Billets classés sous la catégorie « Gadgets »

tele

Parmi les drones, réfrigérateurs connectés et bidules intelligents de toutes sortes, quelques produits au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas auraient bien pu être lancés en 1978. En plus de la caméra Super-8 de Kodak, les platines vinyles retiennent elles aussi l’attention au CES cette année.

Sony PS-HX500
sony table

Le PS-HX500 marque le retour aux tourne-disques haut de gamme pour Sony. La compagnie a conçu ici un appareil simple et solide, avec des matériaux qui devraient minimiser les vibrations du système afin d’assurer une bonne qualité audio.

Ce tourne-disque à courroie peut être utilisé avec une prise phono ou une entrée auxiliaire, et il peut jouer les disques 33 tours ou 45 tours.

Le Sony PS-HX500 n’est toutefois pas un tourne-disque purement analogique, puisqu’il permet d’enregistrer ses disques vinyles sur un ordinateur en haute résolution, soit dans un fichier DSD, ou encore WAV à 24 bits, ce qui devrait permettre aux collectionneurs de numériser facilement leurs vieux disques.

Le PS-HX500 s’inscrit donc bien dans le portfolio de la compagnie japonaise, qui mise beaucoup sur l’audio haute résolution depuis les deux dernières années.

Le Sony PS-HX500 sera lancé au printemps pour 700 $ américains. Son prix canadien n’a toujours pas été confirmé.

Technics SL-1200G et SL-1200GAE
technics

Sony n’est pas la seule compagnie à avoir lancé un tourne-disque au CES 2016.

Pour les audiophiles, Panasonic relance son tourne-disque à entraînement direct (direct drive) Technics SL-1200, avec les SL-1200G et SL1200GAE.

Détail intéressant, si la célèbre platine de la compagnie connaît beaucoup de succès chez les DJ pour sa robustesse, celle-ci n’a jamais été appréciée des audiophiles, de l’aveu même de Technics.

Pour améliorer sa qualité sonore, et plaire aux oreilles fines, on a revu le tourne-disque de différentes façons, notamment en remplaçant le coeur de fer du moteur par un mécanisme magnétique, en utilisant un microprocesseur pour assurer la cadence, en alourdissant certains matériaux et en en allégeant d’autres.

La compagnie lancera dans un premier temps cet été 1200 exemplaires du SL-1200GAE, une édition spéciale de l’appareil où les éléments d’aluminium comme le bras de lecture ont été remplacés par du magnésium. Lorsque ces 1200 exemplaires auront été vendus, les SL-1200G seront mis en marché au même prix, soit 4000 $ américains environ.

Ce n’est qu’un début
Les tourne-disques d’entrée de gamme n’ont jamais vraiment délaissé le CES, mais le retour des platines plus sérieuses semble être une tendance à laquelle il faudra s’habituer.

Technics n’a notamment pas fermé la porte au retour d’une version plus abordable de son SL-1200. Dans une discussion avec le fabricant danois Bang & Olufsen, la compagnie a également laissé entendre qu’un tourne-disque B&O n’était pas impossible au cours des prochaines années.

Audio-Technica a aussi dévoilé au CES un tourne-disques sans fil d’entrée de gamme, une technologie qui pourrait bien certainement faire son apparition dans d’autres modèles avec le temps.

Ce sera à suivre au CES 2017.

Martin LessardLe retour du Super-8

par

 publié le 7 janvier 2016 à 11 h 23

Mode rétro, quand tu nous tiens.

Après le retour des microsillons en vinyle et des photos Polaroid, voilà que les cartouches Super-8 refont surface.

Eastman Kodak a annoncé une caméra Super-8  équipée d’un viseur vidéo, qui permet de réellement filmer en 8 mm, selon le Washington Post.

Source Kodak

Source Kodak

Le format Super-8 a été très populaire pendant des années, jusqu’à l’arrivée de la caméra vidéo. Kodak a cessé de produire ces caméras vers 1982. C’était l’outil de prédilection de bien des réalisateurs en herbes, dont Spielberg à ses débuts.

