Laurent LaSalleEspace.mu : le plus vaste répertoire de sélections musicales francophones

Par

 publié le 15 juin 2011 à 11 h 41

C’est tout un défi qu’a relevé l’équipe d’Espace.mu, le tout nouveau portail musical de Radio-Canada mis en ligne cette semaine. Dans le plus grand secret, des experts musicaux provenant des chaînes Espace musique et Bande à part avaient le mandat de répertorier et de catégoriser plus de 81 000 pièces musicales des années 1950 à aujourd’hui. Cette recherche, combinée au savoir-faire du secteur Internet et Services numériques de Radio-Canada, donne naissance au plus vaste répertoire de sélections musicales francophones sur la toile.

Espace.mu

Cette nouvelle plateforme n’est pas sans rappeler TOU.TV, lancé l’an dernier, devenu rapidement une référence en matière de vidéo sur demande au Québec. Radio-Canada parviendra-t-elle à avoir autant de succès avec Espace.mu?

Une ambiance dominée par le genre

Sur Espace.mu, le genre musical prédomine absolument tout. L’intention est d’offrir aux internautes la possibilité d’écouter de façon aléatoire une musique correspondant à des catégories précises. On doit d’abord choisir parmi Chanson / Pop, Jazz, Classique, Hip-hop, Rock, Country / Folk et Monde.

Une fois le genre sélectionné, il est possible d’explorer des webradios propres à notre sélection. Celles-ci sont dites « évolutives dans le temps et selon les événements ». Sous le genre Rock, par exemple, on nous offre Hommage à Gerry, Nouveautés, Incontournables, Dans tes veines, Dans ton cœur, Dans ta tête, Guitar Hero et Vintage.

Ceux qui préfèrent personnaliser leur écoute peuvent construire une webradio correspondant à l’ambiance souhaitée. À l’aide de critères prédéterminés, on peut filtrer le contenu Country / Folk par Sous-genres, Instruments, Voix et Enregistrement. C’est d’ailleurs lorsque l’on creuse aussi profondément que l’on réalise le travail de moine qui se cache derrière cette sélection musicale. Pouvez-vous imaginer avoir pour tâche d’écouter plus de 4000 chansons afin d’en identifier l’instrument principal?

Un répertoire, sans index ni moteur de recherche

Malheureusement, la personnalisation se limite à des critères prédéterminés. On présente Espace.mu comme un répertoire alors qu’il est impossible d’en consulter l’index alphabétique ou d’effectuer une recherche par mots-clés. Même si vous tombez sur un artiste que vous adorez, il n’y a pas moyen d’obtenir la liste des autres chansons offertes sur la plateforme.

Je trouve dommage qu’il soit impossible de discriminer les pièces musicales afin de favoriser ou de disqualifier certains artistes, et ainsi influencer les chansons proposées par le portail. Il aurait été intéressant de pousser le potentiel communautaire du service en invitant l’internaute à monter ses propres listes d’écoute, lui permettant ainsi de choisir individuellement ses chansons préférées et de les partager à son réseau.

Par chance, il est possible de partager la pièce à l’écoute sur Twitter et Facebook. Le lien ainsi généré conserve les critères de sélection dans le cas où le titre provient d’une webradio personnalisée, ce qui signifie que l’ambiance choisie sera respectée une fois la pièce terminée.

L’innovation est ailleurs

J’écrivais en novembre dernier sur différents portails spécialisés en musique, et les trois exemples cités dans mon article offrent à mon avis plusieurs fonctionnalités dont aurait pu bénéficier Espace.mu.

Turntable

Récemment, le site Turntable.fm (en bêta privé) a commencé à proposer aux mélomanes de tenir le rôle de DJ sur une scène virtuelle. La foule (des internautes en attente de leur moment de gloire) doit juger si elle aime ou non la chanson diffusée par le DJ en action. Celui-ci accumule des points lorsque la foule apprécie sa sélection ou, au contraire, perd son tour si la chanson est détestée par la majorité. Ce concept peut paraître éphémère, mais il a au moins le mérite d’être ludique et d’impliquer l’internaute à tous les niveaux.

Néanmoins, j’ai la ferme conviction que l’avenir est prometteur pour Espace.mu et que son canevas actuel sera propice à un remue-méninges de fonctionnalités novatrices. Dans un monde idéal, la plateforme doit plaire à tous, et l’équilibre entre une interface conviviale et la présence de fonctionnalités poussées n’est pas évident à préserver.

Une campagne mystère sur les médias sociaux

Pendant près d’un mois, cinq animateurs avaient pour mandat d’alimenter les comptes Twitter des DJ Chromatics de suggestions musicales et d’indices à propos de leur réelle identité.

Derrière les comptes anonymes identifiés aux couleurs bleue, jaune, turquoise, émeraude et corail se cachaient des personnalités issues du monde artistique et des réseaux sociaux. Il s’agissait de Rebecca Makonnen, de Pénélope McQuade, de Philippe Fehmiu, de Gina Desjardins et de MC Gilles.

La campagne a été conçue par le département des Communications interactives de Radio-Canada. Nellie Brière, nouvellement déléguée aux réseaux sociaux, était celle cachée derrière le compte @DJChromatics, assistant les couleurs dans leurs tâches quotidiennes. Le mystère était tel que la majeure partie des employés de Radio-Canada ignorait que l’exercice concernait leur nouvelle plateforme.

Au final, la campagne inusitée a été un succès. En début de semaine, on pouvait voir plusieurs personnes manifestant leur obsession à l’idée de découvrir l’identité des personnalités cachées derrière les comptes anonymes.

Reste à voir si les abonnés ayant joué le jeu adopteront Espace.mu.

Internet, Musique, Réseaux sociaux