Billets classés sous «réseau social»

Nexopia


Une enquête du Commissariat à la protection de la vie privée révèle que le site de réseautage social Nexopia, dédié aux jeunes, a contrevenu « à plusieurs aspects de la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé, la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques ».

Fondée en 2003, Nexopia est une entreprise basée à Edmonton qui compte plus de 1,6 million d’utilisateurs inscrits. Près de la moitié d’entre eux habitent en Alberta ou en Colombie‑Britannique. Plus du tiers des utilisateurs actifs de Nexopia sont âgés de 13 à 18 ans, selon le Commissariat à la vie privée.

« Notre enquête démontre que les paramètres de confidentialité par défaut du site sont inappropriés, que Nexopia a fourni des renseignements inadéquats sur un certain nombre de pratiques de protection des renseignements personnels et que l’entreprise conserve des renseignements personnels indéfiniment, même si une personne a choisi l’option “supprimer un compte” », soutient la commissaire à la protection de la vie privée, Jennifer Stoddart, dans un communiqué diffusé jeudi.

Après analyse, la commissaire a formulé 24 recommandations « visant à mieux expliquer les pratiques de protection des renseignements personnels du site aux utilisateurs et à fournir un plus grand contrôle sur la communication des renseignements personnels ».

Mme Stoddart souligne que « Nexopia a bien collaboré tout au long de l’enquête et nous nous réjouissons du fait que l’organisation a accepté la plupart de nos recommandations, mais certaines questions importantes ne sont pas encore résolues ».

« Les questions non résolues concernent quatre recommandations visant à répondre aux préoccupations soulevées par la conservation des renseignements personnels des utilisateurs par Nexopia. L’entreprise conserve ces renseignements indéfiniment, même si la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels oblige les entreprises à élaborer des politiques sur la conservation », ajoute la commissaire.

« Nous avons recommandé à Nexopia de préparer une telle politique et d’offrir une véritable option « supprimer » aux utilisateurs. Nexopia a cependant rétorqué que les coûts des changements à apporter au système pour permettre de supprimer définitivement des renseignements sont prohibitifs », ajoute Mme Stoddard.

« L’entreprise soutient également que l’archivage des renseignements personnels pour une durée indéterminée est utile dans l’éventualité où un organisme d’application de la loi demande de consulter les données. À notre avis, bien que de telles demandes puissent justifier une période de conservation plus longue pour certains cas particuliers, elles ne justifient pas la conservation entière et indéfinie de tous les dossiers, sous prétexte qu’une demande pourrait être faite un jour », ajoute le communiqué.

« Nous sommes déçus de la position de Nexopia en ce qui a trait à ces questions non résolues. Nous aborderons celles‑ci à l’aide des pouvoirs qui me sont conférés par la LPRPDE, ce qui comprend la possibilité de demander à la Cour fédérale que les recommandations soient appliquées », explique la commissaire Stoddart.

La commissaire à la vie privée s’est intéressée au site à la suite d’une plainte déposée par le Centre pour la défense de l’intérêt public, basé à Ottawa. Il s’agissait de la première enquête du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada sur un site de réseautage social conçu spécialement pour les jeunes.

Pour me joindre :

Les derniers jours ont été passablement occupés pour le collectif de pirates informatiques Anonymous.

Mentionnons dans un premier temps que la nébuleuse a lancé son propre réseau social, AnonPlus. Il s’agirait d’une réponse à Google+, réseau social lancé à la fin juin par le géant californien. Des membres d’Anonymous auraient récemment été expulsés de Google+, tout comme d’autres l’ont été de Facebook, de Twitter et de YouTube.

Pour l’instant, AnonPlus n’est qu’une page d’accueil qui présente le projet. Un lien en bas de page mène vers un forum de discussion pour les développeurs. Celui-ci comptait plus de 500 membres lundi matin.

Dans son langage toujours aussi sibyllin, Anonymous explique que le réseau social sera ouvert à tous, pas seulement aux membres du réseau. Le groupe laisse entendre qu’il s’agira d’un espace où il n’y aura pas de censure.

Il s’agit d’un projet collaboratif, que l’équipe de développeurs semble appelée à changer sur une base quotidienne.

Anonymous s’en prend à Monsanto

Par ailleurs, signalons que la nébuleuse s’est attaquée, la semaine dernière, au géant de l’agroalimentaire Monsanto. Comme le rapporte notamment Le Nouvel Observateur, Anonymous a annoncé être parvenu, en deux jours, à déjouer les systèmes de sécurité de l’entreprise.

Le groupe dit avoir mis la main sur les informations confidentielles de plus de 2500 employés de l’entreprise. Anonymous ajoute avoir l’intention de centraliser les informations qui exposent « les pratiques corrompues, antiéthiques et les pratiques commerciales condamnables » de l’entreprise, qui fabrique notamment des pesticides et des organismes génétiquement modifiés.  

L’oléoduc de TransCanada dans la ligne de mire des pirates

Mentionnons enfin qu’Anonymous a décidé de prendre part à une campagne contre l’industrie des sables bitumineux canadiens. Il s’agit d’une campagne contre le projet d’oléoduc de TransCanada, qui doit transporter des sables bitumineux de l’Alberta vers des raffineries du sud des États-Unis. La nébuleuse dit être activement à la recherche d’informations qui permettraient de mettre au jour « la corruption » des entreprises qui prennent part à ce projet, comme Exxon Mobil, ConocoPhillips, Canadian Oil Sands, Imperial Oil et la Royal Bank of Scotland.

