Billets classés sous la catégorie « Mobile »

Maxime JohnsonMise à l’essai du Moto E LTE (2015)

par

 publié le 23 avril 2015 à 13 h 08

Moto e 2

Motorola est en train de se tailler une niche confortable comme fabricant de téléphones abordables, mais quand même d’une bonne qualité, grâce à ses gammes Moto E et Moto G. Le dernier appareil de la compagnie, le Moto E LTE (2015), veut s’adresser à ceux qui n’ont jamais possédé de téléphone intelligent jusqu’ici, et offre quand même un bon rapport qualité-prix.

Le Moto E LTE de deuxième génération reprend le même design que les autres téléphones de la compagnie, avec son format un peu arrondi. Contrairement aux téléphones plus chers de Motorola, celui-ci est toutefois tout en plastique, un compromis compréhensible, étant donné son prix de 150 $ sans entente. S’il est tout noir par défaut, son rebord peut être remplacé par un rebord d’une autre couleur, ou par un étui protecteur transparent.

Bonne durée de vie, bonnes performances
Moto e Back

Le Moto E LTE (2015) se démarque principalement par deux caractéristiques, qui sont quand même impressionnantes, vu son prix.

Son autonomie est tout d’abord irréprochable, généralement suffisante pour pratiquement deux journées d’utilisation. Dans le monde des téléphones intelligents, voilà qui est plutôt rare.

Le nouveau Moto E est aussi plutôt puissant. Sans rentrer dans les détails techniques qui n’intéresseront probablement pas le public cible de l’appareil, notons simplement que ses composantes internes n’ont rien à envier à celles de téléphones passablement plus chers. Vous n’aurez donc pas à attendre de longues secondes avant chaque opération, comme c’est parfois le cas avec les appareils aussi abordables.

On observe parfois quelques légers retards, mais c’est plutôt rare.

Son interface, conçue par Google directement, est quant à elle fluide et simple d’utilisation, et même ceux qui ne sont généralement pas à l’aise avec les nouvelles technologies pourront s’y retrouver après une courte période d’apprivoisement.

Une caméra qui tire l’appareil vers le bas
etui

Comme on pouvait s’en douter, plusieurs caractéristiques du téléphone laissent aussi à désirer.

Le principal défaut du nouveau Moto E est probablement son appareil photo, tout simplement médiocre. On ne s’attendait évidemment pas à ce que le Moto E rivalise avec le nouveau Samsung Galaxy S6 ou l’iPhone 6, mais des téléphones Android de milieu de gamme datant de plusieurs années parviennent à prendre de meilleures photos que celui-ci.

Il faut croire qu’il fallait bien donner une raison aux acheteurs d’aller voir du côté du Moto G, plus cher, également.

Notons que, contrairement au Moto E de première génération, celui de 2015 est aussi équipé d’une caméra frontale. L’utilisateur ne gagnera pas de concours de photos avec ses égoportraits, mais c’est quand même mieux que rien. L’appareil est aussi doté pour la première fois d’une connectivité LTE pour accéder à Internet plus rapidement.

Autre faiblesse pour les habitués, l’écran de 4,5 pouces avec une résolution de 540 par 960 pixels du Moto E est vraiment dépassé. Pour un nouvel utilisateur, par contre, surtout celui qui n’a pas l’intention de passer 10 heures par jour sur son téléphone, celui-ci devrait être convenable.

À 150 $ sans entente, le Moto E de nouvelle génération est probablement le meilleur téléphone pour ceux qui souhaitent s’équiper d’un premier téléphone intelligent sans trop investir. Ceux qui y prendront goût devraient toutefois venir assez rapidement au bout de ses limites.

Maxime JohnsonLes forces et les faiblesses du Samsung Galaxy S6

par

 publié le 10 avril 2015 à 12 h 07

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Samsung lance aujourd’hui au Canada ses téléphones intelligents très attendus, Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge, deux appareils qui devraient permettre à la compagnie de reprendre le terrain perdu après les ventes décevantes de son Galaxy S5 l’année dernière. Après avoir testé pendant près d’un mois ces téléphones, je vous présente leurs principales forces et faiblesses.

