Laurent LaSalleWindows 8 : des ventes décevantes

Par

 publié le 20 novembre 2012 à 14 h 25

Il y aura bientôt un mois que Microsoft a lancé en grande pompe la huitième édition de son populaire système d’exploitation. Malheureusement, les ventes de Windows 8 sont loin de ressembler à celles de Windows 7, son prédécesseur lancé en 2009. C’est du moins ce qu’affirme le blogueur Paul Thurrott, qui rapporte qu’une source interne à Microsoft lui aurait révélé « un niveau des ventes très en deçà des attentes initiales, et vraiment décevantes ».

Difficile de ne pas voir un lien avec le départ de Steven Sinofsky. En effet, l’ancien président de la division Windows de Microsoft a quitté l’entreprise le 12 novembre dernier, soit un peu plus de deux semaines après le lancement de Windows 8. Il y travaillait depuis 1989.

Mais comment peut-on expliquer cette déception?

Lancement hâtif?

Bien que Microsoft souhaite toujours nous le faire oublier, Windows Vista a été un système d’exploitation catastrophique à bien des égards. La durée de vie de l’OS l’ayant précédé, Windows  XP, est encore aujourd’hui inégalée : ce dernier a été remplacé à l’âge vénérable de 6 ans. Si les consommateurs ont accueilli à bras ouverts Windows 7, lancé à peine 2 ans après Windows Vista, ce n’est pas par simple désir de changement. Ce dernier, vénéré pour sa stabilité, venait en quelque sorte réparer les dommages causés par son prédécesseur.

Dans les premières heures qui ont suivi sa mise en marché, les commandes de Windows 7 ont surpassé les ventes que Windows Vista avait cumulées en 17 semaines.

Du côté de Windows 8, la situation est tout autre. Non seulement Microsoft se permet d’inciter ses consommateurs à renouveler leur système d’exploitation à peine 3 ans après la sortie de Windows 7, mais la principale motivation derrière ce changement est centrée autour d’une nouvelle interface tactile.

Sans compter qu’une bonne portion des entreprises viennent à peine de terminer leur migration vers Windows 7. La dernière chose que ce secteur souhaite est de recommencer.

Interface tactile

J’ai toujours été enthousiaste devant la nouvelle interface de Windows 8. Pour avoir navigué le système de tuiles de Microsoft sur divers téléphones et tablettes, je dois admettre lui être favorable : l’interface est simple à utiliser et se présente sous un esthétisme soigné.

Par contre, quand vient le moment d’utiliser celle-ci avec une souris, je dois admettre que je suis plutôt réfractaire. L’exercice de glisser des éléments avec une souris n’est pas aussi intuitif que sur un écran tactile. Puisque les ordinateurs de bureau ne sont pas munis d’un écran tactile (avouons qu’il serait étrange de glisser son doigt sur un écran éloigné de nous), la mise à jour vers Windows 8 semble n’être d’aucun intérêt pour la plupart de leurs utilisateurs.

Leap, une solution?

Une jeune compagnie de San Francisco propose un produit innovateur qui pourrait bien venir pallier l’absence de surface tactile sur une majorité d’ordinateurs. Bien que le concept soit toujours en stade de prototype, on invite les développeurs à commander une trousse de développement pour la modique somme de 70 $.

Le Leap se présente sous la forme d’un lecteur optique que l’on positionne devant l’écran, à l’endroit où se trouve normalement le clavier de votre ordinateur. Le périphérique agit exactement comme si la Kinect de Microsoft était pointée vers le plafond : vous n’avez qu’à manipuler les éléments à l’aide de vos doigts, dans le vide, non pas sans rappeler le film Minority report.

Nous retrouvons-nous devant un produit qui viendra remplacer la souris et le clavier, tout en justifiant le passage à Windows 8? Seul l’avenir nous le dira…

Informatique