Billets classés sous «vidéo»

 Exécutions de soldats par des rebelles syriens
Exécutions de soldats par des rebelles syriens

Le New York Times a mis la main sur une vidéo qui pourrait remettre en question l’appui aux rebelles syriens dans le conflit sanglant les opposant aux soldats du président Bachar Al-Assad.

La vidéo, tournée en avril près d’Idlib, montre des rebelles armés posant debout derrière sept soldats, torse nu, leur tête contre la terre.

Les premières images ne laissent aucune place à la spéculation, leur exécution est imminente. Le commandant de ce groupe de rebelles, un homme de 37 ans, récite un poème, quelques versets révolutionnaires, avant l’inévitable.

À la fin de cette récitation, le commandant tire la première balle. Les autres exécutions suivent. Les corps sont par la suite jetés dans un puits.

Le quotidien américain affirme que cette vidéo est sortie clandestinement de la Syrie par un « ancien rebelle dégoûté par les massacres ». Le New York Times ajoute que ces images des rebelles montrent des « pratiques aussi brutales et impitoyables que le régime qu’ils essaient de renverser ».

La mise en ligne de cette vidéo survient au moment où des débats font rage sur la possible intervention américaine en Syrie. Le comité des Affaires étrangères du Sénat américain a voté mercredi en faveur d’une résolution qui autorise une intervention militaire limitée et sans déploiement de troupes au sol en Syrie.

Dès le 9 septembre, tous les sénateurs américains auront l’occasion de débattre sur une éventuelle intervention en Syrie. Entre-temps, la question syrienne retient l’attention au sommet du G20, à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Pour me joindre :
Par courriel : carole.aoun@Radio-Canada.ca
Sur Twitter :  @caroleaoun

http://youtu.be/QWU6tVxzO1I

Une perruque blonde, un chandail serré aux couleurs de l’Australie et un air d’une vedette rock des années 1980, Julian Assange tente de montrer un côté plus ludique de lui dans une vidéo publiée il y a deux jours sur YouTube.

Le fondateur de Wikileaks y interprète une chanson australienne You’re the voice de John Farnham, dont les paroles ont été modifiées pour refléter les valeurs de son parti politique.

En juillet dernier, Assange a créé le Parti Wikileaks en vue des élections sénatoriales australiennes.

Le tournage de cette vidéo dans le cadre d’une émission qui parodie l’actualité a eu lieu à Londres. Rappelons que Julian Assange est retranché dans l’ambassade de l’Équateur depuis plus d’un an, où il s’est réfugié pour échapper à son extradition en Suède, qui veut l’interroger sur des allégations d’inconduite sexuelle.

Le jeune parti politique connaît quelques difficultés a récemment rapporté Le Monde. Des membres ont démissionné pour dénoncer des ententes électorales qu’ils jugent contre nature avec des formations d’extrême droite.

Est-ce que Julian Assange réussira à séduire l’électorat avec cette vidéo ludique? Réponse dans les prochaines semaines.

Pour me joindre :
Par courriel: carole.aoun@Radio-Canada.ca
Sur Twitter:  @caroleaoun

Vincent GrouLa vidéo fait son arrivée sur Instagram

par

 publié le 20 juin 2013 à 14 h 57

Introducing Video on Instagram from Instagram on Vimeo.

La rumeur qui courait depuis lundi est confirmée. Facebook, propriétaire d’Instagram depuis 2012, a annoncé aujourd’hui l’arrivée de la vidéo sur le populaire service de partage de photos.

Cette nouvelle version d’Instagram (disponible dès maintenant pour tous les utilisateurs d’iOS et d’Android) permet de tourner des vidéos de 15 secondes. L’application propose également 13 filtres de couleurs, ainsi que la possibilité de choisir l’image de couverture de la vidéo.

L’arrivée de la vidéo sur Instagram constitue une réponse à Vine, la populaire application de Twitter qui permet de filmer des clips de 6 secondes qui roulent en boucle. Comme le notait TechCrunch lundi (voir le lien en début de texte),  en juin, les partages de vidéos Vine ont dépassé ceux des photos Instagram sur Twitter. Une des raisons possibles, dit le blogue spécialisé, est que Twitter ne permet plus de prévisualisation des photos Instagram. Au fait des rumeurs, Vine a d’ailleurs lancé un apercu, jeudi, de nouvelles fonctions qui seront bientôt disponibles.

Instagram compte actuellement 130 millions d’utilisateurs, selon son cofondateur et PDG Kevin Systrom.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Vincent GrouAu cas où vous ne connaîtriez pas Gawker…

par

 publié le 17 mai 2013 à 11 h 30

« Les potins d’aujourd’hui sont les nouvelles de demain ». Ou, en anglais, « Today’s gossip is tomorrow’s news ». Tel est le slogan du site Gawker, qui a été le premier à révéler, jeudi soir, la possible existence d’une vidéo compromettante du maire de Toronto, Rob Ford.

Lancé en 2002, Gawker est le fer de lance d’une dizaine de populaires blogues spécialisés que possède le groupe new-yorkais Gawker Media, comme Gizmodo (techno et gadgets), Deadspin (sports), Jalopnik (automobile), Lifehacker (conseils pratiques) et Jezebel (sexe, mode et célébrités, avec les femmes comme public cible).

Avec 2,1 millions de visiteurs et 4,6 millions de pages consultées chaque jour, Gawker se classe au 966e rang des sites les plus populaires du web, selon les données de WolframAlpha.

Les quelque 20 entrées quotidiennes qu’on retrouve sur le site peuvent traiter de potins ou scandales qui touchent des personnalités, de bizarreries qu’on trouve en ligne, de vidéos spectaculaires ou cocasses, d’humour, de bêtisiers, de technologie, de culture, de contre-culture, de mèmes et de lol. Le contenu des autres blogues de Gawker Media se retrouve régulièrement sur Gawker, et vice versa.

De plus, le site prend régulièrement des positions fermes, avec un penchant à gauche, sur des sujets de débat controversés aux États-Unis. Il s’est souvent prononcé en faveur d’un contrôle plus strict des armes à feu, de la fermeture de la prison de Guantanamo, ou du mariage entre conjoints de même sexe.

Si elle s’avère, l’histoire de Rob Ford sera loin d’être la première révélée par Gawker ou d’autres sites de Gawker Media.

En février 2010, le représentant républicain du 26e district de New York, Christopher Lee, remettait sa démission, après la publication, par Gawker, de courriels et de photos de lui, torse nu, sur le site de petites annonces Craigslist.

En janvier dernier, Deadspin révélait que l’abracadabrante histoire de la défunte petite amie du footballeur vedette Manti Te’o était en fait un canular.

En avril 2010, Gizmodo mettait la main sur un exemplaire de l’iPhone 4, deux mois avant son lancement officiel par Apple.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

« Saviez-vous que selon les femmes, donner naissance à un enfant est la pire douleur qui soit? » « Saviez que selon les femmes, nous, les hommes, ne pourrions pas supporter cette douleur? » « Saviez-vous que selon les hommes, les femmes exagèrent tout le temps? »

C’est sur ces paroles prononcées à la légère que commence la vidéo de deux hommes qui ont décidé d’expérimenter les douleurs de l’accouchement.

Ils se rendent donc dans un hôpital, où on installe des électrodes sur leur abdomen. Ils reçoivent ensuite des décharges électriques qui simulent les contractions pendant le travail. Le résultat? La vidéo parle d’elle-même :

Labor Pain Simulation from Kensington on Vimeo.

Les contractions, relativement faibles au début, vont en s’intensifiant au fur et à mesure que progresse la simulation.

Pour ajouter au réalisme de l’exercice, les épouses des deux types sont présentes, sourire en coin, pour les épauler tout au long de l’épreuve. Et le sourire confiant que les deux hommes affichaient au départ se fait, lui, beaucoup plus grinçant. Il faut notamment voir leur déception quand ils apprennent que « leur col de l’utérus » n’est dilaté qu’à 4 sur 10.

À la fin de l’exercice, qui n’aura duré qu’une heure, les deux hommes admettent qu’accoucher est bien pire que ce qu’ils avaient imaginé. « Maman, si ce que je viens d’expérimenter est un tant soit peu semblable à ce que je t’ai fait vivre, je suis navré. Tu es une superhéroïne », dit l’un d’eux.

Mise en ligne en début de semaine, la vidéo a été vue près de 1 million de fois, Vimeo et YouTube combinés.

Leur démarche rappelle celle de deux Néerlandais, qui se sont livrés à un exercice semblable plus tôt cette année.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca