Billets publiés le 23 janvier 2014

Sherlock

Les amateurs de la série télévisée britannique Sherlock qui possèdent un appareil iOS ont de quoi se réjouir. Le développeur The Project Factory a lancé lundi Sherlock : The Network, un jeu mobile compatible avec les appareils mobiles d’Apple et mettant notamment en vedette les acteurs Benedict Cumberbatch (Sherlock Holmes) et Martin Freeman (John Watson).

Dans Sherlock : The Network, on incarne l’un des membres du mystérieux réseau de sans-abri de Sherlock Holmes, auquel le détective de la rue Baker, à Londres, fait parfois appel dans la série de la BBC, dont la troisième saison a été diffusée au début d’année en Grande Bretagne.

Ces brèves enquêtes (une quinzaine de minutes chacune environ) demandent au joueur de voyager dans Londres (à pied, en métro ou en taxi), de décoder des codes secrets, de trouver des indices cachés sur les lieux d’un crime, de résoudre des énigmes sonores, des défis inspirés du jeu Mastermind, etc. On croise au fil des enquêtes les principaux personnages de la série, comme Sherlock, Watson, Mycroft et Molly.

Une succession de minijeux
jeu

Chaque enquête de Sherlock : The Network – il y en a 10 en tout – consiste en une série de minijeux. Certains, moins réussis, prennent l’allure de casse-têtes (notamment chaque déplacement dans la ville), alors que d’autres demandent un peu plus de réflexion.

Au final, même si certains éléments sont plus difficiles, le jeu offre toujours des indices pour s’en sortir, en plus de permettre de carrément sauter certains jeux trop ardus.

À la fin, on visite le « Mind Palace » de Sherlock pour réunir les trois principaux indices découverts pendant le jeu et résoudre l’enquête.

Un jeu correct, même sans Sherlock
benedict

Sherlock : The Network est avant tout un outil de promotion pour la série Sherlock. Les acteurs et les éléments de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle y prennent une place considérable, et de nombreuses anecdotes par rapport au tournage de la série sont présentées sur la carte de Londres.

Sans cet aspect, le titre pourrait quand même être considéré comme l’un des jeux du genre les plus complets, notamment grâce à la variété d’épreuves et, surtout, à la richesse des enquêtes, avec de véritables personnages et des histoires intéressantes. Une histoire globale relie aussi certaines de ces enquêtes, ce qui incite à poursuivre le jeu jusqu’au bout.

On aimerait toutefois que le défi soit un peu plus relevé. On sent que les développeurs ont dû marcher sur des œufs en tentant d’équilibrer l’intelligence des enquêtes et leur accessibilité pour le grand public, et que, malheureusement, ils n’ont pas visé dans le mille. Considérant qu’il est possible de sauter certains bouts plus difficiles, un peu plus d’audace aurait été appréciée.

Mind Palace

Le passage dans le « Mind Palace » de Sherlock à la fin de chaque enquête est aussi assez faible. Ce qui devrait être l’ultime épreuve de déduction est trop souvent un simple jeu d’essais et erreurs, malheureusement.

Sans être parfait, il offre toutefois plus de profondeur que d’autres jeux mobiles du genre, et la participation des acteurs de Sherlock est certainement la cerise sur le sundae qui sera appréciée par les amateurs de la série. Gageons qu’il s’agit là d’une façon de faire qui sera de plus en plus fréquente à l’avenir.

Sherlock : The Network offre en tout 10 enquêtes et 30 minutes de contenu vidéo, pour 4,99 $. L’application est compatible avec iOS seulement pour l’instant, mais une version Android devrait aussi être lancée. Deux derniers points à considérer : le jeu est assez court, et il n’est offert qu’en anglais. Certaines enquêtes se révéleront d’ailleurs plus complexes pour ceux qui maîtrisent mal la langue de Shakespeare.