Billets publiés le 8 décembre 2010

Philippe MarcouxDémocratie directe et technologie

par

 publié le 8 décembre 2010 à 11 h 37

Le budget de la ville de Montréal a été déposé le 1er décembre dernier. Le lendemain, c’était au tour de la ville de Calgary de déposer le sien. Dans les deux cas, le fardeau fiscal des citoyens augmentera d’environ 5 % (je vous fais grâce des détails).

Mais il y avait quelque chose de particulier dans le processus utilisé à Calgary pour en arriver à ce résultat : les élus de la ville albertaine ont demandé et obtenu les commentaires et suggestions des citoyens sur ce budget à venir, grâce à Twitter. Le nouveau maire de Calgary, Naheed Nenshi, qui a récemment remporté une victoire surprise grâce, entre autres, aux médias sociaux, a décidé d’utiliser Twitter pour donner l’occasion à tout le monde de se faire entendre. Et il semble qu’il ait reçu plusieurs suggestions intéressantes.

Sur le coup, j’ai envie de crier au génie. Wow, les médias sociaux au service de la démocratie directe. On ne peut pas être contre la vertu. Mais quand je pense à la complexité des questions qu’implique la préparation d’un budget municipal, je me demande quelle différence on peut vraiment faire en 140 caractères. Pourquoi se limiter à 140 caractères, me direz-vous – avec raison d’ailleurs -, Facebook et le bon vieux courriel n’imposent aucune limite à la taille des commentaires que nous pouvons envoyer à nos élus.

Sauf que d’ouvrir la porte aux commentaires illimités de TOUT LE MONDE n’est pas sans conséquence. Dans son excellent texte intitulé « La tragédie de l’action politique » (ma traduction), Jake Brewer parle du « bruit paralysant » créé par la masse des citoyens qui tentent de se faire entendre sur tous les sujets imaginables. La simple gestion, sans parler de l’analyse, de tous ces messages relève des travaux d’Hercule et risque en effet de « paralyser » nos élus.

Bien sûr, nous n’aurons jamais trop de démocratie et je ne suis surtout pas en train de dire que les médias sociaux ne peuvent pas être utiles. Au contraire, je suis convaincu qu’une partie de l’avenir de notre système démocratique passe par là, mais je me demande comment exactement.

La ville de Winnipeg a créé Speakupwinnipeg.com justement pour donner la parole à ses citoyens. Tous les sujets peuvent être abordés, mais la ville met aussi l’accent sur certains dossiers précis qui concernent les citoyens directement, comme la collecte des ordures, et leur demande leurs commentaires. Ce genre d’initiative ciblée est peut-être un début de solution, mais il me semble qu’on peut raffiner l’affaire.

Comment est-ce que vous utiliseriez les médias sociaux pour donner une véritable voix aux citoyens tout en évitant que nos élus se retrouvent devant ce flot de commentaires comme quelqu’un qui essaie de boire à même le tuyau des pompiers?

Loto-Québec

Ca n’a rien à voir avec la démocratie directe mais j’ai essayé d’aller jouer sur le nouveau site de jeu en ligne de Loto-Québec et le logiciel qu’il faut télécharger pour jouer au poker n’existe pas encore en version Mac. Est-ce que je suis seul à penser que ce n’est pas très fort pour une entreprise de la taille de Loto-Québec?