Maxime JohnsonVente de Motorola à Lenovo pour 2,91 G$ : du positif pour Android

Par

 publié le 30 janvier 2014 à 10 h 20

moto

Moins de deux ans après avoir acquis Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars, Google a annoncé hier son intention de vendre le fabricant de téléphones intelligents au géant chinois Lenovo pour 2,91 milliards de dollars. Une transaction qui pourrait, à mon avis, être bénéfique pour le système d’exploitation Android.

La transaction n’était pas exactement attendue, mais elle ne devrait pas trop choquer les observateurs du milieu non plus.

D’un côté, Google n’a jamais été très intéressée par le fabricant de téléphones intelligents – rappelons que la compagnie l’avait acheté pour ses brevets, et qu’elle s’est bien gardée de s’ingérer dans la gestion de Motorola après la transaction afin de ne pas froisser ses autres partenaires dans Android comme Samsung ou HTC.

De l’autre côté, Lenovo a souvent montré de l’intérêt envers l’acquisition d’un fabricant de téléphones intelligents, tout particulièrement BlackBerry, et l’entreprise était très loquace quant à son intention de vendre un jour des téléphones ailleurs qu’en Asie.

Une différence de prix moins élevée qu’elle en a l’air
Si le prix de vente de Motorola peut sembler étonnant, considérant son prix d’achat en 2012, il est bon de souligner que la chute est loin d’être aussi spectaculaire qu’elle en a l’air.

Quand Google a acheté Motorola, la compagnie mettait notamment la main sur environ 3 milliards de dollars comptant, sur des allègements fiscaux, sur une division de récepteurs numériques que la compagnie a vendue par la suite pour 2,35 milliards de dollars et sur un imposant portfolio de brevets et d’innovations technologiques, qu’elle évaluait à l’époque à un peu plus de 5 milliards de dollars.

Considérant que Google conservera la très grande majorité de ces brevets, le prix de vente de Motorola Mobility – qui inclut notamment ses différentes marques et 2000 brevets – semble beaucoup plus raisonnable.

Du positif pour Android
La transaction devrait, à mon avis, avoir des effets bénéfiques pour l’écosystème Android.

Motorola était une véritable affaire embarrassante pour Google, qui était d’un côté partenaire avec les fabricants de téléphones Android, tout en étant en pleine concurrence avec eux à cause de Motorola. Google a bien placé certaines personnes de confiance au sein de Motorola, mais la compagnie était très distante dans sa gestion de sa division afin de ne pas froisser ses autres partenaires.

De belles intentions en théorie, mais dans les faits, l’acquisition était loin d’être rassurante pour les fabricants qui misent tous leurs jetons sur Android, comme Samsung et HTC.

En se débarrassant de Motorola, Google rassure ses partenaires. Les rumeurs indiquent d’ailleurs que l’entente de 10 ans signée la semaine dernière entre Samsung et Google pour mettre en commun leurs brevets prépare également le terrain à ce que Samsung révise un peu sa stratégie logicielle pour offrir des téléphones Android plus près de l’expérience « vanille » d’Android, fournie par Google. Les deux nouvelles pourraient très bien ne pas être si indépendantes que ça.

Autre point positif, en plus des brevets, Google conserve le Groupe de technologies avancées de Motorola, qui était responsable des nombreuses recherches plus expérimentales de Motorola ainsi que du projet de téléphone modulable Ara. Ce groupe, dirigé par une ancienne patronne de DARPA, sera certainement à sa place au sein de Google, qui n’est pas à un projet ambitieux près.

Google affirme aussi que la compagnie pourra désormais concentrer ses efforts sur d’autres intérêts, comme les technologies qui se portent et la domotique. C’est certain que les ambitions de Google sont plus grandes sur ce point que de n’être « qu’un » fabricant de téléphones intelligents (mais on pourrait aussi argumenter que l’un n’empêche pas l’autre, surtout pour une compagnie de cette taille). Dans un communiqué, le PDG de Google, Larry Page, affirme aussi que « Motorola sera mieux servi par Lenovo », ce qui est, par contre, tout à fait vrai.

Il sera d’ailleurs intéressant de voir ce que Lenovo pourra faire avec Motorola, maintenant que la division est entre les mains d’une compagnie véritablement motivée à lui faire connaître du succès.

Motorola était sur une belle lancée depuis quelques mois avec ses Moto X et Moto G, et si Lenovo joue bien ses cartes, la division a tous les atouts pour redevenir un chef de file.

Si cela se traduit par une plus grande diversité sur le marché, il s’agit d’une excellente nouvelle pour les consommateurs également.

Mobile