Forces

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Design
L’amélioration la plus marquante du Samsung Galaxy S6 est aussi celle qui devrait avoir le plus grand effet sur les ventes : son design.

Le téléphone, qui délaisse finalement le plastique de ses prédécesseurs pour du verre et du métal, a bien plus fière allure que le Galaxy S5, tout particulièrement la variante Galaxy S6 Edge, avec son écran recourbé.

Appareil photo
Si le nouveau design est ce que l’on remarque en premier dans le Galaxy S6, son appareil photo est, pour sa part, son amélioration la plus importante.

L’appareil photo est rapide, ses clichés de jour sont clairs, précis et ont une bonne profondeur de champ. La nuit, les couleurs manquent parfois un peu de justesse, mais par rapport au Galaxy S5 – et à tous les autres téléphones Android sur le marché –, l’appareil photo du Galaxy S6 est tout simplement saisissant.

Puissance
Samsung délaisse cette année son fournisseur Qualcomm pour équiper son téléphone de son propre système sur puce, Exynos 7420. Non seulement ce processeur à 8 coeurs est puissant, mais il consomme aussi peu, grâce à une gravure en 14 nm, une première pour un processeur mobile.

Notons que certains jeux vidéo pourraient toutefois sembler plus rapides sur d’autres téléphones que sur le Samsung Galaxy S6, parce que la très haute résolution de l’écran de l’appareil demande à elle seule une bonne partie de la puissance graphique de l’Exynos 7420.

Écran
L’écran de 5,1 pouces du Samsung Galaxy S6 dispose d’une résolution de 1440 par 2560 pixels, ce qui lui confère la plus haute densité sur le marché. Est-ce trop élevé? Oui.

Toutefois, bien qu’une résolution moindre aurait été suffisante, en plus d’être moins exigeante sur le système, l’écran est sans aucun doute l’un des plus jolis, comparé aux autres appareils sur le marché, avec des couleurs vives, de bonnes luminosités maximales et minimales et une précision inégalée.

Lecteurs d’empreintes digitales
Le lecteur d’empreintes digitales du Samsung Galaxy S6 est plus rapide et plus précis que celui du Galaxy S5. Sa vitesse est toutefois variable de fois en fois, pour une raison qui est assez difficile à expliquer. Mais, comme c’est au moins plus rapide que d’entrer un mot de passe à la main, cela en fait, finalement, un ajout utile.

Recharge sans fil
Parmi les autres forces plus mineures du Samsung Galaxy S6, notons tout particulièrement l’intégration de la recharge sans fil directement dans le téléphone. Il suffit de le poser sur un appareil compatible pour recharger la pile. Il faut toutefois acheter un chargeur sans fil séparément pour pouvoir en profiter.

La lente généralisation de la recharge sans fil – IKEA devrait, par exemple, lancer des lampes et des tables offrant la recharge sans fil au mois d’août 2015 au Canada – pourrait toutefois bien faire de cette fonctionnalité l’une de ses forces plus importantes à long terme.

Faiblesses

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pile et autonomie
L’autonomie du Samsung Galaxy S6 laisse un peu à désirer. Si le téléphone est généralement bien au-dessus de la moyenne, ce n’est pas le cas de sa pile, suffisante pour passer au travers d’une journée normale, mais à peine lorsque la journée est plus chargée.

Et comme il n’est plus possible de remplacer la pile du S6, son autonomie pourrait être de plus en plus problématique à mesure le que temps passera et que l’efficacité de cette dernière diminuera.

Le prix du Galaxy S6 Edge
Le Samsung Galaxy S6 est vendu à un prix normal pour un produit phare, et coûte quand même 100 $ de moins que l’iPhone 6, depuis qu’Apple a récemment revu ses prix à la hausse. Malheureusement, le Galaxy S6 Edge, lui, est plutôt cher, à 350 $ avec une entente.

