Gina DesjardinsLes trois fossés numériques : générationnel, culturel et social

Par

 publié le 20 mai 2011 à 15 h 26

Dernièrement, je suis tombée sur une récente recherche française du Centre d’analyse stratégique (CAS) sur le fossé numérique, rapporté par le journal Le Monde en avril dernier. Selon ce rapport, on ne peut plus parler uniquement de « fracture numérique ». Les différences de l’accès aux nouvelles technologies (par le fait de ne pas avoir d’ordinateur ou d’accès à Internet) ont créé trois fossés numériques : générationnel, culturel (les moins instruits) et social (les moins bien nantis).

Résorber ces fossés n’est pas une tâche facile, puisque ça comporte plusieurs éléments : l’accès et l’apprentissage des outils technologiques, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, et la lutte contre l’échec scolaire et les inégalités sociales. On suggère entre autres des espaces publics offrant l’accès aux réseaux (en région urbaine et rurale) et un tarif spécial pour l’accès à Internet aux ménages à plus faible revenu.

J’ai trouvé ce rapport très intéressant. Il est français, mais je pense qu’on peut observer ces fossés à plusieurs endroits.

Générationnel

Je repense à ma grand-mère maternelle, qui n’a jamais été intéressée par l’évolution des technologies. Je me souviendrai toujours de sa réaction face à un simple réveil-matin. Puisqu’elle voyait de moins en moins bien, on lui en avait offert un qui écrivait l’heure avec de gros chiffres rouges. Après une panne de courant, deux points clignotaient. Elle a eu peur qu’il explose et elle l’a débranché. Pour cette raison, ma mère essaie toujours de me suivre, technologiquement parlant. Elle a peur d’un jour se trouver dans ce fossé, où sa mère s’est un jour trouvée. Elle a donc ouvert un compte Facebook, un blogue, puis s’est mise sur Twitter, puis Skype. Et elle vient de s’acheter une tablette tactile.

Ça m’a fait penser qu’on devrait offrir nos vieux ordinateurs ou nos premières générations de tablettes à un aîné qui n’en a pas. Ça pourrait être un pas. Et pourquoi pas une petite formation gratuite avec ça?

Social

Heureusement, la plupart des bibliothèques offrent un accès public gratuit. Mais, on peut aussi donner à Mission Zéro. Comme je le mentionnais dans mon billet Comment recycler nos vieux appareils électroniques : « Mission Zéro, qui en fait don aux écoles et organismes communautaires (comme le programme OPEQ – Ordinateurs pour les écoles du Québec). »

Culturel

Pour le fossé culturel, il faut encourager les programmes de lutte contre le décrochage scolaire. Je trouve aussi que les médias sociaux encouragent les gens à écrire. C’est en lisant et en écrivant qu’on s’améliore. J’encourage donc le système scolaire à ne pas empêcher les jeunes de les utiliser, mais à les encourager en les intégrant dans divers programmes. Quelques rares professeurs seulement les utilisent en ce moment. Pourtant, écrire un blogue est un excellent exercice d’écriture. Utiliser Twitter apprend aux jeunes la concision. Les écoles pourraient en profiter pour leur expliquer le concept de réputation numérique.

Les enfants et les adolescents sont considérés comme des natifs du numérique. On estime donc que le fossé générationnel va s’estomper, mais que les fossés culturel et social seront plus criants. Ceux qui en souffrent risquent de se trouver à l’écart toute leur vie. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. Mais lorsqu’on se laisse dépasser, c’est plus difficile de rattraper son retard et de suivre l’évolution. C’est aussi à nous de ne pas laisser ces fossés trop se creuser.

Société, Tendance