Billets classés sous ‘android’

Maxime JohnsonEssai de la Lenovo Yoga Tablet 2 Pro

par

 publié le 15 décembre 2014 à 18 h 37

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans l’univers des tablettes Android, où les appareils se suivent et se ressemblent souvent, la Lenovo Yoga Tablet 2 Pro fait figure d’exception, avec ses caractéristiques uniques comme un grand écran de 13 pouces et un projecteur intégré. Mise à l’essai d’une tablette originale, pour le meilleur et pour le pire.

Design
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La nouvelle Lenovo Yoga Tablet 2 Pro reprend le design de sa prédecesseure lancée l’année dernière, notamment avec sa pile cylindrique qui se trouve sur le côté de la tablette et qui la distingue instantanément des autres sur le marché.

Cette protubérance peut sembler curieuse, mais elle offre plusieurs avantages intéressants. Celle-ci peut, par exemple, être utilisée pour servir de pied à l’appareil, en plus de lui assurer une bonne autonomie.

Notons que le pied a aussi été troué cette année, ce qui permet d’installer la tablette sur un crochet, un ajout que j’ai trouvé franchement utile, notamment pour suivre une recette sur l’appareil dans la cuisine.

La Lenovo Yoga Tablet 2 Pro n’est donc peut-être pas des plus jolies, mais son design est certainement pratique.

Caractéristiques
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Outre l’ajout d’un projecteur à même le pied de l’appareil, Lenovo a grandement amélioré les caractéristiques de sa tablette depuis l’année dernière. Son processeur Intel Atom à quatre cœurs est plus rapide (même s’il laisse encore à désirer, comme un bref essai du jeu Heartstone vous en convaincra), et son immense écran de 13,3 pouces propose une excellente résolution de 2560 par 1440 pixels. Ce n’est pas la plus grande densité sur le marché, mais il s’agit d’une amélioration considérable comparativement à l’horrible écran dont était dotée la première Yoga Tablet.

Pour le reste, notons que la tablette offre 32 Go d’espace disque (avec une fente pour carte SD), 2 Go de mémoire vive, une caméra arrière de 8 mégapixels et une caméra frontale de 1,6 mégapixel. Ses deux haut-parleurs frontaux de 8 watts sont aussi plus puissants que la moyenne.

Il ne reste qu’à déterminer si le grand format de l’appareil vous convient. Ceux qui regardent surtout des vidéos sur leur appareil devraient apprécier, tout comme ceux qui écrivent des documents (un usage toutefois plus rare sur une tablette), mais force est de constater que l’écran de 13,3 pouces alourdit considérablement l’appareil et le rend moins pratique pour les déplacements.

Et le projecteur?
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Outre sa taille et sa forme, l’autre grande curiosité de la tablette de Lenovo est son projecteur intégré, qui permet de projeter un écran allant jusqu’à 50 pouces sur un mur afin de regarder un film, ou d’improviser une réunion.

Le projecteur fonctionne convenablement, mais celui-ci n’offre pas une très bonne résolution, et sa luminosité laisse grandement à désirer. Elle est suffisante dans le noir sur un mur blanc, mais bien honnêtement, dans la plupart des cas, votre vidéo sera beaucoup plus belle si vous la regardez sur l’écran de 13 pouces de l’appareil.

J’ai par contre été agréablement surpris par l’autonomie du projecteur, qui peut fonctionner pendant cinq heures sur une seule charge, et la puissance des haut-parleurs est particulièrement appropriée lorsque la tablette est utilisée comme un projecteur.

Logiciel
interface

Côté logiciel, Lenovo se tire un peu dans le pied avec son interface moins conviviale par rapport à la version standard d’Android 4.4 Kitkat. Les menus sont moins bien conçus (comme les paramètres, qui sont désormais au bas de l’écran), ceux-ci peuvent être mélangeants, et les applications DOit de Lenovo sont carrément inutiles.

