Martin LessardGoogle entre dans nos maisons avec Nest

Par

 publié le 14 janvier 2014 à 14 h 03

Nest, le thermostat qui s’ajuste tout seul, a été acheté par Google hier (au coût de 3,2 milliards de dollars américains). Aussitôt, cette farce a circulé : « Dorénavant, quand votre maison sera en feu, vous allez recevoir des pubs d’extincteurs dans Gmail. » nest-1 Ne riez pas trop vite. Cette entrée fracassante de Google dans la domotique, ce projet longtemps annoncé, reconduit, retardé puis repris, risque d’être un tournant dans ce qui se nomme l’Internet des objets.

Nest, la vedette de l’heure, a été créée par un ex-employé d’Apple (celui qui a conçu le iPod, tout de même). Cette compagnie se distingue à la fois par l’ergonomie et la beauté de ses produits de domotique (thermostat et détecteurs de feu connectés) et par une simplicité fonctionnelle digne d’Apple.

Google vient ainsi de sécuriser un accès royal à ce qui serait peut-être la tête de pont des objets connectés (qui seraient la tendance de l’heure comme beaucoup le claironnent depuis le CES de la semaine dernière — et ils ont maintenant raison).

« La beauté d’Apple, l’intelligence de Google »

Nest profite ainsi instantanément d’une infrastructure solide et mondiale. La formidable connaissance de Google dans la gestion et le traitement des données offrira une avance confortable à Nest face à ces concurrents. Google sort ainsi définitivement de son territoire naturel (le web) en embrassant de plus en plus tous les aspects de nos vies :

  • la télécommunication (Android, Motorola)
  • le transport (voiture autonome)
  • la maison (Nest)

La firme ne se limitera plus aux données, mais aspire de plus en plus à avoir une présence bien réelle dans nos vies (d’où un danger tout aussi réel pour notre vie privée). Ou, pour le dire autrement, Google voit dans tout ce qui nous entoure des données à gérer pour nous. Son intrusion dans le monde de la robotique montre que la firme entrevoit à long terme un monde où la machine, grâce aux données, pourra assister les humains dans leurs tâches.

L’état des choses

robots
Dans l’état actuel des choses, ce qui est appelé l’Internet des objets reste un champ encore complètement en friche arpenté par quelques bidules incompatibles entre eux. Comme Android dans le monde du mobile, Google pourrait annoncer le début d’un terrain de jeu commun. Les « apps » sont aux portes de nos maisons…

Futur, Gadgets