Laurent LaSalleLes coulisses de deux services web inusités : Ça passe ou ça casse!

Par

 publié le 14 février 2013 à 11 h 24

Le 10 octobre dernier, Jobboom lançait Ça passe ou ça casse!, sa toute première websérie. Produite en collaboration avec la Banque de développement du Canada et FounderFuel, une firme spécialisée en « accélération d’entreprises », elle comprend 12 épisodes portant sur l’entrepreneuriat techno à Montréal. La série a été tournée entre le 27 février et le 23 mai 2012 par le réalisateur Jean-Pierre Roy, qui a filmé les coulisses de jeunes entrepreneurs qui aspirent à épater l’industrie du web, du mobile et des jeux sociaux.

Les Montréalais issus de la scène techno reconnaîtront sans doute certains des mentors : Ian Jeffrey de FounderFuel, Jean-Sébastien Cournoyer de Real Ventures et Montreal Start Up, et John Stokes, qui a, entre autres, contribué à faire de la Maison Notman un véritable quartier général consacré à l’entrepreneuriat technologique. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’une bonne portion de la série a été tournée.

Parmi les 11 équipes participantes de la cohorte du printemps 2012 à FounderFuel, la série se concentre sur les propositions de deux d’entre elles.

Les propositions

Le covoiturage à portée de doigts, c’est ce que propose Live Rides (alias Drivv au début de la série), une application mobile pour iPhone. Les amateurs du populaire service Amigo Express seront familiarisés avec le concept. Par contre, l’interface et la forme mobile de l’application Live Rides diffèrent grandement de son concurrent.

En somme, on propose trois types de voyage. Lifts immédiats est la façon d’offrir ou de trouver du covoiturage de dernière minute. Lifts à venir est réservé pour les départs planifiés, généralement des déplacements de longue distance. Covoiturage régulier permet de trouver des personnes avec un itinéraire quotidien compatible avec le vôtre. L’application vous permet d’économiser en partageant les frais de transport avec d’autres passagers et de choisir les personnes avec qui voyager en consultant leurs profils sociaux.

De son côté, Epilogger est un service permettant de récolter les statuts, les commentaires, les tweets et les photos en lien avec un événement. À partir du site web, créez votre événement en déterminant le début et la fin de celui-ci. Invitez ensuite les participants à se connecter sur Epilogger afin de permettre la cueillette des publications provenant de divers réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Foursquare.

L’idée est de rassembler ce qui est publié sur les réseaux sociaux pendant l’événement afin d’obtenir un compte-rendu, un souvenir, une archive. Je suis plutôt réticent à l’idée d’utiliser un autre service web, mais je dois admettre que j’aime bien cette initiative.

Désirez-vous vous lancer dans de tels projets?

Curieux de savoir si vous avez ce qu’il faut pour démarrer de tels projets? Je vous invite à regarder les 12 épisodes de Ça passe ou sa casse! offerts depuis peu sur YouTube. Si la scène de l’entrepreneuriat techno vous intéresse, mon collègue Martin a écrit un article à propos du Startup Festival, un événement consacré aux entreprises en démarrage, qui se déroule à Montréal en juillet. Vous pouvez également consulter le site de Startup Weekend Montréal, où l’on trouve un compte-rendu de l’événement qui avait lieu la semaine dernière.

Merci à Catherine Gendreau.

Affaire, Education, Événements