Martin LessardGoogle devient Alphabet : ce que ça veut vraiment dire pour les utilisateurs

Par

 publié le 11 août 2015 à 8 h 48

Énorme surprise dans le monde d’Internet avec l’annonce, hier, que Google devient Alphabet.

Alphabet est le nouveau nom du conglomérat qui chapeautera l’ensemble des activités du géant de la recherche Internet.

Ce qu’il faut comprendre, dans un premier temps, c’est que le nom Google inc., en tant que compagnie publique cotée en bourse, va avoir un nouveau nom, Alphabet inc.

alphabet

Le nom Google ne disparaît pas. Le moteur de recherche continue de s’appeler Google. L’outil ne change donc pas de nom. C’est la maison-mère de l’ensemble des activités du groupe qui change de nom.

Ce qui a été annoncé hier, c’est la création d’une société au-dessus de Google. Google devient une filiale à part entière de cette société appelée Alphabet, qui chapeautera dorénavant l’ensemble des activités du groupe.

Concrètement, ce qui va changer, c’est que toutes les actions de Google inc. deviendront bientôt des actions d’Alphabet inc.

Symboliquement, le changement de nom reflète non seulement une refonte de la structure de Google, mais une affirmation du changement de cap du groupe vers l’innovation tous azimuts.

Ce que cache un nom

On peut dire que Google était à l’étroit avec son nom.

Vous savez, en moins de 20 ans, le nom Google est devenu un synonyme du web pour bien des gens.

Mais le web, en 20 ans, n’est devenu qu’une simple petite portion de la révolution numérique en cours, qui est beaucoup plus grande.

La révolution numérique, en ce moment, c’est l’Internet des objets, ce sont les données massives, les voitures autonomes, la réalité virtuelle, la santé branchée.

Ce changement de nom ne fait que clarifier son rôle : Google est une société de portefeuille de compagnies en haute technologie numérique.

Google était à l’étroit parce que son nom est associé au moteur de recherche. Ça faisait de l’ombre aux autres innovations. En changeant de nom, Google donne de la visibilité aux autres compagnies qu’elle possède.

Google devient une filiale qui reste donc responsable du moteur de recherche et de la publicité en ligne, de la cartographie avec Google Map, de YouTube et du système d’exploitation mobile Android.

Ce qui va être nouveau pour bien des gens, c’est de découvrir toutes les autres compagnies que Google a acquises au fil du temps.

Je vais juste vous rappeler les plus récentes, les lecteurs de Triplex les connaissent bien :

  • Calico, une compagnie fondée il y a un peu plus d’un an axée sur les mégadonnées en recherche de maladies et avec le mandat de découvrir ni plus ni moins comment prolonger la vie.
  • Boston Dynamics, une compagnie achetée, connue pour ses robots utilisés par la DARPA, le bras « recherche et développement » de l’armée américaine.
  • DeepMind, une compagnie britannique spécialisée en intelligence artificielle, et plus précisément en deep learning.
  • Fiber, le fournisseur d’accès Internet ultrarapide de 1 Gig
  • Nest, le thermostat connecté.

En changeant de nom de Google inc. à Alphabet inc., les dirigeants envoient un message clair que le web est devenu trop petit pour eux.

L’innovation numérique, aujourd’hui, dépasse Internet.

Ce qui s’en vient à grande vitesse et qui va changer nos vies, c’est ce que je nommais plus haut : le réseau des objets connectés dans nos maisons, l’automatisation des véhicules, la santé branchée, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée.

Sortir de l’ombre de Google

La raison avancée par Google pour cette réorganisation est la mise en place d’une plus grande transparence pour plaire aux investisseurs. Il faut savoir que ces derniers sont souvent méfiants envers les projets de recherche de Google. Quelqu’un qui pense investir dans Google pense investir dans le moteur de recherche et la publicité. Pas dans des lunettes ou des lentilles de contact!

Maintenant que le nom est Alphabet, on sait clairement que c’est une société de portefeuille axée sur l’innovation technologique.

Ça laisse les coudées franches aux dirigeants pour faire d’autres acquisitions.

Un exemple. Il y a une rumeur qui court depuis quelques mois maintenant concernant l’acquisition de Twitter.

Twitter est en bourse depuis presque deux ans, et ça ne va pas très bien. Nombre de gens pensent que Google aurait intérêt à acheter Twitter.

Maintenant, avec Alphabet, cette hypothétique acquisition semble plus logique. Twitter serait juste une compagnie de plus dans le portefeuille d’Alphabet. Google et Twitter resteraient indépendants.

La nouvelle structure permettra de voir plus clairement qui fait quoi et avec quelle marge de manoeuvre.

À court terme, ce qu’on va voir, ce sont les résultats des compagnies parallèles, celles qui étaient dans l’ombre de Google.

On pense à Loon. Loon est un produit fou, ou qui semblait fou il y a quelques années, mais qui semble être la prochaine vache à lait du groupe.

Loon est un service de relais Internet par montgolfières. Ce sont d’immenses ballons qui flottent au-dessus de régions mal connectées à Internet, en Afrique et en Asie par exemple. Il y a un fort potentiel d’affaires pour aller connecter 1 milliard de personnes supplémentaires.

Il y a aussi Wing, un service de livraison par drone.

Ces deux produits, issus des laboratoires de recherche et développement de Google, n’ont plus vraiment rapport avec le moteur de recherche.

Ce laboratoire de recherche s’appelle Google X, et c’est une véritable pépinière d’innovations. C’est aussi de là qu’est sortie la voiture autonome Google Self-driving Car.

Maintenant, Alphabet va pouvoir détailler les avancées de tous ses produits de façon séparée.

Que peut-on espérer à long terme?

Une compagnie qui fonctionne bien est une compagnie qui suit bien sa mission : la mission de Google est de collecter toutes les informations qui existent en ligne.

Mais la technologie évolue tellement rapidement, et le web n’est maintenant plus qu’une partie de l’équation, alors, pour Google, à long terme, rester concentré sur le moteur de recherche est une limite.

En 10 ans, le marché a changé brutalement. Il y a maintenant des cellulaires, des tablettes, des montres connectées. Dans 10 ans, le web ne sera plus reconnaissable.

Google, le moteur de recherche, existera sûrement dans 10 ans, mais peut-être que le web sera moins important dans nos vies.

Avec Alphabet, la société de portefeuille peut voir venir les innovations, les provoquer même.

Alphabet ne sera jamais prisonnière d’un seul modèle d’affaires. Son modèle d’affaires est de faire l’acquisition ou de développer des compagnies innovantes. Certaines vont marcher, d’autres non.

Mais Alphabet ne sera pas contrainte par un seul modèle, celui de la recherche en ligne. Au fond, Google a simplement affiché sa diversité.

Attendez-vous à voir sortir de nouveaux noms de compagnies qui vont innover dans toutes les directions. D’où le nom Alphabet, pour toutes ces compagnies, présentes et à venir.

G, c’est pour Google.

Affaire, Innovation, Internet, Société