Billets classés sous la catégorie « Photographie »

Les photos que vous prenez avec votre cellulaire peuvent contenir des données de géolocalisation.

Que ce soit pour un usage strictement personnel ou professionnel, vous souhaitez peut-être conserver l’option de géolocalisation pour référence ultérieure.

Sachez toutefois qu’une fois vos photos en ligne, ces métadonnées y restent associées.

Toute personne équipée de l’outil adéquat peut savoir où vous avez passé vos vacances, dans quel coin de la ville vous prenez vos égoportraits et, surtout, où habite votre charmant bambin photographié à profusion.

Je préfère ne pas avoir à gérer ce type de désagrément et j’ai depuis longtemps désactivé cette fonction sur mon cellulaire.

Mais voilà qu’il parait que des machines sauront un jour où ont été prises les photos, même en l’absence de données de géolocalisation.

Je sais où vous étiez l’été dernier

Une étude de chercheurs pour Google montre qu’un réseau de neurones artificiels est capable d’apprendre à décoder le lieu d’origine d’une photo.

L’équipe a créé une base de données comptant 126 millions d’images piochées sur le web, dont 91 millions ont servi à entraîner la bête. Puis, ils ont testé le reste des photos afin de vérifier le degré de précision de cet outil quant à la géolocalisation.

figure1

Leur système, qu’ils appellent PlaNet, atteint un degré de succès allant de 3,6 % à 10,1 % selon le type de photos.

Avant de rigoler de ce faible taux, testez vous-même votre capacité à géolocaliser une photo sur la mappemonde de Geoguessr.com. Vous devez déterminer dans quelle partie du monde des images de Google Street View ont été prises.

PlaNet est bien meilleur que l’humain.

Même les photos d’intérieur!

PlaNet est même capable de repérer où votre photo de chat a été prise, même si c’est à l’intérieur de votre maison.

En effet, le décor dans lequel votre félin favori évolue vous trahit. Pour être plus précis, ce qui vous trahi plutôt, ce sont les autres propriétaires de chat de votre voisinage qui n’ont pas désactivé la géolocalisation d’images sur leur appareil. Ils ont un décor intérieur probablement très similaire au vôtre.

Le décor d’une maison à New York diffère de celui d’une habitation à Paris ou à Saint-Jean-Port-Joli. Votre décor intérieur dévoile donc un peu où vous habitez.

N’allez pas croire toutefois que toutes les photos, même sans géolocalisation, seront éventuellement des mouchards. On est encore loin, très loin, de la précision du GPS. Tout au plus, PlaNet peut, pour l’instant, différencier diverses zones découpées sur la carte.

Pour les besoins du développement de cet outil, le monde a été divisé en 26 000 zones, dont la taille varie en fonction de la quantité de photos qui y sont associées : les villes abondamment photographiées possèdent des zones plus petites, alors que les zones plus désertiques couvrent une plus grande surface.

figure2

Ce concept vient de faire ses preuves : les images contiennent une part suffisante d’informations pour situer où elles ont été prises sur la planète. Et qui plus est, le programme PlaNet dépasse en performance les autres procédés existants et tient sur 337 mégaoctets de mémoire.

Autrement dit, PlaNet fonctionnerait très bien sur votre cellulaire.

La mémoire malgré nous

Il reste évidemment à rendre le système plus précis.

Google a accès à presque tout ce qui se publie sur Internet pour nourrir en image le système. Une version plus évoluée de PlaNet sera en mesure de géolocaliser la plupart de vos photos sans que vous l’ayez demandé et sans GPS.

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres, mais nous pouvons nous attendre à ce que cet outil évolue vers une destination qui nous réservera bien des surprises…

Comme toujours avec le numérique, cette prouesse technique est à la fois fascinante et effrayante.

Source des images : PlaNet – Photo Geolocation with Convolutional Neural Networks, de Tobias Weyand, Ilya Kostrikov et James Philbin

live

L’iPhone 6s a eu droit cette année à quelques nouveautés importantes en ce qui concerne les appareils photo et caméras : deux nouveaux capteurs, de 12 et de 5 mégapixels; l’enregistrement vidéo 4K et les « Live Photos », des clichés animés qui enregistrent les instants avant et après une photo. Un concept qui a ses charmes, mais qui aura besoin d’un écosystème plus vaste que celui d’Apple pour connaître du succès.