Par ailleurs, sachant qu’il n’offre que des avantages esthétiques par rapport au Galaxy S6, il sera difficile de justifier cette dépense de plus. Dommage, car son design le démarque clairement du lot.

Interface logicielle
Samsung a, encore une fois, amélioré son interface logicielle cette année, notamment en rendant cette dernière plus subtile qu’auparavant et en permettant à l’utilisateur d’enlever certaines applications de la compagnie.

Malgré tout, les inconvénients de l’interface par rapport à la version régulière d’Android 5.0 Lollipop (comme un dédoublement de nombreuses applications) demeurent plus importants que ses avantages (l’appareil photo amélioré, par exemple).

Pas de carte mémoire
Pour la première fois, le téléphone phare de Samsung n’intègre pas de fente pour carte mémoire. Le problème est toutefois en grande partie compensé par le passage de sa capacité minimale de 16 à 32 Go, une quantité qui devrait être suffisante pour la majorité des utilisateurs.

N’empêche, l’absence de cette fente forcera toutefois ceux qui ont besoin d’une grande capacité à investir plus d’argent qu’auparavant en optant pour un modèle de Galaxy S6 plus cher plutôt qu’en achetant une carte mémoire abordable.

La perte de l’imperméabilité
Si la perte de la pile remplaçable et de la fente pour la carte mémoire ont fait beaucoup de bruit, celle de l’imperméabilité cause moins d’émoi chez les amateurs d’Android. Il s’agit toutefois plus d’un pas en arrière que d’une faiblesse proprement dite.

Haut-parleur
Le haut-parleur du Samsung Galaxy S6 est plutôt décevant. Il a un son puissant, mais qui manque vraiment de richesse, surtout lorsque le volume est élevé et qu’on le compare à celui de l’iPhone 6. Il s’agit toutefois ici d’un détail qui ne sera certainement pas un problème pour beaucoup de gens.

Le fait que ce haut-parleur est l’une des faiblesses du Samsung Galaxy S6 est, en fait, probablement une preuve que celui-ci est, somme toute, un téléphone particulièrement réussi.

Maxime JohnsonPeriscope : la réponse de Twitter à Meerkat

par

 publié le 26 mars 2015 à 9 h 26

periscope

Voilà qui n’aura pas été long. Alors que l’application mobile pour diffuser de la vidéo en direct Meerkat commence à peine à se faire connaître du grand public, Twitter lance aujourd’hui sa propre application concurrente, Periscope.

Meerkat, une application mobile iOS indépendante lancée à la fin février, permet de diffuser des vidéos sur Twitter, mais aussi d’interagir avec son public. Elle a connu un succès rapide, amplifié au dernier festival SXSW, ce qui lui a permis d’attirer rapidement plus de 100 000 utilisateurs et de lever 14 millions de dollars, selon ce que l’entreprise a annoncé jeudi.

Cependant, Periscope n’a pas été monté en vitesse par les ingénieurs de Twitter au cours des dernières semaines. Tout comme Vine auparavant, Periscope était une compagnie indépendante, qui a été rachetée par Twitter en janvier dernier et qui arrive aujourd’hui, finalement, sur le marché.

Un concept similaire
chris

Periscope offre un concept similaire à Meerkat : les utilisateurs peuvent voir la vidéo du diffuseur en plein écran, sur laquelle se superposent les noms des autres utilisateurs qui regardent la vidéo au même moment et leurs commentaires. Il est possible de publier des vidéos sur un concert, les coulisses d’un événement, une manifestation, un événement plus ou moins important, par exemple.

Parmi les différences entre Periscope et Meerkat, certaines sont assez minimes, comme la possibilité de taper sur l’écran pour envoyer un cœur virtuel au diffuseur (une fonction qui était constamment utilisée durant une diffusion de l’astronaute canadien Chris Hadfield, jeudi matin), d’autres, plus importantes, comme la possibilité de reprendre la lecture de ses vidéos par la suite. Les cœurs et les commentaires seront alors également repris.