Disons que Lenovo aurait avantage à s’inspirer des autres fabricants de tablettes Android, qui dosent de mieux en mieux leurs interfaces personnalisées.

Certains pourraient toutefois apprécier la possibilité d’afficher deux applications en même temps sur le grand écran de la tablette, comme avec un ordinateur. Il faut toutefois posséder un clavier et une souris Bluetooth pour pleinement profiter des fonctions multitâches de l’appareil.

Une tablette pour certains, à bon prix
La Lenovo Yoga Tablet 2 Pro est sans aucun doute la tablette la plus originale sur le marché, avec des caractéristiques qui peuvent parfois être pratiques, mais qui contribuent malheureusement aussi à rendre l’appareil plus encombrant.

Ceux qui sont intéressés par les fonctionnalités uniques de l’appareil aimeront aussi son prix de 469,99 $, une véritable aubaine pour un appareil de cette taille.

Catherine MathysLes meilleures applications de 2014, selon Google

par

 publié le 3 décembre 2014 à 15 h 29

Eh oui, bientôt la fin de l’année. L’heure des bilans et des palmarès a sonné. Dimanche dernier, Google puisait dans sa banque de plus de 1 million d’applications pour publier sa sélection des 69 meilleures de 2014. L’exercice semble plus complet cette année, comparativement au maigre choix de 11 applications de l’an dernier.

Google-Best-Apps-of-2014

Attention, il ne s’agit pas de la liste des applications les plus populaires. Vous ne trouverez donc pas de références à Instagram ou à Facebook. On y reconnaît, bien sûr, plusieurs noms bien connus comme Uber ou Shazam, mais on remarque aussi certaines applications qui nous sont peut-être passées sous le nez durant l’année comme Frontback, Minube ou encore Rundavoo. Dans la liste, on retrouve surtout des applications gratuites, mais aussi 7 applications payantes : Over, 7 Minute Workout, Afterlight, Facetune, djay2, Ultimate Guitar et Amazing World Atlas.

Voici la liste complète des applications sélectionnées par Google, selon le classement du magazine Time:

Productivité

  • Wunderlist : To-Do List & Tasks
  • SwiftKey Keyboard
  • IFTTT (If This, Then That)
  • Sunrise Calendar
  • Todoist: To-Do List, Task List
  • Mailbox
  • Offtime – Life Unplugged
  • Rundavoo
  • Money Traker
  • SlideShare Presentations
  • Strive

Éducation ou formation

  • TED
  • Lumosity
  • Duolingo
  • Craftsy Classes
  • Monki Chinese Class
  • Child Mode & Time Education
  • Amazing World Atlas

Divertissement

  • Hulu
  • Comedy Central
  • Disney Movies Anywhere
  • DramaFever
  • 5by
  • Dailymotion

Information

  • Yahoo News Digest
  • BuzzFeed
  • The Economist
  • CNN
  • New York Times
  • Watchup : Your Daily Newscast

Musique et audio

  • Shazam
  • Pandora
  • iHeartRadio
  • Afterlight
  • Musixmatch Music Player Lyrics
  • djay 2
  • TuneIn Radio
  • Soundhound
  • edjing – DJ Music
  • Equalizer + MP3 player volume
  • Ultimate Guitar

Sports et santé

  • Onefootball – Pure Soccer!
  • Golfshot : Golf GPS
  • Univision Deportes
  • 7 Minute Workout
  • Google Fit

Magasinage

  • Wish
  • Groupon

Photographie

  • Over
  • EyeEm : CAmera & Photo Filter
  • Facetune
  • Carousel – Dropbox Photos
  • Video Collage Maker
  • Camera Zoom

Personalisation

  • Locket Lock Screen
  • Link Bubble Browser

Applications sociales

  • Timehop
  • OKCupid
  • Secret
  • LINK – with people nearby
  • Frontback
  • Obscure
  • Lettrs
  • Telegram
  • Samba : Videos + Reactions
  • Bitmoji
  • Skype Qik : Group Video Chat
  • Viadeo