L’appareil coûtera entre 400 et 750 $US. À ce prix, vous pouvez vous payer un Oculus Rift (600 $) et vous catapulter dans le futur plutôt que de retomber dans le passé.

Oculus Rift

Oculus Rift

L’esthétique Super-8 est peut-être charmante, avec le recul, mais elle repose davantage sur la nostalgie que sur une réelle qualité visuelle.

Il ne faut pas oublier que la pellicule 8 mm ne permet pas des images de qualité (elle est moins large qu’un timbre-poste), est chère (environ 20 $ de l’époque pour 3 à 5 minutes de film), demande un certain temps pour le développement (entre 2 semaines et 1 mois) et est fragile (les perforations sur les côtés se déchirent facilement).

Source Wikipédia

Source Wikipédia

Contrairement au vinyle, qui offre un son supérieur à celui du fichier MP3, ou au Polaroid, qui offre au moins le plaisir de toucher sa photo, le retour au film Super-8 me semble un véritable recul qualitatif.

Cela n’empêchera peut-être pas les nostalgiques de vouloir se procurer cette nouvelle caméra rétro.

Est-ce que le prochain retour improbable sera la page web à la Netscape avec ses fonds de couleur, son code Blink et ses GIF animés en boucle? Nostalgiques, visitez cette page!

netscapelike

 

Maxime JohnsonRevue de 2015 en 20 produits marquants

par

 publié le 29 décembre 2015 à 11 h 47

2016 small

L’an 2015 n’a pas été un particulièrement grand cru pour les gadgets technos. De tous les produits lancés cette année, certains ont quand même laissé leur trace, en plus de laisser présager des tendances à venir. Voici 20 produits marquants de 2015, en 15 billets.

Mise à l’essai de la tablette Android Pixel C de Google
La Pixel C de Google ne passera pas forcément à l’histoire, mais la première tablette produite par Google directement représente quand même bien deux tendances que l’on a pu observer cette année : la montée des tablettes hybrides, et le fait que les grandes entreprises technos se ressemblent de plus en plus.

Essai du BlackBerry Priv
Le fabricant BlackBerry a finalement lancé cette année son premier téléphone intelligent équipé du système d’exploitation Android. Un premier essai intéressant, mais on aurait certainement apprécié le voir arriver beaucoup plus tôt.

Antidote 9 : aujourd’hui la francophonie, demain le monde
L’un des produits technos québécois les plus populaires, Antidote a eu droit à une mise à jour de taille cette année, avec cette neuvième édition qui permet désormais de corriger et de réviser des textes en anglais également. Voilà qui ouvre grand les portes à une percée internationale.

Assassin’s Creed Syndicate passe le test féministe

Non, Assassin’s Creed Syndicate n’est pas l’un des meilleurs jeux de 2015, mais après une représentation des femmes douteuse d’Assassin’s Creed Unity en 2014, la franchise prend certainement un virage dans la bonne direction cette année, comme plusieurs autres titres parus en 2015, d’ailleurs.

Premières impressions du Surface Book de Microsoft
Microsoft est désormais un fabricant d’ordinateurs portatifs avec le Surface Book. Un premier ordinateur qui n’est pas parfait, mais qui est certainement une bonne entrée en scène pour l’entreprise. Les prochaines années s’annoncent excitantes.

Apple : premières impressions des iPhone 6s, iPad Pro et Apple TV
Trois produits marquants en un seul billet! L’iPhone 6s ne réinvente pas la roue, mais il est tout de même le téléphone le plus populaire cette année. De mon côté, j’ai surtout aimé ses 2 Go de mémoire vive, un détail pour l’instant (et la norme pour les téléphones Android), qui pourrait toutefois avoir de grandes répercussions sur sa durée de vie à plus long terme. L’iPad Pro offre pour sa part une expérience intéressante, que j’ai appris à apprécier avec le temps, mais qui n’est pas pour tout le monde. L’Apple TV est quant à elle une bonne console vidéo, à laquelle il manque toutefois l’élément le plus important : le service de télévision IP d’Apple.