Notons que Periscope permet aussi aux utilisateurs d’ajouter automatiquement tous leurs contacts Twitter qui utilisent également l’application, ce qui n’est plus possible avec Meerkat depuis que Twitter a empêché récemment la compagnie d’utiliser son outil Social Graph.

Periscope permet également de ne pas signaler à tous le fait qu’on diffuse sur Twitter, mais seulement à ses contacts Periscope.

Quelques avantages pour Twitter à l’avenir
meerkat

Periscope semble pour l’instant détenir l’avantage sur Meerkat, mais cet avantage est loin d’être insurmontable, surtout depuis la ronde de financement annoncée ce matin par la jeune compagnie, qui pourrait lui permettre d’offrir également des fonctions demandant plus de ressources, comme la possibilité de repasser des diffusions.

Meerkat possède bien sûr l’avantage d’être le premier sur le marché et d’avoir déjà une certaine reconnaissance dans les milieux spécialisés.

Après seulement un mois d’existence, toutefois, cette avance n’est certainement pas insurmontable pour Twitter non plus. Le réseau social pourrait aussi posséder un autre avantage de taille, celui d’avoir les moyens pour créer rapidement une version Android de son application, ce qui pourrait lui permettre d’augmenter sa base d’utilisateurs d’un seul coup.

Les curieux peuvent dès maintenant essayer Meerkat ici, et Periscope, ici.

Catherine MathysGoogle et les femmes

par

 publié le 24 mars 2015 à 13 h 27

Avez-vous reconnu la femme sur le dessin de la page d’accueil de Google hier? C’était Emmy Noether. Google soulignait le 133e anniversaire de l’année de naissance de cette mathématicienne allemande que d’illustres personnages comme Einstein auraient qualifiée, à sa mort, en 1935, de femme la plus importante de l’histoire des mathématiques.

Google dessine surtout des hommes

Saviez-vous qu’entre 2010 et 2013, seuls 17 % des dessins quotidiens de la page d’accueil de Google représentaient des femmes? Le mouvement Spark, un regroupement de jeunes filles âgées de 13 à 21 ans, qui vise à encourager l’égalité entre les genres dans tous les domaines, y compris le web, a décidé de s’adresser au géant Google pour faire bouger les choses.

Non seulement Google a-t-elle accepté de présenter plus de femmes dans ses dessins quotidiens, mais elle a aussi invité Spark à approfondir ses recherches et à l’aider à faire reconnaître les femmes marquantes de l’histoire à l’intérieur de son application Field Trip, qui permet de découvrir l’histoire des sites qui se trouvent autour de nous.

field-trip

Faire une place aux femmes dans l’histoire

Concrètement, Spark a créé le volet Women on the Map pour l’application Field Trip. Jusqu’à présent, le regroupement a fait des recherches sur 119 femmes de 28 pays différents, dont la contribution au patrimoine de l’humanité demeure méconnue.

Désormais, si on télécharge l’application Field Trip et qu’on active Women on the Map, le téléphone prévient quand on se rapproche d’un endroit où l’une de ces 119 femmes a marqué l’histoire. Mais les jeunes filles de Spark ont plus d’ambition que cela.

Spark invite même les internautes à rejoindre le mouvement pour enrichir la base de données de Google en écrivant un texte à propos d’une femme inspirante. Elle leur suggère d’écrire une biographie de 150 à 300 mots en rattachant l’histoire de cette femme à un endroit particulier, qui sera signalé dans l’application. Il suffit d’ajouter une photo et d’envoyer le tout à sparkteam@sparksummit.com en mentionnant « Women on the Map » dans l’objet du courriel.

Je suis certaine qu’on pourrait contribuer à faire connaître de grandes Québécoises, comme Robertine Barry, Henriette Dessaulles ou Éva Circé-Côté, qui ont marqué les débuts du journalisme chez nous. Voici une courte liste de grandes dames de notre histoire pour nous inspirer. À vos claviers!

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après une année 2014 largement en deçà des attentes, en grande partie à cause des ventes décevantes de son téléphone phare Galaxy S5, Samsung corrige le tir en 2015 avec ses nouveaux Galaxy S6 et S6 Edge, qui laissent tomber le boitier de plastique du modèle précédent pour une finition de verre et de métal. Aperçu des deux appareils au Mobile World Congress 2015 de Barcelone.

