Gina DesjardinsTexter au volant, c’est dangereux

Par

 publié le 14 mars 2012 à 14 h 46

Dernièrement, un ami m’a offert de me reconduire chez moi. Pendant un bon moment, il cherchait de la musique à mettre sur son iPod branché à sa stéréo. Je ne le sentais pas du tout concentré sur la route puisqu’il regardait davantage son appareil. Je stressais et sentais que je devais bien observer la route à sa place. S’il avait été un ami proche, j’aurais dit quelque chose, mais là, je me sentais un peu gênée. Après tout, il avait la gentillesse de me reconduire chez moi… Mais, au fond, on ne devrait pas s’empêcher de s’exprimer lorsqu’un ami a un comportement dangereux sur la route. Et l’utilisation de nos appareils électroniques est une grande source de danger.

L’histoire d’Émy Brochu, décédée dans un accident de la route, m’a beaucoup touchée. La cause de l’accident de la jeune fille : l’utilisation du cellulaire. Son copain, Mathieu Fortin, a mis sur Facebook les détails de leur derrière conversation. Il ne le savait pas, mais elle le textait alors qu’elle était au volant. Un dernier texto rempli d’amour. Et puis, plus rien. Sauf des messages d’inquiétude de son copain.

Il écrit sur Facebook : « Le 18 janvier dernier, ma copine Émy Brochu est décédée tragiquement dans un accident de la route. L’enquête policière a démontré que l’utilisation du cellulaire au volant était la cause de l’accident. Cette conclusion fut un choc puisque, lors de la tragédie, j’étais en pleine discussion par texte avec elle. Je joins donc nos derniers textes à des fins de sensibilisation et vous demande d’y penser deux fois avant de texter au volant. »

 

 

Il ajoute : « L’ironie de son dernier message me brise encore le cœur en mille morceaux… Un accident est si vite arrivé. J’espère qu’à chaque fois que vous allez poser vos yeux sur votre cellulaire lorsque vous êtes au volant, vous allez penser à Émy et à ce que les gens qui l’aiment vivent en ce moment. À quel point un message texte ou un e-mail peut-il être plus urgent que la vie? À quel moment des activités sur votre téléphone deviennent-elles plus importantes que les gens que vous aimez? »

Au volant, il est interdit de parler au cellulaire, mais plusieurs le font. Et, surtout, plusieurs textent quand même, puisqu’ils se disent que les policiers ne voient pas leur appareil. Mais pour texter, on quitte les yeux de la route pendant quelques secondes.

J’ai l’impression que l’utilisation des appareils électroniques est un nouveau fléau, au même titre que l’alcool ou la vitesse au volant. Alors que les adolescents textent énormément, je salue le geste de Mathieu Fortin de tenter de sensibiliser les gens aux conséquences fatales que ça peut avoir.

C’est dommage que le dernier documentaire de Paul Arcand, Dérapages, « des histoires de jeunes présentées par des jeunes sur les accidents de la route impliquant les 16-24 ans », se concentre sur l’alcool et la vitesse au volant et n’inclut pas l’utilisation des cellulaires et lecteurs multimédias. C’est pourtant la nouvelle réalité. Il faut apprendre à décrocher. Apprendre qu’on peut très bien répondre plus tard.

N’empêche, pour avoir vu Dérapages avant sa sortie, prévue le 27 avril, je pense que ça demeure un film à voir avec tous ceux qu’on aime et qui prennent le volant.

Société