Billets classés sous la catégorie « Tablettes »

Maxime JohnsoniPad Pro de 9,7 pouces : premières impressions

par

 publié le 21 mars 2016 à 17 h 51

ipad pro

Apple a dévoilé lundi une petite version de sa tablette professionnelle iPad Pro. Son format est pratique pour le dessin, mais convient toutefois moins bien à l’écriture pour ceux qui comptent remplacer leur ordinateur par une tablette. Premières impressions.

Une tablette de taille normale

format

L’iPad Pro de 9,7 pouces est doté d’un écran de la même taille que celui qu’avait l’iPad original, soit la moitié de l’écran de 12,9 pouces du modèle lancé l’automne dernier.

Cette tablette conserve plusieurs des nouveautés de sa grande version, soit un connecteur pour accessoires sur le côté de l’appareil et quatre haut-parleurs qui assurent un son puissant en stéréo, peu importe que l’on tienne l’iPad en mode portrait ou paysage. Son processeur est encore une fois l’A9X d’Apple, il est doté du lecteur d’empreintes digitales TouchID et sa capacité minimale est de 32 Go (il existe maintenant un modèle à 256 Go également).

Son écran est toutefois de meilleure qualité que celui des modèles précédents, soit 25 % plus lumineux que celui de l’iPad Air 2, en plus d’afficher plus de couleurs que les écrans des autres tablettes d’Apple. Son appareil photo a aussi été amélioré et utilise désormais le capteur de 12 mégapixels et l’objectif F2.2 que l’on trouve dans l’iPhone 6S.

Quant à ses caractéristiques physiques, la tablette a la taille et le poids de l’iPad Air 2, soit 6,1 mm d’épaisseur et 437 grammes. Il s’agit donc d’une tablette mince et légère, beaucoup plus facile à transporter et à utiliser que l’iPad Pro de 12,9 pouces.

True Tone : pour des blancs plus blancs
La principale nouveauté de l’iPad Pro de 9,7 pouces est son écran True Tone, une fonctionnalité qui permet de mesurer la luminosité ambiante avec plus de précision qu’auparavant.

En plus de mesurer l’intensité lumineuse, l’iPad note la couleur de la lumière et ajuste son écran en conséquence. Le résultat est quand même apparent, surtout avec les blancs, qui pouvaient parfois avoir des teintes de bleu sur les anciennes tablettes de la compagnie, selon l’éclairage.

L’effet est notamment intéressant lorsqu’on lit un livre ou lorsqu’on dessine, mais sans plus.

Une question d’accessoires

CLAVIER

Un écran de meilleure qualité, une capacité plus grande et un processeur plus puissant ne sont pas des raisons suffisantes pour expliquer les 300 $ de différence entre l’iPad Pro de 9,7 pouces (799 $) et l’iPad Air 2 (499 $).

Le principal attrait de la version professionnelle de la tablette d’Apple est sa compatibilité avec deux accessoires, le stylet Apple Pencil et les claviers Smart Keyboard.

L’Apple Pencil est généralement aimé des illustrateurs, et devrait encore l’être avec cette tablette plus petite. Le stylet est précis, et dessiner sur l’iPad se rapproche grandement du dessin sur une feuille.

Avec le clavier Smart Keyboard, la nouvelle tablette rate toutefois un peu plus la cible. Le format de 9,7 pouces ne permet en effet pas d’avoir un clavier de taille habituelle, comme c’était le cas avec la tablette de 12,9 pouces.

Les touches sont encore une fois agréables à enfoncer, mais elles sont plus petites et plus tassées, assez pour faire quelques erreurs après un bref essai. On peut imaginer que la situation s’améliorera avec le temps, mais ceux qui souhaitent surtout écrire avec leur appareil risquent néanmoins d’y trouver plus leur compte avec l’iPad Pro de 12,9 pouces.

Lancement le 31 mars
La nouvelle tablette iPad Pro de 9,7 pouces sera lancée au Canada le 31 mars, soit en même temps que l’iPhone SE, un téléphone de 4 pouces également dévoilé aujourd’hui.