Mise à l’essai de l’abordable Moto G (2015)
Ici aussi, le Moto G ne se hisse pas au sommet de la liste des téléphones les plus intéressants de 2015 (surtout pas la version offerte au Canada), mais celui-ci représente bien la montée des téléphones d’entrée de gamme. En 2015, il n’est plus nécessaire de payer 700 $ pour un bon téléphone. Certains modèles de 250 à 500 $ sont désormais parfaitement convenables.

10 nouveautés cachées de Windows 10
L’un des plus gros lancements de l’année, Windows 10 améliore en tous points Windows 8. Une mise à jour gratuite pour l’instant, ce qui pourrait permettre à Microsoft de placer ses pions pour l’avenir, notamment en assurant un écosystème vaste pour les développeurs d’applications (ordinateurs, téléphones, tablettes, HoloLens, Xbox One).

Her Story : un jeu vidéo d’une rare intelligence

Mon jeu vidéo de l’année, sans hésiter. Her Story est au monde des jeux vidéo ce que les films de répertoire sont au cinéma : une œuvre marquante, qui fait réfléchir et qui reste avec nous longtemps après le générique final. À essayer sur iOS, Mac et PC.

Réalité virtuelle au E3 : essai de Sony Morpheus, Oculus Rift et Oculus Touch
Qui a dit qu’un produit marquant devait être sur le marché? La réalité virtuelle est la grande absente de 2015, mais ce que l’on a vu cette année laisse présager de belles choses pour 2016. Les manettes Oculus Touch à elles seules transforment complètement l’expérience des lunettes Oculus Rift.

Essai du nouveau MacBook : mince, alors!
Un ordinateur avec de nombreux défauts (tout particulièrement sa puissance qui laisse à désirer), mais dont les qualités (le poids et la minceur) en font un appareil qu’on aime malgré tout utiliser. Il est en fait difficile de revenir en arrière après l’avoir essayé, surtout si l’on doit souvent transporter notre ordinateur.

Les forces et les faiblesses des Samsung Galaxy S6 et S6 edge
Samsung a réinventé son design cette année, en faisant par contre quelques compromis qui ont été mal accueillis par ses amateurs. On retient toutefois surtout du Galaxy S6 qu’il n’a pas été suffisant pour renverser la tendance pour le géant coréen, qui a perdu beaucoup de plumes au cours des deux dernières années.

Periscope : la réponse de Twitter à Meerkat
Probablement l’application mobile de l’année, Periscope permet de diffuser des vidéos en direct sur le web. Un outil de plus dans l’arsenal des citoyens, des politiciens, des médias, des entreprises et autres.

Les défis d’Apple et de l’Apple Watch
Non, l’Apple Watch n’a pas transformé le marché des technologies qui se portent. L’appareil d’Apple est tout de même le nouveau point de référence pour les montres connectées, et pourrait encore faire sa marque dans ce marché bien jeune.

J’ai essayé le PonoPlayer de Neil Young (et j’ai aimé ça)
L’audio haute résolution a commencé l’année en force, avec l’arrivée notamment du PonoPlayer, d’un Walkman de plus de 1000 $ de Sony et du service de diffusion Tidal. Plusieurs mois plus tard, aucun de ces produits n’est réellement un grand succès, mais l’arrivée de nouveaux joueurs en 2016 pourrait changer la donne.

Maxime JohnsonSix cadeaux technos conçus au Québec

par

 publié le 2 décembre 2015 à 10 h 06

S’il est généralement facile d’offrir des cadeaux conçus localement à Noël, la chose est un peu plus ardue avec les appareils électroniques, généralement produits à l’autre bout de la planète. C’est toutefois possible, comme le prouvent ces six suggestions de cadeaux « faits au Québec ».

Antidote 9
antidote9_1

Probablement le logiciel québécois le plus populaire, Antidote vient de lancer une nouvelle version qui permet non seulement d’améliorer son écriture en français à l’aide d’un correcteur et de nombreux guides et dictionnaires, mais aussi de réviser ses textes en anglais. Un essentiel, peu importe notre âge et notre niveau de maîtrise des deux langues.
Prix : 129,95 $ pour une langue, 179,95 $ pour les deux.

