Laurent LaSalleAdieu Foursquare

Par

 publié le 13 mars 2012 à 13 h 01

J’ai toujours été un grand amateur, pour ne pas dire défenseur de Foursquare, le populaire service de géolocalisation d’origine new-yorkaise. Alors que des initiatives telles que Please Rob Me s’amusaient à chercher les failles du système, je gagnais de nouvelles mairies au quotidien. Le service a évolué, l’application mobile a été mise à jour à plusieurs reprises et, comme Voltaire l’écrivait : tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

J’aimais savoir qui de mes amis se trouvait dans les parages afin de lancer une invitation à l’improviste, obtenir les recommandations de ceux-ci lorsque je visitais un restaurant pour la première fois, ou profiter de rabais après avoir signalé ma présence dans certains commerces.

Seulement, j’ai décidé de tout laisser tomber.

Pourquoi?

Parce que je suis faible. Je suis facilement manipulable. Je m’étais investi au point de choisir de prendre mon café à tel endroit afin de défendre ma mairie. Je signalais ma présence même aux endroits où j’allais reconduire ma blonde, sans pour autant descendre de ma voiture. Vous m’accusez de tricher? À mes yeux, si je fais un détour pour rendre service, je mérite au moins des points pour me rendre à destination.

Mais qu’est-ce que je raconte? Avec mes règles, mes exceptions, tout ça simplement pour monter sur le palmarès des plus grands utilisateurs du service. Quel niaisage! Que de tergiversations, dis-je…

Le plus beau dans tout ça, c’est que si j’avais le malheur de ne pas laisser le temps à mon téléphone d’ajuster sa géolocalisation avant de signaler ma présence, le système refusait de m’attribuer mes points sous prétexte que j’étais trop loin de l’endroit en question.

Non, je n’ai plus de temps à perdre avec Foursquare. Je rage plus contre lui que j’en tire bénéfice. J’ai fermé mon compte et révoqué toutes mes mairies.

Je suis maintenant libre. Vite, que je l’indique sur Gowalla…

Gowalla est mort, vive Facebook?

Trois ans après son lancement à SXSW, le service de géolocalisation Gowalla ferme ses portes. Le message d’adieu suivant peut être lu sur le site web du principal concurrent à Foursquare :

Thank you for going with Gowalla. It was a pleasure to journey with you around the world. Download your check-ins, photos, and lists here soon.

Qu’arrivera-t-il du service? La compagnie a été achetée par Facebook en décembre dernier, et ses employés ont depuis été relogés dans les bureaux de l’acquéreur. L’équipe travaillerait en collaboration avec les architectes de Timeline, la populaire refonte des profils personnels du réseau social.

Est-ce la fin des services de géolocalisation?

Je n’irais pas jusqu’à prédire la mort de Foursquare. Je ne suis certainement pas à la tête d’un mouvement de révolte qui aura un quelconque impact sur cette compagnie. Loin de moi l’idée d’influencer quiconque parmi ses utilisateurs.

Par contre, je crois que le service aurait intérêt à se systématiser. Ceux et celles qui désirent à tout prix conserver un journal de bord de tous les lieux qu’ils ont visités pourraient activer une fonction afin d’autoriser certaines adresses à s’inscrire automatiquement. Pourquoi pas?

Pour survivre, Foursquare devra explorer d’autres avenues. La géolocalisation, c’est tellement 2010…

Mobile, Réseaux sociaux, Tendance