Laurent LaSalleL’ONU pourrait bientôt contrôler Internet

Par

 publié le 29 novembre 2012 à 9 h 18

D’abord conçu à l’usage exclusif de l’armée américaine, Internet s’est accidentellement développé au fil des années pour devenir l’incontournable réseau qu’il est aujourd’hui. Alors que de plus en plus de foyers s’y connectaient au milieu des années 90, les plus puissantes compagnies au monde voulaient se porter acquéreur du réseau.

Pour en savoir plus sur les fondements d’Internet

Mais qui contrôle Internet? La structure du réseau est telle qu’on ne peut montrer du doigt une institution en particulier. Dans le but noble de vouloir le protéger, l’Organisation des Nations unies serait sur le point d’en prendre le contrôle, ou du moins d’essayer.

Les États-Unis vont-ils la laisser faire?

Remettre un Stradivarius à un gorille

Plusieurs membres de l’ONU ont à maintes reprises signalé leur mécontentement devant la nature ouverte et libre d’Internet, qu’ils perçoivent comme chaotique, voire dangereux. Le réseau passe au-delà des frontières, ignore les nations et les gouvernements, et se retrouve essentiellement immunisé à la censure. Selon le Washington Post, des pays, dont la Chine, la Russie, l’Iran et des pays arabes, exercent des pressions pour accorder le pouvoir de réglementer Internet à une agence régie par l’ONU.

L’agence en question, fondée en 1865, était autrefois connue sous le nom d’Union internationale du télégraphe. Vous avez bien compris, on souhaite demander à une institution aux racines analogues de prendre le contrôle du grand réseau numérique. C’est sous la désignation moderne d’Union internationale des télécommunications qu’elle se charge aujourd’hui, comme son nom l’indique, de réglementer les télécommunications mondiales. À noter que sa plus récente action remonte à 1988, avant qu’Internet ne prenne véritablement son envol populaire.

Permettre à des bureaucrates de restructurer Internet à leur façon serait comme de remettre un Stradivarius à un gorille. Je l’admets, j’ai volé cette comparaison au Washington Post. L’image est simplement trop forte et appropriée pour ne pas être répétée ici.

Tout recommencer?

Internet est constitué de près de 40 000 sous-réseaux connectés à 425 000 routes globales. Le système fonctionne, il est économe et change le quotidien de millions d’utilisateurs.

Le web est aussi devenu un carré de sable à l’innovation. Sa nature ouverte et libre signifie que vous n’avez pas à demander la permission à quiconque avant de lancer votre site web ou mettre en ligne vos créations.

L’idée de laisser le contrôle d’Internet à l’ONU serait un cauchemar. Espérons seulement qu’il ne devienne pas réalité.

Sécurité, Société, Tendance