Écouteurs No Comply de LKPR
classic_1

Un casque conçu et produit au Québec, composé d’érable canadien certifié FSC, de métal et de cuir naturel (le tout pour éviter l’utilisation de plastique). Plusieurs modèles sont offerts, notamment les No Comply Skateboard, dont le bois est obtenu à partir de vieilles planches à roulettes. Détail intéressant, le câble du casque est relié à deux prises RCA, ce qui permet de le changer en cas de bris, plutôt que de devoir remplacer le casque au complet.
Prix : à partir de 379 $

Vêtements intelligents Hexoskin
hexoskin

Des vêtements intelligents conçus et assemblés au Québec, capables de mesurer la fréquence cardiaque, le volume respiratoire, la variabilité cardiaque, l’activité, la fréquence respiratoire et le sommeil. À considérer pour ceux qui prennent leur entraînement au sérieux. Deux ensembles sont vendus (qui comprennent le vêtement, le module Bluetooth, un câble et une application iOS et Android), pour homme et pour femme, et il est aussi possible d’acheter des vêtements à l’unité.
Prix : 449 $

Electric Hibachi de Downtown Grill
downtown grill

Un petit gril électrique pour faire griller sa viande et ses légumes à l’intérieur, grâce à un élément chauffant pouvant atteindre les 700 degrés Fahrenheit, soit plus que bien des BBQ au propane. La technologie Thermoceramix utilisée pour atteindre cette chaleur est une technologie américaine, mais le gril lui-même a été conçu et assemblé au Conseil national de recherches Canada, à Boucherville.
Prix : 449 $

Rainbow Six Siege
rainbowsixsiege

Est-ce encore possible d’innover dans les jeux de tir à la première personne? On dirait bien que oui, avec Rainbow Six Siege, le nouveau jeu d’Ubisoft Montréal où l’on doit, à tour de rôle, assiéger des terroristes cachés dans un édifice ou se défendre contre les unités spéciales. Un bon mélange d’action et de tactique, où tous les éléments du décor peuvent être détruits pour nous permettre d’avancer et de prendre nos ennemis à revers.
Prix : 79,99 $ sur PC, PS4 et Xbox One.

Simaudio MOON Evolution 780D
moon-simaudio-01

Pour les très gros budgets et les oreilles fines, la compagnie Québécoise Simaudio a lancé cette année son MOON Evolution 780D, un convertisseur numérique/analogique capable de convertir pratiquement tous les formats audio numériques, en plus d’inclure un lecteur réseau MiND. Un appareil des plus modernes, pour une compagnie qui conçoit et fabrique à la main des produits pour audiophiles depuis plus de 30 ans.
Prix : environ 15 000 $

Maxime JohnsonEssai de la Samsung Gear S2

par

 publié le 23 novembre 2015 à 15 h 51

gear s2

Samsung a lancé pas moins de sept montres connectées différentes au cours des deux dernières années. Son dernier essai, la Samsung Gear S2, est la plus intéressante du lot, grâce notamment à un mécanisme ingénieux pour naviguer dans l’interface en tournant le cadre autour du cadran.

Un design simple
heure

La Samsung Gear S2 est dotée d’un nouveau design par rapport à ses prédécesseurs, avec un format arrondi.

Le cadran rond, que l’on trouve de plus en plus souvent pour les montres Android Wear, est ici particulièrement bien utilisé, grâce à un cadre qu’il est possible de tourner vers la gauche ou vers la droite.

Cette rotation permet de passer d’un écran à un autre et d’accéder rapidement à ses informations. On y prend goût rapidement, et le mécanisme offre un avantage certain par rapport aux autres montres sur le marché.

Visuellement par contre, la Samsung Gear S2 se démarque un peu moins du lot. Sa finition est simple, et l’ensemble manque un peu d’élégance, surtout avec le bracelet synthétique fourni avec l’appareil. Notons que la version « classique » de la montre, vendue au Canada par Best-Buy pour 429,99 $, semble un peu plus intéressante de ce côté.

