Billets publiés le 31 décembre 2010

Philippe MarcouxMes excuses, Monsieur Kindle.

par

 publié le 31 décembre 2010 à 12 h 19

C’est une première sur Triplex, je vais sur le champ m’excuser pour une opinion que je n’ai même pas exprimée publiquement. De la grandeur d’âme, vous dites? Et comment! Comme ça, je vais pouvoir commencer 2011 l’esprit tranquille!

Sans blague, si on m’avait posé la question (heureusement d’ailleurs qu’on ne l’a pas fait), j’aurais volontiers affirmé que l’iPad (et ses éventuels concurrents sur le marché des tablettes électroniques) ne ferait qu’une bouchée du Kindle et autres lecteurs électroniques. Après tout, l’iPad est sûrement le gadget électronique de l’année et il est en train de changer notre façon de consommer les médias (voir, à ce sujet, le beau texte de Fabien Deglise dans Le Devoir). La tablette de Apple est un superbe tout-en-un, fureteur Internet-lecteur électronique-console de jeu-écran de télévision portable et j’en passe. Pourquoi, aurais-je déclaré, choisir un autre appareil, comme le Kindle, qui n’a vraiment qu’une seule utilité, lire des livres électroniques?

Et voilà que le fabricant du Kindle, le géant de la vente de livre en ligne Amazon, annonce que son lecteur électronique est maintenant le produit le plus vendu de tous les temps sur son site. Vous vous imaginez, plus que les livres d’Harry Potter! (Je sais, Amazon a suspendu les ventes du Kindle au Canada juste avant les fêtes, mais je crois tout de même que c’est un phénomène intéressant pour nous aussi.)

Bien sûr, ça ne veut pas dire que les ventes d’iPad ne se portent pas bien elles aussi. Au contraire. En fait, les gens de chez Amazon, qui refusent de donner des chiffres précis sur leurs ventes (Bloomberg parle de 8 millions d’appareils vendus), croient eux-mêmes que plusieurs utilisateurs possèdent un Kindle ET un iPad. Il semble que l’écran du Kindle offre une meilleure expérience de lecture et que les gens qui peuvent s’offrir un iPad peuvent aussi se payer le luxe d’un autre appareil comme le Kindle, dont le prix est relativement bas.

Les chiffres ne mentent pas, et il semble que le Kindle ne souffre pas vraiment de la concurrence de l’iPad. Mais je continue de ne pas comprendre. Il existe une application Kindle pour l’iPad, il est donc possible de lire les livres achetés chez Amazon sur l’appareil de Apple. Tous les livres électroniques disponibles sur Internet peuvent d’ailleurs être lus sur l’iPad. Le Kindle ne sert qu’à lire les livres vendus par Amazon. Et est-ce qu’un des principaux avantages de l’iPad n’était pas, justement, qu’on pouvait l’utiliser pour faire à peu près n’importe quoi? Écouter le dernier Martin Léon sur iTunes en lisant Stieg Larsson tout en gardant un œil sur sa page Facebook sans oublier les petites pauses Angry Birds?

Est-ce vraiment une question de prix? La technologie du Kindle est-elle à ce point supérieure? Ou est-ce qu’on est en train de découvrir que la lecture de livres demeure, même sur support électronique, une activité a laquelle on préfère s’adonner sans autres distractions et donc pour laquelle on aime bien avoir un appareil à usage unique… surtout s’il est moins cher et plus agréable d’utilisation? Qu’en pensez-vous?

Les Canadiens accros d’Internet

Je ne sais pas si l’on doit s’en féliciter, mais selon comScore, les Canadiens passeraient près de 50 % plus de temps en ligne que les Américains. Ça vous surprend? Et comment est-ce que vous expliquez ce phénomène? Le froid, l’isolement de certaines régions du pays, l’intérêt plus marqué des Canadiens pour l’actualité? Vos suggestions les plus folles sont les bienvenues!

Une merveilleuse année 2011 à vous tous et… du succès dans vos études.