L’iPad Pro de 9,7 pouces sera vendu 799 $ avec une capacité de 32 Go, 999 $ avec 128 Go et 1199 $ avec 256 Go. Les modèles avec une connectivité LTE seront quant à eux vendus 979 $, 1179 $ et 1379 $ respectivement.

Marina

Samsung a lancé, à la fin de l’année dernière, une tablette format géant, la Galaxy View, dotée d’un écran de 18,4 pouces, pratiquement trois fois la taille d’un iPad standard. Un format qui en fait un appareil plus près d’une télé d’appoint que d’une tablette.

Design
design

La Galaxy View est dotée d’un design plutôt inusité, avec un couvercle de plastique à l’arrière de l’appareil qui peut être balancé en deux positions différentes : une pour poser la tablette en hauteur, comme une télé normale, et l’autre pour la placer à plat avec un certain angle, comme pour lire un journal.

Une poignée dans ce couvercle sert aussi à déplacer la tablette au besoin.

Car oui, malgré ses airs de petite télé, la Galaxie View est conçue pour être mobile. Si on ne risque pas de la voir dans un autobus de sitôt, elle offre quand même une autonomie de 8,5 heures de vidéo, soit assez pour faire un potage, un bœuf Wellington et un gâteau au chocolat dans la cuisine, tout en regardant Série noire en rafale.

Caractéristiques
side

La Samsung Galaxy View est dotée de caractéristiques correctes, comme un processeur à 8 cœurs Exynos 7580, 2 Go de mémoire vive et 32 Go d’espace. Celles-ci seront suffisantes pour assurer une navigation fluide en tout temps, mais aussi pour jouer à des jeux Android.

Son écran 1080p de 18,4 pouces n’est pas des plus éclatants, ni des plus précis, puisqu’il n’a pas la résolution des tablettes haut de gamme du moment, malgré sa taille beaucoup plus grande. Lorsqu’on regarde des vidéos, c’est correct, mais lorsque l’on consulte du contenu texte, comme ses courriels, l’image est très décevante, équivalant à celle d’un téléphone d’entrée de gamme d’il y a quelques années. Dommage.

Les couleurs de la Galaxy View sont aussi plutôt fades (on est loin des écrans AMOLED habituels de la compagnie), et la tablette réfléchit beaucoup trop la lumière. Le jour, on se voit très bien dans les reflets de l’écran, surtout lorsqu’une scène de film est sombre.

moi

La Galaxy View se reprend toutefois avec un son quand même fort, aidé par une bonne caisse de résonnance à l’arrière de la tablette.

Pour le reste, notons qu’elle est équipée d’une fente pour carte microSD, pour ceux qui voudraient écouter du contenu localement, et que sa recharge se fait à partir d’un port propriétaire et d’un chargeur particulièrement gros.

Un logiciel intégré avec Bell Télé Fibe
Bell

Le modèle testé ici est celui vendu par Bell. L’opérateur a intégré quelques éléments à l’interface de Samsung, notamment un bouton, à gauche du bouton d’accueil sous l’écran, pour accéder à l’application Bell Télé Fibe. Cette dernière peut aussi être lancée en glissant l’écran d’accueil vers la droite.

Les abonnés de Bell ont alors accès aux services mobiles de la compagnie, comme le contenu offert à la carte, la télé en direct, le guide télé et la programmation de son enregistreur numérique.

Il s’agit de la même application que sur les tablettes standards, mais toujours accessible en un seul clic.

Notons que Samsung a aussi apposé sa griffe à Android 5.1 en y ajoutant, par exemple, son babillard familial Family Square, qui permet de sauvegarder des photos pour la famille, de s’écrire des messages ou de faire des vidéos. Le contenu s’affiche alors sur une sorte de babillard virtuel skeuomorphique, ou encore comme écran de veille.

Que peut-on faire avec la Galaxy View?
quoi faire

Tout ce qu’il est possible de faire avec une tablette peut être accompli avec la Galaxy View, mais parfois avec plus ou moins de succès.

Les jeux conçus pour être joués avec les pouces un peu partout sur l’écran deviennent par exemple difficiles à contrôler. En revanche, ceux adaptés aux contrôleurs Bluetooth, comme la série Grand Theft Auto, sont bien plus agréables sur la Galaxy View que sur une tablette standard.

Le contenu textuel est aussi plus ou moins intéressant, à cause de la résolution limitée de l’écran pour sa taille, mais on s’y habitue. Parfois, la taille de la tablette peut aussi être encombrante, comme quand vient le temps de consulter LaPresse+ le matin au petit-déjeuner (cela étant dit, le journal papier l’était tout autant).

On peut aussi s’en servir comme un centre de contrôle pour les maisons connectées, que ce soit pour ajuster la musique dans les haut-parleurs Sonos des différentes pièces de la demeure, pour changer la couleur de ses ampoules Philips Hue ou pour ajuster les paramètres de sa caméra de surveillance.

C’est bien sûr le contenu vidéo qui se démarque surtout avec la Galaxy View. Avec la tablette de Samsung, on a accès à des vidéos locales si on le souhaite, mais aussi à la télé en direct (à condition d’être abonné à un forfait télé), à YouTube, à Tou.tv, à Netflix et plus.

À cet égard, la Galaxy View pourrait d’ailleurs être considérée davantage comme une petite télé très intelligente que comme une tablette électronique.

Malheureusement, celle-ci est quand même assez chère, à 699 $. Soit plus que bien des tablettes supérieures et bien des téléviseurs beaucoup plus grands. Ceux qui recherchent un hybride des deux pourraient toutefois y trouver leur compte.

Maxime JohnsoniOS 9 : cinq nouveautés à découvrir

par

 publié le 16 septembre 2015 à 11 h 11

Apple lance aujourd’hui iOS 9, une mise à jour importante de son système d’exploitation mobile. Voici quelques nouveautés qui améliorent le système et qui valent la peine d’être découvertes.

L’iPad aspire à la productivité
Split Over

C’est l’iPad qui a le droit aux plus grandes nouveautés cette année, avec l’arrivée de plusieurs améliorations qui augmentent la performance de la tablette d’Apple, une façon pour la compagnie de préparer le terrain à la venue de l’iPad Pro en novembre prochain.

L’iPad offre notamment trois nouveaux modes multitâches. « Slide Over » met temporairement en avant-plan une seconde application dans une petite bande sur le côté de l’écran, une nouveauté pratique notamment pour regarder rapidement ses courriels en naviguant sur le web, ou pour regarder son calendrier pendant qu’on écrit un courriel. « Split View » divise pour sa part l’écran en deux applications actives. La fonctionnalité est toutefois limitée à l’iPad Air 2 pour l’instant. Certaines personnes pourront finalement apprécier le mode Image dans l’image, qui affiche une vidéo ou une séance Facetime par-dessus une application active.

L’écriture sur l’iPad sera aussi désormais plus facile, notamment grâce à un mode qui permet de glisser deux doigts sur le clavier pour s’en servir comme un pavé tactile (pour glisser un curseur avec précision) et grâce à l’arrivée de certains raccourcis au haut du clavier (pour coller du texte, par exemple). Ceux qui utilisent un clavier Bluetooth pourront aussi désormais utiliser plusieurs des mêmes raccourcis que l’on trouve dans OS X.

Dans tous les cas, ces nouveautés devraient surtout avoir des répercussions sur l’iPad Pro, une tablette qui vise à remplacer l’ordinateur portatif.

L’économie d’énergie au cœur d’iOS 9
batterie

L’autonomie est souvent au cœur des préoccupations des propriétaires d’iPhone, et deux nouvelles fonctionnalités devraient finalement permettre de gérer un peu mieux sa pile. iOS 9 est tout d’abord doté d’un mode d’économie d’énergie, qui permet de prolonger son autonomie d’environ une heure, et un nouveau menu permet d’afficher la consommation de chacune de ses applications. Voilà qui peut être pratique pour dénicher la cause d’une baisse d’autonomie soudaine.

