Maxime JohnsonMise à l’essai de la Kindle Voyage

Par

 publié le 24 mars 2016 à 17 h 22

kindle voyage 1

Près d’un an et demi après son arrivée aux États-Unis, la liseuse haut de gamme Kindle Voyage vient d’être lancée au Canada par Amazon. S’il ne fait aucun doute que le petit appareil est le meilleur du genre sur le marché, son prix d’achat trop élevé devrait réduire les ardeurs des amateurs de livres électroniques.

Bon boîtier, bonnes caractéristiques
kindle voyage bouton

La liseuse haut de gamme d’Amazon est dotée d’un nouveau boîtier mince et léger. Son poids de 180 grammes est plus léger que celui de la Kindle Paperwhite, l’autre modèle d’Amazon doté d’un écran rétroéclairé, mais il est semblable à celui de la Kobo Glo HD, une liseuse équivalente également à considérer.

Celle-ci est aussi mince, à 7,6 mm, et encore plus dans ses extrémités. Certains éléments du design de la Kindle Voyage ont été revus par rapport aux autres modèles, comme le bouton pour allumer l’appareil, qui est désormais situé à l’arrière, et l’écran qui s’intègre complètement à la surface avant de la liseuse. Celle-ci est donc lisse et agréable à tenir entre ses mains pendant plusieurs heures.

Pour que l’on puisse tourner les pages, Amazon offre aussi les nouveaux boutons PagePress, en plus de l’écran tactile habituel. Ceux-ci sont situés à gauche et à droite de l’écran, et permettent d’avancer ou de reculer dans le livre.

L’idée est intéressante, puisqu’on peut ainsi laisser ses doigts au même endroit en tout temps et que la liseuse offre une certaine rétroaction lorsque l’on tourne une page. Les boutons PagePress sont toutefois placés trop bas, pour certains, pour être vraiment confortables.

Bref, ceux-ci représentent un ajout intéressant, qui ne change toutefois pas la donne.

Côté technique, la liseuse de 6 pouces est rapide, et elle est équipée d’un écran précis, à 300 points par pouce. Malheureusement, entre la sortie de la Kindle Voyage aux États-Unis et son lancement au Canada, d’autres ont, depuis, rattrapé cette résolution, notamment la Kobo Glo HD, et même la nouvelle Kindle Paperwhite.

L’écran lumineux de la Kindle Voyage s’ajuste toutefois automatiquement en fonction de la lumière ambiante, ce que les autres ne font pas. Ici aussi, il s’agit d’un avantage intéressant, mais quand même mineur.

Pour le reste, notons que la liseuse offre environ 21 heures d’autonomie en continu, ou 6 semaines à 30 minutes par jour. Elle se charge en 4 heures et intègre une capacité interne de 4 Go, soit suffisamment pour stocker des milliers de livres.

Un bon écosystème, mais fermé
kindle voyage 2

Côté logiciel, la Kindle Voyage offre du bon et du moins bon.

J’ai déjà comparé l’écosystème Kindle à une prison dorée. Pour être plus précis, j’aurais dû le comparer à une prison dorée à sécurité minimale.

L’utilisateur est en effet un peu pris à l’intérieur de l’écosystème d’Amazon. On achète principalement nos livres chez le géant américain, par la liseuse directement ou sur le web, et il est difficile de les acheter ailleurs (mais pas impossible, d’où la référence à la sécurité minimale).

La Kindle Voyage est en effet compatible avec les fichiers Kindle AZW et les PDF, mais pas avec les populaires EPUB, que l’on trouve dans la plupart des librairies en ligne au Québec. Il est généralement possible de les convertir pour la liseuse d’Amazon, mais le processus est relativement fastidieux et il requiert l’usage d’un ordinateur.

Tant que vous demeurez dans l’écosystème Amazon, ce n’est pas un problème, surtout si l’on considère la richesse de leur boutique en ligne, même pour les ouvrages en français. Si vous souhaitez un jour changer de liseuse, vous n’aurez toutefois plus accès à vos livres.

En ce qui a trait au logiciel de la Kindle Voyage, notons que celui-ci est fluide et efficace. On apprécie également son intégration au réseau social pour lecteurs GoodReads, qui permet de noter facilement les livres que l’on termine et d’en découvrir de nouveaux par la suite.

Le problème du prix
Le plus grand problème de la Kindle Voyage est toutefois son prix de 299 $ au Canada. Celle-ci est non seulement chère, mais elle l’est aussi plus qu’aux États-Unis, où elle est vendue 199 $ US (ou l’équivalent de 265 $ CA).

La Kindle Voyage est la liseuse la plus complète et la mieux conçue sur le marché, mais ses avantages sont quand même mineurs par rapport à d’autres liseuses comme la Kindle Paperwhite et la Kobo Glo HD, qui sont, quant à elles, vendues 139 $ et 129 $ respectivement.

Bref, ceux qui recherchent tout simplement la meilleure liseuse sans se soucier du prix seront satisfaits de la Kindle Voyage, mais ceux qui recherchent un meilleur rapport qualité-prix devront aller voir ailleurs.

Livres