Qu’est-ce que c’est?

Les Live Photos sont des photos normales, en plus desquelles est enregistrée environ une seconde de vidéo avant et après la photo.

Pour prendre une Live Photo, il suffit d’appuyer sur un nouveau bouton dans l’interface de l’appareil photo de l’iPhone 6s (de petits cercles concentriques), et de prendre sa photo comme si de rien n’était.

En regardant ses images par la suite dans l’application Photos, il suffit d’appuyer avec force sur l’écran de son iPhone 6s (ou d’appuyer longuement avec un autre appareil iOS 9) pour que la photo normale devienne floue et se transforme ensuite en une petite vidéo, avec le son.

Comment ça fonctionne?

iphone 6s fichiers live photo

Techniquement, les Live Photos sont assez simples. Lorsque la fonctionnalité est activée et qu’une photo est prise, l’iPhone enregistre en plus une petite vidéo des secondes précédant et suivant la capture de l’image, et sauvegarde cette vidéo dans le même dossier que vos photos.

Les applications Photos sur iOS et OS X El Capitan masquent ensuite le fichier vidéo dans leur bibliothèque, et passent de la photo à la vidéo lorsqu’on appuie longuement sur le cliché.

Si vous branchez votre téléphone à un ordinateur, vous pourrez d’ailleurs constater que deux fichiers distincts sont conservés, un .JPG et un .MOV.

Le procédé assure notamment que les photos sont tout à fait normales, et qu’elles fonctionneront avec tous les autres services et appareils, peu importe qu’elles aient été prises en Live Photos ou non.

Est-ce que ça prend beaucoup de place?

espace

Le fichier .MOV est d’une résolution moins élevée que la photo, à 1440 par 1080 pixels, et il est assez saccadé, à 15 images par seconde seulement. Le fichier total est donc plutôt petit, soit sensiblement un peu plus gros qu’une photo d’iPhone.

Une place raisonnable, certes, mais ceux qui possèdent un iPhone de 16 Go seulement voudront probablement désactiver la fonctionnalité par défaut, et s’en servir uniquement dans les moments où elle vaut vraiment la peine.

Est-ce qu’on peut partager les Live Photos?

partage 3

Il est malheureusement difficile de partager des Live Photos, du moins en dehors de l’écosystème d’Apple. Pour l’instant, il est ainsi possible de les transférer d’un appareil iOS à l’autre par AirDrop. Il sera aussi possible de les envoyer vers un ordinateur Mac équipé d’El Capitan et de les consulter dans l’application Photos.

Pour les autres appareils et les autres sites, vous devrez plutôt vous contenter de partager la photo normale, tout simplement, ou encore de passer par un ordinateur et de partager la vidéo. Les plus motivés peuvent ensuite téléverser leurs vidéos vers YouTube et choisir la photo comme couverture de la vidéo et reproduire (en partie) une Live Photo sur le web.

Le procédé est rapide pour ceux qui s’y connaissent, mais quand même complexe pour la plupart des gens, et le résultat final est moins intéressant que sur un téléphone directement, par contre :

Heureusement, la chose pourrait changer prochainement. Apple a fourni des outils aux développeurs pour qu’ils puissent utiliser les Live Photos, et Facebook intégrera les images animées d’Apple sur son site web d’ici la fin de l’année. L’agence Getty Images serait aussi en train de considérer l’utilisation de Live Photos pour ses volets créatifs et éditoriaux, selon ce qu’a confirmé le directeur de la technologie de l’entreprise Steve Heck.

Est-ce vraiment intéressant?

3 live photos

Le jury délibère toujours sur cette dernière question. Certains adorent la fonctionnalité, d’autres la jugent inutile.

De mon côté, j’étais au départ très sceptique, notamment parce qu’aucune fonctionnalité du genre n’a jamais réellement décollé jusqu’ici. Après quelques jours d’utilisation, je me suis toutefois un peu réchauffé à l’idée.

Certaines Live Photos prises au cours des derniers jours permettent de revivre l’ambiance d’une photo un peu plus efficacement (comme une photo d’enfants qui jouaient au hockey dans la rue), et d’autres permettent de cacher des choses, comme quelqu’un qui tire la langue après la prise du cliché, par exemple.

