Gina DesjardinsTwitter, utile ou inutile?

Par

 publié le 17 mai 2011 à 17 h 47

J’ai écouté le segment sur les réseaux sociaux à l’émission Le verdict hier (avec les invités Jessica Barker et Dominic Arpin pour en parler). Les pourcentages révélés sur leur utilisation ne m’ont pas vraiment surprise. On sait que Twitter est encore marginal et que Facebook est beaucoup plus répandu.

Pour continuer sur le sujet, je me suis questionnée à mon tour. Est-il nécessaire d’être présent sur les réseaux sociaux? Non. Ça dépend de ses intérêts et de ce que l’on fait dans la vie.

Est-ce qu’on manque quelque chose à ne pas être sur les réseaux sociaux? Oui. Pas toujours. Parfois. Par exemple, aujourd’hui, pour célébrer le 369e anniversaire de la ville de Montréal, le Quartier des spectacles a organisé « 300 performances spontanées par 90 artistes sur 3 pôles en une seule journée ». Ne pouvant m’y rendre, j’ai suivi le mot-clic officiel (#feteMTL). J’y ai découvert plusieurs artistes locaux intéressants grâce à Bianka Bernier du Quartier des spectacles (@QDS_MTL) et Marie-Loïc Sénamaud d’ARTV (@marie_loic), qui publiaient sur Twitter de courtes vidéos. C’est dans des moments comme aujourd’hui que j’aime les réseaux sociaux. Ça me permet d’avoir un aperçu de ce que je manque malgré moi.

J’ai aussi fait des rencontres intéressantes par l’entremise des réseaux sociaux. Certaines sont maintenant des amis. Comme en témoigne les participants au webdcumentaire Ma tribu, c’est ma vie, on peut y trouver des gens qui partagent les mêmes intérêts. D’ailleurs, les plus engagés dans les réseaux sociaux adorent tellement les contacts réels qu’ils organisent des rencontres, comme le Yulblog, le Yulbiz, les « tweetups », etc.

Ça m’a aussi servi à décrocher des contrats. Car les réseaux sociaux peuvent être très utiles professionnellement.

Twitter est évidemment une source d’informations incroyable, et c’est pourquoi la majorité des journalistes y sont.

Est-ce que ça peut nuire aux relations humaines? Je pense que ça dépend de chaque personne. Certains passent beaucoup trop de temps au téléphone, d’autres à jouer à des jeux vidéo, d’autres à travailler, à faire du sport ou 1001 autres activités. L’abus, peu importe lequel, nuit aux relations humaines. Il faut se mettre une limite, comme dans tout. À ce sujet, j’avais écrit un peu avant Noël : Déconnecter pour mieux connecter (et vice versa)

En 2009, Michelle Blanc m’avait décrit Twitter comme « une rivière d’informations qui coule constamment. Il ne faut pas essayer de boire la rivière, mais plutôt de boire de celle-ci ». Je suis d’accord. Quand j’y suis, je clique ce qui capte mon attention. Si je suis occupée ou avec des amis, je n’y vais pas, c’est tout. Quand je me branche, je n’essaie pas de voir ce que j’ai manqué. Ça me fait toujours rire lorsque des gens croient que parce qu’ils ont mis quelque chose sur Twitter ou Facebook, je l’ai assurément vu. Non, bien que j’y sois active, je n’y suis pas tout le temps.

Est-ce qu’on y parle que de futilités? Non. Ça dépend de nos abonnements. Comme je le dis souvent, la pertinence des réseaux sociaux dépend de qui l’on suit. À nous de nous créer un réseau intéressant. D’ailleurs, Twitter est un réseau asymétrique. Nous ne sommes pas obligés de suivre ceux qui nous suivent.

À la suite de son passage à l’émission, Dominic Arpin s’est questionné sur l’importance qu’on accorde à Twitter puisqu’un si faible pourcentage y est actif.

Voici un commentaire qu’il a reçu sur son blogue (publié tel quel) :

« Twitter n’est pas que l’affaire d’une clique de journalistes, mais de curieux, de ceux qui ont quelque chose à partager, et souhaite le partager d’une manière simple, brève. Twitter est un lieu de rencontre entre les curieux qui sont des twitters en puissance, et les acteurs de la société. Ces deux catégories s’interchangent. L’intérêt de l’outils est à la fois, l’accès à une info filtrée, optionnelle, sa primeur, et sa diversité » Marcybryck

Je trouve que ça résume assez bien. Et vous, qu’en pensez-vous?

À voir, La révolution des médias sociaux :

À lire :

Le rapport NETENDANCES 2010 du Cefrio, « L’explosion des médias sociaux au Québec »

Mes réponses au questionnaire Ma tribu, c’est ma vie sur le blogue de l’ONF.

Réseaux sociaux, Tendance