Voyage

  • Expedia
  • Maps.ME
  • Anywayanyday
  • Minube
  • Windfinder
  • Uber

Le grand absent de la liste : les jeux 

Bien que les jeux soient la plus importante source de revenus de Google Play, on n’en trouve aucun dans la liste des applications de l’année. Au 3e trimestre de 2014, les jeux représentaient presque à eux seuls tous les revenus de Google Play aux États-Unis et en Corée du Sud. Chez nos voisins, ce sont surtout les jeux de stratégie comme Game of War – Fire Age, Boom Beach et Clash of Clans qui ont contribué à gonfler les revenus. Google nous prépare peut-être une liste séparée pour nous dresser le palmarès de ses jeux favoris.

Si on laisse de côté le tri de Google et qu’on regarde le véritable portrait de la situation au Canada, c’est effectivement un jeu qui a dominé les téléchargements d’applications gratuites de 2014 sur Google Play avec Guns GirlZ – Escape Ragnarök. Dans les 10 premières applications gratuites, on retrouve aussi Candy Crush Soda Saga et Stick Hero. Quant aux 10 applications payantes de l’année, la liste est presque entièrement composée de jeux, Minecraft – pocket edition figurant tout en haut du palmarès.

 Une chaude lutte entre Google et Apple

Selon un récent rapport du site App Annie, au troisième trimestre de 2014, les téléchargements d’applications sur Google Play ont excédé ceux d’Apple de 60 %. Au même trimestre l’an dernier, Google ne dominait Apple que par 25 % au chapitre du téléchargement d’applications. Le bond est spectaculaire.

Cependant, les revenus de ventes d’applications sont plus importants chez Apple que chez Google. L’App Store d’Apple a généré 60 % de plus de revenus que Google Play.

Toujours selon ce rapport, ce sont les applications de messageries qui ont connu la plus grande croissance avec Facebook Messenger en tête, tant à Google qu’à Apple. Bien sûr, la décision de Facebook, en juillet dernier, de rediriger la messagerie sur l’application Facebook Messenger n’est pas étrangère à cette position avantageuse. Les nombreuses critiques concernant l’imposition d’une telle application ont ralenti sa progression en août avant de reprendre en septembre.

Cela dit, Facebook n’est pas la première à diviser pour mieux régner. Foursquare, avec sa nouvelle application Swarm, a aussi démultiplié sa présence dans les palmarès d’applications.

Et vous, quelles sont vos applications Android de l’année?

 

Maxime JohnsonEssai de Lollipop : Android fait peau neuve

par

 publié le 19 novembre 2014 à 13 h 15

android 5 540

Après une dizaine de mises à jour en cinq ans seulement, Google lance ces jours-ci la toute dernière version de son système d’exploitation mobile, baptisée Android 5.0 Lollipop. Malgré une quantité de nouveautés relativement petite pour les utilisateurs, il s’agit d’une mise à jour importante, qui propose notamment une nouvelle interface et qui adapte le système à de nouvelles plateformes.

On peut regrouper les changements apportés à Lollipop en trois grandes catégories : une interface revampée, de nouvelles fonctions pour les utilisateurs et des changements apportés à la structure même du système.

Nouvelle interface
interface 540

Le changement le plus apparent avec Android 5.0 Lollipop est son interface, qui adopte désormais le « material design », un design conçu par le génie des interfaces Mathias Duarte. Le design, qui sera aussi adopté par de plus en plus d’applications Android tierces et par les différents services de Google avec le temps, se veut plus vivant, inspiré du monde réel.

Dans les faits, on remarque notamment l’omniprésence de cartes qui semblent flotter au-dessus de l’arrière-plan pour afficher des informations, des animations pour passer d’un élément à l’autre (pour ouvrir la liste d’applications à partir de l’écran d’accueil d’Android, par exemple), une fluidité exemplaire de l’interface et l’utilisation de couleurs vivantes.