La plupart des Live Photos tombent à plat (notamment celles où on oublie de garder son téléphone stable après la prise du cliché), mais certaines sont donc indéniablement amusantes.

En regardant ses vieilles photos, et même des photos célèbres, on réalise aussi qu’on aimerait parfois avoir accès à des images animées du genre, pour revoir les instants entourant une image prise à une époque où la technologie n’existait pas.

CLS59201

Pouvoir revivre les secondes avant et après la célèbre photo de Pennie Smith où Paul Simonon des Clash brise sa guitare basse (une photo utilisée par le groupe pour la pochette de son album London Calling), par exemple, mettrait certainement en valeur la fonctionnalité.

Il est difficile de savoir de quoi auront l’air les Live Photos d’ici quelques années. Live Photos pourra soit s’imposer comme une fonctionnalité ingénieuse que les gens utiliseront dans la vie de tous les jours, ou encore s’avérer une expérience ratée.

J’ai tendance à croire que si la fonctionnalité est laissée à elle-même, elle risque plutôt de tomber dans la seconde catégorie.

Pour éviter ce destin et s’assurer que le genre puisse réellement décoller, Apple devra redoubler d’ardeur, notamment en facilitant l’exportation des images vers d’autres appareils et vers d’autres services en ligne et même, pourquoi pas, permettre aux autres entreprises d’intégrer la technologie à leurs téléphones et à leurs appareils photo conventionnels.

Catherine MathysGoogle Photos est-il raciste?

par

 publié le 3 juillet 2015 à 10 h 18

C’est là qu’on voit que la reconnaissance faciale n’en est qu’à ses balbutiements, comme le démontre cet incident avec Google Photos.

Dimanche dernier, un jeune homme de Brooklyn, Jacky Alciné, téléverse des photos dans la plateforme photo fraîchement dévoilée de Google. Parmi les fonctions offertes, on trouve celle qui permet de classer les photos selon leur contenu. C’est plutôt pratique pour trier vos photos selon les lieux ou les gens qu’on y trouve. Par exemple, toutes les photos de votre chien ou du Stade olympique peuvent être regroupées. C’est très chouette comme option, sauf quand une erreur grossière se glisse dans la catégorisation des photos.

Alciné

En regardant ses photos, le jeune Américain a remarqué que celles qu’il avait prises avec une amie avaient été classées sous la rubrique « Gorilles ». À l’évidence, Google Photos ne semble pas reconnaître les personnes noires. On peut facilement comprendre son indignation. Alciné a décidé de dénoncer la situation sur Twitter.

Google n’a pas tardé à répondre et à exprimer son malaise devant l’incident en mentionnant que son équipe tentait de remédier au problème, notamment en retirant la catégorie « Gorille ». Cela dit, il semble que le problème n’ait pas été réglé du premier coup. Google chercherait une solution à plus long terme pour s’assurer d’une catégorisation plus méticuleuse des personnes, et en particulier des personnes à la peau foncée.

La complexité de la reconnaissance faciale

Ce n’est pas la première fois que Google Photos commet des erreurs de catégorisation. Bien que ce ne soit pas aussi grave, le service confondait les chiens et les chevaux en mai dernier.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la fonction ne peut s’améliorer qu’à l’interne, puisque les utilisateurs ne peuvent pas changer eux-mêmes le titre d’une catégorie faussement attribuée. Ainsi, ce genre de situation risque de se reproduire plus d’une fois.

Cet article du Figaro rappelle que la machine a besoin d’être soumise à un très grand nombre de photos pour y repérer des caractéristiques spécifiques. Est-ce possible que les tests du système de Google aient été faits avec davantage de photos de personnes blanches, plutôt que d’autres origines? Ça nous rappelle que la Silicon Valley n’est pas championne dans la diversité de ses employés. On vient peut-être d’en voir une conséquence tangible.

Technologie et diversité ethnique

L’article du Figaro mentionne que, dans les années 70, le réalisateur Jean Luc Godard s’était plaint que les pellicules développées par Kodak étaient « racistes ». En effet, elles ne rendaient pas la couleur exacte de la peau des personnes noires parce qu’elles avaient été développées en fonction de l’image d’une femme blanche. Kodak a fini par modifier ses produits, mais avec le développement de nouvelles technologies, le problème n’est pas disparu, au contraire.

