Gina DesjardinsDes nouvelles catégories « Internet et nouveaux médias » au prochain Gala des prix Gémeaux

Par

 publié le 7 mars 2011 à 13 h 53

En 2008, l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision ajoutait une section pour le Gala des prix Gémeaux : Internet et nouveaux médias. Un comité avait été créé spécifiquement pour bien représenter cette section. On y trouve maintenant Christiane Asselin (Turbulent), Normand Bélisle (Inpix Média), Sophie Dufort (Les Chaînes Télé Astral), Julie Duhaime (Télé-Québec), Jérôme Hellio (Radio-Canada) et Nicolas Vachon (Vivavision). Leur mission? Donner plus de visibilité aux productions diffusées sur un média autre que la télévision.

Quatre ans après l’ajout de cette section aux prix Gémeaux, l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision ajoute cette année des catégories. On en comptera maintenant neuf. Les créateurs ont encore quelques jours pour s’inscrire.

Ça change pas le monde, sauf que…

Dans un de ses derniers billets, « Connaissez-vous la webtélé indépendante du Québec? », mon collègue Laurent affirmait que, pour lui, « la véritable webtélé est produite de façon indépendante ». Je comprends le fond de son affirmation, mais je ne suis pas d’accord. Selon moi, l’intérêt des diffuseurs télé et des producteurs d’expérience à développer des projets pour le web est responsable de l’augmentation de projets destinés au web. Il ne faut pas se le cacher, il est encore très difficile de gagner sa vie avec la webtélé, et la grande majorité des créateurs indépendants souhaitent qu’un gros portail achète et diffuse leur contenu. Ils peuvent ainsi avoir un certain revenu et une meilleure visibilité. Au bout du compte, l’essentiel est que le produit soit bon, peu importe qui le finance ou le diffuse.

Pour Charles Ohayon, le président de l’Académie, Internet est également une excellente vitrine pour les jeunes créateurs. « Avant, les réalisateurs commençaient par faire des vidéoclips ou de la publicité. L’industrie a changé, les clips n’ont pas la même popularité qu’avant, et les projets Internet leur permettent de se faire connaître. Les projets Internet offrent beaucoup de possibilités et de la visibilité aux réalisateurs, mais aussi aux jeunes scénaristes, producteurs, monteurs, directeurs de la photographie ou autres. » Je suis totalement en accord avec lui. Je pense comme ça à Éric Piccoli, réalisateur de Temps mort. Je ne serais pas étonnée de voir son nom sur de grosses productions dans quelques années.

Il faut être passionné pour se lancer dans une telle aventure. On doit y mettre l’argent, le temps et l’énergie sans espérer y développer un revenu annuel. La plupart des créateurs ont un autre emploi principal. Alors, qu’est-ce que ça leur fait de gagner un Gémeaux? C’est surtout une tape dans le dos. Ça encourage plusieurs à continuer. Pour leur famille, c’est aussi une preuve que leur investissement n’est pas vain.

« Avoir gagné un Gémeaux m’a apporté de la fierté, de la confiance en moi et un peu de la notoriété qui m’a permis d’obtenir des accès pour des festivals comme Cannes, Karlovy Vary ou Unifrance », me confie Catherine Beauchamp de la webtélé sur le cinéma Le tapis rose de Catherine, lauréate d’un prix Gémeaux en 2009. « Je croyais que ça changerait ma vie, mais malheureusement, ça ne m’a pas apporté plus de travail ni de visibilité médiatique. Les journalistes qui couvrent le Gala et parlent aux gagnants ne s’intéressaient pas à moi. »

Il y a deux ans, on parlait peu des initiatives en nouveaux médias. J’ai toutefois l’impression que chaque année, les gagnants de ces catégories obtiennent un peu plus de visibilité dans les médias traditionnels. L’an dernier, une des catégories était donnée lors du gala télévisé, ce qui a aidé à faire connaître ces catégories et ces productions. « C’est toujours un honneur d’être appuyé par son milieu. Gagner un Gémeaux donne un certain prestige à tout produit, et ça nous a également donné une belle visibilité », affirme Simon-Olivier Fecteau, qui a gagné l’an dernier pour En audition avec Simon. L’Académie ne sait pas encore si des prix seront décernés pendant le gala télévisé, mais ce qui est certain, c’est qu’au moins la majorité des gagnants seront annoncés lors de l’Avant-première, le gala des prix remis en après-midi, qui sera diffusé sur Radio-Canada.ca pour une deuxième année.

Catherine Beauchamp fêtera les trois ans du Tapis rose de Catherine demain, le 8 mars. Elle qui doit toujours garder un emploi à temps plein dans le milieu de la publicité cherche toujours une façon de s’y consacrer à temps plein. Elle considère que l’augmentation du nombre de prix prouve la place grandissante des webémissions dans notre paysage télévisuel. Elle garde espoir. Pour Simon-Olivier Fecteau, c’est une preuve que les temps changent, et voir l’Académie s’ajuster est plutôt réconfortant.

Inscription avant vendredi prochain

La date limite pour soumettre une émission ou une série, diffusée entre le 1er mai 2010 et le 30 avril 2011, est le 11 mars prochain sur le site prixgemeaux.ca. Voici les catégories :

Meilleur site web pour une émission ou une série, quatre catégories :

1. dramatique

2. humour, variétés

3. affaires publiques, documentaire

4.  jeunesse

Meilleure émission ou série originale produite pour les nouveaux médias, quatre catégories :

5. dramatique et comédie

6. humour, variétés

7. affaires publiques, documentaire, magazine, sport

8. jeunesse

et finalement

9. Meilleure émission ou série originale interactive produite pour les nouveaux médias : toutes catégories

Avez-vous déjà des favoris pour ces catégories? Qui aimeriez-vous voir gagner cette année?

Internet, Télévision