Nadia SeraioccoUn casque décélérant pour voir la vie autrement

Par

 publié le 19 novembre 2012 à 11 h 57

Un casque pour voir et être vu.

Il incombe souvent aux artistes de pousser plus loin l’usage des technologies pour créer des expériences qui, défiant les lois de l’essentiel et de l’utile, entraînent l’expérience « utilisateur » vers une expérience sensorielle. Dans un monde où tout semble aller trop vite, l’artiste allemand Lorenz Potthast propose de voir la réalité au ralenti grâce à son casque décélérant…

Le ralenti pour la vie de tous les jours

Le produit a été conçu dans un cours d’art et interactivité de l’Université de Bremen, en Allemagne, le thème était « Less is more« . L’artiste a lui-même conçu le casque à partir de l’enregistreur vidéo d’un petit ordinateur et a programmé le tout en vvv (Virtuel Volume View). Le casque dispose d’un écran intérieur par lequel l’utilisateur voit et d’un écran extérieur sur le devant du casque pour le public. L’utilisateur a une manette qui lui permet de contrôler la vitesse à laquelle les images défileront devant ses yeux. Dans un lieu public, il peut donc décider de ralentir l’action qui se passe sous ses yeux et ainsi en capter de petits détails.

Par la technologie de décélération des images de l’environnement immédiat de l’utilisateur, l’artiste défie la conception habituelle qu’on a du temps. En modifiant la perception individuelle de la durée d’un évènement, chacun peut redéfinir son rapport au temps. Le temps présent devient donc pour l’utilisateur une construction quasi artificielle.

De toute évidence, l’artiste ne recommande pas le port de ce casque à des fins autres qu’expérimentales, car le léger décalage avec la réalité que subit le porteur peut être dangereux. Lorenz Potthast, qui n’en est pas à ses premières expériences d’art technologique, n’a pas pour l’instant l’intention de commercialiser son œuvre.

Cela dit, le casque a attiré l’attention des médias technologiques et a été commenté, entre autres, dans Dvice, The Verge, Desing Boom et Ubergizmo.

Au Québec : Luc Courchesne et le Panoscope

Pour ceux que la question de la recherche en réalité virtuelle dans les arts intéresse, à Montréal, Luc Courchesne expérimente avec des casques de réalité virtuelle et des dispositifs immersifs depuis plus d’une dizaine d’années déjà. Il a développé le Panoscope à la Société des arts technologiques, dont il est un des membres fondateurs.

Futur