En 2009, HP avait été forcé de présenter ses excuses après avoir développé une webcam qui ne détectait pas les personnes noires. Nikon a aussi vécu le même genre de situation avec un de ses appareils photo intelligents qui affichait le message d’avertissement « avez-vous cligné des yeux? » quand il prenait en photo des personnes asiatiques. Pas chic chic.

L’une des solutions avancées par plusieurs entreprises réside dans le deep-learning : la machine emmagasine des données qui lui permettent, en quelque sorte, de prendre des décisions par elle-même. Plus elle sera exposée à une diversité de situations, plus elle apprendra à mieux les reconnaître. Des outils de reconnaissance faciale, mais aussi de traduction et de reconnaissance vocale sont développés dans cette optique.

 

flickr all

Il aura fallu deux refontes importantes en deux ans, mais Yahoo est finalement arrivé à redonner un peu de vie à Flickr et même à en faire l’un des meilleurs services en ligne pour stocker ses photos, au point où ce journaliste techno a choisi d’y téléverser pour de bon toute sa photothèque au cours des derniers jours. Voici pourquoi.

Raison 1 : 1000 Go d’espace gratuit
Lors de la dernière mise à jour importante de Flickr il y a deux ans, le service a augmenté la capacité accessible gratuitement par tous les utilisateurs à 1000 Go. Deux ans plus tard, Flickr est toujours loin devant ses principaux concurrents par rapport à l’espace gratuit offert à ceux qui souhaitent conserver en ligne une copie de leurs clichés numériques.

Certains services offrent un espace illimité, mais généralement avec quelques conditions inacceptables, comme la diminution automatique de la dimension de toutes les photos. Ce n’est pas le cas ici.

Raison 2 : la possibilité de télécharger toutes ses photos facilement
Yahoo a finalement ajouté la semaine dernière une fonction qui manquait cruellement à son Flickr, surtout pour ceux qui l’utilisaient comme un service de sauvegarde en ligne : la possibilité de télécharger en un seul clic toutes ses photos.

Un disque dur qui rend l’âme n’est donc plus aussi catastrophique qu’auparavant. Jusqu’ici, il fallait télécharger chacune de ses photos manuellement si un pépin du genre survenait.

Raison 3 : le téléversement automatique depuis son ordinateur et son téléphone
flickr uploader

Flickr a lancé la semaine dernière un nouvel outil, Uploadr, qui permet de téléverser automatiquement le contenu de certains dossiers sur son ordinateur vers son compte Flickr. Le logiciel est simple, et fonctionne autant sur Mac que sur PC. Avec l’application mobile qui supporte aussi cette fonctionnalité, toutes les photos sont donc sauvegardées automatiquement sur le web.

Notons toutefois que plusieurs autres services offrent aussi une fonctionnalité du genre.

Raison 4 : l’interface web améliorée
flickr camera roll

En plus de mettre à jour son application mobile et de lancer un logiciel pour ordinateur, Flickr a aussi mis à jour son site web la semaine dernière. Tout ce qui était présent auparavant l’est toujours, mais un nouvel onglet est maintenant accessible, Pellicule, qui affiche ses photos en ordre chronologique inversé, un peu comme sur un téléphone intelligent.

En plus d’afficher les photos selon la date d’enregistrement, il est aussi possible d’activer la fonction « vue magique », où les photos sont présentées en fonction du contenu. La reconnaissance d’image de Yahoo classe alors les clichés de nourriture ensemble, les portraits ensemble, les vues de la ville, les immeubles, les voitures, les chiens, etc.

Raison 5 : les fonctions sociales en second plan
Flickr a toujours été un site avant tout social, pour publier ses photos et rejoindre des communautés. La dernière refonte du service met toutefois un peu plus les propres photos de l’utilisateur de l’avant, et non celles des autres. D’ailleurs, toutes les images téléversées sont privées par défaut.

Ce qu’il reste à améliorer
Le service gratuit de Flickr est désormais suffisamment convenable pour que l’utilisateur moyen l’adopte pour de bon. Certaines facettes pourraient toutefois encore être améliorées.