Il s’agit d’un changement relativement subtil, mais réussi. Google a aussi modifié certaines parties de son interface, comme le menu d’accès rapide à ses paramètres, qui est plus intuitif qu’auparavant.

Nouvelles fonctionnalités
not

Android 5.0 propose aussi quelques nouveautés pour les utilisateurs. Les plus apparentes sont reliées aux notifications, que l’on peut désormais gérer plus facilement.

Il est par exemple possible de bloquer toutes ses notifications pour une période déterminée (une heure, le temps d’une réunion, ou deux heures, le temps d’un film, par exemple), mais aussi de les bloquer seulement partiellement, en laissant passer les notifications importantes (les appels de certains contacts, par exemple).

On a aussi un meilleur accès à ses notifications à partir de son écran de déverrouillage.

Parmi les autres nouveautés, notons qu’Android offre désormais un mode d’économie d’énergie, une fonction inspirée des modes équivalents offerts par les différents fabricants de téléphones intelligents Android, et que le système s’intègre mieux qu’auparavant à Android Wear, afin, par exemple, de déverrouiller automatiquement son téléphone ou sa tablette lorsque l’on porte une montre intelligente.

Les utilisateurs d’Android 5.0 sur un téléphone pourront aussi créer des comptes invités sur leur appareil, afin que quelqu’un d’autre puisse l’utiliser sans accéder à leurs informations personnelles. Notons que cette fonctionnalité était déjà offerte avec les tablettes Android.

Changements structurels
tablette

Plusieurs nouveautés d’Android 5.0 Lollipop ne seront toutefois pas visibles pour les utilisateurs.

Le système est, par exemple, compatible avec les processeurs 64 bits, tel que celui que l’on retrouve dans la nouvelle tablette Nexus 9 et il adopte un nouveau moteur d’exécution.

Android a aussi été adapté pour d’autres plateformes, comme la télévision.

« Quand est-ce qu’Android 5.0 Lollipop sera offert sur mon appareil? »
La cinquième mise à jour majeure d’Android est sans aucun doute une belle réussite, malgré la présence de quelques bogues ici et là. Android 5.0 Lollipop est d’ailleurs le système d’exploitation mobile le plus joli et le plus agréable à utiliser en ce moment sur le marché.

On s’en rend moins compte sur une tablette où l’on passe le clair de son temps à utiliser des applications, mais sur un téléphone, où l’on parcourt souvent les multiples menus de l’interface et les différentes notifications, le nouveau système est apprécié.

La question est maintenant de savoir qui y aura droit, et comment les fabricants de téléphones Android adapteront leurs interfaces personnalisées en fonction des nouveautés proposées par Google.

Les différents appareils de la gamme Nexus, depuis le Nexus 4, devraient recevoir la mise à jour au cours des prochains jours, et certains l’ont peut-être même déjà reçue. Pour vérifier si vous pouvez télécharger cette mise à jour gratuite, sélectionnez « À propos du téléphone » ou « À propos de la tablette » dans les paramètres du système.

Pour les autres appareils, aucune date de lancement n’a encore été confirmée, mais tous les téléphones phares des deux dernières générations devraient recevoir la mise à jour au cours des prochains mois, comme les HTC One M7 et M8, les téléphones Sony Xperia Z, les derniers Samsung Galaxy S et Samsung Galaxy Note et les Moto X, G et E de 2013 et de 2014.

Malheureusement, pour les téléphones d’entrée de gamme et pour les modèles plus anciens, il faudra y aller au cas par cas, et certains pourraient devoir attendre plusieurs mois avant de pouvoir mettre la main sur Lollipop. Malheureusement, d’autres ne la recevront aussi probablement jamais et devront se contenter de leur version actuelle d’Android.

Maxime JohnsonMise à l’essai du Samsung Galaxy Note 4

par

 publié le 24 octobre 2014 à 15 h 06

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis sa première version en 2011, le téléphone grand format Galaxy Note de Samsung n’a pas beaucoup changé. On y trouve une petite amélioration par ici, une nouveauté intéressante par là. Au fil des ans, cette évolution tranquille a permis à Samsung de transformer ce qui était au départ une curiosité en une marque établie. Voici une mise à l’essai du meilleur téléphone intelligent de Samsung jusqu’ici.

