Maxime JohnsonRollers of the realm : mélange des genres et… féminisme!

Par

 publié le 24 mars 2014 à 8 h 42

rollers-of-the-realm-castle-gates-01

Rollers of the realm est un jeu vidéo plutôt particulier. Non seulement il combine des genres habituellement distincts – les machines à boules d’arcade et les jeux de rôles –, mais il ajoute en plus une petite touche féministe pour couronner le tout.

Phantom Compass, le studio indépendant ontarien derrière Rollers of the realm, était présent la semaine dernière à la Game Developers Conference (GDC) de San Francisco pour présenter son jeu.

Le mécanisme à la base du jeu est celui des bonnes vieilles machines à boules, mieux connues sous leur nom anglophone de pinball. Comme dans les arcades de l’époque, deux boutons suffisent pour contrôler les leviers en bas de l’écran pour s’assurer que sa balle demeure dans la zone de jeu principale.

« Ici, chaque balle est un personnage différent », explique Ericka Evans, chef de production chez Phantom Compass. Au début, le joueur ne possède qu’un seul personnage, une jeune voleuse qui est aussi l’héroïne du jeu, et d’autres personnages s’ajoutent ensuite au groupe, en commençant par un chevalier ivrogne.

« Tous les personnages ont des défauts, personne n’est parfait dans Rollers of the realm », explique en riant Ericka Evans. En plus d’ajouter de la couleur aux personnages, ces caractéristiques touchent également les balles en tant que telles. Ainsi, celle du chevalier est chambranlante, et celle de la magicienne peut attaquer ses ennemis sans les toucher directement.

En tout, une dizaine de personnages sont offerts dans ce jeu, qui compte aussi une trentaine de niveaux.

Comme dans un jeu de rôle traditionnel, il est possible d’améliorer ses balles avec, par exemple, des armes achetées grâce à de l’argent amassé au cours de ses quêtes. Les missions sont aussi variées : le joueur doit parfois terminer une quête en un temps précis, tuer tous les ennemis présents sur la surface de jeu, affronter un personnage méchant plus puissant que les autres, etc.

Une dose de féminisme
Rogue Poster 1920 x 1080

Le jeu de Phantom Compass ne demande pas au joueur d’incarner Simone de Beauvoir, mais il se distingue quand même dans cet univers trop souvent sexiste qu’est celui des jeux vidéo.

« Le jeu a vraiment une sensibilité féministe, soutient la chef de production. L’histoire est proféministe, et nous avons beaucoup de personnages féminins forts. Le personnage le plus puissant du jeu est même une vieille dame! »

Le féminisme de Rollers of the realm n’est pas le fruit du hasard, mais quelque chose de réfléchi dès le début. « Ce sont des valeurs importantes pour l’auteur du jeu, David Evans, et tout le reste de l’équipe », précise Ericka Evans, qui est d’ailleurs la seule femme au sein de l’équipe.

Lancement cet été
Rollers of the realm est un jeu original et prometteur, qui devrait plaire autant aux hommes qu’aux femmes, aux jeunes et aux moins jeunes.

Ceux qui souhaitent l’essayer devront toutefois encore patienter un peu. Le titre devrait être lancé cet été seulement sur PC, à travers la boutique en ligne Steam. Il devrait ensuite être porté vers d’autres plateformes un peu plus tard.

Jeux vidéo