Billets classés sous ‘Alain Desrochers’

Gina DesjardinsApple, Flash, Google, H.264 et le film Gerry

par

 publié le 28 janvier 2011 à 14 h 22

On a parlé énormément de Flash depuis la sortie de l’iPad. Certains voient la décision de Steve Jobs comme la faiblesse de la tablette, d’autres trouvent son geste courageux. C’est vrai que peu de compagnies ont les reins assez solides pour prendre une décision aussi drastique.

Le HTML a été conçu à la base pour l’hypertexte et pour afficher du contenu multimédia (vidéos, images animées, jeux, etc.), il fallait greffer un logiciel à son fureteur, Flash Player d’Adobe devenant le plus utilisé. Mais ces plug-ins externes ralentissent (et font parfois planter) les fureteurs.

Voilà pourquoi Apple ne voulait pas de Flash sur sa tablette. La compagnie voulait une tablette rapide, qui ne plante pas et avec la meilleure autonomie de batterie possible. Elle aurait demandé à Adobe, en cours de développement, de faire des modifications et de régler entre autres plusieurs bogues. Cette dernière, sentant probablement qu’elle avait le monopole et que personne ne pouvait se passer de son plug-in, n’a rien fait. Apple a pris la décision que l’on connaît. Après le vif succès de l’iPad, Adobe a réagi en envoyant des messages et en publiant des publicités dans les médias traditionnels et les réseaux sociaux au lieu de trouver un terrain d’entente avec Apple. Steve Jobs n’a pas apprécié. Les deux parties semblent maintenant irréconciliables.

Mais Apple n’est pas la seule compagnie à croire que l’avenir est dans le HTML 5 et que Flash sera prochainement désuet. Même Google, pas prêt à abandonner Flash tout de suite pour autant, le dit. Le langage HTML a évolué et il va permettre de lire les vidéos naturellement. La révolution est prévue dans quelques années, le temps que les navigateurs (et les designers web) s’ajustent aux nouveaux standards. Pour avoir une idée des possibilités, vous pouvez voir des exemples et en apprendre plus sur le site d’Apple ou « HTML5Rocks » par Google.

Le début de la guerre des formats vidéo

Il y a toutefois une nouvelle guerre de formats d’encodage vidéo pour ce qui va un jour remplacer le Flash. On trouve d’un côté le leader H.264 de Moving Picture Experts Group (MPEG), mais la licence coûte 5 millions de dollars par année selon Libération. Microsoft, Apple et Google ont d’abord embrassé cette norme pour les dernières versions de leurs fureteurs. Mozilla n’a jamais voulu payer la licence, considérant le prix exorbitant comme étant contre sa philosophie, car Firefox n’aurait jamais pu voir le jour si la compagnie avait dû payer des licences pour utiliser HTML, JavaScript ou CSS. De l’autre côté, on trouve donc les formats libres et gratuits, dont Theora et WebM (connu sous le nom de VP8 avant d’être acheté et par Google). Le 11 janvier dernier, Google a annoncé laisser tomber H.264 pour se tourner exclusivement vers les logiciels libres. D’ici deux mois, son fureteur Chrome ne supportera plus la norme H.264.

Apple a le pouvoir qu’il faut, du côté des appareils mobiles, pour obliger un changement, Google a du pouvoir en ce qui concerne la norme vidéo : il est le propriétaire de YouTube (maintenant en WebM), un des sites les plus visités du web et de loin la plateforme vidéo la plus consultée. Vraisemblablement, le format libre et ouvert WebM pour HTML5 deviendra la norme…

J’invite d’ailleurs mon voisin de Triplex Laurent LaSalle, designer web, à donner son avis sur le sujet.

Gerry : le film



Pas que ça a un lien direct, mais c’est le site (en Flash) du film Gerry qui m’a donné envie de vous parler de ce sujet.

Hier, on a annoncé la sortie de la bande-annonce du très attendu film réalisé par Alain DesRochers (Nitro, Cabotins, Musée Éden). Étrangement, celle-ci était en exclusivité sur le site web. Habituellement, s’assurer que les gens visitent notre site est une pratique pour avoir le plus de visiteurs possible pour des statistiques à montrer aux annonceurs ou pour des clics sur les bannières. Mais le but d’un site dépourvu de publicité créé pour promouvoir un film est qu’un maximum de gens voient la bande-annonce avec l’intention d’aller voir le film lors de sa sortie (17 juin), pas qu’un maximum de gens aillent sur le site.

Bref, hier, tous les médias (traditionnels et en ligne) parlaient de la sortie de la bande-annonce en donnant l’adresse du site pour la voir créant de l’achalandage. Malheureusement, le site ne fonctionnait pas pour plusieurs personnes. J’ai essayé sur Chrome, Safari et Firefox. Ça prenait plusieurs minutes à charger, et lorsque ça fonctionnait, la bande-annonce arrêtait en plein milieu.

J’ai posé la question sur Twitter. J’ai reçu au moins une vingtaine de réponses de gens pour qui le site ne fonctionnait pas non plus. Ils étaient tous déçus. Plusieurs avaient hâte de voir plus d’images sur ce film relatant la vie de la légende québécoise Gerry Boulet. Je suis donc allée voir sur la page Facebook du film, la bande-annonce n’y était pas. On y avait mis en ligne le teaser sorti à l’automne. Pas d’explication non plus sur le compte Twitter (où il est encore écrit que le film sortira en mars, mais bon ça, c’est un autre sujet). Je suis allée chercher sur YouTube, où l’on trouve les bandes-annonces de plusieurs distributeurs de films, incluant Les Films Séville. Pas là non plus.

Évidemment, peu de temps après, des internautes l’y ont mise. En quelques heures, une version en basse qualité sur YouTube a eu plus de 1000 clics. Dans la description de LaurentVitalis, on peut lire « Trailer downloadé du site officiel et uploadé ici, en attendant que le site soit plus accessible et rapide. » Un autre a aussi mis en ligne un peu plus tard une version de meilleure qualité.

Pour s’assurer qu’une vidéo a une grande visibilité, il vaut mieux la rendre accessible sur une plateforme comme YouTube (puisque c’est la plus populaire). Il est ainsi possible de la partager sur les blogues et les réseaux sociaux. Si un trop gros trafic ralentit son site, les visiteurs ont une autre option. C’est certain qu’obliger les gens à aller sur son site peut aider la récolte de données analytiques, mais il est aussi possible d’en avoir pour les médias sociaux.

Le site du film Gerry fonctionne mieux aujourd’hui (moins de trafic), alors je vous invite à le visiter.