Le bracelet peut bien sûr être changé, mais celui-ci utilise un format propriétaire, ce qui risque grandement de limiter la quantité de bracelets disponibles, surtout si l’on considère que les fabricants d’accessoires pourraient être refroidis par la vitesse à laquelle Samsung réinvente ses designs de montres connectées.

Caractéristiques : une montre de plus
socle

La Samsung Gear S2 offre de bonnes caractéristiques, généralement à la hauteur des autres montres connectées sur le marché.

Son écran Super AMOLED de 1,2 pouce (résolution de 360 par 360 pixels) est joli, et ses composantes sont suffisantes pour ses besoins limités, soit un processeur double cœur cadencé à 1 GHz, 512 Mo de mémoire vive et une capacité de 2 Go.

L’appareil offre aussi un lecteur de rythme cardiaque et il est livré avec un socle de recharge sans fil qui, en théorie, permettrait d’utiliser sa montre comme réveille-matin sur sa table de chevet. Malheureusement, la version Wi-Fi de la montre qui est vendue au Canada n’inclut pour l’instant aucun haut-parleur, ce qui empêche cet usage.

Pour le reste, notons que la montre est dotée de connectivités Wi-Fi, Bluetooth (pour la musique et pour être relié à son téléphone) et NFC, et que son autonomie est suffisante pour une journée complète. Contrairement à certains modèles précédents, la Samsung Gear S2 n’est pas équipée d’un appareil photo numérique, un oubli qui est, de toute façon, pour le mieux.

Logiciel  : quelques bons coups
interface

La Samsung Gear S2 est dotée du système d’exploitation Tizen de Samsung. Celui-ci se veut plus près de Watch OS d’Apple que d’Android Wear, avec notamment des applications facilement accessibles et une interface un peu plus riche, qui permet même d’écrire des messages (si on en a la patience sur un si petit clavier).

Visuellement, l’interface est quand même réussie, et surtout, bien adaptée au format rond de la montre. Les cadrans proposés par Samsung sont un peu décevants, mais il est possible d’en télécharger d’autres à partir de son téléphone Android.

Malheureusement, la quantité est plutôt limitée, ce qui est d’ailleurs aussi le cas avec les applications tierces. Une poignée d’applications intéressantes seulement est offerte. Cela étant dit, les applications pour montres connectées n’impressionnent pas vraiment jusqu’ici, peu importe la plateforme, leur quantité limitée n’est donc pas un si gros inconvénient que ça dans la vie de tous les jours.

Parmi les bons coups, notons que l’application Android qui accompagne la montre est plutôt efficace. On aime notamment pouvoir y choisir facilement son cadran, et voir celui-ci changer presque instantanément sur la montre.

La compatibilité de la Samsung Gear S2 avec la majorité des nouveaux téléphones Android (ceux équipés de 1,5  Go de mémoire vive et d’Android 4.4 ou plus) est aussi appréciée. Malheureusement, la Gear S2, du moins celle testée ici, semble parfois éprouver des problèmes de connectivité lorsqu’elle est reliée à un téléphone qui n’est pas un appareil de Samsung.

Notons aussi que la recherche vocale S Voice de Samsung n’est pas à la hauteur de celles de Google et d’Apple.

Un pas dans la bonne direction
loin

La Samsung Gear S2 marque un pas dans la bonne direction, tout particulièrement grâce à son interface réussie et à l’ajout du cadran rotatif, qui rend navigation dans l’interface plus agréable qu’avec seulement un écran tactile.

Son système d’exploitation Tizen est correct, avec des avantages qui compensent généralement ses défauts par rapport à Android Wear. Malheureusement, on a l’impression que ce rapport pourrait changer avec le temps.

La Samsung Gear S2 est vendue 399,99 $ au Canada. Ce n’est pas la montre connectée la plus chère sur le marché, mais force est de reconnaître qu’il s’agit là d’un montant considérable pour un appareil qui n’aura probablement pas une très longue durée de vie, surtout si l’on considère qu’il s’agit de la septième génération de montre connectée pour Samsung en deux ans seulement.