Laurent LaSalleMénage à trois : Google, Wikipédia et la mémoire humaine

Par

 publié le 18 juillet 2011 à 15 h 32

La semaine dernière, ZDNet publiait un article au sujet d’une étude de l’Université de Columbia sur la relation entre Internet et la mémoire humaine.

XKCD

Une caricature du site XKCD qui décrit bien le phénomène.

L’étude tente de démontrer que le fait d’avoir accès à n’importe quelle information du bout des doigts modifie notre façon de mémoriser : plutôt que de retenir l’information elle-même, nous préférons retenir la façon d’y accéder.

L’œil d’une autruche est plus grand que son cerveau

L’étude menée par la psychologue Betsy Sparrow, intitulée « Google Effects on Memory : Cognitive Consequences of Having Information at Our Fingertips », s’est déroulée en quatre étapes.

On a d’abord demandé à des cobayes de répondre vrai ou faux à une série d’affirmations de connaissances générales (ex. : « L’œil d’une autruche est plus grand que son cerveau »). À la suite de cet exercice, on demanda aux participants de nommer la couleur de mots présentés individuellement afin de vérifier le temps de réaction face aux mots qu’ils avaient déjà à l’esprit. La réaction des participants était plus lente face à des mots à connotation web, comme « Google » ou « Yahoo », démontrant que ceux-ci avaient ces sujets en tête. Les cobayes avaient donc associé les moteurs de recherche comme source de réponses aux questions lors de l’exercice précédent.

Dans un deuxième temps, on a demandé aux candidats de retaper une quarantaine d’affirmations à l’ordinateur. La moitié du groupe a été informée que la machine allait sauvegarder automatiquement l’information transmise, tandis que l’autre moitié croyait que cette information n’allait pas être conservée. Une fois l’exercice terminé, tous les participants devaient se remémorer les affirmations qu’ils venaient de transmettre à l’ordinateur, sans aucune aide. Les cobayes qui croyaient que l’information avait été sauvegardée ont eu beaucoup plus de difficulté à se souvenir des affirmations qu’ils venaient pourtant tout juste de taper.

L’autre étape consistait encore à présenter une série d’affirmations de connaissances générales devant être retapées à l’ordinateur. Une fois une affirmation notée, des candidats étaient informés de l’endroit où l’information allait être sauvegardée, tandis que d’autres étaient informés que l’information allait être supprimée. Encore une fois, lorsqu’on demanda aux candidats de valider la véracité des affirmations (et de corriger certaines qui avaient été modifiées), ceux qui ont dû mémoriser les faits ont obtenu de meilleurs résultats.

Néanmoins, lorsqu’on demanda aux candidats qui croyaient l’information sauvegardée où elle avait été enregistrée, le taux de réussite a été nettement supérieur à la capacité de ceux devant reproduire l’information adéquatement.

Mémoire transitive

Le phénomène ainsi démontré s’apparente à la « mémoire transitive », un concept proposé par Daniel Wegner, Ph.D. (et directeur de Betsy Sparrow), il y a 30 ans. Selon cette théorie, l’être humain aurait tendance à diviser la tâche de mémoriser certaines informations avec ses proches. Par exemple, un homme compterait sur sa femme pour se souvenir des dates d’anniversaire importantes, tandis qu’elle compterait sur lui pour se remémorer des noms de certains amis et membres de la famille éloignée.

Devons-nous craindre cette influence?

Combien de numéros de téléphone connaissez-vous par coeur? N’avez-vous pas l’impression que ce nombre était beaucoup plus significatif à l’époque où vous ne possédiez pas de téléphone cellulaire?

Que dire des circuits d’autobus : êtes-vous en mesure de dire quel est le meilleur trajet à prendre pour vous rendre à n’importe quelle destination, à n’importe quel moment de la semaine ou heure de la journée? Probablement pas, vous savez que Google peut vous proposer différents parcours, prenant en considération tous ces facteurs.

Je considère que la technologie nous offre le potentiel d’emmagasiner plus d’informations pertinentes ou essentielles. Est-ce vraiment pertinent de savoir que l’œil d’une autruche est plus grand que son cerveau?

Internet, Société, Tendance