Design
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Samsung Galaxy Note 4 est l’un des premiers téléphones de Samsung à profiter du nouveau design dévoilé cet été par la compagnie coréenne. De face, l’appareil semble identique à son prédécesseur, avec un écran de la même taille (5,7 pouces), des coins arrondis et un large bouton central.

L’appareil est toutefois doté d’une nouvelle finition métallique sur les côtés, qui donne une bonne impression de solidité lorsque l’on tient le téléphone dans sa main. À l’arrière, Samsung conserve son couvercle de plastique en faux cuir, sans sa fausse bordure par contre.

Le résultat est quand même assez réussi. Le design du Galaxy Note 4 est juste assez nouveau pour donner un vent de fraîcheur apprécié à la gamme, mais aussi juste assez similaire à celui du Note 3 pour que l’appareil s’inscrive dans une certaine continuité.

Caractéristiques et performances
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’une des principales nouveautés du Samsung Galaxy Note 4 est son écran Super AMOLED, qui offre désormais une résolution QHD (2560 par 1440). L’écran offre aussi des couleurs riches, une excellente luminosité et une précision impressionnante, probablement même beaucoup plus grande que les besoins réels des utilisateurs, en fait.

On aurait pu regretter le choix d’un tel écran s’il avait nui à l’autonomie du téléphone, mais heureusement, ce n’est pas le cas. La grande pile de 3220 mAh est amplement suffisante pour permettre à l’appareil de fonctionner pendant plus d’une journée. Au passage, notons que le téléphone peut être chargé à 50 % en 30 minutes seulement, ce qui est certainement considérable les matins où l’on a oublié de brancher l’appareil.

Une autre grande amélioration a été apportée à l’appareil photo situé à l’arrière du Galaxy Note 4. Celui-ci est maintenant muni d’un capteur de 16 mégapixels avec stabilisation optique. Il s’agit du même capteur que celui du Samsung Galaxy S5, mais le mécanisme de stabilisation optique devrait assurer de meilleurs clichés lorsqu’il fait sombre.

Sa caméra frontale a aussi été améliorée, avec un capteur de 3,7 mégapixels, mais la qualité des photos m’a laissé un peu sur ma faim à cause du traitement de l’image un peu trop poussé par la caméra. La caméra frontale du Samsung Galaxy Note 4 est d’ailleurs le parfait exemple que la quantité de mégapixels n’a bien souvent rien à voir avec la qualité des photos.

Parmi les autres caractéristiques de l’appareil, notons que celui-ci est l’un des téléphones Android les plus puissants sur le marché, avec un processeur à quatre cœurs cadencé à 2,7 GHz, 3 Go de mémoire vive et une capacité interne de 32 Go. On remarque aussi la pile amovible du téléphone, ainsi que sa fente pour carte SD.

Certaines nouveautés du Samsung Galaxy S5 ont finalement été transposées sur le Note 4, comme un lecteur d’empreintes digitales (moins réussi que celui d’Apple, qui a l’avantage de pouvoir être utilisé d’une seule main et d’être plus précis) et un capteur de rythme cardiaque. Notons que ce dernier mesure aussi désormais la saturation en oxygène du sang.

Un stylet amélioré
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme ses prédécesseurs, le Samsung Galaxy Note 4 est finalement équipé d’un stylet S Pen, qui a encore été bonifié cette année.

Le stylet, qui peut être glissé dans le boitier du téléphone lorsqu’on ne s’en sert pas, permet notamment d’écrire et de dessiner avec beaucoup de précision, puisqu’il reconnaît maintenant jusqu’à 2048 points de pression. Celui-ci peut aussi être utilisé, par exemple, pour prendre des notes sur une capture d’écran ou pour copier un bout d’image facilement. Le stylet permet aussi de copier ou de surligner du texte efficacement, puisque le processus est alors beaucoup plus facile qu’avec ses doigts.