En avoir pour son argent
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Même si le Samsung Galaxy S6 conserve une forme assez similaire à celle du modèle précédent, le nouveau téléphone de la compagnie coréenne semble complètement différent du Galaxy S5 lorsqu’on le tient entre ses mains.

La nouvelle finition métallique, couverte d’une couche d’un verre résistant Gorilla Glass 4 à l’arrière, donne l’impression d’un téléphone beaucoup plus haut de gamme qu’auparavant. Peut-être n’est-ce qu’une impression, justement, mais pour la première fois depuis plusieurs années, la qualité de la construction semble justifier le prix généralement élevé des téléphones phares de Samsung.

Surtout, à l’intérieur, le téléphone a continué d’évoluer, comme c’est le cas tous les ans. Le processeur est désormais plus puissant et moins énergivore, l’écran de 5.1 pouces est plus précis avec sa résolution de 1440 par 2560 pixels, la pile est maintenant compatible avec deux technologies de recharge sans fil et les caméras sont dotées d’un nouvel objectif avec une ouverture F1.9 permettant à plus de lumière d’atteindre les capteurs.

Bref, le remplacement du plastique par du métal pour le Samsung Galaxy S6 s’ajoute aux améliorations habituelles auxquelles ont droit les téléphones année après année.

Des compromis qui en décevront certains
s6

Le passage à un boitier métallique ne se fera toutefois pas sans heurts.

L’adoption du métal a notamment forcé Samsung à abandonner la résistance à l’eau annoncée en grande pompe l’année dernière pour son Galaxy S5, mais aussi à laisser tomber la fente pour carte microSD du téléphone ainsi que sa pile remplaçable.

Ces deux dernières caractéristiques étaient généralement appréciées des propriétaires de la gamme Samsung Galaxy S, en plus d’être des éléments différenciateurs importants par rapport à l’iPhone d’Apple.

Heureusement, Samsung compense un peu la disparition de la carte microSD en offrant une capacité de 32 Go minimum sur ses téléphones (les deux autres capacités étant de 64 Go et de 128 Go).

Samsung fait toutefois le pari qu’il y aura plus de nouveaux acheteurs qui seront attitrés par le S6 à cause de son boitier de métal que d’acheteurs qui abandonneront la compagnie à cause de ses fonctionnalités perdues.

S6 vs S6 Edge : combien payeriez-vous pour un plus beau design?
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme la compagnie l’avait fait avec son Galaxy Note 4, elle lance cette année deux modèles de son S6. Le plus intéressant des deux, le S6 Edge, est doté d’un écran recourbé des deux côtés du téléphone.

Cet écran ne permet pratiquement aucune fonctionnalité supplémentaire (du moins, aucune qui ne soit réellement pratique), mais il améliore considérablement l’allure du téléphone.

Avec son écran recourbé, le S6 Edge est joli et il se distingue efficacement de ses compétiteurs, une qualité qui n’a pas souvent été associée aux téléphones de Samsung par le passé.

Lorsque l’on tient le S6 et le S6 Edge côte à côte, le second ressort clairement gagnant, et s’impose même comme l’un des plus beaux sur le marché, ce qui, encore une fois, n’a pas souvent été dit pour un téléphone de Samsung.

Malheureusement, la beauté a un prix dans ce cas-ci : environ 100 $.

En effet, alors que le S6 sera offert au Canada pour environ 249 $ avec entente et 799 $ sans entente (seul Vidéotron a confirmé ses prix pour l’instant), le S6 Edge sera plutôt vendu 349 $ avec entente et 809 $ sans entente.

Il s’agit quand même d’une différence de 100 $ pour pouvoir bénéficier d’un design plus joli, mais pas vraiment plus fonctionnel.

Reste à voir lequel des deux modèles les acheteurs choisiront lorsque les téléphones seront lancés au Canada le 10 avril prochain.