Nadia SeraioccoRéseaux sociaux : l’avantage de Google+

Par

 publié le 15 février 2013 à 14 h 11

Le 14 février, à la suite du discours économique connu sous le nom de l’état de l’Union, le président Obama tenait une réunion publique sur Google Hangouts avec le mot-clic #firesidehangout. L’équipe d’Obama n’a pas l’habitude de se tromper en matière de réseaux sociaux. Quand elle a commencé à utiliser Instagram, en janvier 2012, le populaire réseau mobile de partage photos a été acheté par Facebook quelques mois plus tard. Mais l’atout dans le jeu de Google+ est encore la puissance de Google, le site le plus fréquenté selon ComScore et la marque qui domine le marché des applications aux États-Unis.

L’ouverture du réseau

Il suffit de parcourir Twitter ou Facebook pour lire quelques plaisanteries sur Google+, le réseau serait comme un village fantôme. Créé en 2011, il a connu une montée fulgurante pour ce qui est des abonnements, mais la synergie semble tarder en ce qui a trait aux échanges entre les membres. Pourtant, l’ajout en 2012 des mots-clés sur Google+ s’avère de plus en plus un attrait d’importance pour les utilisateurs. Ronnie Bincer, un spécialiste de Google, explique le fonctionnement des mots-clics sur son profil. De plus en plus de médias suivent les tendances de ceux qui sont utilisés sur Google+, comme le Huffington Post Canada et le Nouvel Observateur. Les médias francophones utilisent le terme baromètre Google+ pour en discuter et on les retrouve dans l’onglet Explore sur le réseau G+.

J’ai ajouté Ronnie Bincer à mes cercles. Eh oui, tout le monde peut le suivre sans faire de demande d’amitié ou s’abonner à ses mises à jour comme sur Facebook. Cette proximité avec les utilisateurs qui ressemble à celle de Twitter, est préférable dans un contexte professionnel aux rapports plutôt grégaires de Facebook où certains, plus distants, s’abonnent à vos mises à jour, tandis que d’autres sont admis parmi vos amis. Mais, faut-il le rappeler, Facebook avait été créé pour des étudiants…

Le portefeuille Google au profit de Google+

Google est le géant de la recherche et du référencement, mais c’est aussi YouTube, Gmail, GoogleMaps et Google Play. En 2012, ce sont 425 millions de personnes qui utilisaient la messagerie Gmail et 66 des 100 plus grandes universités américaines avaient effectué la transition vers ce service de messagerie. Or, si un utilisateur de Gmail fréquente peu le réseau Google+, il utilisera néanmoins le clavardage, très possiblement le service de Hangout pour tenir des vidéoconférences, il sera donc dans la suite des outils de Google+. Donc, son réseau social deviendra sa messagerie (en plus, les notifications de G+ apparaissent au haut de la fenêtre Gmail).

Ah oui, le référencement!

De toute évidence, pour ceux qui gèrent un service de publicité avec Google Adwords ou qui sont soucieux de leur référencement sur le puissant moteur de recherche, Google+ devient un ancrage supplémentaire dans une stratégie numérique. Dans la même perspective, les chercheurs d’emploi préféreront peut-être peaufiner aussi leur profil Google+, puisqu’il y a de plus en plus de chances que les fonctions Hangouts et la messagerie soient utilisées chez un prochain employeur. Même Radio-Canada prend le virage Gmail...

Avec les rumeurs et les spéculations qui couraient en 2012 sur un possible achat de Twitter par Google (elles ont été réfutées), Google+ demeure très certainement un joueur à surveiller dans les réseaux sociaux.

Sources complémentaires :

Sur VentureBeat : Google has 5 of the 6 most popular apps in America

Social Media Trends : Google + is number two

Sur PCWord : Google job board integrates with Google+

Futur, Non classé, Réseaux sociaux