Billets publiés le 3 mai 2013

Mozilla, en collaboration avec Epic Games, présentait la semaine dernière sa version hautement optimisée de JavaScript ayant la capacité de générer un graphisme 3D sophistiqué à même un navigateur web. Grâce à des technologies ouvertes comme WebGL, les développeurs du moteur de jeu populaire Unreal Engine 3 ont pu compiler une version HTML, ce qui permettrait la conversion d’une panoplie de jeux propulsés par ce moteur.

Il ne s’agit pour l’instant que d’une démonstration de faisabilité, puisque le moteur n’est stable que sur la plus récente version de développement de Firefox. Mais vous pouvez d’ores et déjà tester la démo Epic Citadel avec le logiciel en question.

L’idée est d’inciter les concepteurs de Chrome, de Safari, d’Opera et d’Internet Explorer à optimiser le JavaScript de leurs fureteurs, afin de permettre à long terme l’exécution d’un programme propulsé par le moteur Unreal Engine 3, peu importe le navigateur.

Aucun module prérequis

La philosophie derrière le développement du HTML5 est la standardisation d’une panoplie de nouvelles technologies (la lecture vidéo par exemple) qui jusqu’ici nécessitaient l’installation de modules supplémentaires. YouTube et Vimeo l’abandonnent tranquillement au profit de HTML5. Netflix a annoncé le mois dernier vouloir faire la même chose avec Silverlight, un module vidéo développé par Microsoft, pour ainsi adopter HTML5.

Imaginez que vous puissiez jouer à un jeu sophistiqué sans avoir rien à installer! Certes, le moteur de jeu Unreal Engine 3 se fait vieux, bien qu’il soit toujours populaire auprès des plateformes mobiles. Néanmoins, Epic Games a affirmé que son successeur, Unreal Engine 4, connaîtra également une version HTML5.

L’industrie du jeu vidéo est en pleine transformation. Tant les consoles portables que les consoles de salon sont menacées par les tablettes, qui offrent des jeux de qualité à bon marché. D’un autre côté, la possibilité de déployer un jeu de grande envergure par le biais d’un navigateur web pourrait avoir des répercussions sur le classique système de vente de logiciels en magasin.

À suivre…