Pour me joindre :

Marie-Eve MaheuLa revue du web – 4 juillet 2011

par

 publié le 4 juillet 2011 à 18 h 17

La revue du web

Comment afficher Facebook dans un document Excel (ou comment faire semblant de travailler)

Le site HardlyWork.in vous propose de transformer votre page du réseau social en document Excel, pour la consulter au bureau sans vous faire remarquer. Vous pouvez accéder à votre fil de nouvelles, voir les commentaires associés aux publications, consulter le profil de ses amis, etc., en temps réel. La fonction comprend également un bouton d’urgence, soit la barre d’espacement au bas du clavier, qui permet de transformer votre document Excel en véritable tableau de calculs. (via @mashsocialmedia)

Quand les militaires reviennent à la maison…

Puisque le mois de juillet marque la fin de la mission de combat en Afghanistan pour les Forces canadiennes et le retour progressif des soldats au pays, nous vous proposons un blogue américain qui publie quotidiennement des vidéos de militaires qui rentrent chez eux, au grand bonheur de leurs proches. On y voit par exemple un soldat qui surprend sa copine à une partie de baseball et en profite pour la demander en mariage, ou encore une étudiante émue aux larmes de revoir son frère à sa remise des diplômes.

Un serveur d’Apple aurait été piraté

Des pirates informatiques affirment avoir accédé à un serveur d’Apple et dérobé des données personnelles. Ils ont publié dimanche un document qui contient, selon eux, des noms d’utilisateurs et des mots de passe de clients du géant américain de l’informatique. L’attaque a été revendiquée par la nébuleuse Anonymous, qui travaillerait avec les anciens membres du groupe Lulz Security, récemment sabordé.

Mark Zuckerberg confirme être membre de son nouveau rival Google+, et contre-attaque

La rumeur circulait, le PDG de Facebook la confirme : il s’est bel et bien inscrit au nouveau réseau social de Google, ouvert la semaine dernière à un nombre restreint d’utilisateurs. En réponse à un message texte envoyé par le blogueur américain Robert Scoble, qui souhaitait vérifier l’information, Mark Zuckerberg s’est dit étonné que les gens soient surpris de son adhésion à Google+.

Ce qui ne veut pas dire que Facebook reste les bras croisés. Selon TechCrunch, qui cite des sources proches du dossier, le réseau social annoncera mercredi un partenariat avec Skype pour intégrer les discussions vidéo à son service et ainsi damer le pion à Google+. Parallèlement, le réseau social a aussi développé une application non officielle, Circle Hack, qui copie le système des « cercles » proposé par Google +, d’où son nom . L’application permet uniquement de trier ses contacts, ce qui a peu d’intérêt, mais elle constitue un pied de nez au géant américain de l’informatique.

La moitié des enfants de 8 à 17 ans sont membres d’un réseau social

C’est ce que conclut une étude de TNS Sofres sur l’usage que font les jeunes français des réseaux sociaux. On y apprend que 18 % des enfants de moins de 13 ans sont inscrits sur Facebook, ce qui leur est pourtant interdit. La majorité (97 %) le fait avec l’accord de leur parent. Autres éléments intéressants, les enfants se connectent souvent seuls (depuis leur ordinateur personnel à 50 % et leur mobile à 23 %), ils en parlent peu avec leurs parents, ils ont en moyenne 210 amis et ils sont généralement conscients des risques pour leur vie privée, mais ils ne savent pas forcément s’en préserver. L’étude complète est disponible ici.

Pour me joindre :

Par courriel : marie-eve.maheu@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @memaheu et @SurLeWeb

Marie-Eve MaheuLa revue du web – 28 juin 2011

par

 publié le 28 juin 2011 à 15 h 55

La revue du web

Google+, nouveau concurrent de Facebook

Google a dévoilé mardi son projet de réseau social, qui a sera bientôt intégré à tous ses services. À la différence de Facebook, Google+ propose un réseautage plus circonscrit et personnalisé, à travers le concept des « cercles ». Un des aspects les plus intéressants est l’ajout de « vidéo-bulles », qui permettront d’avoir des discussions à plusieurs. Mashable propose un aperçu en profondeur du nouveau service.

Cette vidéo promotionnelle donne également un bon aperçu de Google+ :

Des développeurs d’applications larguent Research In Motion

Des développeurs d’applications ont décidé de cesser d’adapter leurs produits pour les BlackBerry et le PlayBook, parce qu’ils considèrent que l’effort est trop coûteux pour la taille du marché potentiel.

Le pirate informatique GeoHot recruté par Facebook

Célèbre pour avoir déverrouillé l’iPhone d’Apple et brisé le code de la console PlayStation 3 de Sony, l’Américain George Hotz, 21 ans, a été embauché par le site de réseautage social. Facebook a confirmé la nouvelle, mardi.

1plusV réclame 295 millions d’euros à Google

L’éditeur français de moteurs de recherche (Ejustice.fr, Eguides.fr, etc.) poursuit le géant américain pour pratiques anticoncurrentielles, devant le Tribunal de Commerce de Paris. 1plus V demande réparation « pour la ruine de ses activités ». Il a déjà déposé deux plaintes devant la Commission européenne. Les pratiques de Google sont également examinées aux États-Unis par la Commission fédérale du commerce.

Twitter lance un guide pour les journalistes

Le site de microblogage a mis en ligne, mardi, un espace destiné aux professionnels de l’information. Son but : convaincre tous les journalistes récalcitrants que Twitter est devenu un incontournable. Twitter for Newsrooms propose entre autres des conseils pour la recherche d’informations et de sources, des moyens de se faire connaître de son lectorat (avec des exemples de journalistes accomplis sur Twitter) et des outils qu’il est possible d’intégrer à son site.

Pour me joindre :

Par courriel : marie-eve.maheu@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @memaheu et @SurLeWeb