L’iPhone et l’iPad passent ici en mode rattrapage, comme ne manqueront certainement pas de le soulever certains amateurs d’Android. Toujours est-il que les deux nouveautés pourraient avoir un bon effet sur la vie de tous les jours des propriétaires d’iPhone, surtout les grands utilisateurs ou ceux qui sont dotés d’un appareil un peu plus vieux. Il est bon de noter que l’iPhone n’offre toutefois pas de mode d’économie aussi draconien que ceux de certains appareils Android, qui transforment notamment l’écran en noir et blanc en plus de limiter considérablement la liste des applications accessibles.

Des applications améliorées
notes

Plusieurs applications d’Apple ont été améliorées avec iOS 9.

Du lot, on retient surtout Note, l’application pour prendre des notes, qui permet maintenant d’intégrer des photos et des dessins, et de créer des listes à puces. Les notes peuvent aussi être associées à un compte iCloud, pour y accéder à partir de n’importe quel appareil Apple.

Malheureusement, Note ne permet pas d’enregistrer une conversation, comme le font de plus en plus les applications tierces du genre. Ceux qui ont besoin d’une application plus performante pour la prise de notes devront donc continuer à aller voir ailleurs, mais les utilisateurs occasionnels pourront certainement profiter des nouveautés.

La recherche dans les paramètres : simple, mais pratique
recherche

Parfois, ce sont les plus petites nouveautés qu’on apprécie le plus. La recherche dans les paramètres de l’iPhone est certainement une fonctionnalité qui entre dans cette catégorie. Avec les paramètres d’iOS qui sont de plus en plus complexes à chaque nouvelle version du système d’exploitation mobile, cette recherche peut souvent permettre d’économiser de précieuses secondes.

Spotlight : proactif et plus complet
Spotlight

L’outil de recherche Spotlight est finalement lui aussi plus complet qu’auparavant, avec l’intégration de recherches dans des bases de données qui étaient autrefois réservées à Siri.

Le plus intéressant est toutefois son volet proactif, qui affiche intelligemment des applications et des contacts.

En ouvrant Spotlight (désormais à gauche ou en haut de l’écran d’accueil de l’iPhone), iOS propose par exemple une sélection de gens souvent contactés, de ceux qui ont récemment été ajoutés et de ceux avec lesquels on a un rendez-vous à venir.

Une sélection du genre est aussi offerte pour des applications, en affichant celles les plus souvent utilisées à cette heure, celles les plus récentes et celles qui ont été utilisées récemment.

Cette dernière fonctionnalité est probablement la plus pratique pour ceux qui ne prennent pas la peine de classer leurs applications. Depuis que j’ai installé la version bêta d’iOS 9, j’ouvre d’ailleurs la plupart de mes applications en passant par Spotlight, tout simplement.

La mise à jour d’iOS 9 est offerte à partir d’aujourd’hui pour tous les appareils mobiles d’Apple depuis l’iPad 2, l’iPad mini, l’iPhone 4S et l’iPod touch 5. Ceux qui sont équipés d’un appareil avec 8 ou 16 Go seront d’ailleurs heureux d’apprendre que la mise à jour sera beaucoup plus petite que la première mise à jour d’iOS 8, ce qui devrait permettre de l’installer sans avoir à tout enlever au préalable sur son iPhone ou son iPad.

Apple iPad Pro

Deux nouveaux iPhone, une importante mise à jour de l’Apple TV, un iPad grand format qui peut être transformé en ordinateur portatif, de nouvelles montres : c’est une conférence de presse marathon qu’a tenue Apple mercredi. Voici mes premières impressions sur les appareils dévoilés lors de l’événement.

iPhone 6S : 3D Touch surprend

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tel que prévu, Apple a dévoilé mercredi deux nouveaux téléphones, les iPhone 6S et 6S Plus. Fidèle à son habitude, Apple propose cette année des appareils offrant un design similaire à ceux des années précédentes, mais avec des composantes améliorées et quelques nouvelles fonctionnalités.

La plus grande nouvelle est sans aucun doute l’arrivée de 3D Touch, une technologie qui permet d’appuyer fortement sur son écran pour activer des fonctionnalités, comme un sous-menu, ou encore pour suivre un lien sans quitter son application principale.

