Maxime JohnsonDes produits technos ambitieux, mais risqués, pour 2014

Par

 publié le 2 janvier 2014 à 14 h 33

Si les grands lancements technos sont souvent gardés secrets jusqu’au tout dernier moment, plusieurs produits attendus en 2014 ont, au contraire, été dévoilés et même offerts en version limitée plusieurs mois à l’avance en 2013. Ces prototypes publics ne sont toutefois pas le seul point en commun des différents appareils : leur potentiel a beau être énorme, leur succès est malgré tout loin d’être garanti. Petit aperçu des gadgets ambitieux, mais risqués, de 2014.

Google Glass
google glass

Google a dévoilé ses lunettes intelligentes il y a un an et demi maintenant, et quelques privilégiés peuvent déjà mettre la main sur celles-ci aux États-Unis pour 1500 $ l’unité.

Il suffit de regarder la vidéo de présentation officielle de l’appareil pour comprendre son intérêt. Prise de photos et de vidéos n’importe où, obtention de directions GPS, vidéoconférence avec ses amis, le tout activé par la voix ou avec un petit pavé tactile sur notre tempe : les avantages des Google Glass sont nombreux.

Une version grand public des Google Glass, qui sera significativement moins chère que l’édition limitée actuelle, devrait être lancée en 2014 dans certains pays, notamment aux États-Unis, et peut-être en Grande Bretagne (mais je ne retiendrais pas mon souffle pour le Canada).

Autant les lunettes de Google ont fait parler d’elles au cours de la dernière année, autant la compagnie a de nombreux défis à relever si elle ne veut pas que son appareil soit réservé à une niche.

Google doit notamment démontrer que l’appareil est plus utile qu’une simple caméra attachée à ses lunettes. La compagnie doit aussi rassurer le grand public qu’il n’est pas épié et constamment pris en photo, et elle doit s’assurer d’être en règle avec les différents corps gouvernementaux (pour le respect de la vie privée, la sécurité au volant, etc.).

Plus difficile encore, Google devra faire en sorte que les Glass deviennent un symbole branché, et non l’inverse. Les acheteurs potentiels doivent avoir l’impression qu’ils auront un objet d’envie sur le nez, et non qu’ils seront la risée de ceux qui les entourent (comme avec une oreillette Bluetooth, par exemple).

La compagnie travaille déjà en ce sens – l’inclusion des lunettes dans l’édition de septembre du magazine Vogue en est un bon exemple. Mais pour l’instant, les Google Glass demeurent plus une curiosité qu’autre chose pour la très grande majorité des gens.

Oculus Rift
oculus rift

Voilà maintenant une vingtaine d’années que des compagnies technos essaient de mettre en marché des appareils de réalité virtuelle. Malheureusement, elles ont jusqu’ici toutes échoué, notamment à cause des maux de coeurs et de têtes causés par ces appareils.

Le très attendu Oculus Rift connaîtra-t-il plus de succès? Peut-être. L’appareil développé par Oculus VR est déjà offert aux développeurs, et une version définitive, pour le grand public, devrait être lancée plus tard en 2014.

La communauté est déjà très enthousiaste par rapport à cet appareil qui ressemble à des lunettes de ski, et plusieurs jeux pourraient bénéficier d’une technologie 3D du genre.

L’Oculus Rift a toutefois quelques défauts qui pourraient lui nuire, comme celui de bloquer complètement les joueurs de l’environnement extérieur. Tout comme avec les Google Glass, la perception des autres pourrait ici nuire au succès de l’Occlus Rift, même si la situation est moins grave ici, si l’on considère que plusieurs joueurs jouent seuls de toute façon.

La question des nausées est toutefois plus problématique. Dans les bonnes conditions, l’Oculus Rift ne semble pas causer les maux de coeurs habituellement associés à la réalité virtuelle. Malheureusement, certains jeux posent encore problème, notamment lorsque le paysage autour du joueur bouge, dans un jeu sur rail par exemple.

Et même si l’on n’a mal au coeur qu’une fois sur 10 en jouant avec l’Oculus Rift, c’est une fois de trop. À suivre.

Steam Machines
steam machine

Les Steam Machines du développeur Valve sont un peu moins révolutionnaires que l’Oculus Rift et les Google Glass, mais il s’agit quand même d’une création ambitieuse de la part de cet éditeur, connu notamment pour la série de jeux Half Life et la boutique en ligne Steam.

Valve espère prendre d’assaut les salons des consommateurs avec des ordinateurs variés, équipés du système d’exploitation Steam OS, une version modifiée de Linux adaptée aux téléviseurs.

Les Steam Machines ont plusieurs avantages par rapport aux Xbox One et PS4. Puisque ce sont des ordinateurs classiques, plusieurs modèles peuvent être proposés aux consommateurs par n’importe quelle compagnie, avec différents designs et différentes caractéristiques internes.

Les utilisateurs pourront aussi profiter d’un système polyvalent et facile à personnaliser, du moins beaucoup plus que ceux de Microsoft et de Sony.

Malheureusement, Linux est encore peu populaire auprès des gros développeurs de jeux, le catalogue offert sera donc limité au lancement des Steam Machines. Valve aura à affronter un problème classique dans le milieu : sans jeux développés, les utilisateurs ne seront pas intéressés à acheter les appareils, et sans utilisateurs, les développeurs ne seront pas intéressés à développer de jeux.

Valve pourrait aussi avoir un problème de prix. Avec leur gros volume de vente et les profits réalisés sur les jeux, Microsoft et Sony peuvent vendre des consoles archipuissantes pour un prix relativement abordable.

Un ordinateur Steam Machine offrant la puissance d’une PS4 pourrait pour sa part être vendu le double du prix, ce qui ne sera certainement pas attrayant pour le grand public.

À long terme, en séduisant tout d’abord les joueurs enthousiastes qui voudront aussi avoir un ordinateur complet attaché à leur téléviseur, Valve pourrait quand même faire sa place. Le défi est toutefois de taille, et le bilan ne sera probablement pas très rose en 2014.

Innovation