Laurent LaSalleL’industrie du jeu vidéo envahit Kickstarter

Par

 publié le 13 avril 2012 à 14 h 46

Le mois dernier, j’ai écrit à propos d’un phénomène de plus en plus répandu sur Kickstarter : des vétérans de l’industrie du jeu vidéo qui proposent de ressusciter des genres ou des franchises oubliées.

C’est le cas de Double Fine Adventure, un projet de jeu d’aventure graphique du créateur Tim Schafer (qui a longtemps travaillé chez LucasArts, notamment sur la série Monkey Island), qui a accumulé plus de 3,3 millions en moins de 30 jours. C’est 2,9 millions de plus que le montant fixé au départ à 400 000 $.

L’histoire se répète avec Wasteland 2, la suite d’un jeu de rôle publié en 1988, dont le montant amassé s’élève à 2,4 millions jusqu’à présent (il reste encore 3 jours avant la fin de la collecte de fonds).

Cette nouvelle façon de mettre en marché son produit, forcément rentable dès le départ puisque le budget est avancé par les consommateurs, a inspiré d’autres créateurs de jeux à présenter leurs idées sur Kickstarter.

Leisure Suit Larry

Leisure Suit Larry, populaire série de jeux d’aventure graphique pour adultes, a connu des hauts et des bas depuis l’introduction de son premier jeu en 1987. Le dernier jeu, intitulé Magna Cum Laude, a tenté en vain de réanimer la franchise en remplaçant le personnage principal, Larry Laffer (un vieux croûton plutôt pervers), par son neveu, Larry Lovage, un jeune puceau qui rêve d’être sélectionné pour participer à une téléréalité portant sur les relations amoureuses. Sans compter que l’interface du pointer-cliquer, une tradition de la série, fût remplacée par le traditionnel système de contrôle du personnage.

Au début du mois, une équipe d’anciens employés de Sierra On-Line (la compagnie responsable pour les premiers jeux de la série) a lancé comme projet de mettre à jour le premier jeu de la série, The Land of the Lounge Lizards. L’entreprise opérant sous le nom de Replay Games (plutôt approprié) est parvenue à convaincre Al Lowe, l’homme derrière les premiers jeux de la série, de sortir de sa retraite pour participer au projet.

Je reste sceptique quant à la nécessité de refaire le jeu une troisième fois. En réalité, The Land of the Lounge Lizards a déjà été refait en 1991, dont la conversion plutôt réussie offrait des graphismes améliorés, tant pour les couleurs que pour les dessins.

Pour l’instant, l’équipe a amassé un peu plus de 300 000 $, sur un montant cible de 500 000 $. Il lui reste 18 jours pour atteindre son objectif.

Shadowrun

Paru sur Super Nintendo en 1993, Shadowrun est un jeu d’action à l’ambiance cyberpunk inspiré du jeu de rôle sur table du même nom. Bien qu’il ait connu un grand succès, auprès tant de la critique que des ventes, aucune suite respectant le genre n’a vu le jour après (un jeu de tir en vision subjective a vu le jour en 2007, mais fut un désastre commercial).

Contrairement à l’initiative entamée pour Leisure Suit Larry, l’entreprise nommée Harebrained Schemes propose de créer un nouveau jeu dans l’univers de l’ancien. Il s’agit ni plus ni moins du retour de Shadowrun, avec l’appui de Jordan Weisman, l’un des concepteurs du jeu original.

Cette idée semble plaire davantage à une masse critique, puisque le projet a dépassé son objectif de départ de 400 000 $. L’équipe a accumulé plus de 900 000 $ jusqu’à présent, et la collecte se poursuit encore pour les 15 prochains jours.

Danger à l’horizon?

Si pour l’instant il semble facile d’accumuler l’argent nécessaire pour développer un jeu vidéo sur Kickstarter, il n’est pas garanti que la formule est inépuisable. Devant un trop grand nombre d’options, il est possible que le consommateur fige ou se lasse d’investir dans quelque chose dont il collecte le fruit que des mois plus tard.

Néanmoins, je demeure persuadé que ce renversement de situation face au pouvoir décisionnel des grands studios sera bénéfique pour le consommateur au final.

Jeux vidéo, Tendance