Après quelques minutes d’utilisation, 3D Touch semble particulièrement prometteur, surtout pour les utilisateurs avancés qui recherchent des façons d’être plus efficaces sur leur appareil mobile. Les autres fabricants devraient en prendre bonne note.

Parmi les autres nouveautés des iPhone 6S et 6S Plus, ceux-ci sont plus rapides qu’auparavant, grâce au processeur A9, le lecteur d’empreintes digitales TouchID est deux fois plus rapide et leurs appareils photo ont été améliorés, avec l’appareil arrière qui passe à 12 mégapixels et l’appareil frontal qui passe à 5 mégapixels.

Malheureusement, l’iPhone 6S débute toujours avec une capacité de 16 Go, même avec ses photos plus grandes et la prise de vidéos 4K de sa caméra, ce qui est certainement une déception.

Les iPhone 6S et 6S Plus seront lancés au Canada le 25 septembre prochain, pour 899 $ et plus sans entente.

iPad Pro : la création avant la consommation

iPad Pro

L’iPad sera désormais offert dans une troisième taille, plus grande, à 12,9 pouces. L’iPad Pro est tout simplement énorme, avec son écran exactement deux fois plus grand que celui de l’iPad Air et son format à peine plus petit que le MacBook Air.

Alors que l’iPad est souvent considéré comme un appareil conçu pour consommer de l’information, l’iPad Pro est pour sa part beaucoup plus axé sur la création de contenu.

Si on inclut l’arrivée du multitâche d’iOS 9, permettant de travailler sur deux applications à la fois, et le lancement du clavier Smart Keyboard d’Apple, l’iPad Pro a d’ailleurs indéniablement des allures d’ordinateur portatif.

Si son clavier, qui utilise la même technologie que celui que l’on retrouve dans le MacBook, est étonnamment efficace pour sa minceur, il faudra attendre un essai plus poussé pour savoir si la tablette pourra réellement remplacer un ordinateur.

L’appareil pourra aussi être accompagné d’un nouveau stylet actif, l’Apple Pencil, pour permettre d’écrire ou dessiner avec précision sur l’écran. Un premier essai s’est avéré convaincant, avec une bonne précision et une technologie de reconnaissance de la paume efficace, pour écrire avec sa main collée sur l’écran.

L’iPad Pro sera lancé en novembre, pour environ 300 $ de plus que l’iPad Air 2 (le prix canadien exact n’a toujours pas été annoncé).

Apple TV : une fluidité qui plaît

Apple TV

Après quelques années tranquilles dans le salon, Apple a finalement dévoilé sa nouvelle console Apple TV.

Si l’appareil n’inclut aucun service télé IP d’Apple (la compagnie tenterait de lancer un service du genre depuis plusieurs années maintenant), celui-ci offre toutefois de nouvelles composantes plus puissantes et un nouveau système d’exploitation qui permettront d’y installer des applications tierces pour la première fois.

La nouvelle puissance de l’Apple TV est particulièrement agréable lorsque l’on navigue dans l’interface à l’aide de la télécommande Bluetooth qui est désormais livrée avec la console. L’interface est fluide et agréable à contrôler avec le pavé tactile de la télécommande, au point où il sera difficile de retourner en arrière.

Apple a présenté quelques-unes des applications qui seront lancées avec la console. Outre les traditionnelles applications vidéo comme Netflix et HBO, les jeux devraient occuper une place importante.

Plusieurs jeux mobiles seront adaptés pour l’Apple TV, mais aussi des jeux pour consoles de jeux vidéo, comme Guitar Hero. Détail intéressant, il sera possible d’entamer une partie sur l’Apple TV pour la poursuivre sur un appareil mobile comme l’iPad et l’iPhone. Malheureusement, les appareils d’Apple ne supportent toutefois qu’un seul compte Apple ID à la fois, ce qui pourrait rendre cette fonctionnalité plus problématique avec les familles.

Parmi les autres nouveautés de l’Apple TV, notons l’assistant personnel Siri, qui devrait simplifier les recherches.

