Martin LessardVisualisez où vont vos données

Par

 publié le 12 avril 2012 à 13 h 51

Nous sommes prêts à rendre accessibles nos données personnelles contre des services gratuits en ligne. Mais nous ne savons pas toujours ce que ces compagnies font avec ces données. C’est écrit quelque part sur une page qui fait 15 kilomètres de long. Nous serions moins inquiets si c’était plus clair, non?

Après avoir discuté la semaine dernière du mauvais usage de nos données disponibles en ligne (à propos de Girls around me) et de l’amplification industrielle du pistage (tracking) (Big Brother ou godfather?), il est temps de voir comment on peut, nous, en savoir plus sur ceux qui nous traquent.

Icônes de vie privée

Aza Raskin, ancien directeur artistique de Mozilla, a proposé des icônes pour simplifier la compréhension de la gestion des données privées. Franchement, je me demande ce qu’on attend pour les imposer à tous. En lieu et place de ces longs formulaires que les compagnies nous proposent, voilà une solution pratique!

Source d’origine et explications sur le site d’Aza Raskin; graphique en français sur Numerama.

On reconnaît que ces icônes (Privacy icons) s’apparentent, dans leur simplicité, à celles du Creative Commons, et j’espère qu’elles deviendront la norme. Il restera bien sûr à s’assurer que les compagnies suivent bien ce qu’ils promettent, mais ça, c’est une autre histoire. En étant transparents dès le départ, ils auront bien du mal à tricher en tout cas…

Collusion : traquer les traqueurs

Si vous voulez être plus actifs, tournez-vous vers le navigateur Firefox. Il offre le greffon (plug-in) Collusion, qui permet de voir en temps réel où vont certaines de vos données quand vous visitez un site.

Ce qu’il faut savoir, c’est que certaines données sont envoyées par votre navigateur quand vous visitez un site. Ce sont principalement des données techniques (grandeur de votre écran, version et langue de votre navigateur et de votre OS, adresse IP, votre dernière page visitée, etc.).

Une fois installé, Collusion vous montre quels sites ont accès à vos données techniques. Car, oui, même quand vous visitez une seule adresse, plusieurs autres sites peuvent avoir accès à vos données du navigateur.

Par exemple, juste en visitant le site de Triplex, on découvre ceci :

Au centre se trouve le site que vous avez visité (Radio-Canada.ca), mais vous apercevez aussi les autres sites qui vous voient, repérables à leur icône. Ces sites apparaissent parce que dans nos billets, nous ajoutons des vidéos (Vimeo et YouTube) ou du code qui vient de Twitter, Google plus ou Facebook pour vous permettre de le partager rapidement dans vos réseaux. (Si Facebook n’apparaît pas dans le graphique, c’est que je m’étais déconnecté avant de mon compte, mais pas de G+, ni de Twitter).

Autre chose intéressante, vous voyez aussi trois autres sites. Il y a Scorecardresearch.com (qui appartient à Comscore), qui sert à générer des statistiques d’audience sur le web. Il y a Doubleclick.net, le système de publicité en ligne de Google. Et on voit que Doubleclick passe des données à Mediaplex, une plateforme de diffusion de publicités.

C’est une pratique courante. Pour afficher de la publicité, il y a un bout de code sur la page qui doit appartenir à ces serveurs de publicités. Quand on visite une page avec de la publicité, on doit s’attendre à ce que nos informations techniques soient aussi transmises à ces plateformes publicitaires.

Allons sur la version québécoise du Huffington Post.

On voit qu’ils ont de nombreuses plateformes de gestion de publicité. C’est normal pour un site multinational. Vous pensez que c’est beaucoup pour une seule visite? Regardez le New York Post!

La chaîne commence à être pas mal longue!

Le plus étonnant, c’est de voir que, du New York Post, on passe à Admeld, qui fait le relais à Interclick puis à Invitemedia! Méchante liste pour une seule visite!

Même chose pour la portion du bas, on voit que Scorecardresearch (Comscore), le même que sur le site de Triplex, passe la main, du côté des Américains, à Adblade et Quantserve. On a donc maintenant des sites de troisième couronne qui sont au courant de notre passage sur le site visité.

Doit-on en déduire que c’est la raison du choix de « collusion » comme nom pour le greffon?

Tenez, si vous n’êtes pas convaincu, juste en visitant deux sites américains très populaires (et à potins) comme le Drudget Report et TMZ, je me suis retrouvé avec tout ça! Ça fait beaucoup de paires d’yeux pour deux adresses visitées…

Imaginez maintenant, après une journée de navigation sur le web…

Internet, Sécurité