Billets classés sous ‘android’

Maxime JohnsonMise à l’essai de la Samsung Galaxy Tab S

par

 publié le 9 juillet 2014 à 11 h 19

Samsung Galaxy Tab S

Samsung lance cet été sa meilleure tablette électronique à ce jour, et sans aucun doute l’une des meilleures tablettes Android sur le marché, même si celle-ci souffre de quelques défauts classiques des appareils mobiles de la compagnie coréenne. Mise à l’essai de la Galaxy Tab S de Samsung.

Design
La Galaxy Tab S de Samsung offre un design similaire à son petit cousin, le Galaxy S5. Comme le populaire téléphone intelligent, la tablette est par exemple composée de plastique, avec une finition texturée à l’arrière, de coins plutôt arrondis et d’un grand bouton central large sous l’écran tactile. La Galaxy Tab S est toutefois plus mince (seulement 6,6 mm d’épaisseur), et ce, tant pour le modèle équipé d’un écran de 8,4 pouces que de celui avec écran de 10,5 pouces.

Somme toute, son design est correct, et on l’aime particulièrement pour sa minceur. Mais encore une fois, ce n’est pas sur ce point que Samsung pourra convaincre les gens de délaisser l’iPad d’Apple au profit de sa tablette Android.

Écran
La plus grande force de la Galaxy Tab S de Samsung est probablement son écran tactile Super AMOLED, qui offre des couleurs riches et une excellente résolution de 2560 par 1600 pixels. Ce ne sont pas tous les contenus qui profitent d’une telle résolution, mais lorsque c’est le cas, la tablette impressionne.

Certains puristes pourraient regretter la saturation des couleurs sur la Galaxy Tab S, mais ces couleurs vibrantes devraient toutefois séduire la plupart des gens.

Parmi les caractéristiques intéressantes de l’écran, notons que celui-ci s’adapte automatiquement au contenu qui est consulté par l’utilisateur, comme des vidéos ou des photos. La fonctionnalité est notamment utile lorsqu’on lit un livre numérique et que le fond de l’écran s’adoucit pour rendre le texte plus net.

Caractéristiques techniques
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La nouvelle tablette de Samsung s’en sort plutôt bien sur le plan de ses caractéristiques techniques, tant pour les grandes choses que pour les petits détails.

Son processeur à huit cœurs et ses 3 Go de mémoire vive lui permettront d’être fluide et compatible avec les applications les plus lourdes pour encore longtemps, et on apprécie sa fente pour carte microSD (en plus de son espace de stockage de 32 Go). Ses appareils photo numériques de 8 et de 2,1 mégapixels, sans être exceptionnels, sont aussi très corrects pour une tablette. Et enfin, elle comprend aussi un port infrarouge permettant de contrôler un téléviseur.

Performances et autonomie
Côté performances, il n’y a rien de très sérieux à redire sur la Galaxy Tab S. Celle-ci est un peu lente lorsqu’on change d’utilisateur, et occasionnellement quand vient le temps d’ouvrir certaines applications. Mais sinon, tout est fluide à souhait, et les jeux et logiciels les plus exigeants fonctionnent parfaitement.

J’ai toutefois éprouvé certains problèmes avec quelques applications tierces, comme Marvel Unlimited, qui affichait mal les pages des bandes dessinées, probablement à cause du ratio 16:10 de l’écran (ce qui est assez curieux, puisqu’un partenariat unit justement Marvel et Samsung pour le lancement de la tablette). Dans ce cas précis, on peut donc présumer que la situation pourrait être corrigée rapidement.

Autre point négatif, la qualité sonore de la tablette, du moins dans le cas du modèle de 8,4 pouces, laisse grandement à désirer. On aime la présence des deux haut-parleurs qui assurent un son stéréo, mais le son est mince, sans aucune basse fréquence.

L’autonomie de la tablette est pour sa part excellente, comme c’est généralement le cas avec les tablettes haut de gamme. Notons que la batterie ne peut être remplacée par l’utilisateur, mais à une dizaine d’heures d’utilisation entre les charges, on s’en passe très bien.

Logiciel : du bon et du mauvais
magazine ux

Comme c’est toujours le cas avec Samsung, la compagnie offre une quantité impressionnante d’ajouts logiciels au système d’exploitation Android (4.4.2).

Parfois, ces modifications sont intéressantes, mais généralement, celles-ci n’apportent pas grand-chose ou nuisent carrément à l’expérience utilisateur.

Parmi les bons coups logiciels de Samsung, notons qu’il est possible d’afficher l’écran de son téléphone Galaxy S5 sur sa tablette, et même d’y recevoir des appels. La fonction ne sera pas utile pour tout le monde, et elle ne sera pas utile souvent, mais il s’agit quand même d’un petit plus que certains pourraient apprécier.

Samsung permet aussi de sauvegarder les empreintes digitales de tous ceux qui possèdent un compte sur la tablette afin de simplifier l’ouverture de l’appareil (notons que le lecteur n’est toutefois pas des plus précis, ce qui enlève un peu de l’intérêt à la fonctionnalité). Des modes pour enfants et pour invités sont aussi offerts, tout comme un mode économie d’énergie, efficace pour prolonger l’autonomie de son appareil en cas d’urgence.

Malheureusement, les nouveautés de Samsung sont aussi parfois embêtantes, comme le menu latéral qui permet d’afficher deux applications à la fois sur l’écran de la tablette. Le menu s’ouvre constamment contre notre gré lorsqu’on utilise certaines applications (surtout des jeux), ce qui est parfois frustrant.

L’interface Magazine UX, qui remplace l’écran d’accueil Android par défaut, est pour sa part assez lourde, et les nombreuses applications en double (de Samsung et de Google, comme le navigateur Internet ou Chrome, l’outil de photo Galerie ou Photos, etc.) encombrent inutilement l’appareil, en plus de mêler certains utilisateurs.

Les cadeaux de Samsung
cadeaux

Toujours du côté logiciel, il est bon de noter que Samsung s’est dépassée cette fois-ci en matière de contenu gratuit offert avec la tablette : un film sur l’application Cineplex Store, trois mois avec Marvel Unlimited, de l’espace supplémentaire pour Box et Dropbox, quelques mois d’essai avec plusieurs magazines, etc.

Il s’agit d’un détail assez mineur, mais c’est quand même beaucoup plus de contenu gratuit qu’avec n’importe quelle autre tablette sur le marché.

Samsung s’attaque à l’iPad
Samsung ne s’en cache pas : l’objectif de la Galaxy Tab S est de gagner des parts dans le marché des tablettes haut de gamme, dominé jusqu’ici par l’iPad d’Apple. La compagnie coréenne s’en tire bien dans le monde si on calcule toutes les sortes de tablettes, mais pour les modèles phares, la compagnie à la pomme possède toujours une bonne longueur d’avance.

La Galaxy Tab S de Samsung est vendue à peu près au même prix que l’iPad d’Apple, et elle offre une bonne alternative haut de gamme aux utilisateurs qui préfèrent le système d’exploitation Android.

Il est toutefois difficile de voir ce qui pourrait convaincre les propriétaires d’iPad de délaisser leur tablette pour celle de Samsung. Oui, Android et la Galaxy Tab S ont quelques avantages par rapport à la tablette d’Apple (comme les comptes multiples sur un même appareil), mais l’iPad détient toujours une avance sur plusieurs autres points importants (applications tierces optimisées pour tablettes, qualité audio, design, accessoires disponibles, etc.).

La Galaxy Tab S est dans tous les cas un appareil de qualité, qui devrait combler les amateurs d’Android à la recherche d’une tablette haut de gamme. La tablette est vendue 419,99 $ pour le modèle de 8,4 pouces et 519,99 $ pour le modèle de 10,5 pouces.

io outside

Android L, Android Wear, Android Auto, Android TV. Google a de grandes ambitions pour son système d’exploitation mobile Android, qui devrait dès cette année se retrouver sur de plus en plus d’écrans différents. Présentation des différentes nouveautés Android présentées à la conférence pour développeurs Google I/O 2014.

Android « L Developer Preview »
android l

Pour la première fois cette année, Google a présenté la prochaine version de son système d’exploitation Android plusieurs mois à l’avance, afin de mieux préparer les fabricants de téléphones et les développeurs d’applications aux modifications à venir. Il s’agit d’une mise à jour majeure, qui sera probablement lancée sous le numéro Android 5.0.

La prochaine version d’Android offre plusieurs changements par rapport au design de l’interface et des différentes applications. Chez Google, on présente la nouvelle mentalité comme du « design matériel », où les éléments rappellent un peu ceux de la vraie vie.

Non, Android L ne ramènera pas les Skeuomorphismes d’iOS 6.0 (comme du faux bois, un faux plancher de casino, etc.), mais les animations sont désormais plus naturelles, et vraiment plus jolies. Reste à voir si celles-ci auront une incidence sur la fluidité sur les appareils moins performants.

Heureusement, plusieurs modifications ont aussi été apportées à Android L pour améliorer les performances générales du système d’exploitation mobile et de toutes les applications Android, ce qui pourrait compenser les nouvelles animations. D’ailleurs, Google a aussi amélioré les performances graphiques de son système d’exploitation.

Quelques fonctionnalités ont aussi été ajoutées à Android L. Les notifications s’affichent désormais sur l’écran de déverrouillage en fonction de leur priorité, et il ne sera plus nécessaire d’entrer son mot de passe si on possède une montre Android Wear et que celle-ci est à son poignet.

Notons que Google a aussi dévoilé Project Volta, un projet qui devrait améliorer l’autonomie des appareils Android L de différentes façons. Google n’a toutefois pas encore chiffré ces améliorations.

Pour les utilisateurs en entreprise, notons que Google a aussi annoncé l’arrivée d’Android for Work, qui permettra d’utiliser un seul appareil pour ses applications personnelles et de travail, une technologie qui semble en partie tirée de la fonction Samsung Knox des téléphones intelligents de Samsung.

Android L sera offert aux développeurs au cours des prochaines heures, mais le grand public devra probablement attendre la fin de l’année pour pouvoir en profiter.

Android Wear
android wear

Google avait déjà présenté en mars dernier Android Wear, son système d’exploitation pour les technologies qui se portent comme les montres intelligentes. La compagnie a toutefois profité du Google I/O pour annoncer une nouvelle montre intelligente, la Samsung Gear Live, et pour lancer son kit de développement logiciel complet, qui devrait permettre aux développeurs de créer dès maintenant des applications pour les premières montres Android Wear.

Android Wear est un système d’exploitation mobile minimaliste, qui met principalement de l’avant le service Google Now de Google. Google Now offre des cartes personnalisées, où la compagnie tente de prédire les informations dont l’utilisateur aura besoin sans que celui-ci n’ait besoin de les chercher, comme la météo, les informations sur un vol à venir, une alerte pour savoir quand il faut quitter sa maison pour arriver à temps à un rendez-vous, les résultats de son équipe sportive préférée, etc.

Android Wear affiche aussi les notifications de son téléphone, tout en les conservant synchronisées avec ses autres appareils. Si vous effacez une notification sur votre montre, vous n’aurez donc pas besoin de la consulter à nouveau sur votre téléphone plus tard.

Le système d’exploitation portable de Google devrait aussi permettre d’interagir avec les différentes applications de son téléphone via la reconnaissance vocale (pour prendre des notes, contrôler sa musique, etc.).

Les montres Google LG G Watch et Samsung Gear Live seront mises en vente aujourd’hui aux États-Unis, et la Moto 360 de Motorola (la plus jolie du lot, et de loin) sera offerte plus tard cet été.

Android Auto
android auto

Tel que prévu, Google a présenté au Google I/O Andoid Auto sa plateforme pour les voitures connectées.

Google n’a présenté que trois applications pour son système pour l’instant : Google Play Music, pour écouter sa musique, Google Maps, pour la navigation, et une application pour la messagerie texte (vocale seulement).

L’interface d’Android Auto est assez jolie, et elle s’intègre bien avec les autres interfaces d’Android. Notons que celle-ci est toutefois plutôt chargée, avec parfois beaucoup de texte à l’écran et plusieurs petits boutons. La plateforme CarPlay d’Apple est pour sa part beaucoup plus minimaliste, ce qui pourrait être un avantage sur la route.

Les premières voitures équipées d’Android Auto devraient être lancées dès cette année. Selon Google, 25 marques de voitures différentes profiteront du système dans un futur rapproché.

Android TV
android tv

Ceux qui doutaient encore des intentions de Google avec son système d’exploitation Android devront finalement se rendre à l’évidence que la compagnie espère installer son système sur bien plus que des téléphones intelligents et des tablettes.

La compagnie a en effet présenté au Google I/O Android TV, le successeur de Google TV, qui pourra être intégré autant dans les téléviseurs directement que dans des adaptateurs externes et des consoles de jeux vidéo.

Le système d’exploitation devrait permettre de consulter du contenu de plusieurs sources, mais aussi d’installer des jeux et d’effectuer des recherches vocales à partir d’un téléphone, de sa montre Android Wear ou d’une télécommande compatible.

Rien d’Android TV n’est particulièrement spectaculaire, mais le tout semble au moins plutôt réussi.

Google a confirmé aujourd’hui que son système sera installé dans les téléviseurs 4K de Sony dès cette année, et dans ceux de Sharp dès l’année prochaine.

Il est bon de noter qu’Android TV est aussi compatible avec le système Chromecast de Google. Il sera donc possible d’envoyer des vidéos et des applications à partir d’un téléphone ou d’un ordinateur vers son téléviseur, sans acheter un adaptateur Chromecast supplémentaire.

Au passage, notons que l’adaptateur Chromecast sera lui aussi mis à jour cet été, avec l’arrivée notamment d’une fonction pour gérer les photos qui s’affichent sur son téléviseur et pour afficher l’écran complet de son téléphone sur sa télé.

1 milliard d’utilisateurs
android stats

Google a finalement aussi profité du Google I/O pour présenter quelques statistiques sur son système d’exploitation Android. Pour la première fois, Android a notamment dépassé le milliard d’utilisateurs actifs (qui utilisent leur appareil au moins une fois par mois).

Notons que Google a aussi affirmé avoir atteint 62 % des parts dans le marché des tablettes dans le monde. Évidemment, il s’agit là de parts mondiales. La grande quantité de tablettes Android bon marché vendues notamment en Inde et en Chine a certainement aidé Google à atteindre cette statistique cette année.

Maxime JohnsonAmazon Fire Phone : en deçà des attentes

par

 publié le 19 juin 2014 à 11 h 43

fire phone

Amazon était censé révolutionner le monde de la téléphonie mobile, hier, avec le dévoilement de son très attendu premier téléphone intelligent. Si le Fire Phone offre quelques bonnes idées et des caractéristiques convenables, l’appareil ne devrait toutefois aucunement chambouler l’industrie.

Le Fire Phone est un téléphone équipé du système d’exploitation Fire OS, une version modifiée d’Android par Amazon pour mettre de l’avant ses différents services, comme ses boutiques d’applications, de musique et de vidéo. Il s’agit en quelque sorte de la version téléphone de la tablette Kindle Fire, aussi équipée du système d’exploitation d’Amazon.

Côté technique, il s’agit d’un appareil plutôt haut de gamme, avec un processeur Snapdragon 800, 2 Go de mémoire vive, une capacité de 32 ou de 64 Go, un appareil photo de 13 mégapixels avec stabilisation optique et un écran 720p de 4,7 pouces. L’appareil ne rivalise pas avec les nouveaux téléphones phare comme les HTC One M8 et Samsung Galaxy S5, mais celui-ci n’est pas très loin derrière.

Ce n’est toutefois pas par ses caractéristiques techniques ou son design (qui rappelle un peu celui de l’iPhone) que l’appareil se démarque (un peu) des autres sur le marché, mais pas trois caractéristiques quand même originales.

« Perspective dynamique »
peek

Les rumeurs avaient prévu un téléphone équipé d’un écran 3D, et c’est presque ce qu’Amazon a dévoilé hier dans une conférence de presse. L’écran du Fire Phone offre en fait des effets de profondeur, où les images ne ressortent pas de l’écran, mais où elles entrent en quelque sorte dans ce dernier. La technologie devrait notamment permettre de créer des applications et des jeux immersifs.

Amazon utilise le concept de « dynamic perspective » (son nom anglais) d’une façon plutôt large, puisque celui-ci intègre aussi des façons d’ajuster l’écran et de contrôler l’interface selon la façon que l’on tient et l’on bouge le téléphone dans ses mains, par exemple, pour afficher des informations sur une carte simplement en tournant son téléphone.

Les premiers échos de la presse spécialisée semblent confirmer que la technologie est plutôt impressionnante, mais son intérêt pourrait bien s’étioler après quelques jours, comme c’est souvent le cas avec des curiosités du genre.

Firefly : un outil pour tout acheter
firefly

Le Fire Phone offre également Firefly, un outil qui utilise le microphone et la caméra du téléphone pour reconnaître pratiquement tout autour de nous, comme du texte sur une affiche, une bouteille de shampoing, un disque, un livre, une émission de télé, un DVD, de la musique, etc.

Évidemment, il est ensuite possible d’acheter directement les produits trouvés sur Amazon. Considérant que le téléphone intègre un bouton dédié à Firefly et qu’Amazon permet d’acheter des produits en un seul clic avec sa fonction 1-Click, le Fire Phone s’annonce comme l’un des outils les plus puissants jamais créés pour magasiner rapidement, ce qui est certainement à l’avantage du géant du commerce en ligne.

MayDay
feature-mayday._V351099405_

La troisième nouveauté du Fire Phone est probablement celle qui sera le plus utile dans la vie de tous les jours. Avec MayDay, les propriétaires du téléphone d’Amazon pourront discuter par vidéoconférence avec le service à la clientèle de la compagnie, et ce, 24 heures sur 24.

Ce n’est pas tout le monde qui a besoin d’un service du genre, mais ceux qui sont moins habiles avec les technologies l’apprécieront certainement.

Un modèle d’affaires comme tous les autres
Là où Amazon a le plus déçu hier, c’est par l’absence de nouveauté dans le modèle d’affaires du téléphone. La plupart des observateurs s’attendaient à quelque chose de nouveau et de disruptif de la part d’Amazon, mais la compagnie a plutôt choisi d’offrir son téléphone d’une façon architraditionnelle, par le biais d’un seul opérateur américain (AT&T) et à un prix similaire aux autres téléphones du genre, soit 199 $ avec entente de deux ans.

Le Fire Phone est, à bien des égards, un excellent téléphone. Mais sans nouveauté matérielle vraiment utile et sans modèle d’affaires innovateur, il est un appareil parmi tant d’autres, et il est difficile de voir pourquoi les consommateurs choisiraient le téléphone d’Amazon avant ceux de LG, de HTC, de Samsung ou d’Apple, par exemple.

Le Fire Phone sera lancé aux États-Unis le mois prochain. Aucun lancement au Canada n’est prévu pour l’instant.

Le Fire Phone n’aura probablement pas l’impact que certains attendaient sur le marché de la téléphonie, mais l’appareil marque quand même l’arrivée d’une nouvelle figure majeure dans ce secteur. Ce ne sera vraisemblablement pas avec le Fire Phone, mais Jeff Bezos a encore le temps de faire sa marque dans ce marché, comme il l’a fait dans tant d’autres auparavant.

Maxime JohnsonMise à l’essai du Sony Xperia Z2

par

 publié le 12 mai 2014 à 17 h 05

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sony a lancé la semaine dernière son nouveau téléphone phare, le Xperia Z2. Tout comme son prédécesseur, l’appareil offre notamment un boîtier imperméable, ainsi que toutes les caractéristiques haut de gamme que l’on pourrait espérer d’un appareil du genre. Malheureusement, son format géant risque d’en rebuter plus d’un.

Design
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sony n’a que très peu modifié le design de son téléphone phare cette année. Le Xperia Z2 est en effet pratiquement identique au Xperia Z1, avec sa forme particulièrement carrée.

Si la constance est louable, force est de constater que Sony aurait pu profiter de l’occasion pour revoir le format de l’appareil, puisque ce qui était la principale faiblesse du Z1 – sa taille – demeure la principale faiblesse du Z2.

Ce n’est pas seulement le grand écran de 5,2 pouces qui est imposant. Après tout, d’autres téléphones Android offrent une taille similaire. Malheureusement, l’appareil de Sony offre aussi un cadre plus grand que la moyenne et un boîtier plutôt épais.

Celui-ci n’est tout simplement pas agréable à tenir dans les mains.

On aime toutefois la qualité de la finition et l’imperméabilité du téléphone, qui devrait particulièrement être utile pour les plus maladroits ou pour ceux qui traînent leur appareil à la plage.

Caractéristiques et performances
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si la taille du téléphone intelligent de Sony laisse à désirer, la qualité de ses différentes composantes compense amplement ce défaut.

L’appareil offre notamment un superbe écran, un bon processeur Snapdragon 801, 3 Go de mémoire vive et un capteur photo de 20 mégapixels. D’autres caractéristiques sont pour leur part moins exceptionnelles, mais quand même convenables, comme sa capacité interne de 16 Go (avec uniquement 12 Go d’accessibles, par contre, mais il est aussi possible d’en augmenter la capacité avec une carte microSD).

Le Sony Xperia Z2 est un appareil rapide, qui devrait être compatible même avec les jeux et les applications les plus puissants pour quelques années encore.

Côté autonomie, celle-ci est correcte, et vous pourrez passer une journée complète sans traîner votre chargeur. Au pire, le mode STAMINA devrait vous permettre d’augmenter un peu l’autonomie de l’appareil, même si celui-ci est un peu moins efficace que les modes similaires proposés par Samsung pour le Galaxy S5 et par HTC pour le HTC One (M8).

Appareil photo
nord couleur 540

Sans être particulièrement révolutionnaire, l’appareil photo du Sony Xperia Z2 est sans aucun doute l’un des plus intéressants sur le marché.

Son capteur de 20 mégapixels est notamment excellent, et celui-ci intègre une stabilisation optique assez impressionnante, qui permet de filmer des vidéos stables et, en théorie, des images claires à la noirceur.

J’ai pris plusieurs clichés superbes avec le téléphone de Sony. L’appareil permet un certain flou artistique (même minime), et les images bien éclairées sont saisissantes.

whiskey noirceur

À la noirceur, certaines images s’en tirent bien (comme ici, où un menu manuscrit peu éclairé est facile à lire), mais un traitement logiciel en bousille parfois complètement d’autres. Dommage. Quand même, il n’y a pas beaucoup d’appareils qui auraient réussi la photo du menu ci-haut.

Le logiciel de l’appareil photo de Sony est pour sa part un véritable pêle-mêle, mais on aime notamment la possibilité de faire des vidéos 4K et la qualité des panoramas.

Notons que j’ai aussi apprécié la présence d’un déclencheur dédié sur le boîtier du téléphone, qui permet à la fois d’ajuster la mise au point comme sur un appareil traditionnel en appuyant dessus légèrement et de prendre des photos sous l’eau.

Logiciel
Le Sony Xperia Z2 est équipé d’Android 4.4 KitKat avec une interface personnalisée de Sony.

Cette interface, combinée aux nombreuses applications inutiles de la compagnie qui prennent de la place sur notre appareil, est probablement l’autre grande faiblesse du téléphone, après sa taille.

Comme c’est souvent le cas avec ce genre de choses, on s’y habitue, mais il est clair que le téléphone serait une plus grande réussite avec une interface plus légère.

Prix et disponibilité
Le Sony Xperia Z2 est offert dès maintenant exclusivement par Bell Canada pour 179,95 $ avec une entente de deux ans.

Maxime JohnsonEssai du LG G Flex et de son écran recourbé

par

 publié le 14 avril 2014 à 12 h 21

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le LG G Flex est le premier téléphone intelligent lancé au Canada à offrir un grand écran recourbé au lieu d’un écran plat habituel. Même si l’écran est plus intéressant que prévu, il ne faudrait toutefois pas s’attendre à ce que l’appareil connaisse beaucoup de succès auprès du grand public. Mise à l’essai.

Le LG G Flex est un téléphone Android offert par Rogers depuis le début du mois d’avril. Celui-ci propose plusieurs composantes haut de gamme, mais tout de même un brin derrière celles que l’on trouve dans les téléphones Android du moment, comme le Samsung Galaxy S5 (consultez mon test ici) et le HTC One (M8) (consultez mon test ici).

Un écran recourbé, mais surtout grand
Sa principale caractéristique – et la seule raison qui pourrait faire qu’on achète le LG G Flex ou non – est son grand écran tactile recourbé. Celui-ci offre une résolution en deçà de la norme, à 720p, et un format immense de 6 pouces. À côté du LG G Flex, même le pourtant très grand LG G2 semble tout petit (et c’est encore plus impressionnant lorsqu’on ajoute l’iPhone 5S, comme dans la photo ci-dessous).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’écran POLED est d’une assez bonne qualité, avec des couleurs vibrantes, mais il est certain que la grandeur du téléphone devrait rebuter la majorité des utilisateurs, du moins en dehors de la Corée du Sud, où les hybrides entre un téléphone et une tablette sont plutôt la norme. L’appareil est carrément trop grand pour être utilisé efficacement d’une main, et il est loin d’être le plus facile à loger dans une poche.

Et la courbe, elle?

Mes attentes par rapport à cette dernière étaient, je dois l’avouer, assez faibles. LG n’a jamais vraiment offert de bonne justification à son existence, mis à part pour le simple fait de montrer que c’était possible de créer un téléphone avec un écran recourbé.

J’ai toutefois quand même apprécié ce format, surtout quand venait le temps de faire défiler de longues listes, sur Twitter par exemple. Le mouvement du pouce est alors agréable, et visuellement, le défilement m’apparaissait même plus naturel que sur un écran standard.

L’écran est aussi bien fait pour regarder un film ou jouer à un jeu, quoique sa taille soit probablement le facteur déterminant ici, plus que sa forme. Le grand écran du LG G Flex est aussi particulièrement efficace en ce qui concerne l’écriture.

Pour le reste : semblable au LG G2
Toutes les autres caractéristiques du LG G Flex ressemblent au LG G2, le téléphone phare de la compagnie coréenne lancé il y a quelques mois déjà. Son puissant processeur Snapdragon 800 est identique, il offre aussi 2 Go de mémoire vive, une capacité interne de 32 Go, un capteur de 13 mégapixels, etc. Il offre toutefois une pile plus grosse, qui compense le grand écran tactile du téléphone.

Côté logiciel, on y trouve pour l’instant Android 4.2.2 avec une interface personnalisée de LG, mais une mise à jour vers Android 4.4 KitKat devrait être lancée sous peu. L’appareil est offert pour 199,99 $ avec une entente de 2 ans avec Rogers.

Le LG G Flex n’est pas un mauvais téléphone, loin de là, mais il s’agit indéniablement d’un appareil de niche. Une niche qui devrait à mon avis être bien petite au Canada.