L’Apple TV sera lancée au Canada vers la fin d’octobre, pour 149 $ US avec une capacité de 32 Go ou 199 $ US avec une capacité de 64 Go. Le prix en dollars canadiens n’a toujours pas été dévoilé.

Je ne suis pas un amateur de boxe. La vue de deux hommes qui se taquinent le museau avec des gants rembourrés ne m’enchante guère.

Pourtant, cette fin de semaine, ne me demandez pas quelle équipe jouait au hockey, j’étais en train de regarder le combat de boxe Mayweather-Pacquiao.

Oh, n’allez pas imaginer que je m’intéresse maintenant à ce sport de combat! D’ailleurs, je ne sais pas qui a gagné. Je m’intéressais plutôt à la façon dont ce match a été diffusé sur Twitter grâce à Meerkat et à Periscope.

En direct de votre salon

Meerkat et Periscope, les habitués de Triplex le savent, n’ont pas inventé le direct sur Internet, mais elles ont réussi à le démocratiser. Un clic et le tour est joué.

Cette fin de semaine, de nombreux amateurs de boxe, qui ont payé chacun 100 $ pour regarder le combat Mayweather-Pacquiao en direct à la télévision, ont utilisé Meerkat ou Periscope pour diffuser le combat en ligne.

Pour la qualité de l’image, on repassera. Toutefois, se retrouver chez les gens dans leur salon avec l’ambiance des amis qui commentent le match a été une expérience totalement nouvelle.

C’est comme assister à un match sportif dans un bar. Sauf que ce n’est pas toi qui décides quand ni comment tu regardes la télévision – et tes commentaires ne se font que par écrit. Pas content? Il y a une autre chaîne Meerkat ou Periscope.

On le sait bien, on ne va pas dans un bar pour écouter un match, on y va pour l’ambiance. Cette fin de semaine, cette atmosphère était sur Twitter avec Meerkat et Periscope.

Quand le second écran se prend pour le premier

Ce qui est appelé le « second écran » par l’industrie de la télévision, ce cellulaire ou cette tablette que l’on tient dans les mains lorsque l’on regarde le téléviseur, a pris le contrôle cette fin de semaine.

Ce n’était plus un direct du match de boxe, c’était un direct des gens dans leur salon qui sont en train d’écouter le match de boxe.

Avec Meerkat ou Periscope, tout sportif de salon, cellulaire à la main, devient le commentateur principal pour son auditoire.

Il est clair que ce type d’expérience ne plaira pas à tous – surtout pas aux ayants droit de la diffusion du match. Toutefois, cela illustre un usage émergent pour ces deux nouvelles applications : capturer l’ambiance de l’écoute en groupe.

Jusqu’à présent, les deux applications n’étaient offertes que sur iOS et leur taux d’adoption restait faible hors des États-Unis. Tout ça devrait changer bientôt puisque Meerkat est maintenant offerte en version bêta sur Android.

Depuis cette fin de semaine, la nouvelle mise à jour de Meerkat permet de publier des vidéos en direct sur des pages Facebook, afin de rejoindre un plus grand auditoire (s’éloignant ainsi de Twitter, qui devient de plus en plus le territoire de Periscope).

Ainsi, on a potentiellement les ingrédients pour une contre-attaque du second écran. Alors que les chaînes de télévision se sont enfin mises à développer des plans stratégiques pour animer l’auditoire autour du premier écran, voilà que cet auditoire vole la vedette et se met lui-même en scène. Du moins lors d’événements en direct.

Puisque nous approchons de la finale des éliminatoires de la LNH, je m’attends à ce que beaucoup d’amateurs sportifs se servent pour la première fois de Meerkat ou de Periscope afin de faire partager l’ambiance électrisante de leur salon à une foule de personnes, isolées devant leur cellulaire, qui ne demandent qu’à être, elles aussi, en groupe.

Autres billets Triplex sur le sujet :

L’esthétique de Meerkat et de Periscope

Periscope : ce que les médias peuvent y gagner

Periscope à Baltimore