Billets publiés le 23 décembre 2011

L’an dernier à pareille date (et ce n’est pas une approximation, c’était exactement le 23 décembre), je vous proposais trois films geeks méconnus pour occuper vos soirées du congé des Fêtes. Cette année, je réitère avec un nouveau trio, dont un titre parmi le lot semblera moins obscur aux yeux de certains. On laisse le thème de Noël de côté pour se concentrer sur la techno et les jeux vidéo.

Scott Pilgrim vs. The World (2010)

Tous les mordus de bandes dessinés connaissent bien la série du Canadien Bryan Lee O’Malley, dont l’adaptation cinématographique a été acclamée par les publications geeks. L’histoire se déroule à Toronto où un jeune bassiste de 22 ans, Scott Pilgrim (Michael Cera), tombe amoureux de la fille de ses rêves (littéralement) : Ramona Flowers (Mary Elizabeth Winstead). Bien qu’au début elle l’ignore, elle devient amoureuse à son tour et le condamne involontairement à devoir affronter ses 7 ex-petits amis maléfiques.

Dans ce monde fantaisiste, les combats sont extrêmes et tous les coups sont permis. Le vainqueur aura la vie sauve, le cœur de Ramona (car évidemment, tous ses exs sont toujours amoureux d’elle) et une poignée de change.

Le nombre de références geeks est pratiquement incalculable : la trame musicale parsemée de sonorités 8 bits, les clins d’oeil à une multitude de jeux (à commencer par l’intro de A Link to the Past), le lexique utilisé par le protagoniste… sans oublier les repères visuels et autres clins d’oeil amusants. Ce film transpire la geekitude. Quelqu’un que l’on sait geek qui ne retient que de la déception après avoir visionné ce film n’a pas d’âme.

Weird Science (1985)

L’informatique, c’est magique! On peut absolument tout faire avec un ordinateur, même sa propre créature de rêve. C’est du moins la thèse supportée dans cette comédie pour adolescent du réalisateur John Hugues, elle aussi inspirée d’une bande dessinée. Le concept de créer la femme idéale a été exploité en 1951 dans l’histoire nommée « Made of the Future » de la publication Weird Science.

Le film met en scène deux adolescents, Gary Wallace (Anthony Michael Hall) et Wyatt Donnelly (IIan Mitchell-Smith), qui sont sujets de moquerie à l’école et sans succès auprès des filles. En regardant le film Frankenstein, Gary a l’idée de créer une femme artificielle à l’aide de l’ordinateur de Wyatt. Le résultat est Lisa (Kelly LeBrock), une superbe jeune femme très intelligente, délurée et dotée de superpouvoirs.

Il s’agit d’un classique des films réalisés par Hugues, comprenant entre autres Ferris Buer’s Day Off et The Breakfast Club. Un incontournable, surtout pour ceux ayant un minimum de connaissances informatiques.

Explorers (1985)

Un autre exemple d’une surdose d’imagination d’Hollywood en début d’ère informatique. Ben Crandall (Ethan Hawke) est un jeune garçon obsédé par les extraterrestres. Une nuit, il rêve d’un gigantesque circuit imprimé. Avec l’aide de ses amis Wolfgang Müller (River Pheonix) et Darren Woods (Jason Presson), il parvient à reproduit le circuit en question et découvre qu’il sert à développer un champ de force. Grâce au génie de Woods, le trio parvient à construitre un vaisseau spatial et rendre visite aux extra-terrestres.

Le film est évidemment un peu tiré par les cheveux; on prétend que des enfants de l’école primaire ont la capacité technique de produit un engin spatial avec des pièces accumulés par le père de l’un d’entre eux (un peu inventeur, mais tout de même).

Encore une fois, un ordinateur plutôt archaïque aujourd’hui fera certainement sourire la plupart d’entre-vous.

Joyeux Noël

J’espère que cette sélection de films vous intrigue. Sur ce je vous souhaite un joyeux Noël. Nous serons de retour le 28 décembre…