Selon Samsung, 50 % des utilisateurs de Galaxy Note utiliseraient le stylet S Pen au moins une fois par jour. Ça me semble un peu gros – je l’utilise personnellement au maximum une fois par semaine, et encore -, mais dans tous les cas, celui-ci est subtil lorsqu’il est rangé dans le téléphone. Ce n’est donc pas un inconvénient non plus.

Logiciel : Samsung s’améliore tranquillement
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Côté logiciel, le Samsung Galaxy Note 4 est muni d’Android 4.4 Kitkat, avec une interface maison de Samsung.

Comme toujours, Samsung offre mille et une fonctionnalités et applications supplémentaires très souvent inutiles, mais la compagnie coréenne semble s’être contrôlée un peu plus qu’à l’habitude, cette année.

Beaucoup des fonctions sont désormais cachées dans les paramètres du téléphone, et non imposées à l’utilisateur, et la compagnie a même remplacé certaines de ses applications par des logiciels plus populaires. L’application de messagerie ChatON de Samsung a par exemple été remplacée par WhatsApp, beaucoup plus pratique pour la très grande majorité des gens.

Il y a même quelques bons coups de Samsung, notamment pour contrôler son téléphone d’une seule main. Par exemple, il est possible d’afficher des boutons logiciels sur le côté du téléphone pour remplacer les boutons physiques de l’appareil, et il est possible de réduire complètement l’interface du Note 4 en un glissement du doigt.

Grâce à l’excellente résolution de l’écran du Galaxy Note 4, le petit téléphone virtuel qui s’affiche est facile à consulter, et les gauchers aimeront la possibilité de le positionner à gauche ou à droite de l’écran.

Notons que le clavier du téléphone peut également être réduit et positionné pour être utilisé d’une seule main.

Si on aime la taille
Samsung a créé un nouveau genre de téléphone en 2011, avec le lancement du Galaxy Note original. Depuis, pratiquement tous les fabricants ont lancé leur propre « phablette », dans l’espoir de répéter le succès de Samsung.

Pendant ce temps, la compagnie coréenne a multiplié les itérations de son appareil, en améliorant constamment ses composantes, en ajoutant de nouvelles fonctionnalités et en revenant en arrière lorsque nécessaire. La quatrième génération du Galaxy Note n’offre aucune grande surprise, mais il s’agit d’un appareil performant et abouti.

Les téléphones grands formats ne sont pas pour tout le monde, mais ceux qui recherchent un appareil de cette taille apprécieront sans aucun doute le Samsung Galaxy Note 4.

Le Samsung Galaxy Note 4 est offert dès aujourd’hui, de 250 $ à 330 $ avec une entente de 2 ans chez les principaux opérateurs canadiens et de 750 $ à 800 $ sans entente.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’établissement bancaire Tangerine a dévoilé ce matin plusieurs nouveautés qui seront offertes prochainement aux utilisateurs de son application mobile, soit pour augmenter la sécurité des transactions, soit pour effectuer ses opérations à l’aide de la reconnaissance vocale. Présentation de trois nouveautés mobiles à surveiller au cours des prochains mois.

Opérations bancaires vocales
Tangerine devrait offrir dès cet automne une mise à jour de son application iOS dotée d’un assistant vocal, un peu comme Siri d’Apple et les autres assistants que l’on retrouve dans les téléphones intelligents, mais optimisée pour les opérations bancaires seulement. Il s’agit d’une première au Canada.

« Ce n’est pas que de la reconnaissance vocale dans un centre d’appel, c’est beaucoup plus poussé. Le système est conçu pour reconnaître le langage naturel, on peut donc lui parler comme on parlerait normalement à quelqu’un » explique Brett Beranek, directeur principal en solutions marketing pour Nina et biométrie vocale, Division Entreprise, chez Nuance à Montréal, où la technologie a été créée.