En 2015, un album photo numérique moyen contient aussi des vidéos. Malheureusement, Flickr ne gère toujours pas ces fichiers, ce qui est problématique pour ceux qui souhaitent unir toute leur collection au même endroit. Mise à jour: il semble que ce ne soit finalement que l’outil de téléversement Uploadr qui ne prenne pas en charge les vidéos, ce qui est un problème en soi, mais beaucoup moindre.

L’application Uploadr est aussi un peu trop simple. Il aurait été intéressant de pouvoir contrôler manuellement certains paramètres du téléversement, comme la vitesse et la capacité maximale téléversée par mois. Ceux qui ont une grande collection et qui ne sont pas dotés d’un forfait Internet illimité devront d’ailleurs faire très attention lors de leur téléversement initial.

Si Flickr est désormais un excellent service gratuit, celui-ci s’est fait dépasser par d’autres en ce qui a trait aux caractéristiques pour les photographes professionnels. Pour 25 $ par année, 500px offre par exemple une capacité illimitée et même la possibilité de vendre des photos. L’offre payante de Flickr est beaucoup plus limitée, puisqu’elle ne fait qu’enlever les publicités pour 50 $ par année.

Pour les gens normaux, l’offre de Flickr est toutefois amplement suffisante, et devrait convenir à ceux qui recherchent un service pour classer leurs photos, pour préserver une copie de sauvegarde ou pour accéder à sa collection de n’importe où.

Martin LessardOù finiront vos photos de vacances?

par

 publié le 27 juin 2014 à 10 h 11

C’est le début de la saison des photos de vacances. Probablement, comme beaucoup de gens, vous choisirez de prendre vos photos avec votre téléphone portable.

Si vous êtes comme moi, vos photos finiront par traîner un peu partout. Dans mon cas, je suis même en train d’en perdre la trace.

photos1002

Bien sûr, j’ai une place sur mon disque dur où je les garde en sécurité, mais  je ne les regarde jamais, et après quelques mois, ces noms de fichiers à numéro ne me disent plus rien.

J’en ai aussi une copie de sécurité (du moins, je crois).

Mais, maintenant que j’y pense, mon cellulaire les pousse aussi automatiquement vers Dropbox. Et aussi vers iCloud (je suis sur iOS). Ah, oui! J’utilise aussi Crashplan, un service de copie de sécurité en ligne. Donc, des copies de mes photos sont quelque part sur un serveur.

Oh! J’en ai quelques-unes aussi que j’ai textées. Celles-là, je ne sais pas où elles sont dans l’univers numérique.

Il y a aussi celles que j’ai déposées sur Facebook ou Twitter. Quant à celles déposées sur Snapchat, on me promet qu’elles ont été effacées.

Et les plus anciennes photos se trouvent sur mon ancien ordi et sur quelques vieux CD-ROM.

Bref, c’est la galère.

Des poses et des flux

Nous publions tellement de photos, car leur coût de production a énormément baissé depuis plusieurs années que nous en produisons plus que ce que nous sommes véritablement capables de gérer.

Le coût de gestion devient, en comparaison, prohibitif. Qui va passer ses soirées à renommer, à identifier et à trier ses photos, sachant que demain, une autre vague de photos va déferler?

Alors, quand des outils comme Facebook (en ligne) ou iPhoto (sur Mac) vous proposent de trier, d’archiver et d’identifier l’origine de vos photos (ah, vous ne le saviez peut-être pas, mais si vous ne désactivez pas la géolocalisation, toutes vos photos se retrouvent localisées à l’endroit où vous les avez prises!), alors quand, dis-je, des outils vous proposent de simplifier la gestion de ces souvenirs, c’est difficile de refuser. À la longue, on tombe tous un jour ou l’autre sous leur emprise…

Quand le coût de production était élevé, la rareté des bonnes photos faisait en sorte que nous les conservions précieusement. La propriété, la possession, était le garant de sa valeur.

Aujourd’hui, dans la surabondance, la valeur d’une photo est dans sa diffusion. À quoi peut bien servir ce beau coucher de soleil sur la plage (en fait, ces 100 beaux couchers de soleil sur la plage) si personne ne le voit?

soleil1000

On ne prend plus des photos pour les garder, mais pour les envoyer tout de suite à ses amis.

En fait, on a laissé à nos outils le soin de faire la collecte de nos souvenirs pour les présenter eux-mêmes aux autres. Car nous sommes trop occupés à en produire d’autres.