Billets publiés le 31 mai 2012

Une photo plus ou moins réussie avec mot-clic #betseyjohnson et me voilà happée par une communauté mode.

Alors que nous avons presque tous un appareil photo à la main (merci à nos téléphones) et des applications qui nous permettent de jouer les artistes photographes, rendant ce médium plus accessible à tous, les sites de partage d’images ont la cote. Nous avons vu la montée en flèche de Pinterest en début d’année, l’achat récent du réseau mobile photo Instagram (c’est important de préciser que ce réseau est uniquement mobile et le premier de ce genre) par Facebook et une hausse de l’intérêt pour le réseau Tumblr chez les utilisateurs, mais aussi les entreprises. Serait-ce un nouvel âge d’or pour la photo? Pour les gens de communications et de marketing, cela ne fait pas doute.

Une tendance confirmée par ComScore

Selon les plus récents chiffres de ComScore, Instagram se retrouve en tête des « propriétés web » qui gagnent du terrain, Tumblr.com (propriété de Gannett Sites) figure parmi les 50 sites les plus fréquentés et la catégorie de sites regroupant les communautés traitant de beauté, de style de vie et de mode (des sites comme Polyvore.com et Pinterest en font partie) se classe bonne deuxième juste derrière la catégorie « Actualités » (General News).

Ces marques qui vous laissent parler d’elles…

Sans avoir vraiment expérimenté beaucoup Pinterest, certains se sont vite attaqués au côté superficiel beauté-mode-tendances du réseau et aux problèmes de droits d’auteurs que son utilisation pouvait soulever. Pourtant, au même moment, Martha Stewart, la femme d’affaires, la marque et ses différents produits (mariages, recettes, magazine, etc.) constatait que pour l’année 2011, Pinterest avait été à l’origine de plus de clics sur son site que Facebook et Twitter combinés. Point besoin de vous dire que Martha n’entreprendra pas de poursuite pour crédits photos non respectés lorsque que des « épingleurs » maladroits auront gommé la source d’une photo, car les « repin » légitimes (qui affichent donc par défaut la source) sont trop payants. Sur Instagram ou Pinterest, on trouve souvent une combinaison de photos qui proviennent des utilisateurs et des campagnes publicitaires des marques. Laisser les utilisateurs jouer avec la marque et encourager la production de matériel est aussi une bonne façon de créer une communauté autour  d’une entreprise. Plus près de nous, au Québec, Aldo a créé sa page sur Pinterest, mais n’a encore rien publié, et Simons, toujours à l’avant-garde, a créé une page Pinterest avec différents tableaux, dont ses « lookbooks » pour les marques Icône et Twik. Plusieurs entreprises ne saisissent pas encore la perche leur est tendue, car si vous faites une recherche par mots-clés sur Pinterest, des marques comme Le Château y sont déjà par le biais d’épinglage de leurs clients, tout comme Aldo et Simons.

Communiquer en partageant ses goûts

Sur Instagram, on peut identifier ses photos à l’aide de mots-clics, soit avec le dièse, comme sur Twitter. L’an dernier, j’ai publié une photo d’une paire de boucles d’oreille, et j’ai ajouté le nom de la designer, #betseyjohnson. Quelques minutes plus tard, une dizaine de fans de la marque avaient cliqué sur le petit cœur (équivalent au « j’aime » de Facebook, portant ainsi à mon attention un réseau d’admiratrices de la marque. Starbucks a aussi ses fans sur Instagram, ces derniers ont publié près de 700 000 photos, pour la plupart des images de cafés couronnés de crème fouettée. La même chose est observée sur le réseau de blogues Tumblr, où le mot-clic #starbucks relie une foule de courts billets et de photos inspirés par la marque de café. Les stratèges de la célèbre marque Alexander McQueen –, dans un univers où la marque prime, malgré le décès récent et en début de carrière de ce créateur de mode la marque qui porte son nom vit encore – ont inclus dans leur plan marketing social un blogue Tumblr, ce qui s’avère payant en terme de diffusion, puisque les photos des collections circulent sur ce réseau, sur Polyvore.com et sur Pinterest.

Payant en argent ou en visibilité?

Vous vous doutez bien que dans le cas d’une marque comme Starbucks, si on ne peut pas évaluer combien de capuccinos de plus sont vendus en raison des milliers de partages des internautes, le profit en visibilité et en adhésion à la marque suffit pour le moment. Quant à un produit de luxe comme les créations de la collection McQueen, il s’agit là aussi principalement de visibilité, car nous pouvons douter que les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux photos aient les moyens d’acheter du prêt-à-porter dont les prix se comptent souvent en milliers de dollars. Mais avec des augmentations de trafic dans les 300 %, comme le révélait la chaîne Whole Foods au magazine Fortune, il est de mise d’espérer que tous ces clics seront un jour convertis en une augmentation des ventes. Les entreprises d’ici dans le secteur de la mode, de l’art de vivre et du tourisme commencent à inclure ces sites dans leur stratégie, c’est donc à surveiller.

Autres sources :

Des idées pour utiliser Pinterest (en anglais)

Pinterest pour diffuser un créatif (en anglais)

Instagram and product placement: is there a filter for transparency (Forbes)