Billets publiés le 26 août 2011

Martin LessardLe mot-clé du week-end : irene

par

 publié le 26 août 2011 à 11 h 15

La météo est probablement, avec le sport, le sujet de conversation le plus courant. Cette fin de semaine, préparez-vous à entendre parler du neuvième ouragan de la saison en Atlantique : l’ouragan Irene inondera vos flux!

Et à l’ère des réseaux numériques, on a de quoi se régaler. Outre le déchaînement de la nature, prévu et scientifiquement mesurable, il y a le déchaînement sur Internet des émotions et des réactions humaines sur le passage d’Irene : plus d’une dizaine de milliers de tweets à l’heure sont déjà recensés. Ceux qui veulent suivre cette tourmente seront bien servis.

Carte dynamique

Le New York Times propose un excellent outil qui montre en temps réel la position d’Irene et sa trajectoire probable. Le Hurricane Irene Tracker vous montre sur une carte le chemin probable de l’ouragan, sa force anticipée, les articles reliés à l’événement et des photos satellites.

C’est simple, épuré et ça va droit au but. Il y a même une petite animation décorative de l’oeil de l’ouragan, question de rendre le tout bien vivant.

Votre canal météo personnalisé

A-t-on besoin ensuite d’écouter les nouvelles toutes les heures quand on peut suivre Irene à tout moment par soi-même? Des images de première main circulent déjà. Ici, une vidéo amateur à la Barbade.

Google images regorge d’images fixes pour voir l’avancée de l’ouragan. YouTube aussi regorge de capsules météo comme celle-ci qui expliquent ce qui se passe.

Une pluie de tweets

Mais si on est débrouillard, on peut s’amuser avec TrendsMap, un outil qui géolocalise les gazouillis en les montrant sur une mappemonde. On y découvre les tweets dominants selon les régions sur le passage de l’ouragan.

En y traçant le chemin prévu d’Irene pour les prochains jours, on voit que les mots clés qui dominent sont « evacuation » en Virginie, un gros « #hurricane » à New York et un petit « @irene » dans la région de Québec/Charlevoix (là où Irene ira mourir en tempête tropicale).

Au passage, on voit aussi les tweets dominants des autres régions : « layton » à Toronto, « #jeudiconfession » à Montréal (une tradition bien québécoise de partager sur Twitter une anecdote personnelle) et « #cdnpoli » à Ottawa (surpris? c’est le mot-clé pour suivre la politique canadienne).

À chaque jour suffit son tweet

On voit que dès qu’on ne se sent pas menacé par la tempête, les sujets de conversation dominants ne sont plus les mêmes. Si on regarde d’autres régions du monde sur TrendMap, c’est effectivement le cas. Sauf à Tokyo, très américanophile il faut croire, car pour eux aussi, les mots-clé dominants sont « evacuation », « #hurricane » et « #hurricaneirene ». On y voit même une préoccupation pour le baseball avec « yankees » et « #yankees ».

Les nouvelles ont toujours été un mélange de transmission d’information et de narration d’histoire. Avec le web, et les bons outils, on peut se fabriquer ses propres nouvelles personnalisées et ses propres histoires.

Au moment où vous lirez cet article, Irene arrivera près des côtes américaines. Toute la partie est du continent américain est très bavarde sur Tweeter. Attendez-vous donc à voir un ouragan du mot-clé « #irene » envahir vos fils dès maintenant, et ce, pour toute la fin de semaine!