Billets classés sous «vidéos»

Vincent GrouLes images de la pluie de météorites en Russie

par

 publié le 15 février 2013 à 8 h 21

Vincent.grou@radio-canada.ca

On apprenait plus tôt cette semaine que la vidéo canular montrant un aigle saisir un enfant sur le mont Royal, qui a été vue plus de 41 millions de fois sur YouTube, va permettre la création d’une bourse d’études.

Parfait exemple du canular qui se répand comme une traînée de poudre, cette vidéo est une belle occasion d’attirer votre attention sur une conférence prononcée à Londres en novembre dernier dans le cadre des événements TED.

Le journaliste Markham Nolan y raconte les méthodes utilisées pour authentifier deux vidéos qui circulaient sur la toile.

En cette ère où les vidéos spectaculaires sont légion sur le web (864 heures de vidéo auront été mises en ligne d’ici la fin de son discours d’une douzaine de minutes, précise-t-il), le travail du journaliste ne consiste plus seulement à trouver les bonnes histoires, mais aussi à les filtrer, à remonter jusqu’à la source afin de les vérifier.

La première vidéo qu’il cite en exemple montre la foudre qui tombe à proximité de la personne qui filme, pendant un orage, en Floride. La seconde montre une scène macabre, en Syrie, où des cadavres sont lancés dans une rivière du haut d’un pont.

M. Nolan explique comment, en utilisant des outils disponibles sur Internet, son équipe et lui sont parvenus à authentifier les vidéos en question.

Ils ont par exemple eu recours au bottin en ligne de Spokeo pour retrouver l’auteure de la vidéo de l’orage. Ils ont aussi utilisé WolframAlpha pour vérifier le temps qu’il avait fait en Floride les jours entourant la mise en ligne de la vidéo.

Pour la vidéo tournée en Syrie, les journalistes ont contacté, via Twitter, des sources qui se trouvaient à Hama, puis ont pu identifier l’endroit où la vidéo avait été tournée avec la bonne vieille imagerie satellite de Google Maps.

La conférence est sous-titrée en français.

Vincent.grou@radio-canada.ca

 

YouTube permet désormais de brouiller les visages.

YouTube a annoncé mercredi l’ajout d’une fonction permettant de brouiller les visages, devenant le premier site d’hébergement de vidéos à offrir cette possibilité visant notamment à aider les militants des droits de l’homme.

« Puisque les citoyens jouent un rôle crucial dans le partage de vidéos liés aux droits de l’homme à travers le monde, YouTube s’engage à créer des outils encore meilleurs pour les aider », a indiqué Amanda Conway sur le blogue du site, propriété de Google. Ainsi, « l’anonymat permettra aux gens de partager davantage de vidéos et de se faire entendre dans des cas qui [sans l'anonymat] ne leur permettraient pas », ajoute-t-elle.

YouTube et les autres sites permettant le partage de vidéos (Vimeo, Facebook, Twitter, etc.) ont joué un rôle de premier plan dans la diffusion d’images lors des révoltes populaires dans le monde arabe. Encore aujourd’hui, la plupart des images en provenance de Syrie proviennent de tournages citoyens, souvent partagés sur le web avant d’être reprises par les médias traditionnels.

Mme Conway rappelle que YouTube s’implique déjà dans la défense des droits de l’homme, notamment avec ses chaînes Human Rights et Citizentube

Comme il s’agit d’une nouvelle technologie, YouTube souligne que la fonction pour brouiller les visages peut avoir de la difficulté à repérer certaines personnes selon l’angle, la luminosité et la qualité de la vidéo. Les utilisateurs peuvent toutefois prévisualiser leur vidéo une fois les visages brouillés afin de décider de la mise en ligne ou non. De plus, « comme les vidéos portant sur des enjeux liés aux droits de l’homme comportent des risques, il est important de garder à l’esprit les autres moyens de protéger les personnes filmées ainsi que celles ayant filmé », rappelle toutefois Mme Conway.

YouTube et Paramount Pictures ont conclu une entente qui permettra au site de partage vidéo d’offrir près de 500 films en location.

Avec cette entente, annoncée mercredi, Paramount devient le cinquième grand studio hollywoodien à se joindre à la boutique vidéo de YouTube, qui offre des vidéos au coût de 2 à 4 $ par visionnement. Le seul grand studio qui continue de résister à YouTube est maintenant 20th Century Fox.

Certains s’étonneront sans doute de l’entente avec Paramount, puisque sa société mère, Viacom, est toujours impliquée dans une poursuite au sujet d’un présumé piratage par YouTube, qui appartient à Google. En 2010, un juge de New York a déterminé que YouTube n’avait enfreint aucune loi américaine, mais Viacom en a appelé de la décision.

Les films de Paramount sont disponibles sur le programme de location YouTube Rentals et sur Google Play.

La location de films et de vidéos en ligne fait l’objet d’une concurrence féroce entre Google, la boutique iTunes d’Apple, le site web d’Amazon et le service de vidéos par abonnement Netflix.

Avec la nouvelle entente, YouTube compte maintenant près de 9000 titres dans sa collection. Certains films de Paramount ont déjà été ajoutés à la liste, tandis que d’autres seront offerts dans les prochains mois.

NBC Universal, Sony Pictures, Warner Bros, Walt Disney et plusieurs studios indépendants ont conclu des ententes pour offrir leurs films sur YouTube.

The Associated Press

Le site Une heure par seconde

Le populaire site de vidéos YouTube a dévoilé aujourd’hui de nouvelles statistiques qui donnent le vertige.

On apprend ainsi que plus de 4 milliards de vidéos sont regardées chaque jour sur le site. C’est comme si plus de la moitié de la population de la terre regardait une vidéo en une journée.

On apprend également que 60 heures de vidéo sont mises en ligne sur YouTube chaque minute, soit une heure par seconde. Il s’agit, dit YouTube, d’une augmentation de 30 % au cours des 8 derniers mois.

Selon Reuters, YouTube attribue cette croissance à la popularité des appareils mobiles et à ses versions pour la télévision.

Pour illustrer ce que représente une heure de vidéo mise en ligne chaque seconde, l’équipe d’infographes de YouTube a créé le sympathique site interactif Une heure par seconde.

Si YouTube continue d’attirer de plus en plus d’internautes, Mashable note que ceux-ci ne passent en moyenne que 15 minutes par jour sur le site, comparativement aux 5 heures que passent par jour, en moyenne, les Américains devant la télé. Comme le mentionnait cette analyse du New Yorker la semaine dernière (cité par Mashable), le site aurait beaucoup à gagner en gardant ses internautes plus longtemps, notamment en vente de publicité.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb