Billets classés sous ‘apple’

Depuis plusieurs semaines, on voit Apple monter au front pour protéger nos données. En effet, vous avez sûrement entendu parler de cette demande du FBI qui souhaite qu’Apple mette au point un logiciel capable de déverrouiller les iPhone. La requête a été formulée pour accéder aux données contenues dans l’iPhone du tueur de San Bernardino. Maintenant, on apprend que le FBI pourrait accéder aux données sans passer par Apple.

Edward Snowden n’est pas surpris.

Every credible expert knew there were alternative means. That #FBI went so far on so little demonstrated a disregard of facts: bad faith.

— Edward Snowden (@Snowden) 22 mars 2016

Il semble donc que Tim Cook se soit battu pour rien. Pas seulement parce que le FBI n’avait finalement pas vraiment besoin de lui pour arriver à ses fins, mais surtout parce que la sécurité de nos données ne nous importe pas tant que ça, au fond.

La sécurité? Bof.

Un sondage Reuters et Ipsos, mené entre le 11 et le 16 mars auprès de 1703 Américains, indique qu’un seul Américain sur 10 estime que des questions de sécurité, comme le chiffrement des données ou la protection des mots de passe, sont le critère le plus important à l’achat d’un téléphone. C’est plutôt la performance et le prix qui intéressent les consommateurs.

Quand on leur pose la question de la confiance qu’ils accordent aux diverses grosses entreprises qui gèrent leurs données, Apple ne bénéficie pas d’une vague de sympathie, contrairement à ce qu’on aurait pu penser. Environ 60 % des répondants au sondage ont indiqué faire confiance à Apple pour la protection de leurs données. C’est le même résultat quand on pose la question à propos de Google, d’Amazon ou de Microsoft.

People gather at a small rally in support of Apple's refusal to help the FBI access the cell phone of a gunman involved in the killings of 14 people in San Bernardino, in Santa Monica

 

Les cancres : Facebook et Yahoo

Les deux entreprises auxquelles on semble accorder moins de confiance sont Facebook et Yahoo. Respectivement 39 % et 44 % des répondants font confiance à ces plateformes tentaculaires pour protéger leurs données. Il faut dire que, malgré le discours officiel de ces entreprises axé sur la sécurité, de nouvelles failles de sécurité font toujours surface. Voici la dernière en liste sur Facebook, trouvée par Anand Prakash, un chercheur en cybersécurité, qu’il a dévoilée dans un billet de blogue intitulé « Comment j’aurais pu pirater tous les comptes Facebook ».

Ce genre de publicité négative semble avoir des conséquences. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai. La levée de boucliers d’Apple n’aura finalement pas eu un réel effet positif sur l’image de l’entreprise. La bataille médiatisée autour de la demande du FBI n’en aura pas fait une compagnie exemplaire à ce chapitre, aux yeux des consommateurs.

C’est Snowden qui doit être bien découragé qu’on accorde si peu d’importance à la sécurité de nos téléphones. La surveillance? Oui, et après?

Maxime JohnsoniPad Pro de 9,7 pouces : premières impressions

par

 publié le 21 mars 2016 à 17 h 51

ipad pro

Apple a dévoilé lundi une petite version de sa tablette professionnelle iPad Pro. Son format est pratique pour le dessin, mais convient toutefois moins bien à l’écriture pour ceux qui comptent remplacer leur ordinateur par une tablette. Premières impressions.

Une tablette de taille normale

format

L’iPad Pro de 9,7 pouces est doté d’un écran de la même taille que celui qu’avait l’iPad original, soit la moitié de l’écran de 12,9 pouces du modèle lancé l’automne dernier.

Cette tablette conserve plusieurs des nouveautés de sa grande version, soit un connecteur pour accessoires sur le côté de l’appareil et quatre haut-parleurs qui assurent un son puissant en stéréo, peu importe que l’on tienne l’iPad en mode portrait ou paysage. Son processeur est encore une fois l’A9X d’Apple, il est doté du lecteur d’empreintes digitales TouchID et sa capacité minimale est de 32 Go (il existe maintenant un modèle à 256 Go également).

Son écran est toutefois de meilleure qualité que celui des modèles précédents, soit 25 % plus lumineux que celui de l’iPad Air 2, en plus d’afficher plus de couleurs que les écrans des autres tablettes d’Apple. Son appareil photo a aussi été amélioré et utilise désormais le capteur de 12 mégapixels et l’objectif F2.2 que l’on trouve dans l’iPhone 6S.

Quant à ses caractéristiques physiques, la tablette a la taille et le poids de l’iPad Air 2, soit 6,1 mm d’épaisseur et 437 grammes. Il s’agit donc d’une tablette mince et légère, beaucoup plus facile à transporter et à utiliser que l’iPad Pro de 12,9 pouces.

True Tone : pour des blancs plus blancs
La principale nouveauté de l’iPad Pro de 9,7 pouces est son écran True Tone, une fonctionnalité qui permet de mesurer la luminosité ambiante avec plus de précision qu’auparavant.

En plus de mesurer l’intensité lumineuse, l’iPad note la couleur de la lumière et ajuste son écran en conséquence. Le résultat est quand même apparent, surtout avec les blancs, qui pouvaient parfois avoir des teintes de bleu sur les anciennes tablettes de la compagnie, selon l’éclairage.

L’effet est notamment intéressant lorsqu’on lit un livre ou lorsqu’on dessine, mais sans plus.

Une question d’accessoires

CLAVIER

Un écran de meilleure qualité, une capacité plus grande et un processeur plus puissant ne sont pas des raisons suffisantes pour expliquer les 300 $ de différence entre l’iPad Pro de 9,7 pouces (799 $) et l’iPad Air 2 (499 $).

Le principal attrait de la version professionnelle de la tablette d’Apple est sa compatibilité avec deux accessoires, le stylet Apple Pencil et les claviers Smart Keyboard.

L’Apple Pencil est généralement aimé des illustrateurs, et devrait encore l’être avec cette tablette plus petite. Le stylet est précis, et dessiner sur l’iPad se rapproche grandement du dessin sur une feuille.

Avec le clavier Smart Keyboard, la nouvelle tablette rate toutefois un peu plus la cible. Le format de 9,7 pouces ne permet en effet pas d’avoir un clavier de taille habituelle, comme c’était le cas avec la tablette de 12,9 pouces.

Les touches sont encore une fois agréables à enfoncer, mais elles sont plus petites et plus tassées, assez pour faire quelques erreurs après un bref essai. On peut imaginer que la situation s’améliorera avec le temps, mais ceux qui souhaitent surtout écrire avec leur appareil risquent néanmoins d’y trouver plus leur compte avec l’iPad Pro de 12,9 pouces.

Lancement le 31 mars
La nouvelle tablette iPad Pro de 9,7 pouces sera lancée au Canada le 31 mars, soit en même temps que l’iPhone SE, un téléphone de 4 pouces également dévoilé aujourd’hui.

L’iPad Pro de 9,7 pouces sera vendu 799 $ avec une capacité de 32 Go, 999 $ avec 128 Go et 1199 $ avec 256 Go. Les modèles avec une connectivité LTE seront quant à eux vendus 979 $, 1179 $ et 1379 $ respectivement.

live

L’iPhone 6s a eu droit cette année à quelques nouveautés importantes en ce qui concerne les appareils photo et caméras : deux nouveaux capteurs, de 12 et de 5 mégapixels; l’enregistrement vidéo 4K et les « Live Photos », des clichés animés qui enregistrent les instants avant et après une photo. Un concept qui a ses charmes, mais qui aura besoin d’un écosystème plus vaste que celui d’Apple pour connaître du succès.

Qu’est-ce que c’est?

Les Live Photos sont des photos normales, en plus desquelles est enregistrée environ une seconde de vidéo avant et après la photo.

Pour prendre une Live Photo, il suffit d’appuyer sur un nouveau bouton dans l’interface de l’appareil photo de l’iPhone 6s (de petits cercles concentriques), et de prendre sa photo comme si de rien n’était.

En regardant ses images par la suite dans l’application Photos, il suffit d’appuyer avec force sur l’écran de son iPhone 6s (ou d’appuyer longuement avec un autre appareil iOS 9) pour que la photo normale devienne floue et se transforme ensuite en une petite vidéo, avec le son.

Comment ça fonctionne?

iphone 6s fichiers live photo

Techniquement, les Live Photos sont assez simples. Lorsque la fonctionnalité est activée et qu’une photo est prise, l’iPhone enregistre en plus une petite vidéo des secondes précédant et suivant la capture de l’image, et sauvegarde cette vidéo dans le même dossier que vos photos.

Les applications Photos sur iOS et OS X El Capitan masquent ensuite le fichier vidéo dans leur bibliothèque, et passent de la photo à la vidéo lorsqu’on appuie longuement sur le cliché.

Si vous branchez votre téléphone à un ordinateur, vous pourrez d’ailleurs constater que deux fichiers distincts sont conservés, un .JPG et un .MOV.

Le procédé assure notamment que les photos sont tout à fait normales, et qu’elles fonctionneront avec tous les autres services et appareils, peu importe qu’elles aient été prises en Live Photos ou non.

Est-ce que ça prend beaucoup de place?

espace

Le fichier .MOV est d’une résolution moins élevée que la photo, à 1440 par 1080 pixels, et il est assez saccadé, à 15 images par seconde seulement. Le fichier total est donc plutôt petit, soit sensiblement un peu plus gros qu’une photo d’iPhone.

Une place raisonnable, certes, mais ceux qui possèdent un iPhone de 16 Go seulement voudront probablement désactiver la fonctionnalité par défaut, et s’en servir uniquement dans les moments où elle vaut vraiment la peine.

Est-ce qu’on peut partager les Live Photos?

partage 3

Il est malheureusement difficile de partager des Live Photos, du moins en dehors de l’écosystème d’Apple. Pour l’instant, il est ainsi possible de les transférer d’un appareil iOS à l’autre par AirDrop. Il sera aussi possible de les envoyer vers un ordinateur Mac équipé d’El Capitan et de les consulter dans l’application Photos.

Pour les autres appareils et les autres sites, vous devrez plutôt vous contenter de partager la photo normale, tout simplement, ou encore de passer par un ordinateur et de partager la vidéo. Les plus motivés peuvent ensuite téléverser leurs vidéos vers YouTube et choisir la photo comme couverture de la vidéo et reproduire (en partie) une Live Photo sur le web.

Le procédé est rapide pour ceux qui s’y connaissent, mais quand même complexe pour la plupart des gens, et le résultat final est moins intéressant que sur un téléphone directement, par contre :

Heureusement, la chose pourrait changer prochainement. Apple a fourni des outils aux développeurs pour qu’ils puissent utiliser les Live Photos, et Facebook intégrera les images animées d’Apple sur son site web d’ici la fin de l’année. L’agence Getty Images serait aussi en train de considérer l’utilisation de Live Photos pour ses volets créatifs et éditoriaux, selon ce qu’a confirmé le directeur de la technologie de l’entreprise Steve Heck.

Est-ce vraiment intéressant?

3 live photos

Le jury délibère toujours sur cette dernière question. Certains adorent la fonctionnalité, d’autres la jugent inutile.

De mon côté, j’étais au départ très sceptique, notamment parce qu’aucune fonctionnalité du genre n’a jamais réellement décollé jusqu’ici. Après quelques jours d’utilisation, je me suis toutefois un peu réchauffé à l’idée.

Certaines Live Photos prises au cours des derniers jours permettent de revivre l’ambiance d’une photo un peu plus efficacement (comme une photo d’enfants qui jouaient au hockey dans la rue), et d’autres permettent de cacher des choses, comme quelqu’un qui tire la langue après la prise du cliché, par exemple.

La plupart des Live Photos tombent à plat (notamment celles où on oublie de garder son téléphone stable après la prise du cliché), mais certaines sont donc indéniablement amusantes.

En regardant ses vieilles photos, et même des photos célèbres, on réalise aussi qu’on aimerait parfois avoir accès à des images animées du genre, pour revoir les instants entourant une image prise à une époque où la technologie n’existait pas.

CLS59201

Pouvoir revivre les secondes avant et après la célèbre photo de Pennie Smith où Paul Simonon des Clash brise sa guitare basse (une photo utilisée par le groupe pour la pochette de son album London Calling), par exemple, mettrait certainement en valeur la fonctionnalité.

Il est difficile de savoir de quoi auront l’air les Live Photos d’ici quelques années. Live Photos pourra soit s’imposer comme une fonctionnalité ingénieuse que les gens utiliseront dans la vie de tous les jours, ou encore s’avérer une expérience ratée.

J’ai tendance à croire que si la fonctionnalité est laissée à elle-même, elle risque plutôt de tomber dans la seconde catégorie.

Pour éviter ce destin et s’assurer que le genre puisse réellement décoller, Apple devra redoubler d’ardeur, notamment en facilitant l’exportation des images vers d’autres appareils et vers d’autres services en ligne et même, pourquoi pas, permettre aux autres entreprises d’intégrer la technologie à leurs téléphones et à leurs appareils photo conventionnels.

Apple iPad Pro

Deux nouveaux iPhone, une importante mise à jour de l’Apple TV, un iPad grand format qui peut être transformé en ordinateur portatif, de nouvelles montres : c’est une conférence de presse marathon qu’a tenue Apple mercredi. Voici mes premières impressions sur les appareils dévoilés lors de l’événement.

iPhone 6S : 3D Touch surprend

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tel que prévu, Apple a dévoilé mercredi deux nouveaux téléphones, les iPhone 6S et 6S Plus. Fidèle à son habitude, Apple propose cette année des appareils offrant un design similaire à ceux des années précédentes, mais avec des composantes améliorées et quelques nouvelles fonctionnalités.

La plus grande nouvelle est sans aucun doute l’arrivée de 3D Touch, une technologie qui permet d’appuyer fortement sur son écran pour activer des fonctionnalités, comme un sous-menu, ou encore pour suivre un lien sans quitter son application principale.

Après quelques minutes d’utilisation, 3D Touch semble particulièrement prometteur, surtout pour les utilisateurs avancés qui recherchent des façons d’être plus efficaces sur leur appareil mobile. Les autres fabricants devraient en prendre bonne note.

Parmi les autres nouveautés des iPhone 6S et 6S Plus, ceux-ci sont plus rapides qu’auparavant, grâce au processeur A9, le lecteur d’empreintes digitales TouchID est deux fois plus rapide et leurs appareils photo ont été améliorés, avec l’appareil arrière qui passe à 12 mégapixels et l’appareil frontal qui passe à 5 mégapixels.

Malheureusement, l’iPhone 6S débute toujours avec une capacité de 16 Go, même avec ses photos plus grandes et la prise de vidéos 4K de sa caméra, ce qui est certainement une déception.

Les iPhone 6S et 6S Plus seront lancés au Canada le 25 septembre prochain, pour 899 $ et plus sans entente.

iPad Pro : la création avant la consommation

iPad Pro

L’iPad sera désormais offert dans une troisième taille, plus grande, à 12,9 pouces. L’iPad Pro est tout simplement énorme, avec son écran exactement deux fois plus grand que celui de l’iPad Air et son format à peine plus petit que le MacBook Air.

Alors que l’iPad est souvent considéré comme un appareil conçu pour consommer de l’information, l’iPad Pro est pour sa part beaucoup plus axé sur la création de contenu.

Si on inclut l’arrivée du multitâche d’iOS 9, permettant de travailler sur deux applications à la fois, et le lancement du clavier Smart Keyboard d’Apple, l’iPad Pro a d’ailleurs indéniablement des allures d’ordinateur portatif.

Si son clavier, qui utilise la même technologie que celui que l’on retrouve dans le MacBook, est étonnamment efficace pour sa minceur, il faudra attendre un essai plus poussé pour savoir si la tablette pourra réellement remplacer un ordinateur.

L’appareil pourra aussi être accompagné d’un nouveau stylet actif, l’Apple Pencil, pour permettre d’écrire ou dessiner avec précision sur l’écran. Un premier essai s’est avéré convaincant, avec une bonne précision et une technologie de reconnaissance de la paume efficace, pour écrire avec sa main collée sur l’écran.

L’iPad Pro sera lancé en novembre, pour environ 300 $ de plus que l’iPad Air 2 (le prix canadien exact n’a toujours pas été annoncé).

Apple TV : une fluidité qui plaît

Apple TV

Après quelques années tranquilles dans le salon, Apple a finalement dévoilé sa nouvelle console Apple TV.

Si l’appareil n’inclut aucun service télé IP d’Apple (la compagnie tenterait de lancer un service du genre depuis plusieurs années maintenant), celui-ci offre toutefois de nouvelles composantes plus puissantes et un nouveau système d’exploitation qui permettront d’y installer des applications tierces pour la première fois.

La nouvelle puissance de l’Apple TV est particulièrement agréable lorsque l’on navigue dans l’interface à l’aide de la télécommande Bluetooth qui est désormais livrée avec la console. L’interface est fluide et agréable à contrôler avec le pavé tactile de la télécommande, au point où il sera difficile de retourner en arrière.

Apple a présenté quelques-unes des applications qui seront lancées avec la console. Outre les traditionnelles applications vidéo comme Netflix et HBO, les jeux devraient occuper une place importante.

Plusieurs jeux mobiles seront adaptés pour l’Apple TV, mais aussi des jeux pour consoles de jeux vidéo, comme Guitar Hero. Détail intéressant, il sera possible d’entamer une partie sur l’Apple TV pour la poursuivre sur un appareil mobile comme l’iPad et l’iPhone. Malheureusement, les appareils d’Apple ne supportent toutefois qu’un seul compte Apple ID à la fois, ce qui pourrait rendre cette fonctionnalité plus problématique avec les familles.

Parmi les autres nouveautés de l’Apple TV, notons l’assistant personnel Siri, qui devrait simplifier les recherches.

L’Apple TV sera lancée au Canada vers la fin d’octobre, pour 149 $ US avec une capacité de 32 Go ou 199 $ US avec une capacité de 64 Go. Le prix en dollars canadiens n’a toujours pas été dévoilé.

Maxime JohnsonUn premier iPod depuis 2012 pour Apple

par

 publié le 16 juillet 2015 à 8 h 09

Même s’il n’occupe plus une place prépondérante parmi les produits Apple, le lecteur multimédia iPod n’est pas mort. L’entreprise américaine a d’ailleurs lancé hier une mise à jour importante de son iPod touch, une première depuis 2012, en plus d’offrir de nouvelles couleurs pour l’iPod nano et l’iPod shuffle.

iPod touch : à mi-chemin entre un iPhone 5 et un iPhone 6
ipod 6

L’iPod touch de sixième génération se veut un mélange entre un iPhone 5 et un iPhone 6.

La nouvelle variante du lecteur multimédia d’Apple intègre en effet plusieurs caractéristiques du dernier téléphone du fabricant, notamment un processeur A8 à 64 bits et le coprocesseur M8, qui permet de profiter des capteurs de l’appareil même lorsque ce dernier est en veille, afin par exemple de calculer ses pas pendant la journée.

Son appareil photo a aussi été amélioré. Il comprend désormais un capteur iSight de 8 mégapixels et une caméra frontale HD offrant un mode rafale, un mode HDR et un contrôle manuel de l’exposition.

Le nouvel iPod n’adopte toutefois pas le grand format de l’iPhone 6, puisqu’il conserve l’écran de 4 pouces qui équipait l’iPhone 5 et l’iPhone 5S. On n’y trouve pas non plus de lecteur d’empreintes digitales TouchID. Ces choix permettent en partie à l’appareil de se vendre à un prix beaucoup plus bas que celui de l’iPhone, soit 249 $ pour le modèle de 16 Go contre 839 $ pour un iPhone 6 équivalent.

Mise à jour nécessaire
ipod 540

Il ne fait aucun doute que l’importance de l’iPod a grandement diminué avec la montée des téléphones intelligents. Depuis le premier trimestre de 2015, Apple ne dévoile d’ailleurs plus les ventes de ses iPod, puisque celles-ci sont désormais incorporées dans la catégorie « Autres produits » dans les résultats trimestriels de l’entreprise, avec les accessoires, les appareils Beats Electronics et l’Apple TV.

La mise à jour de cette semaine était toutefois des plus nécessaire, puisque le dernier iPod touch était inspiré de l’iPhone 5 et même de l’iPhone 4, avec son processeur A5, ses 512 Mo de mémoire vive (plutôt que 1 Go à l’heure actuelle) et sa caméra de seulement 5 mégapixels.

Avec ses nouvelles caractéristiques, l’appareil représente un choix intéressant pour ceux qui cherchent les avantages d’un téléphone intelligent, mais sans les fonctions téléphoniques et surtout, à prix abordable.

Le nouvel iPod touch devrait aussi permettre aux développeurs de tester leurs applications mobiles à faible coût sur un appareil aussi performant que l’iPhone actuel, et non sur un autre qui serait quelques générations en retard.

Notons finalement que le modèle de 128 Go remplace pour sa part l’iPod Classic de 160 Go, qui a récemment été retiré des tablettes par Apple. Son prix de 499 $ pourrait toutefois faire peur à certains.

De nouvelles couleurs pour les iPod nano et iPod shuffle
touchj nano

Les iPod nano et shuffle ont pour leur part eu droit à des changements esthétiques seulement, puisqu’ils sont désormais offerts en bleu, en rose et en doré (tout comme l’iPod touch, d’ailleurs), en plus des habituels argent, noir et rouge.

Il est bon de noter que puisque ces deux appareils n’intègrent pas de connectivité wi-fi, ceux-ci ne sont pas compatibles avec le nouveau service Apple Music et la radio Beats 1. Voilà probablement une occasion ratée, surtout dans le cas de l’iPod nano, qui commence à en offrir bien peu pour son prix.

L’iPod nano est vendu à 179 $ pour 16 Go au Canada, et l’iPod shuffle, à 59 $ pour 2 Go.