.

À chaque jour suffit sa mission

Le récit s’ouvre alors qu’on se trouve dans Abel Township, un petit village rempli de zombies. Là, la course commence! Le principe de Zombies, Run! est de s’investir d’une mission à chaque fois que l’on sort jogger. Comme dans tout jeu, on peut accumuler des objets le long de son parcours, objets qui s’accumuleront sur son téléphone. L’application, à la façon d’un jeu vidéo, propose à chaque sortie une trame narrative ou une mission (aller chercher un objet ou accomplir une tâche), et le parcours est parsemé de zombies. On peut aussi créer sa liste de musique pour donner de l’ambiance à sa séance d’entraînement et créer un peu d’animation entre les différents messages radio qui informent de ce que l’on a à faire… Quant à la vitesse de croisière, les grognements des zombies en approche se font entendre quand on doit accélérer la cadence. De quoi faire monter son rythme cardiaque.

Au-delà de l’entrainement, le jeu se poursuit

La notion de jeu se prolonge une fois la mission accomplie et la séance d’entraînement du jour terminée, car au retour on peut décider comment attribuer le butin virtuel amassé. Il y a bien évidemment une quête plus large dont la nature est révélée un peu plus à chaque sortie. La course peut se faire selon un itinéraire que l’on détermine soi-même ou encore, si son appareil mobile est relié au web, selon les suggestions de trajets de l’application en fonction de sa géolocalisation. Bien évidemment, comme dans tout bon jeu de zombies, si l’on ne suit pas les indications, on échouera probablement dans sa mission. Il y en a 23 de quelque 20 à 30 minutes chacune.

La conception de Zombies, Run!

La trame narrative du jeu a été conçue par l’auteure Naomi Adlerman, romancière et journaliste techno qui a aussi été l’une des auteures de Perplex City (2007), un jeu de réalité alternative que l’on dirait aujourd’hui «transmédia». L’application a été développée par Six to Start et financée par Kickstarter à la fin de 2011.

L’idée est excellente, l’expérience immersive, très amusante, mais pour ma part je ne l’utiliserai pas à la brunante, de peur de ne pas dormir de la nuit!

L’application est disponible pour IOS, Android et Miscrosoft.

Gina DesjardinsUne application mobile pour Taxi Diamond

par

 publié le 9 février 2012 à 15 h 50

Après avoir instauré un système de GPS dans toutes les voitures, puis avoir permis les commandes de voiture par Internet, Taxi Diamond permet maintenant de demander un taxi en passant par une application développée par Apcurium. Pour le moment, elle est offerte exclusivement pour iPhone, mais des versions Android et BlackBerry sont en développement.

C’est le chauffeur de taxi et blogueur Pierre-Léon Lalonde (Un taxi la nuit) qui me l’a appris en écrivant un statut sur son profil Facebook. J’ai rapidement téléchargé l’application gratuite. Je l’utilise depuis quelques semaines et je ne peux déjà plus m’en passer.

On peut inscrire quelques adresses favorites en leur associant un nom (maison, bureau, etc.), puis inscrire sa préférence de paiement et de voiture (taxi ou van) par défaut. Lorsqu’on ouvre l’application, le système de géolocalisation nous repère et nous suggère une adresse de départ. Celle-ci n’est pas toujours exacte, mais si on se trouve à l’une des adresses enregistrées, elle sera reconnue automatiquement. Sinon, on peut écrire l’adresse manuellement. Si on en a envie, on peut inscrire la destination et ainsi obtenir un estimé du montant de la course. Le chauffeur aura également l’adresse de notre destination sur son écran.

Lorsque la commande est lancée, on nous informe à l’écran du numéro de la voiture qui nous a été attribuée, puis on la voit se déplacer en temps réel à l’écran. On peut ainsi savoir si elle se trouve juste à côté ou pas et se préparer en conséquence.

 

 

Un courriel est envoyé pour confirmer la commande, et l’historique de nos courses est archivé dans l’application.

Il est également possible de commander une voiture pour plus tard. Ce qui peut être utile pour s’assurer de partir à l’heure pour une réunion importante ou pour l’aéroport.

Une application simple et efficace.

 

Radio-Canada a lancé ce matin une nouvelle application consacrée à l’information, axée sur les nouvelles et les reportages vidéo. Comme la fréquentation du site mobile de Radio-Canada a augmenté de 300 % entre 2010 et 2011 et que 22 % de l’auditoire possède un téléphone intelligent, une application s’imposait.

Le sigle de Radio-Canada en haut de l’écran permet d’accéder au menu qui contient ces sections :

 

 

 

Nouvelles

On tombe sur cette catégorie à l’ouverture de l’application ou en appuyant sur l’icône « Nouvelles » dans le menu. On y trouve toutes les nouvelles de Radio-Canada et de RDI divisées en neuf catégories (grands titres, international, national, régional, économie, science, arts et spectacles, sports et santé). Le dernier radiojournal est accessible en bas de l’écran.

Pour chaque nouvelle, on se fait proposer des options : choisir de suivre certains sujets, de sauvegarder une nouvelle, de la partager sur nos réseaux sociaux (Facebook ou Twitter) ou de l’envoyer à un ami par courriel ou message texte.

 

RDI

Ici sont regroupés les bulletins gratuits provenant de RDI express, RDI santé, RDI économie, Déjà vu, Zoom, Affaires express, Sports express, Météo express et 24 heures en 60 secondes.

On peut aussi s’abonner à RDI en direct. Puisque c’est une chaîne payante, il faudra payer un abonnement de 2,99 $ par mois ou de 0,99 $ pour une semaine, nous permettant ainsi de suivre un événement important comme une soirée électorale.

RDI en direct n’est offert pour l’instant que pour iOS.

 

Nos journalistes

Cette section permet de suivre toutes les publications sur Twitter des journalistes de l’information. Malheureusement, on ne peut pas relayer leurs messages ou les archiver.

 

Discussion

On peut suivre ici les discussions en direct qui ont lieu lors de certaines émissions.

 

Sujets suivis

En choisissant de suivre un sujet d’actualité sur lequel de nouvelles informations sont souvent dévoilées (par exemple un grand procès), on peut s’assurer de ne rien manquer. Toutes les nouvelles publications sur le sujet seront regroupées dans un dossier.

 

Sauvegardes

Lors de l’ouverture d’une nouvelle, on peut la sauvegarder afin de la consulter plus tard. Elle sera ainsi sauvegardée dans la mémoire interne de l’appareil, ce qui permet une consultation hors connexion.

 

Témoin

C’est l’espace des journalistes citoyens. On peut rapidement envoyer un témoignage écrit, une photo ou une vidéo d’un événement dont on a été témoin.

 

Réglages

C’est l’endroit où activer ou désactiver les alertes, connecter son compte Facebook ou Twitter, mais surtout, personnaliser sa navigation. On peut ainsi choisir la région qui nous intéresse,  enlever les catégories de nouvelles qui nous intéressent moins, ou les réarranger dans l’ordre que l’on préfère.

L’application Radio-Canada est offerte gratuitement sur iOS (iPhone et iPod touch) et Android. Ceux qui possédaient déjà l’application RDI l’obtiendront en faisant une mise à jour uniquement. Pour le moment, on n’envisage pas de développer des applications pour BlackBerry ou Windows Phone, mais le site mobile m.radio-canada.ca demeurera accessible pour les autres appareils. Des applications pour tablettes sont en développement.