Martin LessardIBM et les « ordinateurs cognitifs »

Par

 publié le 18 août 2011 à 15 h 27

En revoyant les émissions vintage de Cosmos 1999 sur Tou.tv, on est frappé par deux constats sidérants :

1. L’incroyable lenteur narrative des années 70, faisant foi d’une accélération du tempo télévisuelle en 40 ans.

2. L’époustouflant optimisme envers les capacités technologiques de l’humanité pour peupler la Lune dès 1999.

Pour ce qui est du tempo, de deux choses l’une : ils étaient sur le Ritalin, ou nous sommes sur le speed. Mais pour ce qui est de l’avancée dans le domaine aérospatial, l’impression que cela donne est que l’humanité semble avoir manqué le passage à l’an 2000.

Ça me fait penser à 2001 : l’odyssée de l’espace, un autre rendez-vous manqué. Rappelez-vous Hal 9000, le super ordinateur à l’intelligence artificielle. En 2001, Windows XP venait à peine de sortir, c’est tout dire.

C’est ce qui m’a fait longtemps penser que je ne verrais pas l’intelligence artificielle de mon existence. Mais je crois que le cours des événements va me donner tort.

Projet SyNAPSE

IBM a annoncé hier avoir modélisé une puce expérimentale émulant la façon dont le cerveau échange ses informations.

En association avec DARPA (qui était aux origines du réseau Internet) et quatre universités, IBM prétend avoir fait un pas de plus pour reproduire la façon dont le cerveau perçoit son environnement, interagit avec lui et apprend.

Le projet SyNAPSE (Systems of neuromorphic adaptive plastic scalable electronics) devrait être à la base d’une nouvelle lignée d’ordinateur alliant la force des superordinateurs avec la neuroscience et les nanotechnologies.

Ce que IBM vient d’annoncer, c’est la première phase du projet, celle où ils ont réussi à bâtir une puce similaire à un cerveau, en ce sens qu’elle possède des processeurs jouant le rôle des neurones.

Ces « neurones numériques » ont des synapses chargées d’apprendre et de mémoriser. Le chercheur Dan Friedman explique l’architecture du circuit dans cette vidéo (en anglais) :

C’est là que se situe la nouveauté du projet : l’intégration du processeur et de la mémoire ensemble sur la puce. La structure actuelle des ordinateurs, selon le modèle de von Neumann, élaboré il y a plus d’un demi-siècle, repose sur une liaison (le bus) entre le processeur et la mémoire qui sont ainsi séparés. Ce qui ralentit la machine considérablement (mais comme les processeurs sont de plus en plus rapides, cette limitation ne se ressent pas trop).

La première puce-cerveau possède une grille de 256 « neurones électroniques» par 256. Actuellement, le signal qui y circule est loin de rouler à la vitesse des processeurs d’aujourd’hui (on parle de 10 hertz… contre 5 gigahertz dans les processeurs sur le marché), mais sa force réside dans la possibilité de faire tout le travail en parallèle, comme le cerveau.

La force brute de nos ordinateurs ne suffira pas pour arriver à l’intelligence artificielle. Plus ils sont performants, plus ils consomment de l’énergie, plus ils doivent être précis et plus ils coûtent cher. Ce qui limite grandement les possibilités.

La puce-cerveau consomme peu d’énergie et pourrait se révéler un brillant complément aux ordinateurs actuels dans un premier temps.

Prochaine étape

La prochaine étape consiste à fabriquer un premier ordinateur avec cette puce-cerveau pour analyser les informations complexes, provenant de multiples sources et se reprogrammer lui-même pour interagir avec son environnement, en se basant sur son apprentissage.

L’objectif à long terme d’IBM : un système électronique composé de 10 milliards de neurones et de cent mille milliards de synapses, « consommant à peine un Kilowatt de puissance et occupant un volume inférieur à deux litres. » (source)

Le chercheur Steven Esser, d’IBM, explique la notion d’intelligence artificielle (a new way of thinking) pour SyNAPSE.

Il y a plus de 10 ans, avec Deep Blue, IBM a déjà infligé une humiliation en gagnant aux échecs, jeu symbolisant par excellence la rationalité humaine.

Il y a quelques mois, avec Watson, IBM a remporté une nouvelle victoire en écrasant ses concurrents au jeu Jeopardy.

Avec SyNAPSE, IBM embarque sur un terrain où l’humain aura peut-être prochainement un vis-à-vis…

Informatique, Robotique