À quoi bon parler à son téléphone de la sorte? Certains utilisateurs moins habiles avec la technologie pourraient, par exemple, préférer l’interaction par la voix plutôt qu’avec leur écran tactile, et d’autres pourraient s’en servir lorsqu’ils sont sur la route. « Notre but est d’offrir à nos clients la possibilité de faire leurs opérations comme ils le souhaitent, sur l’appareil avec lequel ils sont le plus à l’aise », précise Charaka Kithulegoda, responsable des technologies de l’information chez Tangerine.

Eh oui, ceux qui préfèrent parler à un être humain par téléphone peuvent aussi encore le faire.

Ceux qui font souvent de mauvaises expériences avec la reconnaissance vocale seront aussi rassurés d’apprendre que l’application reformule et demande de confirmer chaque opération. Pratique, quand on souhaite transférer 10 $ et non 10 000 $ à un ami.

L’assistant vocal de Tangerine sera offert pour les utilisateurs iOS au cours des prochaines semaines. Une version Android sera aussi lancée par la suite.

Tangerine intègre TouchID à son application
L’assistant vocal ne sera pas la seule nouveauté pour les propriétaires d’un iPhone récent, puisque ceux-ci pourront aussi bientôt utiliser leurs empreintes digitales pour activer l’application de Tangerine, grâce au lecteur TouchID des iPhone 5S, 6 et 6 Plus.

Tout cela est évidemment possible depuis l’arrivée d’iOS 8, puisqu’Apple permet maintenant aux développeurs d’utiliser son lecteur d’empreintes digitales TouchID, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Notons que le lecteur d’empreintes digitales ne sera pas utilisé pour remplacer le mot de passe, mais plutôt comme facteur d’authentification supplémentaire.

Ma voix est mon mot de passe
Si les deux précédentes innovations sont offertes dans un premier temps pour les propriétaires d’iPhone seulement, les utilisateurs d’Android ne seront pas en reste, grâce à l’ajout d’une fonction - unique à Android cette fois - d’authentification par la voix.

Contrairement à la reconnaissance vocale, où les algorithmes tentent de reconnaître les mots qui sont prononcés, ce sont ici les caractéristiques uniques à la voix de chaque personne qui sont identifiées par les serveurs de Nuance, qui a également créé cette technologie.

« On recherche des centaines de caractéristiques physiques dans la voix, afin de l’identifier précisément », note Brett Beranek.

La voix humaine est modifiée de différentes façons, en passant dans le larynx, par les dents, etc. En combinant suffisamment de facteurs biométriques, les algorithmes de Nuance parviennent à reconnaître une personne avec précision, un peu comme un être humain finalement. Sans forcément connaître les facteurs en cause, l’homme est après tout capable de différencier les voix de ceux qui l’entourent sans aucun problème.

Dans le cas de l’application mobile de Tangerine, l’utilisateur devra réciter une phrase de passe précise (qui pourrait bien être « Ma voix est mon mot de passe », ou « Avec Tangerine, ma voix est mon mot de passe »), afin de déverrouiller son application. Encore ici, la voix sera utilisée comme second facteur d’authentification, et non pour remplacer le mot de passe.

Ailleurs dans le monde, à la banque Barclays, au Royaume-uni, par exemple, qui utilise la même technologie, la voix est généralement utilisée comme unique facteur d’authentification.

« Il faut dire que c’est extrêmement sécuritaire », précise Brett Beranek. La technologie parvient par exemple à différencier la véritable voix d’un simple enregistrement. La biométrie vocale est aussi plus facile pour l’utilisateur, qui n’a pas besoin de se souvenir de plusieurs mots de passe.

Une vulnérabilité dans les serveurs d’une autre compagnie ne met pas non plus en danger les utilisateurs du service, comme c’est parfois le cas avec les mots de passe (étant donné que les gens réutilisent souvent les mêmes).

L’authentification vocale devrait être offerte aux utilisateurs d’Android au début de 2015.